Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Kazuo Ishiguro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Kazuo Ishiguro   Dim 4 Fév 2007 - 16:01



Citation :
Né à Nagasaki en 1954
C'est à l'âge de 6 ans que Kazuo Ishiguro met pour la première fois le pied en Angleterre, pays qui deviendra sa patrie de coeur. Toute la famille quitte le Japon et s'installe dans le Surrey pour suivre son père, océanographe, muté afin de travailler sur les développements pétroliers de la mer du Nord. Le jeune Kazuo Ishiguro entame donc ses études au pays de Shakespeare, découvrant avec curiosité une culture si éloignée de la sienne. Avant d'entrer à l'université, il voyage pendant un an aux Etats-Unis et au Canada. Durant cette période, il se met à tenir un journal, sa première tentative d'écriture. Il s'inscrit ensuite à l'université de Kent, d'où il sort diplômé avec les honneurs en littérature et en philosophie. Il prend encore une année sabbatique pour écrire avant de finir ses études et, en 1980, il obtient un master en création littéraire à l'université d'East Anglia. Deux ans après, Ishiguro devient citoyen britannique : il est alors clair pour lui que sa vie et son oeuvre se dérouleront en Angleterre. Car plus qu'une simple langue d'adoption, l'anglais est devenue pour lui la langue de l'expression la plus profonde de son art : il la maîtrise, joue de ses subtilités à la perfection, et la préfère au japonais pour l'écriture. Son premier roman, 'Lumières pâles sur les collines', paru en 1982, lui vaut l'attention de la critique ainsi qu'un prix décerné par la Royal Society of Literature. D'autres livres suivront, renforçant à chaque fois son succès. Mais Kazuo Ishiguro ne se limite pas à l'édition : attiré par le cinéma, il écrit également des scénarios, et a vu un de ses romans, 'Les Vestiges du jour', adapté par le réalisateur James Ivory. En 2005, il faisait partie de la liste des cent meilleurs auteurs anglophones choisis par le Times.
source: evene.fr


Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)

A Pale View of Hills (Lumières pâles sur les collines) Winifred Holtby Prize of the Royal Society of Literature Pages 3, 5
An Artist of the Floating World (Un artiste du monde flottant) Whitbread Book Award Pages 1, 2, 3,
The Remains of the Day (Les Vestiges du jour) le Booker Prize, Pages 1, 2, 3, 4, 5
When we were orphans (Quand nous étions orphelins) Pages 2, 5
The Unconsoled (L'inconsolé) Pages 1
Never Let Me Go (Auprès de moi toujours) Pages 1, 2, 3,
Nocturnes: Five Stories of Music and Nightfall (Nocturnes) Pages 3, 4, 5

Citation :
mise à jour le 22/03/13, page 5


Auprès de moi toujours.

Ce livre du romancier britannique a soulevé l'enthousiasme des critiques ; plusieurs fois ils ont employé le terme de « chef-d’œuvre". J’émettrai un avis plus réservé.

«Je m'appelle Kathy H. J'ai trente et un ans, et je suis accompagnante depuis maintenant plus de onze ans.». C’est ainsi que débute le roman dont Kathy est la narratrice.
On est en Angleterre, à la fin des années 90.

Kathy a jadis fréquenté une école dans la campagne anglaise : Hailsham. Elle se souvient de sa copine Ruth et de son ami Tommy. Cela semble banal. Comme dans tous les pensionnats du monde, on s’observe, on s’aime, on se fâche, on rêve, on doute, on se ment…

Mais dès le début, des détails troublants s'immiscent dans le récit. Les professeurs ne sont pas des pédagogues mais des " gardiens " qui tiennent d'étranges discours truffés de mots énigmatiques. Le périmètre de l'institution est sécurisé par une clôture électrifiée. A intervalles réguliers, une mystérieuse visiteuse vient chercher les oeuvres réalisées par les pensionnaires ; elle les réunit dans une sorte de galerie. Pour quel public, dans quel but ? Les enfants sont isolés du monde extérieur et élevés dans l'idée qu'ils sont des êtres à part. Il n’est jamais question de leur famille.

Kathy évoque leur enfance et leur adolescence pleine d’interrogations car tout semble bizarre, l’atmosphère est inquiétante.Tout de suite, on ressent un malaise, une peur et les tensions sont palpables.

Il serait totalement inconvenant de révéler le secret de Kathy H. et de ses petits camarades.

Ishiguro distille au compte-gouttes les révélations au lecteur. Certains ont trouvé le récit haletant, moi je l’ai trouvé un peu « longuet »… Kazuo Ishiguro précise : « Ce que je demande à mes lecteurs, ce n'est pas tant de devenir détectives que d'utiliser le même genre de réflexion que quand, dans leur vraie vie, ils se demandent ce qu'il y a derrière les propos des gens. »

C’est en tout cas un roman profondément perturbant qui emprunte à la science-fiction. Son sujet est d’autant plus violent que c’est un roman tendre, écrit avec une grande fluidité et une grande sensibilité.

Kazuo Ishiguro est aujourd'hui parmi les auteurs majeurs de la littérature britannique. (Il a obtenu en 1989 le Booker Prize (le Goncourt britannique) pour "Les vestiges du jour", porté à l'écran par James Ivory (le rôle du majordome y était magistralement tenu par Anthony Hopkins).
Ishiguro est né en 1954... à Nagasaki, au Japon. «Je suis arrivé en Angleterre en 1960, se souvient l'écrivain. Mon père, océanographe, avait été recruté par le gouvernement britannique. Notre séjour devait être de courte durée. Finalement, nous sommes restés.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Lun 19 Mar 2007 - 0:03

La photo extraite du film "Les vestiges du jour" m'a fait repenser à Ishiguro!
J'ai beaucoup aimé "Les vestiges du jour" ( l'adaptation cinématographique aussi, d'ailleurs..) Et avais lu, dès lors, tous les livres d'Ishiguro......

. Effectivement, il est né au Japon de parents japonais, il est arrivé en Angleterre à cinq ans. Avant de devenir un écrivain reconnu, il a exercé divers métiers, dont celui de rabatteur de grouses pour la reine! Ce n'est peut-être pas un métier d'avenir, mais plus anglais, il ne doit pas y avoir...Seulement, un immigré, aussi assimilé soit-il, a toujours une vie antérieure qui finit par le rejoindre. Preuves en sont les deux ouvrages "japonais", "Lumière pâle sur les collines" et "Un artiste du monde flottant".Un thème récurrent qui m'a frappée, celui de la mémoire individuelle. On connait de mieux en mieux sur le plan neuroscientifique les mécanismes de la mémoire et des souvenirs, mais c'est toujours intéressant de découvrir ce qu'on peut faire de ces souvenirs. Amnésie quasi complète dans "L'inconsolé". Un musicien de renommée internationale arrive dans un pays de l'Europe Centrale pour y donner un récital. On attend tout de lui, on le connait, il le constate, mais lui, il ne se souvient de rien. Personnage complètement décalé, il assume et essaie de faire face.
Souvenirs occultés ou refoulés ? Dans "Lumière pâle sur les collines", le premier livre paru. Une femme et sa petite fille à Nagasaki. Elles doivent partir aux Etats-Unis. On retrouve cette femme en Angleterre, elle a une autre fille, quelques mots nous apprennent le suicide de sa fille aînée, que s'est-il passé, on ne le saura pas.
Souvenirs embellis, magnifiés, dans "Quand nous étions orphelins". Souvenirs d'une enfance magique , rupture brutale et un héros, persuadé que tous les mystères du monde se résolvent aussi facilement que dans les romans d'Agatha Christie, qui retourne à Shangaï résoudre le mystère de la disparition de ses parents. Seulement la concession, ce milieu fermé, paradis de l'enfance, n'existe plus, c'est une ambiance de fin d'un monde, et cette enfance était-elle si belle que cela ?Bien sûr que non...
Souvenirs sans cesse justifiés, le plus connu, "Les vestiges du jour". Pendant un voyage soit disant à des fins professionnelles, Stevens, majordome dans une très grande famille anglaise, laisse enfin les souvenirs affleurer. C'est le bilan d'une vie, et il sait que ce qu'il a manqué, c'est en fait pour de fausses raisons. Miss Kenton, le personnage féminin du livre, qu'il aurait pu aimer, lui dit à un moment : "Mais pourquoi faites vous toujours semblant ?" Avait-il le choix, d'ailleurs ?
Souvenirs affrontés, enfin, "Un artiste du monde flottant", très beau titre utilisé par Christine Jordis en tête de chapitre pour parler des artistes anglais des années 80.
Dans ce très beau livre, Ishiguro nous dit : "Il peut arriver, certes, les années passant, qu'on n'accorde plus du tout la même valeur à ses propres oeuvres, mais il est toujours réconfortant de savoir que votre vie a comporté un moment ou deux de satisfaction réelle..."
Le butler et le samouraï, tout un mélange, et de beaux romans.

Je n'ai pas encore lu le dernier, "Auprès de moi toujours"
Coline, tu dis que ton avis est "plus réservé" que celui des critiques. Tu peux me dire pourquoi? Tu n'as pas aimé?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Lun 19 Mar 2007 - 13:38

Vos avis me donnent envie de re-tenter de lire Kazuo Ishiguro.

J'ai 2 essais à mon actif ( Les vestiges du jour et Un artiste du monde flottant) et à chaque fois ces romans me sont tombés des mains après quelques pages.
Ca fait plusieurs années déjà et je ne me rappelle pas précisément de mes impressions à l'époque, juste un souvenir d'ennui scratch

Mais je vais réessayer!
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Lun 19 Mar 2007 - 14:46

Marie a écrit:
Je n'ai pas encore lu le dernier, "Auprès de moi toujours"
Coline, tu dis que ton avis est "plus réservé" que celui des critiques. Tu peux me dire pourquoi? Tu n'as pas aimé?

Je ne dirais pas que je n'ai pas aimé ce roman. Ce serait exagéré. C'est plutôt que je l'avais acheté, très excitée par les critiques qui le présentaient comme un chef-d'oeuvre.
Il y a déjà quelques temps que je l'ai lu mais je garde le souvenir d'un roman, intéressant, qui ne me semblait plus finir...
Voici d'ailleurs ce que j'avais noté dans ma chronique:
Ishiguro distille au compte-gouttes les révélations au lecteur. Certains ont trouvé le récit haletant, moi je l’ai trouvé un peu « longuet »…

Moi, au contraire de toi, je n'ai pas lus les autres romans d'Ishiguro et ce que tu en dis me donne envie de remédier à ces lacunes. Je suis tentée par Lumière pâle sur les collines.
J'ai adoré le film "Les vestiges du jour" mais je n'ai pas lu le roman.


Dernière édition par le Mar 20 Mar 2007 - 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babelle
Zen littéraire
avatar

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Mar 20 Mar 2007 - 7:44

Nezumi a écrit:
Vos avis me donnent envie de re-tenter de lire Kazuo Ishiguro. J'ai 2 essais à mon actif ( Les vestiges du jour et Un artiste du monde flottant) et à chaque fois ces romans me sont tombés des mains après quelques pages... un souvenir d'ennui Mais je vais réessayer!
J'ai eu du mal aussi à la lecture de Vestiges du jour mais je ne regrette pas. Je n'ai pas été saisie de suite par l'essentiel : le "ratage" du personnage central, le voile devant ses perceptions. J'attribuai sa froideure et son détachement au paysage social de l'époque, à sa charge professionnelle, etc. Mais je ne regrette pas, j'ai même été tenté par une seconde lecture avec une mise en perspective différente. Je crois qu'il faut essayer. Par contre, une déception sur le film : des lenteurs et un univers clos, fermé sur Stevens et Miss Kenton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Mar 20 Mar 2007 - 10:14

Je n'ai jamais lu cet auteur ,par contre j'avais carrément adoré le film "Les Vestiges du jour ", tout en finesse et subtilité : un régal !
Aussi ,je tenterai sans doute le livre , bien qu'il paraisse plus ennuyeux ?
A voir...:arrow:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
onyxo
Invité



MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Sam 26 Mai 2007 - 13:10

"Auprès de moi toujours" m'a paru réellement un chef d'oeuvre. Bien sûr, l'énigme ne se révèle que lentement, mais c'est bien là le propre de tout dévoilement. D'autant que ce dévoilement est bouleversant . Constamment, une atmosphère de mystère et de non-dits parcours le trajet des personnages dont deux, principalement, parviendront à franchir leur peur de la révélation...
Dans une écriture fluide et sensible, Ishiguro nous confronte à une société "possible" et nous montre combien rares sont ceux qui ont le courage de la vérité
Revenir en haut Aller en bas
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Sam 29 Sep 2007 - 17:05

coline a écrit:

Il y a déjà quelques temps que je l'ai lu mais je garde le souvenir d'un roman, intéressant, qui ne me semblait plus finir...

C'est un peu l'impression que je garderai de Un artiste du monde flottant...
Pourtant le début m'a plu .L' histoire de ce vieil artiste japonais, autrefois vénéré, grand-père entretenant des rapports plein de sollicitude avec son diable de petit-fils, très soucieux de marier sa fille ainée, et qui tente de s'accrocher à un passé glorieux en fréquentant les restes d'un quartier si plein de vie autrefois : le monde flottant ( superbe image) Un chic type en somme Masugi Ono, patient, courtois, la zénitude personnifiée.

Le récit se fait sur le mode du "je", on se prend forcément à se fondre dans son mental, et là surprise peu à peu ...L'honnête Mr Ono ne parait pas si clair finalement. Insidueusement, par fines petites touches, on se rend compte que son attitude durant la guerre a été celle de quelqu'un d'influent et d'engagé, notamment par rapport à ses élèves. Qu'il les a même poussés au combat pour asseoir la suprématie de son empire, et que se faisant il a aussi une grosse part de responsabilité dans la dérive expansionniste de son pays.
Les autres font peser sur lui tout le poids de la réprobation. Certains se sont suicidés, lui ne parvient pas à comprendre ce qu'on lui reproche. il a du mal à admettre que des opinions qu'il jugeait louables, aient pu contribuer au malheur de son peuple et de ses fils. Sa lente prise de conscience parait prouver sa bonne foi . Il consentira finalement à voir ses idées comme "périmées et peut-être même condamnables".

Ce lent questionnement sur les erreurs d'un homme, sur le fait de le percevoir comme un criminel ou non, est très subtil, en partie aussi parce que l'auteur se place au niveau du personnage. On ressent toute la tragédie d'un homme empli peu à peu de désillusion et qui se raccroche à des lambeaux du passé. Comment admettre que l'on s'est fourvoyé croyant faire le bien? C'est profond et habile.
Mais la seconde partie, ces incessants retours au passé, cette lenteur, m'ont un peu agacée je l'avoue .J'avais hâte d'en finir! Dommage car le sujet est intemporel et touche l'âme humaine. Mais le style de Ishiguro est spécial et peut lasser.

J'hésite à lire "Les vestiges du jour", film que j'avais beaucoup aimé à sa sortie et qui recoupe un peu les mêmes thèmes. Des remises en questions que tout homme peut avoir à la fin de sa vie: A t'on fait les bons choix, ne rate-t'on pas quelque chose en étant fidèle à une morale, dans un monde qui évolue autour de nous, etc...
Je pense tout de même retenter l'expérience car le sujet m'intéresse...:)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Sam 29 Sep 2007 - 19:17

J'adore les titres poétiques des ouvrages de Kazuo Ishiguro...
On retrouve des impressions de lecture assez proches...de l'intérêt...mais aussi de l'ennui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Sam 29 Sep 2007 - 19:42

Encore un auteur que je n'ai pas encore lu Crying or Very sad Je ne m'en sortirai jamais Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 40
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Sam 29 Sep 2007 - 19:58

Je n'ai lu que Les vestiges du jour et j'ai vraiment beaucoup aimé cette lecture.
Elle peut paraître ennuyeuse pour certains car il ne s'y passe pas grand chose mais le style est tout en finesse, en délicatesse, sans jugement. On est dans l'introspection, les regrets et pas dans l'action alors forcément, ça ne peut pas plaire à tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Sam 29 Sep 2007 - 20:10

Si à moi! J'en suis certaine sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: é   Dim 30 Sep 2007 - 2:26

Sophie a écrit:
Je n'ai lu que Les vestiges du jour et j'ai vraiment beaucoup aimé cette lecture.
Elle peut paraître ennuyeuse pour certains car il ne s'y passe pas grand chose mais le style est tout en finesse, en délicatesse, sans jugement. On est dans l'introspection, les regrets et pas dans l'action alors forcément, ça ne peut pas plaire à tout le monde.
Personnellement, ce n'est pas le manque d'action qui m'a génée dans le style d'Ishiguro .Au contraire le sujet m'intéresse comme je le disais plus haut. Il n'y a pas de jugement effectivement, et on est amené à se placer au niveau du personnage, vu que l'auteur emploie le "je" , de façon très subtile.
Mais comme le disait Steven sur un autre fil
Citation :

Je n'étais pas d'humeur, je n'avais pas l'esprit à... C'est ça que je trouve étrange et fascinant... Le nombre de livres que l'on rate, où l'on passe à côté à cause d'un état d'esprit
C'est un peu mon cas.
Je ne dirais pas que je suis passée complètement à côté, car il m'a interpelée, mais pour certains livres comme ici, ( basé effectivement sur l'introspection, donc de nombreux retours en arrière) il faut un état d'esprit spécial, un plus niveau concentration. C'est ce qui n'a manqué.
Ce n'était pas le bon moment , j'étais plus préoccupée peut-être... Ne serait-ce que pour se souvenir des noms des personnages croisés par Ono qui ressurgissent au cours du récit, et qui pour une occidentale comme moi, peu familiarisée avec les consonnances japonaises, se ressemblent tous. J'ai dû plusieurs fois faire des recherches pour situer tel ou tel personnage et celà a fini par me lasser!


Dernière édition par le Dim 30 Sep 2007 - 2:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 40
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Dim 30 Sep 2007 - 2:31

aériale a écrit:
Sophie a écrit:
Je n'ai lu que Les vestiges du jour et j'ai vraiment beaucoup aimé cette lecture.
Elle peut paraître ennuyeuse pour certains car il ne s'y passe pas grand chose mais le style est tout en finesse, en délicatesse, sans jugement. On est dans l'introspection, les regrets et pas dans l'action alors forcément, ça ne peut pas plaire à tout le monde.
Personnellement, ce n'est pas le manque d'action qui m'a génée dans le style d'Ishiguro .Au contraire le sujet m'intéresse comme je le disais plus haut. Il n'y a pas de jugement effectivement, et on est amené à se placer au niveau du personnage, vu que l'auteur emploie le "je" , de façon très subtile.
Mais comme le disait Steven sur un autre fil
Citation :

Je n'étais pas d'humeur, je n'avais pas l'esprit à... C'est ça que je trouve étrange et fascinant... Le nombre de livres que l'on rate, où l'on passe à côté à cause d'un état d'esprit
C'est un peu mon cas.
Je ne dirais pas que je suis passée complètement à côté, car il m'a interpelée, mais pour certains livres (comme ici, basé sur les regrets, l'introspection, donc de nombreux retours en arrière) il faut un état d'esprit spécial, un plus niveau concentration. C'est ce qui n'a manqué.
Ce n'était pas le bon moment , j'étais plus préoccupée peut-être... Ne serait-ce que pour se souvenir des noms des personnages croisés par Ono qui ressurgissent au cours du récit, et qui pour une occidentale comme moi, peu familiarisée avec les consonnances japonaises, se ressemblent tous. J'ai dû plusieurs fois faire des recherches pour situer tel ou tel personnage et celà a fini par me lasser...

Oui je comrpends Aériale; il y a des périodes plus ou moins propices à certaines lectures.
Peut-être devrais-tu réessayer; en même temps, je pense que tu as d'autres projets de lecture, non? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Dim 30 Sep 2007 - 2:43

Oui c'est le moins que l'on puisse dire!En plus avec les nouveautés, il y a de quoi attiser ma curiosité...Du coup je lis la nuit, comme tu vois Laughing
Mais je compte réessayer Ishiguro , pour les vestiges du jour!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kazuo Ishiguro
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Kazuo Renji [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés "ailleurs" qu'en Grande Bretagne-
Sauter vers: