Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Juan Goytisolo [Espagne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Juan Goytisolo [Espagne]   Ven 22 Nov 2013 - 10:29



Juan Goytisolo Gay, né à Barcelone le 6 janvier 1931, est un écrivain espagnol de langue espagnole appartenant à la Génération de 50.
Juan Goytisolo est un des écrivains les plus importants de la seconde moitié du XXe siècle. Attaché par des liens, sentimentaux, intellectuels, très fort à l'Espagne où il est né, il a pourtant vécu en exil et développé un regard critique vis-à-vis de son pays d'origine — ce regard critique l'aura aidé à construire une œuvre d'une grande originalité idéologique et stylistique et à adopter une position politique originale devant le nouvel ordre mondial de la fin du XXe siècle.
Il a remporté de nombreux prix, dont le Prix national des Lettres espagnoles en 2008.
source et suite


Bibliographie

Œuvre narrative
1954 Jeux de Mains,
1955 Deuil au paradis,
1958 Fiestas,
1960 Pour vivre ici, Récits,
1961 Chronique d'une île,
1962 La Chanca,
1962 Danses d'été, Récits,
1966 Pièces d'identité,
1970 Don Julian,
1975 Juan sans terre,
1980 Makbara,
1985 Paysages après la bataille,
1988 Les vertus de l'oiseau solitaire,
1993 La longue vie des Marx,

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Juan Goytisolo [Espagne]   Ven 22 Nov 2013 - 10:30


Chronique d’une île

Livre découvert et lu en 2002 lors de sa parution en allemand sous le titre Sommer in Torremolinos (Été à Torremolinos)



ce qui donne une idée du temps entre cette lecture et mon arrivée sur le forum. Lecture qui me restait et reste en bonne mémoire, mais qui ne m’incitait pas à lui ouvrir un fil.
Mais pour donner quelques indices sur ce livre : il s’agit en effet d’un récit qui raconte quelques semaines à Torremolinos sous le soleil et en compagnie de plein de gens qui font partie du ‘gratin’
Livre publié en 1961, moment où l’Espagne se trouvait encore en plein régime sous Franco, ainsi toute la légèreté de ces jours auprès de la mer sont à surveiller de près. Il n’y a pas d’incident ‘grave’ pour révéler cette réalité, mais en dessous de la lecture facile, il y avait plus de sens qu’un simple bain en mer.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Juan Goytisolo [Espagne]   Ven 22 Nov 2013 - 10:30


Trois semaines en ce jardin
Citation :
Quatrième de couverture
Réunis dans un jardin d'un pays chaud, les membres d'un Cercle de lecteurs tentent de reconstituer l'histoire d'un poète espagnol, républicain et homosexuel, interné dans un asile psychiatrique à Melilla en juillet 1936. A la suite des bouleversements causés par le Soulèvement franquiste, le destin de ce poète s'est scindé de manière énigmatique : d'après certains, il se serait évadé avec l'aide d'un soldat marocain et aurait ensuite vécu caché dans une ville du Protectorat français - Casablanca, Tanger ou Marrakech. Selon une autre version, il serait resté en Espagne, dans un centre de rééducation fasciste, et serait devenu un poète à la solde de la Phalange. Pendant trois semaines, le Cercle de lecteurs va s'efforcer de reconstituer les péripéties de la vie d'Eusebio, ou Eugenio, ou Eugène. L'histoire de ce poète est relatée à partir d'une multiplicité de perspectives, celles de ces vingt-huit voix - journalistes, avocats, cinéphiles, sociologues, universitaires, arabisants - qui, avec leurs manies et leurs styles, finissent par élaborer un récit qui est plus qu'un simple portrait ou qu'une identification : la vitalité expressive du roman ne s'attache pas seulement à faire revivre un spectre, elle suscite l'apparition de ce que le cinéaste Luis Bunel appela le " fantôme de la Liberté ".
Lecture faite pour ouvrir son fil

Ce livre est un tour de force !

Livre de fables, de contes, de nouvelles,… en tous les cas, l’auteur conduit son lecteur avec talent dans plein de différents récits pour lui faire découvrir les différentes hypothèses concernant le destin de ce fameux poète. À partir de quelques pages je peux dire qu’on est en fait plus tant intéressé par ce poète, mais on se laisse conduire dans un monde imaginaire et imaginé.

Jeu de miroirs, plein de facettes différentes d’une même vie. On gagne l’impression que ce cercle de lecteurs dont l’auteur prête parole, s’amuse autant à conduire leurs collègues en erreur que l’auteur le fait avec son lecteur.

Quelques-unes des histoires qui se déroulent au Maroc pourraient presque figurer dans les Mille et Une Nuit, ceux de l’Espagne montrent clairement la vie sous le régime de Franco avec toutes ses aspects négatifs.

Si cela semble décousu où dérangeant, ce n’est pas le cas. Il n’y a aucun souci de se retrouver avec ses différentes possibilités du destin d’Eugenio/d’Eusebio/d’Eugène, c’est fabuleux et tout à fait jouissif.

Autant d’histoires différentes, autant de lectures possibles. La mienne était plus que plaisante !

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Juan Goytisolo [Espagne]   Ven 22 Nov 2013 - 11:24

Il faudrait que je relise ce dernier... j'étais passée complètement au travers... et du coup je n'ai jamais eu l'occasion de retenter avec cet auteur.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Juan Goytisolo [Espagne]   Ven 22 Nov 2013 - 11:27

shanidar a écrit:
Il faudrait que je relise ce dernier... j'étais passée complètement au travers... et du coup je n'ai jamais eu l'occasion de retenter avec cet auteur.
ah oui, tiens, c'est marrant, pendant ma lecture, j'ai pensé surtout à toi et que tu devrais adorer... il a failli d'un peu et j'aurais ajouté à mon commentaire que ce serait un livre pour toi Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Juan Goytisolo [Espagne]   Ven 22 Nov 2013 - 11:46

kenavo a écrit:
shanidar a écrit:
Il faudrait que je relise ce dernier... j'étais passée complètement au travers... et du coup je n'ai jamais eu l'occasion de retenter avec cet auteur.
ah oui, tiens, c'est marrant, pendant ma lecture, j'ai pensé surtout à toi et que tu devrais adorer... il a failli d'un peu et j'aurais ajouté à mon commentaire que ce serait un livre pour toi Wink
mais oui, en l'achetant j'étais sûre qu'il était fait pour moi. Et hop je le remets en haut de mes livres à relire.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Juan Goytisolo [Espagne]   Dim 31 Aoû 2014 - 19:44

Et quand le rideau tombe (Telon de boca, 2003). Traduit de l'espagnol par Aline Schulman.. Fayard. 139 pages.
Juan Goytisolo a commencé l'écriture de ce récit à Marrakech en 1996 et l'a fini à Tanger en août 2002.
"Après le décès en 1996 de son épouse et collaboratrice Monique Lange, il quitte leur appartement de Paris et s'installe définitivement à Marrakech en 1997." (Wikipedia).

En exergue se trouve une citation :
"Le chardon meurtri que j'ai vu au milieu d'un champ m'a rappelé sa mort.
Léon Tolstoï, Hadji Mourat
"
Le texte se finit par une citation de Proust.

Et quand le rideau tombe est d'inspiration autobiographique : le personnage principal est un écrivain dont la femme vient de décéder (mais, comme l'auteur, il doit être homosexuel - lui qui, à une époque "cachait honteusement ses désirs profonds" (page 42).

Citation :
"Il n'était pas encore vieux et avait besoin de le prouver aux autres. Il s'efforçait de se tenir droit en marchant et de faire de grands pas, sans crainte du trafic infernal qui entourait la Place ni des calèches qui déboulaient sans s'annoncer. Puis, il avait abandonné ce combat d'arrière-garde. Il était comme les plantes du patio : une fois passée l'époque de la verdeur et de la floraison, elles dépérissaient et devenaient toutes jaunes. Mais le jardinier venait les tailler une fois par an et, brusquement, elles retrouvaient leur vitalité et leur couleur. Pourquoi les plantes et pas les humains ? La comparaison était infantile et absurde, et cependant elle l'obsédait." (pages 22-23).
Après le décès de sa femme, il s'est progressivement débarrassé de tout ou presque (par exemple, des disques de musique classique qu'ils écoutaient ensemble...).
Citation :
"Il jeta donc encore du lest dans le vide, avec un mélange de soulagement et de douleur. [...] S'il regardait en arrière, il constatait qu'il avait passé sa vie à abandonner successivement tout ce qu'il avait cru, à tort, posséder. Rien, absolument rien ne subsistait des biens ni des idées reçus en héritage. [...] Depuis qu'elle avait quitté ce monde, tout s'était rétréci." (pages 31-32)
Il s'interroge sur le sens de la vie, sur le rideau qui, inévitablement va tomber.
Citation :
"Il éprouvait de l'angoisse à l'idée de quitter ce monde, ou plutôt de le quitter sans avoir réussi à lui découvrir un sens possible. Ce qu'on appelle l'expérience n'avait servi qu'à le mettre à l'écart de la vie et des rythmes ; sa soif de savoir avait débouché sur l'abandon de toutes ses connaissances et certitudes. Il ne restait de lui que l'ombre projetée par la fenêtre d'un train en marche vers une destination inconnue." (pages 23-24)
Il est semble obsédé par l'oubli : que restera-t-il de sa femme et de lui quand tous ceux qu'ils connaissaient seront morts à leur tour ?
Citation :
"Faire que ce qui a existé n'ait jamais existé n'appartenait pas à Dieu, mais à l'oubli." (page 34).
Et, plus loin :
Citation :
"L'oubli était le véritable Dieu : son pouvoir universel désavouait celui du Créateur et de ses créatures éphémères." (page 39)
On trouve aussi diverses considérations artistiques, notamment sur l'oeuvre de Tolstoï.
Citation :
"La littérature permettait de vivre par procuration. Les personnages de Tolstoï donnaient forme à son rêve d'une vie plus intense et variée. Il découvrit alors que la liberté ne se trouvait que dans les livres." (page 63).
L'auteur est un littéraire, mais vraiment pas un scientifique. Il pense qu'il y a eu des trillions de morts sur terre depuis l'apparition de Homo erectus (page 86). Un trillion, c'est un milliard de milliards. Or, les estimations sur le nombre d'humains (au sens large) qui ont vécu sur Terre varient entre quelque chose comme 100 et 3000 milliards. On en est donc loin, très loin, des chiffres de Goytisolo. Sauf s'il inclut les insectes.
De même, il écrit "Le nombre de petits êtres nés et morts depuis des millions d'années dépassait sans doute celui des astéroïdes, des planètes et des étoiles." (page 85)... S'il parle des étoiles visibles, je suis d'accord. Sinon, il a bien sûr totalement tort : il y a plusieurs centaines de milliards d'étoiles dans notre galaxie... et comme il y a plusieurs centaines de milliards de galaxies...

Et quand le rideau tombe est un des tout derniers textes de l'auteur. Il est bien écrit, très personnel, mais parfois un petit peu long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Juan Goytisolo [Espagne]   Lun 1 Sep 2014 - 14:10

rien ne t'échappe (je parle des chiffres) sourire

Un bel extrait : "La littérature permettait de vivre par procuration. Les personnages de Tolstoï donnaient forme à son rêve d'une vie plus intense et variée. Il découvrit alors que la liberté ne se trouvait que dans les livres." (page 63).

merci Expie !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: PREMIO CERVANTES 2014.   Mer 26 Nov 2014 - 13:00

JUAN GOYTISOLO: Premio Cervantes, Novembre 2014.




El jurado, presidido por José Manuel Caballero Bonald, ha querido destacar, según el fallo del galardón, "su capacidad indagatoria en el lenguaje y propuestas estilísticas complejas, desarrolladas en diversos géneros literarios", "su voluntad de integrar a las dos orillas" y a a "tradición heterodoxa española" y "su apuesta permanente por el dialogo intercultural".



Pourquoi Goystisolo? ( traduction).

Le jury présidé par Jose Manuel Caballero Bonald a tenu a souligner, selon le résultat du prix, " sa capacité d´investigation du langage, y de complexes propositions de style, developpées au cours de divers genres littéraires, " sa volonté d´integration de deux rives", et de tradition hétérodoxe espagnole, et " son pari permanent pour un dialogue interculturel."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Juan Goytisolo [Espagne]   Lun 8 Juin 2015 - 15:25

FIESTAS

Un grand talent et une force visuelle, mais mon Dieu, que j'ai du mal avec ce livre !
Le souci vient de moi et non de l'auteur.
Il y a énormément de dialogues et j'abhorre cette forme littéraire.
Nous sommes dans l'Espagne des années 60 et voyons évoluer un quartier populaire, à travers une galerie de voisins, avec des âges et idéaux différents.
Dont un prof attachant, rêvant de liberté et de républicanisme.
Je trouve toutefois l'ensemble décousu, sans unité.
On passe d'une séquence à une autre, de façon un peu abrupte.
Et pourtant, quelle maestria dans l'écriture !

Je tente de poursuivre et je regrette ma propre médiocrité qui ne me permet pas "d'atteindre" Goytisolo.

2è essai raté avec lui. pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Juan Goytisolo [Espagne]   Sam 30 Juil 2016 - 12:06

Relecture de Trois semaines en ce jardin

Je rejoins le commentaire de kenavo : il s'agit d'une lecture à la fois attachante, ludique sur la littérature et en même temps une manière détournée de parler du franquisme et de la guerre civile espagnole.

J'ai surtout été intéressée par deux aspects du roman : le lien fort, évident, presque ombilical entre l'Espagne et le Maroc, comme si les deux pays, se faisant face pouvaient aussi s'envisager côte-à-côte. Les liens ne sont pas seulement géographique mais aussi littéraire entre un Cervantès bataillant à Lépante et une Schéhérazade inventant nuit après nuit des histoires pour éviter la mort. De leur culture commune les deux pays, l'un ayant contaminé l'autre et vice-versa gardent les stigmates perpétués par le long vol des cigognes d'un continent à l'autre et par l'imbroglio des références (Federico Garcia Lorca et Ibn Arabi, pour ne citer en exemple que les plus lumineuses).

Le second aspect séduisant de l'affaire est de voir comment Goytisolo s'empare de la figure de l'écrivain et de son personnage pour peu à peu les détourner de la fixation de leur rôle. Lentement le triple personnage d'Eugenio/Eusebio/Eugène de saint soufi ou de prisonnier rééduqué par la Phalange devient une espèce de type obèse, menteur, pédéraste et autodestructeur, comme si les écrivains successifs désiraient avilir leur sujet au fil de l'écriture et de la même manière les différents récitant-écrivant sont de plus en plus souvent remis en question, détournés, critiqués par leurs différents successeurs, comme si Goytisolo cherchait l'atomisation du narrateur au profit... du lecteur (?), lequel finit par se faire sa propre idée du destin du personnage.

Tout à la fois léger et joueur, Goytisolo parvient à proposer au lecteur un tour de passe-passe insolent et ludique. Espiègle.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Juan Goytisolo [Espagne]   Sam 30 Juil 2016 - 19:43

contente de lire que ta relecture a été si positive Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Juan Goytisolo [Espagne]   Dim 31 Juil 2016 - 22:37

kenavo a écrit:
contente de lire que ta relecture a été si positive Very Happy

Oui et une relecture qui me donne envie de lire autre chose de Goytisolo ! Un conseil ??

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Juan Goytisolo [Espagne]   Lun 1 Aoû 2016 - 6:17

shanidar a écrit:
Oui et une relecture qui me donne envie de lire autre chose de Goytisolo ! Un conseil ??
je suis navrée, mais à part Chronique d’une île, je n'ai pas lu d'autres livres de lui... mais depuis que tu as remonté ce fil, je l'ai noté pour une autre lecture... je vais voir ses autres livres de plus près pour en faire un choix Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Juan Goytisolo [Espagne]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Juan Goytisolo [Espagne]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (ESPAGNE)
» Zarzuela (Espagne)
» Le camino del Rey au sud de L'espagne
» Modem espagne
» Mac-Addict en Espagne...qui l'aurait dit !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de l'Espagne et du Portugal (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: