Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Lecture en commun Alfred Jarry: Ubu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Lecture en commun Alfred Jarry: Ubu   Sam 21 Déc 2013 - 19:05

Je viens de trouver le texte de La passion considérée comme course de cote. Il figure dans
L' Anthologie de l' humour noir d' André Breton, -que je vous conseille. Et c' est drole !!!

Je vous en copierai une partie. On m' avait objecté le copyrigt quand j' avais entrepris de vous copier
le Poème du Transibérien.
Franchmement, je ne crois pas qu' on fasse des entorses. Ou sinon, elles ont lieu constamment et partout.

C' est un peu comme pour le téléchargement. Le réglement existe, mais personne ne le respecte plus !
Je le dis en connaissance de cause.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Lecture en commun Alfred Jarry: Ubu   Sam 21 Déc 2013 - 22:30

c'est un sujet sensible les droits sur une œuvre et une des grandes raisons de demandes de retraits de contenu sur internet. c'est pour ça qu'il ne faut pas abuser (et s'en tenir à des extraits).

si tu regardes le nombre de demandes d'un éditeur comme Gallimard par exemple sur wikisource (http://fr.wikisource.org/wiki/Wikisource:Demande_des_%C3%A9ditions_Gallimard_du_15_f%C3%A9vrier_2010/Nouvelle_liste_du_8_avril_2010#Blaise_Cendrars_.28mort_en_1961.29 ) c'est assez impressionnant. Même des discours sont concernés (par ex Malraux pour le transfert des cendres de J. Moulin au panthéon).

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Lecture en commun Alfred Jarry: Ubu   Sam 21 Déc 2013 - 23:16

C' est théorique. Depuis que les photocopieuses existent, plus grand chose n' échappe  à la reproduction.
Et pire, au vol  pur et simple. 
Par contre, dans le cas de la reproduction d' un poème connu, reconnu, vieux de dizaines d' années, diffusé à des milliers d' exemplaires et en éditions différentes, et pour un sage public, on voit mal où est le probème...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Lecture en commun Alfred Jarry: Ubu   Dim 22 Déc 2013 - 16:10

Ah oui c’est drôle ! C'est du Jarry, il n'y a pas de doutes!! Merci Bix.

Je m’en tiendrais à un petit extrait…

La passion considérée comme course de cote

Le cadre est d’invention relativement récente. C’est en 1890 que l’on vit les premières bicyclettes à cadre. Auparavant, le corps de la machine se composait de deux tubes brasés perpendiculairement l’un sur l’autre. C’est ce qu’on appelait la bicyclette à corps droit ou à croix. Donc Jésus, après l’accident de pneumatiques, monta la côte à pied, prenant sur son épaule son cadre ou si l’on veut sa croix.

Des gravures du temps reproduisent cette scène, d’après des photographies. Mais il semble que le sport du cycle, à la suite de l’accident bien connu qui termina si fâcheusement la course de la Passion et que rend d’actualité, presque à son anniversaire, l’accident similaire du comte Zborowski à la côte de la Turbie, il semble que ce sport fut interdit un certain temps, par arrêté préfectoral. Ce qui explique que les journaux illustrés, reproduisant la scène célèbre, figurèrent des bicyclettes plutôt fantaisistes. Ils confondirent la croix du corps de la machine avec cette autre croix, le guidon droit. Ils représentèrent Jésus les deux mains écartées sur son guidon, et notons à ce propos que Jésus cyclait couché sur le dos, ce qui avait pour but de diminuer la résistance de l’air.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Lecture en commun Alfred Jarry: Ubu   Dim 22 Déc 2013 - 16:44

La Passion considérée come course de cote

Allez, un petit extrait :

Barrabas, engagé, déclara forfait.
Le starter Pilate, tirant son chronomètre à eau ou clepsydre, ce qui lui mouilla les mains, à moins
qu' il n' ait simplement craché dedans - donna le départ.
Jésus démarra à toute allure.
En ce temps-là, l' usage était, selon le bon rédacteur sportif saint Matthieu; de flageller au départ des sprinters cyclistes, comme font les cochers  leurs hypomoteurs.
Le fouet est à la fois un stimulant et un massage hygiénique.
Donc Jésus, très en forme, démarra, mais l' accident de pneu arriva tout de suite. Un semis d' épines cribla tout le pourtour de sa roue avant.../...


Extrait de  "Anthologie de l' humour noir" : André Breton, p. 285

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Lecture en commun Alfred Jarry: Ubu   Dim 22 Déc 2013 - 17:25

J’ai hésité entre mettre l’extrait que j’ai mis et celui que tu as mis.

En ce temps-là, l' usage était, selon le bon rédacteur sportif saint Matthieu; de flageller au départ des sprinters cyclistes, comme font les cochers leurs hypomoteurs. Le fouet est à la fois un stimulant et un massage hygiénique.

 rire 

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Lecture en commun Alfred Jarry: Ubu   Dim 22 Déc 2013 - 20:34

On dirait du Monty Python...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Lecture en commun Alfred Jarry: Ubu   Dim 29 Déc 2013 - 11:32

Je viens de terminer une première relecture d'Ubu roi. Je me rends au commentaire de colimasson qui dit que nous pouvons faire un rapprochement rabelaisien. Le choix du vocabulaire y est pour beaucoup. Je disais plus haut sur le fil qu'il était beaucoup question d'aspects historiques dans Ubu roi. Tout d'abord, l'abolition de la monarchie française transparaît beaucoup dans les choix esthétiques d'Alfred Jarry. Nous pouvons notamment lire à la page 69 de ma version :

Alfred Jarry, Tout Ubu, 2004 (1978), Paris : Gallimard, coll. «Folio Classique», p. 69. a écrit:
Apportez la caisse à Nobles et le crochet à Nobles et le couteau à Nobles et le bouquin à Nobles! ensuite, faites avancer les Nobles.

C'est le Père Ubu qui s'exprime de cette manière au début de la deuxième scène du troisième acte. Il venait de trucider son ennemi royal pour s'emparer de la couronne. Dans les pages qui suivent, il réalise une véritable purge burlesque et tellement hors de propos qu'on peut statuer de son rôle de tyran. Toutefois, tout au long de la pièce nous pouvons sentir son côté malléable à souhait. Mère Ubu semble avoir une telle emprise sur lui qu'il n'est pas difficile de voir le rôle actif qu'elle joue dans les prétentions au trône. Ubu a beau user de la force et terroriser ses opposants, son côté inique le fait apparaître dérisoire comme roi. Louvoyant sans cesse et éliminant ses opposants un par un, Ubu finit par sombrer dans la dépression à la fin de la pièce. S'entêtant à gouverner alors qu'il est en pleine perte de maîtrise de son navire et qu'il se retrouve avec les gens qui étaient avant tout intéressés aux privilèges et avantages de sa fonction de roi, «La chanson du décervelage» agit toujours autant selon le précepte selon lequel nous soutenons «Le roi est mort. Vive le roi.» Son «Vive le Père Ubu!» en apparaît d'autant plus pathétique.

La Mère Ubu prend un rôle actif dans le périple entrepris. Elle visite la Pologne. Elle revient toutefois en essuyant les pertes. Le Père Ubu est empreint d'une telle fatuité à son endroit qu'elle le surprend sur le chemin de retour à la maison en train de déblatérer contre elle (cinquième acte). Le Père Ubu semblait ignorer sa présence dans la noirceur et la confondre avec quelqu'un d'autre mais plus la comédie se poursuit, le Père Ubu reprend contenance et compose avec la présence de la Mère Ubu, la défiant de plus belle. L'incongruité de cette union au sommet donne des propriétés épiques à la pièce.

La première fois, j'avais lu la pièce en plusieurs occasions séparées. En relisant la pièce du début à la fin lors d'une seule et même journée, j'ai pu savourer pleinement la progression de la pièce. Le Père Ubu fait montre des ambitions coloniales qui ont été celles des grandes dynasties monarchiques au cours des siècles. En tuant chaque noble, le Père Ubu demandait à son assistant de décliner les fonctions reliées aux principautés dont il était question. Père Ubu renchérissait en prétextant l'appât du gain lors des récoltes des impôts à venir et pourtant Ubu venait de tuer les juges et les financiers. Nous voyons le côté brutalement démuni du Père Ubu qui s'entête à se passer des compétences acquises pour réclamer pleinement son dû de roi. Voilà pourquoi nous pouvons le voir dire dans le bateau :

Ibid., p. 128. a écrit:
Si! Si! Arrivez. Je suis pressé, moi! Arrivez, entendez-vous! C'est ta faute, brute de capitaine, si nous n'arrivons pas. Nous devrions être arrivés. Oh! oh, mais je vais commander, moi, alors! Pare à virer! A Dieu vat. Mouillez, virez vent devant, virez vent arrière. Hissez les voiles, serrez les voiles, la barre dessus, la barre dessous, la barre à côté. Vous voyez, ça va très bien. Venez en travers à la lame et alors ce sera parfait.

Le Père Ubu était-il en condition de commander quoi que ce soit...? C'est ce qu'Alfred Jarry tente d'exposer dans un plaidoyer railleur des prétentions de toutes sortes. Il a définitivement bien appris du mentor François Rabelais.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Lecture en commun Alfred Jarry: Ubu   Dim 29 Déc 2013 - 12:42

Salut JHB!

Je dois dire que je suis passée un peu à autre chose, ça fait quand même quelques semaines que j’ai lu les Ubus. Mais je vous lirai et qui sait, peut-être que ça me motiverera à réagir encore un peu !  sourire 

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Lecture en commun Alfred Jarry: Ubu   Mar 31 Déc 2013 - 13:45

Merci pour ton commentaire Jaku. Contente de voir que ton regard critique et aiguisé s'est amusé de toutes les subtilités de tons d'Ubu Roi. Et intéressant ce commentaire croisé avec Rabelais.
Tu comptes lire les autres Ubu ?

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Lecture en commun Alfred Jarry: Ubu   Jeu 2 Jan 2014 - 12:25

J'en avais l'intention, mais je manque un peu de volonté et de persévérance actuellement... j'étais surtout motivé à relire Ubu roi. Je me réserve pour d'autres moments.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lecture en commun Alfred Jarry: Ubu   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lecture en commun Alfred Jarry: Ubu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» Demande aide lecture acte mariage 1742 Cormeilles Eure
» Une poussette pour transports en commun ?
» un peu de lecture
» initiation à la lecture
» L'Association Normande Alfred Rossel.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Nos lectures en commun :: Par titre ou auteur-
Sauter vers: