Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Kazuo Ishiguro

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Kazuo Ishiguro - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Kazuo Ishiguro - Page 5 EmptyJeu 8 Avr 2010 - 19:02

Ah ! ce film avec Daniel Day-Lewis, oui !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

Kazuo Ishiguro - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Kazuo Ishiguro - Page 5 EmptyMer 1 Sep 2010 - 22:17

Je vous livre mon appréciation des Vestiges du jour, livre que j'ai beaucoup apprécié

Voilà un livre qui aurait pu m’échapper si je ne l’avais pas laissé un peu en friche, et surtout si je n’en avais pas regardé l’adaptation cinématographique, qui a sa sortie m’avais laissée plus que perplexe.

C’est l’écriture qui au début faisait repoussoir. Belle, magnifiquement bien construite, dans un style hautement aristocratique, mais terriblement rigide, à l’image de l’aristocratie de l’époque. Pour être crédible ce roman ne pouvait être écrit autrement.


Darlington Hall, dans les années 30, En attendant que le nouveau propriétaire des lieux n’arrive, Stevens, se voit proposer (et ce pour la première fois de sa carrière) quelques jours de" vacances " et la Ford de la propriété. Il décide d’aller rendre visite à Miss Kenton, qui fut gouvernante de ces lieux il y a quelques années. Le voyage dure 6 jours ; le livre comporte 6 chapitres.
Les souvenirs remontent en mémoire. C’étaient les années 20, Stevens, était alors majordome ; charge dont on héritait de père en fils, tant qu’on assurait son travail avec dignité.
Dignité, ou la raison de vivre de Stevens.
Citation :

"Or, si la plupart des majordomes, je suis prêt à le concéder, risquent de découvrir en dernière instance que la capacité d’y parvenir leur manque, je crois profondément que cette dignité est un objectif que l’on peut viser avec profit tout au long d’une carrière."
P 43

Cet homme est accaparé par son métier, et de ce fait incapable d’exprimer la moindre émotion. Cela se vérifiera à de nombreuses reprises, et dans les circonstances les plus tragiques comme la mort de son père.

Citation :
"Miss Kenton, je vous en prie, ne me croyez pas grossier de ne pas monter voir mon père dans son « état de décès à ce moment précis. Vous comprenez, je sais que mon père aurait souhaité que je continue mon travail maintenant. "
p 124
C’est stupéfiant, et impensable de nos jours.
Il est totalement assujetti à son employeur, qu’il appelle d’ailleurs "Sa Seigneurie ".
En ces temps là, Darlington Hall, est le cadre de réunions politiques internationales secrètes. Il se trame des tractations entre Allemands, Anglais, Français. Pour ne pas déplaire, on congédie deux femmes de chambres sous prétexte qu’elles sont juives. Stevens reste hermétique à tout cela. Je ne pense as que cela de la lâcheté, mais plutôt l’obsession d’accomplir sa tâche avec dignité. Il reste imperturbable, imperméable à tout ce qui sort du cadre de son travail.

Lors de l’évocation de son souvenir, l’auteur a su, tout au long de ce livre, et de manière constante, traduire par ses mots, et le style, l’atmosphère lourde, empesée, rigide, totalement dénuée de fantaisie qui régnait dans cette demeure.
L’humour n’en est pas moins présent. J’ai bien sourit, en lisant, en début de livre les échanges savoureux entre Stevens et Miss Kenton, alors jeune gouvernante qui se fait reprendre de manière policée et désuète à propos de petits riens, ou lorsque Stevens manie la langue de bois avec les invités du château.

Comment ne pas s’attacher à Stevens, ne pas le plaindre, quelque part ; lui qui ne s’est jamais aperçu de "l’intérêt" pour lui qu’avait Miss Kenton, et qui fidèle à lui-même déclare des années plus tard alors qu’elle lui ait avoué à demi mot, il est vrai, ses sentiments :

Citation :
"Je ne crois pas avoir répondu immédiatement, car il me fallu une minute ou deux pour digérer pleinement les paroles de Miss Kenton. De plus comme vous pouvez vous en douter, leur portée était de nature à susciter en moi une certaine douleur. En vérité –pourquoi ne pas le reconnaître ?-à cet instant précis, j’ai eu le cœur brisé."
P 260
Revenir en haut Aller en bas
http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Sophie
Sage de la littérature
Sophie

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 43
Localisation : Tahiti

Kazuo Ishiguro - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Kazuo Ishiguro - Page 5 EmptySam 8 Jan 2011 - 19:52

LUMIERE PALE SUR LES COLLINES.

Etsuko est Japonaise mais réside en Angleterre. Elle se remémore sa vie au Japon, les moments où sa fille était petite. Or celle-ci s'est suicidée et malgré son mal-être, Etsuko ne pouvait envisager un décès aussi subit.
En replongeant dans ses souvenirs, elle tente de trouver une explication à la dépression chronique de sa fille.

L'écriture de Kazuo Ishiguro est tout en finesse et subtilité, mélancolique aussi et c'est tellement beau. J'avais lu il y a plusieurs années Les vestiges du jour, roman qui m'avait déjà énormément plu de par son côté suranné, intimiste. Ici, on retrouve ces mêmes aspects, avec en plus, une description du Japon d'après-guerre.
Il ne se passe finalement pas grand chose dans les romans de cet écrivain mais ça ne fait rien, ce lent rythme est parfait.
Revenir en haut Aller en bas
http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
tom léo
Sage de la littérature
tom léo

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 56
Localisation : Bourgogne

Kazuo Ishiguro - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Kazuo Ishiguro - Page 5 EmptySam 8 Jan 2011 - 23:35

Sophie a écrit:


L'écriture de Kazuo Ishiguro est tout en finesse et subtilité, mélancolique aussi et c'est tellement beau.
(...)
Il ne se passe finalement pas grand chose dans les romans de cet écrivain mais ça ne fait rien, ce lent rythme est parfait.

Je partage ton enthousiasme. Je pense avoir lu tout de lui, et je n'étais jamais déçu... Maintenant il change un peu de style, mais il y a droit, n'est-ce pas?

Coté "absurde", j'avais particulièrement aimé "l'Inconsolé", dont, par contre, on parlait beaucoup moins, me semble-t-il. Assez phantastique, kafkaesque...
Revenir en haut Aller en bas
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Kazuo Ishiguro - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Kazuo Ishiguro - Page 5 EmptyMar 25 Jan 2011 - 23:33

L'adaptation cinématographique du roman Auprès de moi toujours (Never Let Me Go) par Mark Romanek avec quelques jeunes acteurs connus (Andrew Garfield, Keira Knightley, Carey Mulligan) sort sur les écrans le 2 mars... Ishiguro a participé à l'écriture du scénario.


_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Avadoro
Zen littéraire
Avadoro

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 33
Localisation : Cergy

Kazuo Ishiguro - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Kazuo Ishiguro - Page 5 EmptyJeu 27 Jan 2011 - 12:06

Je serai curieux de voir comment Romanek s'est sorti de ce récit étrange et frustrant. Le roman d'Ishiguro qui m'a le moins convaincu jusqu'alors, avec la sensation d'un malaise jamais vraiment résolu, et d'une tentative qui sonne creux.
J'ai par contre beaucoup d'admiration pour les Vestiges du jour : la précision et la délicatesse de l'écriture, la perception des regrets et de la finitude, le rapport entre l'individu et la marche tragique de l'Histoire. Mais je préfère encore l'adaptation d'Ivory, à mes yeux son meilleur film, plus intime et douloureux que le roman dans sa sensibilité. Avec une interprétation sublime d'Anthony Hopkins et Emma Thompson.
Revenir en haut Aller en bas
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Kazuo Ishiguro - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Kazuo Ishiguro - Page 5 EmptyJeu 27 Jan 2011 - 12:30

Avadoro a écrit:
Je serai curieux de voir comment Romanek s'est sorti de ce récit étrange et frustrant.

D'autant que son film "Photo Obsession" était pas mal du tout. J'avais essayé de lire le roman d'Ishiguro (Auprès de moi toujours) et quelque chose me maintenait à distance. J'hésite à le lire avant de voir le film... Toujours peur que le film me fasse regretter de ne pas l'avoir lu.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Theo
Envolée postale
Theo

Messages : 259
Inscription le : 30/07/2011
Age : 48
Localisation : Région parisienne

Kazuo Ishiguro - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Kazuo Ishiguro - Page 5 EmptyJeu 25 Aoû 2011 - 10:20

Sophie a écrit:
LUMIERE PALE SUR LES COLLINES.

Etsuko est Japonaise mais réside en Angleterre. Elle se remémore sa vie au Japon, les moments où sa fille était petite. Or celle-ci s'est suicidée et malgré son mal-être, Etsuko ne pouvait envisager un décès aussi subit.
En replongeant dans ses souvenirs, elle tente de trouver une explication à la dépression chronique de sa fille.

L'écriture de Kazuo Ishiguro est tout en finesse et subtilité, mélancolique aussi et c'est tellement beau. J'avais lu il y a plusieurs années Les vestiges du jour, roman qui m'avait déjà énormément plu de par son côté suranné, intimiste. Ici, on retrouve ces mêmes aspects, avec en plus, une description du Japon d'après-guerre.
Il ne se passe finalement pas grand chose dans les romans de cet écrivain mais ça ne fait rien, ce lent rythme est parfait.

je l'ai adoré, tout comme j'ai beaucoup aimé les Vestiges (livre) Je ne sais pas s'il se passe pas grand chose parce que finalement ses personnages sont assez tourmentés? D'ailleurs il ne nous donne pas les clés et c'est ce que j'ai le plus aimé. La fin de lumière pâle, pendant quelques jours je me suis demandé ce qu'il fallait en conclure. J'ai trouvé très intéressant aussi le tableau du Japon en reconstruction et de l'affrontement entre les générations. J'ai envie de relire autre chose de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Avadoro
Zen littéraire
Avadoro

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 33
Localisation : Cergy

Kazuo Ishiguro - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Kazuo Ishiguro - Page 5 EmptySam 19 Nov 2011 - 1:12

Nocturnes

Je n'ai pas été emporté..si l'écriture d'Ishiguro est habile à mêler gravité et humour, les personnages m'apparaissent désincarnés. Chaque nouvelle est construite sur une anecdote se prolongeant jusqu'au malaise, et la trame musicale (qui légitime le sous-titre de ces nouvelles) reste en surface tel un prétexte superficiel. Certains passages expriment un ressenti plus ample et plus mystérieux, mais j'ai été régulièrement agacé par la passivité des comportements et la répétition des scènes.
Nocturnes séduit certes par ses ambiances, qui dévoilent une amertume incertaine et insidieuse. Elles prennent pourtant trop vite la forme de promesses non tenues.
Revenir en haut Aller en bas
Avadoro
Zen littéraire
Avadoro

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 33
Localisation : Cergy

Kazuo Ishiguro - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Kazuo Ishiguro - Page 5 EmptyLun 2 Avr 2012 - 20:47

Quand nous étions orphelins

Un roman peu évident à décrypter et à ressentir...Ishiguro passe d'une description presque désincarnée d'une haute société britannique à une recherche du passé dans Shanghaï, elle-aussi fantomatique dans ses détours et ses allers-retours.
L'ensemble est très frustrant même si l'écriture permet de créer une ambiance, de soutenir un trouble et et de poser sans cesse des interrogations renouvelées. Mais à force de repousser les réponses, Ishiguro prend le risque de perdre une trame romanesque. Quand nous étions orphelins livre des esquisses, des instantanés qui ne peuvent cependant compenser l'absence de ligne directrice.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Kazuo Ishiguro - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Kazuo Ishiguro - Page 5 EmptyLun 2 Avr 2012 - 21:30

C'est exactement ce que j'en ai retenu : une ambiance si particulière qui aurait pu être intéressante si le roman ne se résumait pas qu'à ce trouble ambiant. A force d'être évanescent, il n'en reste plus grand chose au final et c'est dommage tant on sent un auteur au potentiel certain derrière ces pages.
Revenir en haut Aller en bas
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 54
Localisation : Peu importe

Kazuo Ishiguro - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Kazuo Ishiguro - Page 5 EmptyVen 22 Mar 2013 - 17:20

les vestiges du jour


Je ne reprendrai pas une fois de plus le résumé en détails de l'histoire ...cela a été fait précédemment sur ce fil .
Je fus absolument sous le charme de cette écriture: Ishiguro a su incarner son personnage tel un comédien de théâtre .....avec un sens du détail et de la précision faisant écho d'ailleurs à la personnalité du Majordome ! Et c'est dans cette sorte de redondance que jaillit l'éclat de cette oeuvre dans laquelle pourtant il ne se passe rien !
un fil directeur tout au long du livre : la notion de "dignité" sur laquelle ce parfait "butler" réfléchit rétrospectivement au cours d'un voyage, qui lui donne pour la première fois de sa carrière ,l'occasion unique de s'extirper de sa fonction, à laquelle il s'identifie entièrement ,et de peut-être, retrouver derrière ce masque professionnel qui semble devenu sa seule façon d'exister , sa personnalité intrinsèque .....
Dégagé de ses fonctions , avançant lentement par les routes bucoliques,les conditions seraient propices à ce changement : il n'en sera rien ....malgré quelques brèches que nous laisse deviner l'auteur ....
L'état de majordome ne laisse aucune place possible à l'affect , quel qu'il soit et ce qui surprend ,c'est que notre MR STEVENS, non seulement ne semble éprouver aucune souffrance dans ce carcan imposé par la profession ,mais au contraire, être en complète adéquation avec celui-ci !Devoir , dignité , excellence .....aucune place au" badinage"(terme largement employé dans le texte)! Et si tant est que ce "badinage" soit de temps en autre sollicité par son employeur , cela doit s'apprendre consciencieusement afin de savoir donner la meilleure répartie attendue par "Sa Seigneurie" !
Cet homme passera délibérément à côté de sa vie affective , choisissant d'être un majordome dans la volonté unique d'être dans l'excellence de ses fonctions selon les critères de l'époque sans quelques remises en question.....On pourrait se poser la question de l'égo dans tout cela .....absence ou surdimension ? vaste question .....On pourrait aussi penser qu'il a choisi une solution de facilité , évitant ainsi les souffrances inhérentes à une vie affective normale .....
Un roman qui suscite des milliers d'interrogations ....à lire et relire !
et le talent d'Ishiguro , c'est de savoir donner du sens au trivial , au banal en observant rigoureusement la pensée et les actes !
Bref j'ai adoré !!!!! bravo


_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
tom léo
Sage de la littérature
tom léo

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 56
Localisation : Bourgogne

Kazuo Ishiguro - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Kazuo Ishiguro - Page 5 EmptySam 7 Fév 2015 - 20:17

Je l`attendais depuis bien longtemps:

En Mars sort un nouveau livre d`Ishiguro, "The buried giant". Un roman encore tout autre, si je comprends bien...
Revenir en haut Aller en bas
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Kazuo Ishiguro - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Kazuo Ishiguro - Page 5 EmptySam 4 Avr 2015 - 21:12

Kazuo Ishiguro - Page 5 1507-110

Époque post-arthurienne. Dans un paysage humide, gris, et hostile, un couple de personnes âgées partent à la recherche de leur fils.
Se rendant compte qu'un étrange mal contamine les gens, celui d'oublier leur passé lointain et proche, ils vont tout faire pour retrouver leurs souvenirs. Quitte à découvrir ce qui était enfoui. Quitte à réveiller d'anciennes rancœurs.
Une quête qu'ils poursuivent avec d'autres personnages croisés en chemin : un chevalier arthurien vieillissant, aux allures d'un Don Quichotte délirant, un guerrier saxon valeureux à la chasse au dragon, et un jeune adolescent en fuite.

A la fois légende du haut moyen-âge et quête spirituelle, ce livre s'intéresse avant tout à l'humain, à ce que l'on fait de nos souvenirs, comment ils nous lient, nous construisent.
Dans une atmosphère tendue et inquiète, le lecteur suivra avec attention ce couple semblant entouré de toutes sortes de dangers.

Je retrouve dans les avis mitigés sur d'autres livres d'Ishiguro les choses qui m'ont gardée à distance à ma lecture du livre Le Géant Enfoui...
Un peu longuet, un côté mou, un suspens qui s'étiole. Mais de beaux moments. Le côté réflexif, trop insistant. Mais ce n'est pas une lecture complètement désagréable. Douceur, humour, jolis moments, et j'ai bien aimé les personnages.
Je trouve qu'il s'en sort assez mal dans les scènes d'actions.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Cachemire
Sage de la littérature
Cachemire

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

Kazuo Ishiguro - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Kazuo Ishiguro - Page 5 EmptyDim 12 Avr 2015 - 22:38

Je suis d'accord dans l'ensemble avec toi Queenie sur "le géant enfoui". J'ai eu l'impression tout au long du livre que l'époque n'avait aucune importance, qu'elle donnait simplement les possibilités à l'auteur de traiter ses thèmes, notamment celui de l'oubli et du souvenir.
Le couple des deux vieux et leur amour mutuel reste tout à fait central et l'auteur décrit très bien la grande tendresse qui les lie. Et il y a de beaux moments sur cet amour mais on parle aussi des doutes que la perte de mémoire laisse entrevoir sur le passé du couple.
Et pourtant, au final reste un goût amer sur ce livre. Pourquoi une fin si terriblement abrupte, angoissante et ambigue? Pourquoi autant de violence et de combats à mort qui ne servent en rien le propos? Dommage car le livre a par ailleurs un grand intérêt par ses thèmes mais la construction est, effectivement, assez maladroite.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Kazuo Ishiguro - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Kazuo Ishiguro   Kazuo Ishiguro - Page 5 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Kazuo Ishiguro
Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés "ailleurs" qu'en Grande Bretagne-
Sauter vers: