Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Panagiotis Agapitos [Grêce]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Panagiotis Agapitos [Grêce]    Sam 7 Déc 2013 - 11:08


Agapitos Panagiotis






Trouvé sur Wikipédia

Panagiotis Agapitos (Παναγιώτης Αγαπητός), né à Athènes en 1959, est un chercheur universitaire et écrivain grec, spécialiste de l'histoire, de la littérature et de la culture de Byzance

Panagiotis Agapitos a fait ses études en histoire byzantine et musicologie à Munich et Boston et a obtenu un doctorat à l'Université de Harvard (en 1990).

Il est professeur de littérature byzantine à l'Université de Nicosie (Chypre) depuis 1992. Il a écrit des romans historiques ayant pour cadre l'Empire byzantin.

Le Luth d’ébène, Une enquête de Léon le protospathaire, a été traduit en français en 2013.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Panagiotis Agapitos [Grêce]    Sam 7 Déc 2013 - 11:14

Le luth d’ébène


Présentation de l'éditeur :

Citation :
Dans ce roman historique en forme d’intrigue policière, Panagiotis Agapitos nous fait pénétrer un univers byzantin tel qu’il n’avait jamais été dépeint, sur ses marges et dans ses bas-fonds, grouillant de vie dans le monde interlope ou s’entremêlent de surprenante manière les traditions de Byzance et de l’Islam. Un roman oriental d’un autre genre.

Empire byzantin, mai 832. Envoyé en ambassade auprès du calife al-Mamun de Bagdad par l’empereur Théophile pour négocier la paix, le Premier secrétaire impérial Léon arrive à la ville frontalière de Césarée, en Cappadoce, dernière étape avant d’entrer en territoire musulman.

Un polar historique, évidemment. Le genre est à la mode, et j’avoue que j’avais eu le sentiment d’en avoir fait le tour, après en avoir lu pas mal. Je me suis laissé tenté par celui-ci, parce qu’il se passait dans l’empire byzantin, que j’avais envie de mieux découvrir depuis ma lecture de l’Akrite, et que les livres de cette littérature, ou qui nous transportent dans cet univers, ne sont pas légion. Et j’ai eu au final une très bonne surprise.

L’auteur connaît parfaitement le monde qu’il décrit, il est spécialiste universitaire. Et on apprend énormément sur la vie dans l’empire byzantin, et de ce point de vue c’est vraiment passionnant, et donne terriblement envie d’en savoir plus. On se perd au début un peu dans tous les titres byzantins, mais grâce au lexique et avec un petit effort, on s’y retrouve, et j’ai même trouvé cela amusant, et sans doute très représentatif de cette civilisation. Mais évidemment cela ne suffirait pas à faire un roman.

L’intrigue est vraiment très prenante, l’auteur construit son affaire très habilement, alternant les chapitres consacrés à Léon et ceux centrés sur d’autres personnages, qui en plus de nous faire vivre à Césarée au IXe siècle, font progresser l’action, et nous découvrent les différents aspects des intrigues en cours. A partir d’un certain moment, on a du mal à lâcher le livre, parce qu’on voudrait en savoir plus, même si on se doute de certaines choses, d’autres ne se laissent pas anticiper si facilement, l’auteur place des fausses pistes, ajoute des éléments que l’on ne soupçonnait pas. C’est vraiment très efficace. Je rajouterai que c’est étonnamment bien écrit, ce n’est ni lourd ni pédant, mais élégant. Les personnages sont finement caractérisés, les affrontements entre personnalités et intérêts bien dessinés, et c’est très vivant, et pas artificiel du tout, ce que l’on pourrait peut être craindre d’un savant universitaire.

Evidemment, il y a des invraisemblances, et les personnalités manquent de profondeur et de complexité, mais le genre (polar historique) ne vise pas non plus ce genre d’objectifs. Mais au final, on se rend compte de ces choses, une fois le livre terminé et après avoir passé un très bon moment. Et appris des choses. Alors le bilan est en somme très positif. Je dirais que c’est un livre intelligent et brillant, qui arrive à distraire et à apprendre des choses au lecteur.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Panagiotis Agapitos [Grêce]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: