Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 François Emmanuel [Belgique]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 53
Localisation : Peu importe

François Emmanuel [Belgique] - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: François Emmanuel [Belgique]   François Emmanuel [Belgique] - Page 5 Icon_minitimeJeu 5 Déc 2013 - 22:04

kenavo a écrit:
églantine a écrit:
Mais je suis restée à quai ....jypeurien 
je peux comprendre ton ressenti
c'était mon premier livre de cet auteur, il m'avait plus intrigué que fasciné... mais l'écriture et ce sentiment d'être passé à côté de quelque chose m'a donner l'envie d'aller plus loin... à partir de ce moment, j'en ai trouvé quelques bons moments de lecture avec lui
Entièrement d'accord avec toi Kena ......J'avais adoré "L'enlacement" : j'espère retrouver cette belle rencontre au travers d'un autre de ses ouvrages ! sourire

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
tom léo

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 56
Localisation : Bourgogne

François Emmanuel [Belgique] - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: François Emmanuel [Belgique]   François Emmanuel [Belgique] - Page 5 Icon_minitimeMar 17 Déc 2013 - 7:15

Cheyenn

Originale : Français (Belgique, 2010 ; écrit entre 2009/10)

CONTENU :
Qui était Sam Montana-Touré dit Cheyenn, cet « Indien des villes » dont on retrouva le corps assassiné au fond d’une usine désaffectée ? Il est mort enfermé dans son monde. Personne ne peut témoigner sur sa vie, sa quête, sa folie. Seules subsistent de lui quelques séquences muettes extraites d’un film documentaire consacré aux sans-abris. Longtemps après les avoir filmées, le cinéaste est hanté par ces séquences. Il souhaiterait leur redonner vie et reconstruire à partir d’elles un tout autre film. Il voudrait traverser l’image de Cheyenn, filmer le « hors champ » de l’image et tenter de rendre à cet homme sa part d’humanité perdue. Ce livre est le récit de cette entreprise étrange et obstinée. Plus le cinéaste enquête, revisite les lieux, recherche les traces, plus il entre au cœur de la lancinante question que lui adressait Cheyenn de son regard silencieux.
(Source: 4ème de couv: Seuil)

REMARQUES :
Constitué de paragraphes courtes, jusqu'à six pages, séparés par ligne vide, le livre est raconté dans la première personne : le narrateur est bien le cinéaste de documentaire qui avait réalisé dans un premier temps un doc sur les SDF d'une ville. Y apparaît un peu comme une prise curieuse un « Indien de la ville » avec le sobriquet de Cheyenn. Le cinéaste défend dans un premier temps ses prises de vue assez aggressifs, avec un certain manque de pudeur, pour se demander avec un peu de distance, s'il n'a pas heurter, pas respecter la dignité de Cheyenn : est-ce qu'il n'avait pas réagi d'une façon voyeuriste ? Donc, il devient critique envers son propre approche. Il n'avait pas pu rendre justice à l'entité que constitue un être humain, sa dignité.

Une année après ses/ces prises de vues il apprend par hasard la mort violente de Cheyenn. Il est interpellé : qui se souviendra de lui ? Est-ce qu'il ne semble pas qu'il était complètement isolé ? Est-ce que ce premier documentaire est pour ainsi dire tout ce qui reste de cet homme ? Il est travaillé par le désir de lui rendre une identité plus large que ces quelques prises de vue déjà faites. Donc il se met en route, en recherche de plus de détails et d'histoires de Cheyenn, dont il découvre alors son vrai nom, Sam Montana-Touré, son origine etc. Sa quête le mène au contact avec différentes personnes...

François Emmanuel procède d'une manière si crédible qu'on y voit un récit authentique. C'est à plusieurs reprises que j'ai du vérifier l'appélation de la troisième page « roman ». Oui, l'auteur décrit spécialement le projet de ce deuxième film, mais encore plus ces hésitations, sa recherche pour devenir plus détaché de tout voyeurisme. A voir de plus près cela est très difficile, et il sera confronté plusieurs fois avec ce constat qu'il n'était pas encore à la hauteur. Il me semble que l'essentiel est dans cette quête intérieure vers un regard de plus en plus empathique, ou tout simplement authentique, sur un être humain dans son apparente dislocation. Et ce sera bien un combat pas tellement pour la réalisation d'un film vendable, mais pour une vue, un regard plus juste sur un être humain. Et ainsi le projet du film est toute une devise, peut-être pour chacun de nous : « mettre au jour l'humanité méconnaissable au premier regard ». Comment arracher ces personnes « perdues » de l'apparente absence de liens, oui, voir même de la mémoire des autres ?

Donc, c'est une sorte d'enquête autre que celle d'un coupable, mais qui s'approche partiellement de l'histoire et de la personne de Sam, d'une partie de son mystère.

J'ai bien aimé !

Petit clin d'oeil sur la biographie de l'auteur: il est bien le neveu de Henry Bauchau !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

François Emmanuel [Belgique] - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: François Emmanuel [Belgique]   François Emmanuel [Belgique] - Page 5 Icon_minitimeMar 21 Avr 2015 - 6:14

François Emmanuel [Belgique] - Page 5 Aaaa180
Le sommeil de Grâce
Citation :
Présentation de l'éditeur
Grâce est plongée dans le coma. Alertés, ses proches se réunissent dans la ferme de l’ancienne maison familiale de Chavy, en Normandie. La nuit tombe, la neige fige toute chose. Chacun s’installe dans l’attente des nouvelles venues de l’hôpital.
Dans ce temps indécis, intenable, Jivan, le frère adoptif de Grâce, Marina et Alexia, ses sœurs, se retrouvent livrés à eux-mêmes autant qu’ils se livrent les uns aux autres. Et lorsque, au terme de deux jours et de deux nuits, le sommeil de Grâce prendra fin, tous auront opéré à leur manière une traversée intérieure, faisant le bilan de leur vie, des liens qui les unissent comme aussi de tout ce qui les sépare.
Suite attendue de Regarde la vague, Le Sommeil de Grâce reprend sur un mode intime et nocturne le fil des voix de la famille Fougeray.

Deuxième commentaire pour un auteur belge cette semaine, bien que cette lecture se soit faite il y a plus d’un mois…

Regarde la vague est un des premiers romans que j’ai lu de cet auteur et c’est donc avec joie que j’ai découvert qu’il avait écrit une suite.
Tandis que dans le premier volet on retrouvait la famille lors d’un mariage, ici, la raison pour laquelle ils se retrouvent, est beaucoup plus grave, l’atmosphère est plus pesante.

Tout comme pour Regarde la vague, il donne à tour de rôle la voix aux différents membres de la famille et on va vivre à côtés d’eux, presque « dans leur tête », ces deux jours d’attente.

J’aime bien l’expression de Sahkti qui disait que cet auteur « fait parler les silences » et c’est toujours vrai après toutes ces années… si on aime le style de François Emmanuel, on ne peut qu’aimer ce sommeil de Grâce.


un commentaire avec plein d'extraits

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

François Emmanuel [Belgique] - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: François Emmanuel [Belgique]   François Emmanuel [Belgique] - Page 5 Icon_minitimeLun 28 Déc 2015 - 18:18

François Emmanuel [Belgique] - Page 5 Emmanu10

J' ai lu les trois nouvelles du recueil avec plaisir. Je retrouvais le bonheur de  style de l' auteur de L' Enlacement, sa subtilité,
la fluidité narrative.
Mais comme j' était un peu d' humeur chagrine, j' ai nuancé mon admiration pour les deux premières nouvelles au profit de la troisièpe,
Les Murmurantes.

Un grand écrivain espagnol meurt dans la maison qu' il occupait sur une ile. Depuis un grave accident qu' il a subi, il ne peut plus
s' exprimer librement. Il dicte ses mots et ses phrases à son secrétaire. Mais sa pensée est mouvante, chancellant, sans cesse menacée
par l' aphasie et le silence.
Le secrétaire est au service de l' écrivain depuis de nombreuses années. Il l' aime, l' admire et le respecte. Meme dans l' état
pitoyable où le vieil homme est tombé.
Il lui offre l' écoute la plus attentive et la plus constante, meme si l' écrivain fait interruption dans sa chambre à nimporte quelle heure de la nuit.
Mais comment etre totalement fidéle à l' écrivain quand ce dernier revient sur ce qu' il a dit précédemment, quand il est incapable de
choisir ou de donner son assentiment ?
Le secrétaire est, en dernier ressort, forcé son choix lui-même.. Et  de se demander aussi qui, de celui qui dicte les paroles et  de celui qui
les recueille et les transcrit est l' auteur ?
Comment ne pas sentir en lui l' auteur qui  sent s' éveiller en lui l' écrivain qu' il ne savait pas etre. et sentir l' ivresse de la création ?

Veiller sur un héritage littéraire tout en restant loyal à celui qui l' a inspiré, tel est le dilemme qui se pose à lui et ce n' est pas le seul.
Et dans ce registre intime, le style de F. Emmanuel fait merveille.
Que ce soir pour évoquer Les Murmurantes, l' œuvre qui est au cœur de tout, présente et obsédante par ses aspects fantastiques et
oniriques. Et qui nous envoute tout autant que si nous la lisions rééllement.
Que ce soit aussi pour nous suggérer que la beauté inspire la loyauté et finalement le respect de soi tout autant que celui qui l' a
inspirée.

Volià une histoire qui aurait pu inspirer Henry James et que François Emmanuel a su écrire avec ses mots à  lui. Chapeau ! bonjour

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 53
Localisation : Peu importe

François Emmanuel [Belgique] - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: François Emmanuel [Belgique]   François Emmanuel [Belgique] - Page 5 Icon_minitimeLun 28 Déc 2015 - 21:26

bix229 a écrit:
François Emmanuel [Belgique] - Page 5 Emmanu10


Volià une histoire qui aurait pu inspirer Henry James et que François Emmanuel a su écrire avec ses mots à  lui. Chapeau ! bonjour
Voilà qui donne envie de s'y remettre Bix ! sourire

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
pia

Messages : 6473
Inscription le : 04/08/2013
Age : 51
Localisation : Entre Paris et Utrecht

François Emmanuel [Belgique] - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: François Emmanuel [Belgique]   François Emmanuel [Belgique] - Page 5 Icon_minitimeMar 29 Déc 2015 - 15:57

Et bien à défaut de m’y remettre, je peux commencer.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




François Emmanuel [Belgique] - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: François Emmanuel [Belgique]   François Emmanuel [Belgique] - Page 5 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
François Emmanuel [Belgique]
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Site-boutique de trucs bio en Belgique ?
» Françoise David appuie les revendications
» [Vente] Baccara, 03/1995, 180.000 km, noir, 1.500 € (Belgique)
» François-Eugène VIDOCQ
» Les françaises font beaucoup d'enfants, mais de plus en plus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature belge et suisse (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: