Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Samuel Beckett

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 30
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Samuel Beckett   Sam 7 Sep 2013 - 9:45

shanidar a écrit:
De quoi parle Fin de partie ? De la meilleure manière de quitter la scène ? Peut-être à moins qu'il ne s'agisse carrément de la fin du monde ou plus simplement de la décomposition de la cellule familiale ou encore de la tyrannie, de la mémoire, de la servilité, de tout ça et de bien mieux encore.
Le personnage du photographe joyeusement désabusé (Benoît Poelvoorde) dans le film Une place sur la terre cite Fin de partie. Un homme qui ne sait pas où est sa place donc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Samuel Beckett   Jeu 9 Avr 2015 - 23:50

Compagnie

Pas facile de parler de ça. Un type sur le dos dans le noir et une voix, (s')imaginer allongé en train de se faire parler de soi ou s'imaginer spectateur de ça ou... et des bribes de souvenirs d'enfance, d'âge adulte et d'après. Une histoire de solitude si on se laisse prendre par cette notion de "compagnie" mise en oeuvre.

Mais pas forcément aussi simple, la forme en paragraphes assez courts et quelques phrases très particulières étant extrêmement liée au propos. Ça se froisse et ça crisse au niveau du sens.

A la lecture lire trois lignes ou trois pages ne compte pas vraiment, avoir le bouquin posé à côté de soi peut s'avérer suffisant, ça ferait partie de la lecture. En sentant qu'il nous (lecteur) manque une vision d'ensemble ou seulement une vision de l'oeuvre (de l'auteur) on reste tenté par le sentiment de "c'est trop". Pourtant pas toujours. Et s'ajoute l'impression qu'on ne s'échappera pas forcément si facilement, qu'il n'est pas impossible qu'une image ou une boucle du livre nous revienne, même malgré nous, plus tard, sans qu'on s'y attende.

C'est particulier, à ranger dans le rayon du très cérébral mais par là aussi focalisé sur un sensitif radical.

Pas simple !

Et merci Cachemire si tu passes par là singe

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Samuel Beckett
Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» Le lefebvotron !
» exposition Beckett à Beaubourg et Atget à la BNF
» exposition Beckett à Beaubourg jusqu'au 25 juin
» La Femme de Matou Samuel a surpris son Maris avec une autre Femme.......
» Samuel Doe: Qui tue par l´épée...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature irlandaise-
Sauter vers: