Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 LC Arthur Koestler : La lie de la terre

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Arthur Koestler : La lie de la terre   LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Icon_minitimeSam 18 Jan 2014 - 17:42

Bédou, tu connais un peu la région dont parle Koestler ?
Et quels sont les rapports entre le narrateur (35 ans) et G... (20 ans), tandis que Théodore se repose ? Simple amitié artistique ou autre chose ?
Pour l'instant, je trouve l'écriture de Koestler beaucoup plus libre que dans ses romans (qui sont pourtant très accessibles aussi à la lecture), sans doute à cause d'une espèce d'humour relativiste assez sympathique et inventif. J'aime aussi l'attention portée aux autres, jeunes recrues qui ne veulent pas croire à la guerre (et qui sont dans cette région frontalière à peine français) et cette question lancinante qui tient bien en haleine : quand va-t-elle commencer cette guerre dont personne ne veut ?
J'insiste sur l'aspect géographique car je crois qu'il a ici son importance. Le livre est écrit dans les Alpes Maritimes (donc toutes proches de l'Italie) par un Hongrois accompagné d'une Anglaise... lui ancien communiste épris malgré lui de l'U.R.S.S et elle, jeune femme d'une génération voyant le monde avec une sorte de fatalisme joyeux..., lesquels sont considérés par les habitants du coin comme des talismans (tant qu'il reste la guerre est encore loin).

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Arthur Koestler : La lie de la terre   LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Icon_minitimeSam 18 Jan 2014 - 18:22

Pour lancer la LC, j'ai lu les 5 premiers chapitres, et ce que me frappe d'emblée, c'est le côté littéraire construit du livre. Je m'attendais à une autobiographie, c'en est une, mais nous commençons par l'histoire d'une maison, de la famille qui le possède, avant de passer à la bande d'amis qui y arrive. Et puis l'histoire qui s'introduit en force, avec cette guerre qui menace, à laquelle on ne croit pas tout à fait, et qui finit par devenir palpable. La tension monte. Il est évident que Koestler va nous mener dans des endroits qu'on attend pas forcément, il est maître du jeu. Le lecteur ne pourra pas se reposer sur de l'attendu et gentiment ronronnant.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Arthur Koestler : La lie de la terre   LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Icon_minitimeSam 18 Jan 2014 - 22:38

Non Shanidar je ne connais pas la région, Aériale doit connaître par contre.
Mais je vois très bien le décor, car comme le dit l'auteur tous ces villages haut perchés se ressemblent.
Tu as raison de mentionner la proximité de l'Italie car de nombreux Italiens vivaient en France et les frontières entre les 2 pays se sont déplacées au fil des siècles.

L'attente, les Français n'en veulent pas, que la guerre finisse  "Il faut en finir était le seul slogan populaire, mais on le répétait sans conviction."
Koestler pratique l'adage qui dit "qui aime bien châtie bien" vis à vis de la France et des Français "Jusqu'ici la France ne s'était pas trop mal trouvée d'avoir sacrifié ses alliés. Tout est perdu, fors l'honneur, avait dit une fois un noble Français. Il aurait pu dire maintenant : Nous n'avons rien perdu, fors l'honneur."
Et à bien d'autres remarques, justifiées par ailleurs (insultes "youpins", le juif Léon Blum etc....)
Malgré que Koestler ait quitté le parti communiste, il a toujours des sentiments envers la Russie c'est pour cette raison qu'à l'annonce du pacte Gemano-soviétique il est touché. "Nos sentiments envers la Russie étaient ceux d'un homme qui a divorcé d'avec une femme très aimée ; il la hait et, pourtant, c'est encore une sorte de consolation pour lui de savoir qu'elle est là, sur la même planète, jeune et vivante." Mais, maintenant, elle était morte. Aucune mort n'est aussi triste et aussi définitive que la mort d'une illusion."
L'auteur dénonce  la "dialectique" des partis communistes, enfin celle des dirigeants qui n'était que mensonges. Mais il n'en veut pas à la "base" qui elle ignorait que ce fut des mensonges ; d'ailleurs comme le souligne l'auteur de nombreux intellectuels (H. Mann, Gide, Romain Rolland, Dos Passos, B. Shaw) ce sont laissés piégés alors comment les ouvriers ne l'auraient pas été.

A noter aussi l'attitude détachée de G. vis à vis des évènements, de la presse, même des habitants.

La guerre est déclarée le couple rejoint la capitale, alors que les gens la fuyaient. Il apprend que la police est venu à son domicile pour l'arrêter ; commence une attente de plusieurs semaines avant que les étrangers ne soient fixés sur leur sort.

J'ai bien aimé l'analyse du "panel" des Français : 3 personnes de condition et d'idées différentes pour  démontrer que "la France avait moralement perdu la guerre bien avant l'effondrement militaire".



la première partie se termine là.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Arthur Koestler : La lie de la terre   LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Icon_minitimeDim 19 Jan 2014 - 10:23

bravo Bédou pour ce résumé exemplaire.
C'est tout de même effrayant de penser qu'au moment où la guerre éclate, la police française passe son temps à traquer les étrangers (les premiers centres de réfugiés allemands s'instaurent, d'autres sont purement et simplement mis en prison et d'autres, comme Koestler attendent leur tour, dans l'angoisse et l'incompréhension). C'est affligeant et cela annonce déjà la future entente entre les nazis et une partie (importante ?) de la police française.
Je n'avais pas connaissance de cet épisode policier glaçant. Et du coup, cela me pose quelques questions sur la manière dont on m'a enseigné cette période de l'histoire ou la manière dont je l'ai comprise. Je pensais que la France (en effet déprimée) de 39 avait eu ce 'sursaut d'honneur' dont parle Koestler et que l'arrivée fulgurante des Allemands avaient torpillé cette cohésion nationale. Cohésion qui excluait pour moi, par exemple, les efforts de la police pour arrêter les réfugiés/émigrés allemands ou les communistes..., il s'avère donc que cette police n'a pas attendu la défaite et Pétain pour commencer son (sale) travail d'épuration.

Intéressante aussi les réflexions autour du Front Populaire, qui voulait la guerre mais refusait la militarisation de la France. On voit ici représentée toutes les ambiguïtés d'une époque... (dont certains fantômes nous poursuivent encore) et cette question (d'actualités ?) : pourquoi la gauche en arrivant au pouvoir semble ne jamais savoir qu'en faire ? (cela me redonne envie de me pencher sur cette période de l'histoire de France et de l'Europe... alors si vous avez des titres d'essais historiques à me proposer, je suis preneuse !).

oh et Fouché ? c'était bien le ministre de l'Intérieur sous Napoléon, non ? qui a mis en place une police basée sur l'espionnage et la délation ? Koestler fait le rapprochement entre les deux époques et c'est assez parlant.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaliz
Main aguerrie
Aaliz

Messages : 424
Inscription le : 07/11/2012
Age : 39
Localisation : Paris

LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Arthur Koestler : La lie de la terre   LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Icon_minitimeDim 19 Jan 2014 - 10:54

Encore une fois, je suis envoûtée par Arthur Koestler et je lis à vitesse grand V.
Comme le souligne Shanidar, son style est beaucoup plus fluide et facile à lire que dans ses romans. Toutefois, on retrouve bien son côté analyste. J'aime beaucoup ces passages où il s'attarde à étudier la mentalité des gens et leurs réactions face aux événements, l'influence de la presse etc...
Il montre bien le ras-le-bol général face à cette guerre imminente qu'on souhaite voir éclater une bonne fois pour toutes tout en la rejetant car on ne sent pas concerné.
Koestler montre bien que pour la population de l'époque, cette guerre ne les concernait pas et les gens ne comprenaient pas pourquoi la France devait s'intéresser au sort de la Pologne :

" Pour l'amour de Dieu, donnez à ce salaud tout ce qu'il demande, Dantzig et Eupen et des colonies et qu'il nous fiche la paix".

Les gens ne voyaient pas que céder à Hitler certains territoires c'était lui ouvrir grand la porte de l'Europe entière :

" C'est la même vieille histoire : on va chez le dentiste pour se faire arracher une dent, au moment de sonner, la douleur cesse, on se demande soudain si c'est la peine de subir la souffrance d'une opération. Pourtant, si on ne se décide pas, l'infection gagne la mâchoire et finit par atteindre le corps entier."

La rafle des étrangers et leur internement dans des camps de concentration et ce, bien avant l'arrivée des nazis sur le territoire français, était également un épisode que j'ignorais.
Je suis indignée et je n'arrive pas à comprendre, j'en arrive même à me demander s'il n'y a pas eu un accord secret avec les allemands. Comment a-t-on pu leur préparer le terrain de la sorte ?
Heureusement, les gardiens de Rolland Garros montrent que certaines personnes pouvaient rester humaines et faire preuve d'intelligence.
Je n'ai pu m'empêcher de rire au passage où Fuhrmann demande à être interné :

" Hé dis donc ? Il y a un fou qui veut entrer."  mdr2 

L'arrivée au Vernet et la description des conditions de vie dans le camp sont révoltantes. Je constate que Koestler fait la même remarque que Dostoievski dans sa relation de sa vie au goulag : tous deux déplorent la promiscuité et le manque de solitude et considèrent cet aspect comme étant le plus difficile à vivre.

J'ai trouvé cet article sur l'histoire du camp du Vernet : clic

_________________
" S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème ..." (devise Shadoks)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://booksandfruits.over-blog.com
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Arthur Koestler : La lie de la terre   LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Icon_minitimeDim 19 Jan 2014 - 11:01

Je pense aussi qu'il est important de souligner la lucidité du narrateur envers lui-même : il se considère (à côté de G...) comme un vieil idiot dont les idéaux auraient explosé en plein vol et qui ne croit plus en rien. Il reconnaît également ses erreurs d'appréciation souvent liées à ses lectures compulsives de la presse, dont on voit bien là aussi qu'elle est totalement gouvernée par la raison d'Etat (le ministre Bonnet, par exemple).
Mais l'homme est remarquable (pour preuve, le simple geste de ramener une bouteille de Pouilly Fuissé à sa concierge, alors que la guerre vient d'être déclarée et qu'il a tant d'autres choses à envisager...).

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Arthur Koestler : La lie de la terre   LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Icon_minitimeDim 19 Jan 2014 - 12:15

J'ai lu les 9 chapitres de la première partie, "Agonie".

Comme vous j'ai été impressionnée par la lucidité de Koestler et la justesse incroyable de son analyse politique. Le livre paraît en 1941 et il a déjà compris et prévu bien des choses (en exergue il précise qu'il a refusé de le retoucher plus tard, à la lumière d'événements ultérieurs comme l'entrée en guerre de l'URSS).
La compréhension du passé lui permet d'anticiper l'avenir. Il sait la façon dont l'extrême-droite, depuis plusieurs années, poursuit son travail de pourrissement des esprits au sein de la société française, classes dirigeantes comme populaires, en fustigeant les acquis sociaux, en appelant de ses voeux un "régime fort" calqué sur celui d'outre-Rhin.
Il insiste notamment sur le rôle des journaux dans ceci, Gringoire, Candide, Le Petit Journal, L'intransigeant...

Car Koestler est sans doute un grand romancier (ses qualités littéraires sont évidentes), mais ici c'est surtout le journaliste reporter que je lis.  Comme je l'ai dit plus haut, il décrypte la situation en homme politiquement engagé mais aussi en professionnel de la presse, que la connaissance des médias étrangers dote d'un recul salutaire.
Et on admire son talent journalistique pour planter un décor et décrire de façon saisissante, avec une touche d'humour, une atmosphère, ceux d'un village perdu du Sud-Est comme ceux d'un Paris vidé de sa substance vitale à l'aube de la Drôle de Guerre. On s'y croirait, on peut palper le désespoir et la désillusion ambiants.

A méditer:

Un défaut de la gauche française est qu'elle représente dans la vie de ses membres une sorte de péché de jeunesse, comme de faire des dettes ou d'avoir des maîtresses. La carrière typique du politicien français, de Clemenceau à Laval, se lit comme les mots sur une page, de gauche à droite; mais quelqu'un a-t-il jamais entendu parler du cas inverse?
Revenir en haut Aller en bas
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Arthur Koestler : La lie de la terre   LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Icon_minitimeDim 19 Jan 2014 - 22:56

Et combien il a raison dans la phrase que tu cites Nezumi !

Je crois qu'il ne faut pas le nier, mais ça fait mal, que la majorité des gens étaient tout de même antisémistes, Koestler d'ailleurs le dit à plusieurs reprises, d'après leurs dires quand il les fréquentent il précise que ces gens là sont des fascistes qui s'ignorent mais à la faveur des évènements se révèleront.

On n'a pas eu connaissance de  milliers, même pas de centaines de "Justes" à la fin de la guerre. Et oui la France à cette époque a bien fourni les Allemands en Juifs, Communistes, Etrangers.

Dans le camp du Vernet comme à l'extérieur ceux qui ont des moyens souffrent moins que les autres, certains dominent les autres, par leur force, leur ruse, alors que dans certaines baraques règne le partage, la solidarité.

Koestler  fait la démonstration dans les portraits qu'il fait des internés des distinctions de classes :

"Une des raisons de la banqueroute de la gauche européenne fut son impossibilité à réaliser combien les distinctions de classes sont profondément enracinées dans la mentalité des individus. Ils pensaient qu'ils pouvaient traiter comme un simple préjugé ce qui, en réalité, était devenu un réflexe condition né du genre humain."

J'ai beaucoup aimé le passage destiné aux Brigades internationales et ce qu'il advint des Brigadistes quand Staline laissa tomber l'Espagne, le Komontern.

"Les survivants de la Brigade Internationale - plus des deux tiers avaient été tués sur le champ de bataille - furent jetés dans les camps de concentration français ; à aucun d'eux il ne fut permis d'entrer dans la patrie du prolétariat, dans le pays qui les avait acclamés en un culte hystérique des héros, qui s'était vanté d'avoir aboli le chômage et de donner du travail à tous. Les portes de la Russie étaient fermées ; les oreilles du Parti étaient sourdes et le tiroir du Secours Rouge vide ; on avait toujours dit, il est vrai que le Parti n'était pas une institution philanthropique."

Comme déjà vu, déjà dit Koestler reste marqué par les années de cheminement avec le Parti Communiste, je pense que s'il y était engagé c'était par idéal et même si les raisons de son divorce sont puissantes, il reste juste dans son analyse sur les communistes du camp.

"Le plus exaspérant chez nos communistes était la difficulté pour  nous de les détester. Ils n'avaient aucun des vices traditionnels que nous méprisions ; ils ne volaient pas, et ne cafardaient pas, ils n'étaient ni corrompus ni égoïstes, ils éclataient de vertus. Leur seul défaut était que l'intoxication systématique par la dialectique stalinienne les avaient rendus daltoniens en ce qui concernait leur logique et leur éthique. C'était leur seul défaut, mais un défaut désastreux."  


et encore une fois Koestler fait la différence entre la "base" et les dirigeants :

"Cependant, ceci ne s'applique qu'aux simples soldats prolétaires du parti communiste. Il y avait dans la baraque trente-trois quelques chefs du parti communiste allemand pour qui le contraire était vrai. Il était difficile de ne pas les détester."

Parmi le personnel du camp, aussi il y a les brutes et ceux qui sont corrects avec les internés. Certains faits sont d'ailleurs traités par Koestler avec humour et ironie.

Une réflexion très pertinente sur la bureaucratie en temps de guerre :

"La guerre avait enfin ouvert à la bureaucratie un débouché à sa traditionnelle xénophobie, mais dans notre cas, un nouveau motif s'y ajoutait. La bureaucratie était pro-Bonnet et pro-Munich et bien qu'elle ne fût pas consciemment pro-Hitler, elle avait pratiquement et tout bien considéré une Weltanschauung fasciste. Elle haïssait tous les réfugiés fauteurs de guerre, qui, d'après elle, avaient entraîné la paisible France dans cette guerre."

L'auteur connait bien la France tout de même : "Le piston est une institution nationale française".

Pétain accepte le traité d'armistice.
Les critiques de Koestler sont très précises :

"Le gouvernement français avait préparé la marchandises pour la Gestapo", "Pour chacune des ignominies qu'on faisait subir aux prisonniers, on les consolait en leur disant que les ignominies de la Gestapo étaient pires ; et quand le coq eut chanté trois fois, on les remit en bonne et due forme entre les mains de la gestapo !"

Terrible révélation :

Après que la France eut préparé prisonniers avec leur dossier mis à jour  et les eu offert à la gestapo :

"Quelle trouvaille pour les hommes en noir d'Himmler ! Trois cent mille livres de chair démocratique, bien étiquetée, vivante et à peine abîmée."

Koestler libéré retrouve Paris

ps : j'ai une envie de lire les livres écrits par d'autres auteurs qui furent aussi internés dans le camp du Vernet

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Arthur Koestler : La lie de la terre   LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Icon_minitimeLun 20 Jan 2014 - 0:19

Vous êtes parvenus à sérieusement m'intéresser, livre noté, merci!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Arthur Koestler : La lie de la terre   LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Icon_minitimeLun 20 Jan 2014 - 10:37

C'est clair que l'administration française en prend pour son grade ! et que l'internement d'abord dans le stade de 'Roland Garros' puis à Vernet fait grincer des dents et donne des frissons. Encore un livre de Koestler qui dit sans fard la réalité du terrain, avec franchise (lui-même profite de son statut de 'ploutocrate' pour vivre un peu mieux sa détention...) et discernement. Quelle analyse politique sur les échecs des politiques de gauche et quelle vision honnête (sans être cynique ou angélique) de la condition humaine !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Arthur Koestler : La lie de la terre   LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Icon_minitimeLun 20 Jan 2014 - 11:40

Tu as raison, Koestler est honnête !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Arthur Koestler : La lie de la terre   LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Icon_minitimeMar 21 Jan 2014 - 11:44

Arbitraire...
Arbitraire l'internement de A.K. dans le camp de concentration de Vernet, arbitraire et injuste, puisqu'il est là sans procès, sans condamnation, livré à la folie imbécile des officiers français... Il n'est ni Allemand, ni Autrichien, ni juif et il n'est plus communiste depuis 38... Il ne devrait pas être enfermé mais il l'est. Il sort de manière tout aussi arbitraire grâce à ses appuis anglais... et revenant à Paris, il entre dans l'Enfer kafkaïen par excellence... L'attente de l'arrestation, l'attente des heures durant dans les antichambres du pouvoir où l'on promet sans jamais agir et cette effrayante rencontre avec un soldat : et si l'Etat-Major était inconsciemment pro-Hitler, puisqu'il n'a rien fait pour éviter la défaite de la France ? Les éléments apportés petit à petit par Koestler paraisse confirmer cette déduction effarante !
Et l'exode commence...
Tout ce qui arrive à Koestler est tellement incroyable, aventureux douloureux, insupportable que j'en reste abasourdie.

Peut-être faut-il parler ici de ceux à qui le livre est dédié, ceux qui comme Heinrich Mann ou Lion Feuchtwanger (emprisonnés et enfuis) ou Walter Benjamin, Carl Einstein, Walter Hasenclever, Irmjard Keun, Otto Pohl et Ernest Weis (qui se suicidèrent) subirent peur et persécution, tout comme Koestler et je ne peux m'empêcher de me réjouir que le poison donné par Vera est été frelaté...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Arthur Koestler : La lie de la terre   LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Icon_minitimeMar 21 Jan 2014 - 23:40

C'est la débacle, les Allemands arrvivent. Après avoir échappé à une arrestation grâce à un talent d'acteur qu'il ne se connaissait pas et donc le partenaire était l'alcool, Koestler et G partent pour Limoges grâce à un méritant faux permis de voyage procuré par ses amis. Ce document lui permis de régulariser provisoirement sa situation, laquelle suivra "la grande migration vers le sud".

Toujours la précision des détails pour estimer la situation et le comportement des Français, parfois sans ménagement.
"Qui sur terre, sinon une Française, aurait pensé à la toile cirée pour ses matelas au milieu de cette Apocalypse ? C'était une singulière et sadique ironie du sort, d'avoir changé ce peuple, le plus casanier, le plus maniaque et le plus bourgeois du monde, en une nation de vagabonds. Dix millions de Français allaient sans but, sur les routes, avec leurs matelas et leurs poêles, arrêtant les communications, paralysant tout mouvemement militaire rapide, déferlant sur le pays comme un épais torrent de boue et l'asphyxiant jusqu'à ce que le dernier spasme de vie disparaisse et que morts s'ensuive."

"Ce fut la première et la dernière fois que je vis une foule éclater en larmes pour des motifs politiques ; c'était sinistre et cependant réconfortant, il n'y avait aucun signe d'hystérie dans cette foule. Ce fut un moment rare et qui ne dura pas ; durant la dernière période de la catastrophe et les mois qui la suivirent, je n'ai jamais revu une foule française se comporter avec dignité."

Koestler trouve une porte d'entrée dans la clandestinité  en s'engageant dans la Légion sous un faux nom. Suite au refus de l'Angleterre de l'enrôler K. conclut avec ironie : "Les antifascistes étaient évidemment très gênants dans une guerre contre le fascisme. Nous étions les indésirables et j'en avais assez d'offrir des services dont personne ne voulait."

K rencontre des fascistes français avérés ou supposés en devenir tout au long de sa fuite.

K traduit  les agissements de Pétain

"Mais à l'époque, Pétain et Weygand étaient déjà convaincus que "tandis que victoire signifiait révolution, la défaite sauverait la France, car, au prix d'une certaine perte de territoire et de prestige, l'ordre social serait préservé".
Ils le croyaient, ces pauvres vieux généraux rhumatisants. Ils croyaient aussi que tous les syndiqués étaient des bolcheviks, que socialisme voulait dire crimes et viols et qu'Hitler était un gentleman. Et ils avaient tout avalé, cuillerée après cuillerée, tandis que les gangsters leur attachaient une serviette autour du cou et que leurs lèvres exsangues balbutiaient devant le microphone : Honneur et gloire" et "Nous Philippe Pétain..." dans un pluriel de majesté
".


l'emploi de "pauvres vieux généraux rhumatisants" et Ils le croyaient" "ils avaient tout avalé" pour confirmer leur sénilité ?


Poursuivi comme le dit K. de Berlin à Paris et rattrapé en France par "la lente procession funèbre avec ses drapeaux où paresse l'araignée noire". Quelle image terrible !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Arthur Koestler : La lie de la terre   LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Icon_minitimeMer 22 Jan 2014 - 8:33

Shanidar a écrit :

Peut-être faut-il parler ici de ceux à qui le livre est dédié, ceux qui comme Heinrich Mann ou Lion Feuchtwanger (emprisonnés et enfuis) ou Walter Benjamin, Carl Einstein, Walter Hasenclever, Irmjard Keun, Otto Pohl et Ernest Weis (qui se suicidèrent) subirent peur et persécution, tout comme Koestler et je ne peux m'empêcher de me réjouir que le poison donné par Vera est été frelaté...

Oh que oui il faut en parler de ces Hommes qui ont du fuir leur pays, en proie au fascisme, parce qu'ils étaient Juifs ou communistes et rejoint la France "dernier rempart européen de la liberté".Mais ces Hommes persécutés ont été offerts par le gouvernement français à la Gestapo comme tant d'autres moins connus.

Koestler l'écrit en parlant de l'Angleterre comme de la France

"Non, il ne voulaient pas de nous, même pas comme chair à canon. Notre seule contribution à cette guerre, qui était notre guerre beaucoup plus que la leur, était rester derrière les barbelés. Ils nous avaient volé notre guerre. Ils nous l'avaient volée et l'avaient perdue ; maintenant les Français allaient s'en laver les mains avec le savon fasciste tandis que nous serions écrasés et enterrés sous les décombres."

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
jack-hubert bukowski

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 38

LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Arthur Koestler : La lie de la terre   LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Icon_minitimeMer 22 Jan 2014 - 10:31

Pour le moment, je n'ai pas beaucoup de choses à dire que ce qui a déjà été relevé ici. Je garde mes hypothèses de lecture pour plus tard. Nezumi a bien résumé les enjeux de la première partie (Agonie). Concernant la trame journalistique et le niveau de maîtrise littéraire, je réserve mon jugement... Wink

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Arthur Koestler : La lie de la terre   LC Arthur Koestler : La lie de la terre - Page 4 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
LC Arthur Koestler : La lie de la terre
Revenir en haut 
Page 4 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» 49 livres à avoir lu absolument et vous ?
» Betameche, Arthur, E.T, Stitch et Jack (Mes ratous)
» Purée de pommes de terre au kiri
» Pommes de terre au roquefort et aux oignons nouveaux
» Pour observer la terre au jour le jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Nos lectures en commun :: Par titre ou auteur-
Sauter vers: