Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Mario Luzi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Mario Luzi   Dim 12 Jan 2014 - 17:51

LUZI MARIO (1914 -2005)



Il naît le 20 octobre 1914 à Castello, près de Florence, où son père est employé des chemins de fer. Une enfance mi-urbaine mi-paysanne et une adolescence à Sienne marquent de leur empreinte une œuvre qui restera toujours fidèle, triplement, au paysage toscan, à des origines modestes fièrement revendiquées, et à une foi catholique incarnée surtout par la mère et jamais reniée en dépit de multiples crises intérieures.

Étudiant à Florence, Luzi s'oriente vers la littérature française. Il sera professeur de latin et d'italien en lycée pendant de longues années avant de terminer sa carrière aux universités de Florence et d'Urbin.

Le travail universitaire aura favorisé chez lui le développement d'une réflexion théorique de grande ampleur sur la poésie. Comme Eliot, Paz ou Bonnefoy, Luzi établit avec la tradition littéraire un rapport de lucidité critique aussi éloigné de la soumission aveugle que du rejet systématique.

Ces permiers poèmes l'imposent d'abord comme l'un des principaux représentants de « l'hermétisme » italien.
Il est fasciné par l'œuvre de Mallarmé  mais à l'athéisme de laquelle il ne saurait adhérer.  C'est vers Dante, poète à ses yeux plus humble, plus libre et plus aventureux, qu'il se tourne alors.

Son écriture se fait ensuite plus transparente mais jamais, cependant, elle ne sera exempte d'inquiétude. Les ouvrages de cette seconde période enregistrent le choc d'une modernité qui, en Italie, est celle des luttes sociales, du terrorisme, de la prise de conscience de ce qu'aura vraiment signifié, au-delà du fascisme, le scandale d'Auschwitz.
Luzi a entendu les critiques qui lui reprochaient son apolitisme, son esthétisme nourri de références classiques. Sa poésie enregistre désormais le choc des discours contemporains, s'ouvre aux décors urbains, en même temps qu'un événement capital, la mort de sa mère, renouvelle son rapport à la foi.

Mario Luzi a aussi écrit pour le théâtre : d'Hypatie (1971-1973) au drame sacré Opus florentinum (2000), près d'une vingtaine de pièces en vers, représentées avec succès, ont fait de lui un authentique dramaturge.

Au cours des vingt dernières années de sa vie, Mario Luzi devint un personnage public. Il accepta d'incarner, aux yeux de l'opinion, la figure du poète, sans reculer devant des tâches officielles.
Sa nomination comme sénateur à vie, le jour de ses quatre-vingt-dix ans, put apparaître comme l'ultime étape de ce parcours. Mais jusqu'à la veille de sa mort, le poète s'employa à démontrer, notamment par des propos virulents contre le gouvernement de Silvio Berlusconi, qu'aucun titre officiel ne pouvait le priver de son indépendance d'esprit. Aussi ses obsèques nationales à la cathédrale de Florence furent-elles moins la conséquence de son statut officiel que le signe d'une prise de conscience collective. En Mario Luzi, l'Italie a trouvé l'un des poètes qui, issus du peuple des humbles, l'auront aimée avec le plus d'exigence, de rigueur et de fidélité.

(Présentation établie d'après Jean-Yves MASSON http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/mario-luzi/)


Quelques œuvres traduites en français

La Barque, suivi de Avènement nocturne, trad. J.-Y. Masson, La Différence, Paris, 1991

Cahier gothique, trad. J.Y. Masson, Verdier, Lagrasse, 1989

Livre d'Hypathie, trad. B. Simeone, Verdier, Lagrasse, 1994

Pour le baptême de nos fragments, trad. P. Renard et B. Simeone, Flammarion, Paris, 1987

Prémices du désert, suivi de Honneur du vrai, trad. A. Fongaro et J.-Y. Masson, La Différence, Paris, 1994 / Poésie Gallimard Mai 2004

Voyage terrestre et céleste de Simone Martini, trad. J.-Y. Masson, Verdier, Lagrasse, 1995.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Re: Mario Luzi   Dim 12 Jan 2014 - 17:57

NATURE


La terre et à elle accordée la mer
et partout au-dessus, une mer plus joyeuse
à cause de la rapide flamme des moineaux
et du trajet
de la lune reposante, et du sommeil
des doux corps entrouverts à la vie
et à la mort dans un champ ;
à cause aussi de ces voix qui descendent
s’échappant de mystérieuses portes, et bondissent
au-dessus de nous comme des oiseaux fous de revenir
en chantant au-dessus des îles originelles :
ici, se préparent
un grabat de pourpre et un chant qui berce
pour celui qui n’a pu dormir,
si dure était la pierre,
et si tranchant l’amour.



Mario Luzi,  Prémices du désert, poèmes, 1932-1956  Gallimard, Collection Poésie, 2004
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mario Luzi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: