Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Ayana Mathis

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Ayana Mathis Empty
MessageSujet: Ayana Mathis   Ayana Mathis Icon_minitimeMar 21 Jan 2014 - 18:10

Ayana Mathis Aaa187

Biographie de l'auteur
Ayana Mathis a grandi dans les quartiers nord de Philadelphie. Férue de poésie, elle a suivi plusieurs cursus universitaires sans en terminer aucun, a travaillé comme serveuse puis fact-checker dans divers magazines et a vécu quelque temps en Europe.
Publié en 2012 aux Etats-Unis, Les Douze Tribus d'Hattie est son premier roman.
Source : Editeur

son site

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Ayana Mathis Empty
MessageSujet: Re: Ayana Mathis   Ayana Mathis Icon_minitimeMar 21 Jan 2014 - 18:10

Ayana Mathis Animal11 / Ayana Mathis A1150
The Twelve Tribes of Hattie / Les douze tribus d’Hattie
Citation :
Présentation de l’éditeur
Gare de Philadelphie, 1923. La jeune Hattie arrive de Géorgie en compagnie de sa mère et de ses soeurs pour fuir le Sud rural et la ségrégation. Aspirant à une vie nouvelle, forte de l'énergie de ses seize ans, Hattie épouse August. Au fil des années, cinq fils, six filles et une petite-fille naîtront de ce mariage. Douze enfants, douze tribus qui égrèneront leur parcours au fil de l'histoire américaine du XXe siècle. Cette famille se dévoile peu à peu à travers l'existence de ces fils et de ces filles marqués chacun à leur manière par le fort tempérament de leur mère, sa froide combativité et ses secrètes failles.

Les Douze Tribus d'Hattie, premier roman éblouissant déjà traduit en seize langues, a bouleversé l'Amérique. Telles les pièces d'un puzzle, ces douze tribus dessinent le portrait en creux d'une mère insaisissable et le parcours d'une nation en devenir.

Je pense qu’on peut dire de ce lire que c’est un tourne-pages. Ayant l'hébergé seulement ce matin, je n’ai pas pu mettre de côté ma lecture avant la fin !

Quelle histoire. Quelle magie. Quel bon début de l’année 2014 avec ce petit bijou !

Le livre se divise en plusieurs chapitres, chacun s’ouvrant sur une date entre 1925 et 1980 et on suit la vie de Hattie et de ses enfants. Très souvent c’est Hattie qui prend la parole, mais on suit aussi plusieurs de ses enfants et leur destin.

Hattie est une femme dure, peu disponible à donner de l’affection à ses -trop nombreux- enfants. Mais vivant avec un homme qui ne fournit pas assez d’argent pour sa grande famille, il lui est surtout important de donner à manger et vêtir ses enfants convenablement. C’est sa forme d’amour.

En changeant de l’angle de vue, la lecture ne devient jamais ennuyeuse. Dès qu’un chapitre se termine, on a envie de voir pour la suite, cette famille n’est pas autre que bon nombre de familles qu’on peut rencontrer dans des livres (et certainement aussi dans la vie réelle), mais l’écriture d’Ayana Mathis est tellement prenante, impossible de se dérober.

J’en redemande !



Extrait

Philadelphia et Jubilee
1925

- Philadelphia et Jubilee ! s'écria August quand Hattie lui dit comment elle voulait appeler ses jumeaux. Tu vas quand même pas donner des noms bizarres comme ça à ces bébés !
Si la mère d'Hattie avait été encore de ce monde, elle aurait été du même avis qu'August. Elle aurait dit qu'Hattie avait choisi des noms vulgaires; "inélégants et prétentieux", voilà ce qu'elle aurait dit. Mais elle n'était plus là, et Hattie voulait pour ses bébés des noms qui ne fussent pas déjà gravés sur la pierre d'une tombe familiale dans un cimetière, quelque part en Géorgie, alors elle leur donna à chacun un nom de promesse et d'espoir, un nom tourné vers l'avenir, pas vers le passé.
Les jumeaux naquirent en juin, au cours du premier été suivant le mariage d'August et Hattie. Les jeunes mariés avaient loué une maison dans Wayne Street - petite, mais située dans un bon quartier, et puis ce n'était, selon l'expression d'August, qu'une maison en attendant.
- Jusqu'à ce qu'on s'en achète une à nous, avait dit Hattie.
- Jusqu'à ce qu'on signe au bas d'un acte en bonne et due forme, avait acquiescé August.
À la fin du mois de juin, les merles prirent possession des toits et des arbres de Wayne Street. Tout le quartier résonnait de chants d'oiseaux. Leur gazouillis endormait les jumeaux et mettait Hattie de si bonne humeur qu'elle pouffait de rire sans arrêt. Il pleuvait tous les matins, mais les après-midi étaient inondés de soleil, et le minuscule carré de pelouse d'Hattie et August était vert comme au premier jour de la Création. Les femmes du quartier faisaient leur pâtisserie de bonne heure, et à midi toute la rue était embaumée par les gâteaux aux fraises qu'elles mettaient à refroidir sur le rebord de leur fenêtre. Hattie et ses jumeaux somnolaient tous les trois à l'ombre, sur la véranda. L'été suivant, Philadelphia et Jubilee marcheraient ; ils arpenteraient la véranda d'un pas incertain, comme d'adorables petits vieux un peu branlants.

Hattie Shepherd baissa les yeux vers ses deux bébés dans leur couffin. Ils avaient sept mois. Comme ils respiraient mieux quand ils étaient assis, elle les avait calés bien droit avec de petits oreillers. Us venaient seulement de se calmer. Ils avaient passé une mauvaise nuit. La pneumonie, ça se soignait, mais pas facilement. C'était tout de même préférable aux oreillons ou à la grippe, ou à la pleurésie. Ça valait mieux que le choléra ou la scarlatine. Hattie était assise sur le sol de la salle de bain, appuyée contre la cuvette des toilettes, les jambes étendues devant elle. La fenêtre était couverte de buée, et de petites gouttes de condensation coulaient sur les vitres, débordaient des croisillons de bois peints en blanc avant de former une flaque dans un creux du carrelage, derrière la cuvette. Hattie faisait couler de l'eau chaude depuis des heures. August avait passé la moitié de la nuit à la cave, à mettre du charbon dans le chauffe-eau. Il voulait rester à la maison, pour ne pas laisser Hattie seule avec les bébés. Mais... une journée de travail, c'est une journée de salaire, et le tas de charbon diminuait. Hattie l'avait rassuré : les bébés iraient mieux maintenant que la nuit était passée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Igor
Zen littéraire
Igor

Messages : 3524
Inscription le : 24/07/2010
Age : 66

Ayana Mathis Empty
MessageSujet: Re: Ayana Mathis   Ayana Mathis Icon_minitimeMar 21 Jan 2014 - 20:12

Actuellement sur France Inter (20h00/21h00)
Certainement ré-écoutable en podcast ou sur le site...

_________________
Tranquille comme mon chien qui dort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Ayana Mathis Empty
MessageSujet: Re: Ayana Mathis   Ayana Mathis Icon_minitimeMer 22 Jan 2014 - 8:35

merci pour cette annonce, une réécoute est en effet possible, ici

je l'ai écouté... et j'aime bien cette émission, mais je pense que cela apporte plus si on connait déjà le livre... par moment cela donne vraiment envie de le lire, mais ils en disent aussi beaucoup de choses qui seraient mieux de découvrir lors de la lecture et pas avant Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noémie
Sage de la littérature
Noémie

Messages : 1290
Inscription le : 24/11/2010
Localisation : Au pied des Pyrénées...

Ayana Mathis Empty
MessageSujet: Re: Ayana Mathis   Ayana Mathis Icon_minitimeMer 22 Jan 2014 - 13:21

Igor a écrit:
Actuellement sur France Inter (20h00/21h00)
Certainement ré-écoutable en podcast ou sur le site...

kenavo a écrit:
merci pour cette annonce, une réécoute est en effet possible, ici

je l'ai écouté... et j'aime bien cette émission, mais je pense que cela apporte plus si on connait déjà le livre... par moment cela donne vraiment envie de le lire, mais ils en disent aussi beaucoup de choses qui seraient mieux de découvrir lors de la lecture et pas avant Wink


J'étais sur la route,hier, je rentrais du travail et j'ai écouté - moi aussi j'aime bien cette émission !  sourire - et j'ai pensé à toi kenavo car j'avais lu ton avis ,ici : c'est vrai que cela donne envie de lire le livre et c'est vrai aussi que beaucoup de choses ont été dites .....
J'aime bien la voix de la personne qui fait la lecture au début de l'émission...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Ayana Mathis Empty
MessageSujet: Re: Ayana Mathis   Ayana Mathis Icon_minitimeMer 22 Jan 2014 - 18:21

les extraits étaient bien choisis... j'espère que tu vas te laisser tenter de le lire Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madame B.
Zen littéraire
Madame B.

Messages : 5352
Inscription le : 17/07/2008
Age : 45

Ayana Mathis Empty
MessageSujet: Re: Ayana Mathis   Ayana Mathis Icon_minitimeMer 29 Jan 2014 - 17:10

Merci pour ton avis Kenavo.
J'ai très envie de le lire maintenant (reste à savoir si ce sera en anglais ou en français).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labougeotte-impressionsdevoyages.blogspot.com/
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Ayana Mathis Empty
MessageSujet: Re: Ayana Mathis   Ayana Mathis Icon_minitimeMer 29 Jan 2014 - 20:23

Madame B. a écrit:
(reste à savoir si ce sera en anglais ou en français).
cela ne devrait pas te poser de problèmes pour le lire en anglais
et tu sais qu'il existe sur un certain site Cool la possibilité de feuilleter un livre... tu as ainsi pour celui-ci accès au texte anglais et tu peux voir si cela te vas Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Ayana Mathis Empty
MessageSujet: Re: Ayana Mathis   Ayana Mathis Icon_minitimeVen 28 Fév 2014 - 3:04

Les Douze Tribus d'Hattie
traduit de l'américain par François Happe

En exergue:
"Et vous vous êtes tous approchés de moi et avez dit: Nous enverrons des hommes devant nous, et ils reconnaîtront pour nous la terre , et ils nous feront un rapport sur le chemin par lequel nous devons monter et sur les villes où nous arriverons. Et cet avis me parut bon; et je pris douze hommes parmi vous, un par tribu".
Deutéronome

Dans un entretien, Ayana Mathis dit avoir écrit ce roman en pensant à sa grand-mère qui, comme Hattie, a fait partie de la grande migration de 1910 à 1940.Plus d'un million d'Afro-Américains sont montés du Sud vers le Nord pour y trouver du travail. Cette grand-mère était une femme qu'elle qualifie de stoïque. Mystérieuse et complètement silencieuse. Ayana Mathis a essayé d'imaginer ce qui se cachait derrière ce silence perturbant, à travers un très beau portrait de femme qui n'est pas linéaire, mais raconté de façon fragmentée à travers des bribes de vie de ses enfants, entre 1925 et 1980.

En arrivant à Philadelphie, la très jeune Hattie a eu l'impression de commencer à vivre. Elle n'a pas " vécu" comme elle l'aurait souhaité longtemps. Un faux pas avec un voisin dont elle est amoureuse, qui l'abandonne très vite, elle se retrouve avec des jumeaux , et un mari qui n'en est pas le père. L'hiver de Philadelphie aura raison des deux bébés , et la mort des jumeaux , dans le premier très beau chapitre, semble la glacer à jamais sur le plan affectif. Car des enfants, il faut déjà pouvoir les maintenir en vie..
C'est en tout cas ce qui sera ressenti par ses enfants , qui vont payer pour cela plus ou moins lourdement. Le chapitre le plus déchirant est sans doute celui qui raconte la guerre de Franklin au Vietnam, mais toutes les histoires sont intéressantes et souvent très émouvantes.
Et les hommes dans tout cela? Et bien.. assez faibles, peut être, oui. Jamais méchants, bien au contraire. Dépassés ...
Hattie s'est vite aperçue que quitter un homme pour un autre n'allait pas lui apporter grand chose dans ce qu'elle recherchait, en fait, la sécurité pour elle et ses enfants. C'est une femme forte extérieurement, Hattie, mais pleine de failles, de désirs, de besoins et très vite consciente qu'ils ne seront pas comblés, ce qui l'aigrit encore davantage. Et ce que les enfants voient, c'est l'aigreur. La dureté de leur mère.

Dans les remerciements à la fin du livre, Ayana Mathis parle bien sûr de l'influence de Toni Morrison. Mais si on ne peut la nier, l'écriture d'Ayana Mathis est beaucoup moins dense, moins chargée d'une rancune tout à fait légitime. Du temps a passé..
C'est un portrait de femme qui appartient à la communauté afro-américaine, mais ce portrait a une valeur plus universelle.Un portrait de ces femmes qui n'ont eu aucun autre choix que de subir et de faire face. En l'acceptant, ou non, et le problème d'Hattie, c'est sa révolte , et que peut -elle en faire? Plus tard...

"Ils ne comprenaient pas que tout l'amour qu'elle avait en elle était accaparé par la nécessité de les nourrir, de les habiller et de les préparer à affronter le monde. Le monde n'aurait pas d'amour à leur offrir; le monde ne serait pas gentil.
.....Elle n'était pas âgée au point de ne pas survivre à un nouveau sacrifice. Elle mit le bras autour de l'épaule de Sala et l'attira contre elle. Elle tapota le dos de sa petite-fille avec une certaine rudesse- elle était si peu habituée aux démonstrations de tendresse
."

Un beau premier roman.Merci Kenavo!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Ayana Mathis Empty
MessageSujet: Re: Ayana Mathis   Ayana Mathis Icon_minitimeVen 28 Fév 2014 - 6:15

oh, comme je suis contente!!
merci pour ce beau commentaire, qui va donner envie à d'autres de lire ce livre Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen
Epi

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 59
Localisation : à l'ouest

Ayana Mathis Empty
MessageSujet: Re: Ayana Mathis   Ayana Mathis Icon_minitimeVen 28 Fév 2014 - 13:30

kenavo a écrit:
merci pour ce beau commentaire, qui va donner envie à d'autres de lire ce livre Wink
 oui 

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Ayana Mathis Empty
MessageSujet: Re: Ayana Mathis   Ayana Mathis Icon_minitimeDim 9 Mar 2014 - 17:59

Oui, vous donnez très envie de découvrir le livre, toutes les deux.

Une question que je me pose, toutefois. Le livre expose apparemment les points de vue de nombreux personnages ; du coup, le livre ne ressemble t'il pas à une suite de nouvelles juxtaposées ?
Et aussi, les points de vue suivent-ils une progression linéaire dans le temps, ou bien chacun s'attache t'il à un épisode particulier qui l'a marqué ?
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Ayana Mathis Empty
MessageSujet: Re: Ayana Mathis   Ayana Mathis Icon_minitimeDim 9 Mar 2014 - 20:46

Armor-Argoat a écrit:
Une question que je me pose, toutefois. Le livre expose apparemment les points de vue de nombreux personnages ; du coup, le livre ne ressemble t'il pas à une suite de nouvelles juxtaposées ?

le lien qui unit ces nouvelles, est cette famille et du coup, chaque nouvelle vue est une pièce d'un puzzle qui va faire un tout
en plus Hattie prend à plusieurs reprises la parole, ainsi elle fait la "colle" entre les autres chapitres


Armor-Argoat a écrit:
Et aussi, les points de vue suivent-ils une progression linéaire dans le temps, ou bien chacun s'attache t'il à un épisode particulier qui l'a marqué ?

oui, la trame de l'histoire suit une progression linéaire, ainsi le livre s'ouvre avec une très jeune Hattie et se termine avec elle, devenue une vieille femme...

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Ayana Mathis Empty
MessageSujet: Re: Ayana Mathis   Ayana Mathis Icon_minitimeVen 21 Mar 2014 - 22:26

tu peux t'imaginer que je suis bien contente de lire ton commentaire!
certainement une nouvelle voix intéressante dans la littérature américaine, je suis curieuse de voir son développement...

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Ayana Mathis Empty
MessageSujet: Re: Ayana Mathis   Ayana Mathis Icon_minitimeDim 25 Mai 2014 - 15:35

Les douze tribus d'Hattie

Citation :
Hattie savait que ses enfants ne la considéraient pas comme quelqu'un de gentil, et peut-être ne l'était-elle pas, mais quand ils étaient petits, il n'y avait pas beaucoup de temps pour les sentiments. Elle leur avait fait défaut dans des domaines essentiels, mais à quoi cela aurait-il servi de passer les journées à les serrer contre elle et à les embrasser s'ils n'avaient rien eu à se mettre dans le ventre ? Ils ne comprenaient pas que tout l'amour qu'elle avait en elle  était accaparé par la nécessité de les nourrir, de les habiller et de les préparer à affronter le monde . Le monde n'aurait pas d'amour à leur offrir ; le monde ne serait pas gentil.

C'est l'histoire d'Hattie.
Jeune noire à la peau claire fuyant à 15 ans le Sud avec sa mère et ses sœurs, installée à Philadelphie, très vite enceinte, mère de jumeaux à 16 ans, les perdant à 17 d'une pneumonie, déchirée à vie ; un mari brave mais volage et incapable de ramener l'argent à la maison  ;  10 grossesses enchaînées. Hattie, arrivée pleine de curiosité, prête à dévorer le monde, plongeant de désillusion en désillusion, n'ayant d'autre ressource que de serrer les dents, lutter pour l'ordinaire, abandonnant amour,douceur et tendresse – mais sans doute pas dans son cœur. Une femme qui n'a pas de choix.
Citation :

Il était important de faire ce qu'il y avait à faire, indépendamment du jour et des circonstances

Décrite en  10 chapitres s'étalant sur  55  ans,  comme 10 nouvelles s'enrichissant l'une-l'autre, chacune consacrée à l'un de ces enfants  devenant adultes, tout comme elle ballotés par un mondre impitoyable,  dérivant, se perdant.  A travers le parcours de chacun, c'est la vie de Hattie qui est racontée, un coeur tendre soumis à rude épreuve, camouflé sous un carapace de colère.

Voilà une histoire qui pourrait être misérabiliste, où il ne faut pas rechercher de douceur. Une femme dans le siècle, un combat pour survivre et se protéger tant bien que mal, qui  pourrait être un amalgame de  situations convenues, et c'est au contraire plein de belles surprises, grâce à une forme littéraire originale, à  des dialogues somptueusement menés, grâce surtout à l'œil attentif de Ayana Mathis, une femme qui sait regarder les autres sans pitié, mais sans les juger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




Ayana Mathis Empty
MessageSujet: Re: Ayana Mathis   Ayana Mathis Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Ayana Mathis
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» 2 janvier 2016 (w/ Paul)
» Pursuit of Happiness • Mathis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: