Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Pierre Klossowski

Aller en bas 
AuteurMessage
Comus
Posteur en quête
Comus

Messages : 50
Inscription le : 17/01/2014
Age : 60
Localisation : var

Pierre Klossowski Empty
MessageSujet: Pierre Klossowski   Pierre Klossowski Icon_minitimeVen 24 Jan 2014 - 15:41

PIERRE KLOSSOWSKI

Pierre Klossowski E3c1f055ba9dfb29795b

Au carrefour de la pensée de Nietzsche, de celle de Sade, contemporain d'Artaud dont son frère Balthus fit le portrait, il est l'auteur de " Sade, mon prochain "et de " Nietzsche et le cercle vicieux. Traducteur, essayiste, peintre, cineaste, mais avant tout selon ses propres mots « fabricant de simulacres », l'oeuvre de PK a de quoi dérouter. On entre dans sa pensée comme dans un labyrinthe et on traverse son univers de fausse-porte en trompe-l'oeil où tout semble fait pour nous égarer. Depuis les "souffles" du Baphomet jusqu'aux protagonistes incertains du "souffleur", le principe d'unicité du moi est mis à mal.
Commenter l'oeuvre de Klossowski est un pari perdu d'avance.


Citation :
« Romancier », « philosophe », « peintre », Klossowski se définit avant tout comme un « monomane » et un « fabricant de simulacres ».
Son oeuvre littéraire et picturale, tourne autour d'une réflexion sur le corps et le langage, mêlant érotisme et métaphysique. Rejetant les qualificatifs de peintre, écrivain, philosophe, traducteur, etc., Pierre Klossowski aimait à se définir comme un monomane créant sous l'empire de la vision : « L'image me dicte ce que je dois dire. Oui, la vision exige que je dise tout ce que me donne la vision et tout ce que je trouve dans la vision. Nous fermons les yeux, ou bien nous les gardons ouverts, mais si nous les fermons, nous voyons tout à fait autre chose que ce qui se passe effectivement, nous voyons ce dont nous parlons ». Dans sa trilogie romanesque "Les lois de l'hospitalité" placée sous le signe de "Roberte" l'auteur y pratique l'adultération de l'épouse par l'époux,  une manière de nous inviter à partager son monde de perversion.

Citation :
Né en 1905 à Paris, Pierre Klossowski a conçu dans les marges de la modernité l'une des oeuvres les plus étranges et déconcertantes que notre époque ait vues naître. Familier au cours de sa jeunesse de Rilke et de Gide, traducteur de textes aussi fondamentaux et variés que ceux de Virgile, Suétone, Tertullien, Hamann, Nietzsche, Kafka, Klee, Heidegger et Wittgenstein, exégète de saint Augustin, Sade et Fourier, Klossowski n'a cessé d'explorer et d'exploiter, au carrefour de la théologie scolastique, de la pensée nietzschéenne, de la fiction romanesque et de la pratique picturale, toutes les ressources d'une obsession, d'un « signe unique » appelé à s'incarner dans une physionomie féminine. Evoluant, tantôt comme Roberte dans l'espace de la conjugalité bourgeoise, tantôt comme Diane-Artémis, la Vierge Sagittaire, dans l'espace du mythe gréco-romain, la physionomie féminine, soumise à toutes les violences et les humiliations que lui inflige la « virilité maudite », déjoue ironiquement la pensée de l'Eternel Retour que Nietzsche prophétisa comme l'événement décisif dont le monde moderne aurait à affronter la terreur éliminatrice.
(Jean-Pol Madou)

Citation :
Pierre Klossowski (né à Paris en 1905) est un de ces destins singuliers qui auront traversé le xxe siècle en lui imprimant une marque discrète mais ineffaçable. Écrivain d'abord - un des plus profonds et des plus subversifs de sa génération -, Klossowski décide, vers le début des années soixante-dix, d'abandonner définitivement l'écriture pour se consacrer tout entier au développement d'une oeuvre graphique amorcée en 1953 par l'illustration de son récit Roberte ce soir. L'exemple est sans précédent d'un écrivain faisant ainsi le saut irréversible, de l'écrit à l'image. Aventure intellectuelle risquée pour le frère de Balthus, mais aventure réussie puisque l'oeuvre peint de Pierre Klossowski, au cours de la dernière décennie, a pris sa place aux côtés des oeuvres des plus grands artistes de notre époque.
(Jacques HENRIC)

Citation :
Fascinée tout à la fois par le marquis de Sade et le professeur Nietzsche, ces deux pourfendeurs du savoir métaphysique, l'oeuvre de Pierre Klossowski se singularise cependant par une évidente nostalgie à l'égard de ce savoir. Elle est, à ce titre, exemplaire et opportune à notre époque /.../ L'écriture et la connaissance : tel en serait le thème, si la connaissance ne se révélait, au bout du compte, comme un horizon purement problématique. Ce que nous livre, sous l'aspect de cette quête, l'oeuvre de Klossowski, c'est, à proprement parler, une expérience : « le phénomène de la pensée ».
(Jean Decottignies)

Citation :
Pierre Klossowski, un écrivain hors du commun
Écrivain, peintre (il était le frère de Balthus), traducteur (il a traduit notamment Nietzsche, Virgile), Klossowski, né à Paris dans une famille d’artistes d’origine polonaise le 9 août 1905, a fréquenté très tôt les plus grands peintres et écrivains d’avant-guerre, dont Bonnard, Rilke, Gide et Bataille, puis après la guerre, Michel Foucault, Gilles Deleuze... Il fait la connaissance de Rilke dans les années vingt, puis de Gide qui, en 1923, lui demande de l’assister dans son travail. En 1930, Klossowski fait ses premières traductions des Poèmes de la folie, de Hölderlin, un genre dans lequel il excellera toute sa vie. C’est alors qu’il découvre Sade qui influencera son écriture et sa peinture. En 1934, il fréquente Bataille, Masson, Caillois et Maurice Heine. Lié à plusieurs groupes politiques et philosophiques, il participe auprès de Bataille au Collège de sociologie et à la revue clandestine Acéphale. Dans l’Apprenti sorcier (éditions de la Différence), Bataille décrit les activités de la société secrète Acéphale qui travaille les exercices spirituels, les états de conscience et d’émotion violente, techniques d’illumination qu’il traduira dans l’Expérience intérieure.
Pendant l’hiver 1939, Pierre Klossowski entre au noviciat des dominicains de La Lesse, puis ceux de Saint-Maximin. Il passe les grades de théologie et donne une conférence qui sera reprise dans la première édition de Sade, mon prochain en 1947. En 1944, après sa rupture avec les dominicains, il s’engage dans la CIMADE, mouvement protestant d’entraide sociale, et part comme aumônier dans un camp de réfugiés espagnols près de Clermont-Ferrand. Il se convertit au luthéranisme, abjure le protestantisme en 1945. L’année suivante, il publie une traduction des Méditations bibliques de Hamann. En 1950, il publie son premier roman, la Vocation suspendue, avant le triptyque des Lois de l’hospitalité en 1965, et la même année, Baphomet, où le récit klossowskien donne sa pleine mesure, image obsédante, temps circulaire, climat sulfureux. Maurice Blanchot disait de Klossowski qu’il nous tient dans ce don rare de " l’hilarité du sérieux ".
Dans la Monnaie vivante, texte illustré de photographies de Pierre Zucca (paru chez Losfeld en 1970), il traite de la mercantilisation des fantasmes érotiques selon les normes industrielles : " Que l’on imagine une régression apparemment impossible : soit une phase industrielle où les producteurs ont le moyen d’exiger, à titre de paiement, des objets de sensation de la part des consommateurs. Ces objets sont des êtres vivants. "
Écrivain, philosophe, Pierre Klossowski s’intéressait également au cinéma et il collabora avec Raoul Ruiz à l’Hypothèse du tableau volé. Ces dernières années, il se consacrait surtout à la peinture.
J. M. (l'humanité)

Portrait de Balthus  
Pierre Klossowski 0639a66a4723e8b638ff


Bibliographie

     1905 : naissance à Paris, le 9 août.
     1930 : traduction (avec Pierre Jean Jouve) des Poèmes de la folie de Hölderlin (éd. Fourcade, repris chez Gallimard en 1963).
     1947 : Sade, mon prochain, essai (Seuil, réédité modifié et augmenté du "Philosophe scélérat", Seuil, 1967).
     1948 : traduction des Méditations bibliques de Hamann (Minuit).
     1950 : La Vocation suspendue, roman (extraits dans Les Temps modernes, puis Gallimard).
     1954 : Roberte ce soir, roman (Minuit) ; traduction du Gai Savoir de Nietzsche (Club français du livre, puis Gallimard, 1967). Etude de Georges Bataille sur P. K. dans Critique (février).
     1956 : Le Bain de Diane, essai (J.-J. Pauvert, puis Gallimard, 1980). Première exposition privée, cour de Rohan à Paris, à l'initiative de Giacometti et de Masson.
     1959 : La Révocation de l'édit de Nantes, roman (Minuit). Traduction de la Vie des douze Césars de Suétone (Club français du livre), du Journal de Paul Klee (Grasset) et des Minutes du procès de Gilles de Rais, avec Georges Bataille (Club français du livre, puis J.-J. Pauvert, 1965).
     1960 : Le Souffleur ou le Théâtre de société (J.-J. Pauvert).
     1961 : traduction du Tractatus logico-philosophicus de Wittgenstein (Gallimard).
     1963 : Un si funeste désir, recueil d'essais littéraires (Gallimard).
     1964 : traduction de L'Enéide de Virgile (Gallimard, puis André Dimanche, 1989). Article de Michel Foucault dans L'Express et dans la NRF (mars), "La Prose d'Actéon".
     1965 : Les Lois de l'hospitalité, reprise, avec préface et postface, des trois précédents romans (Gallimard, "Le Chemin"). Le Baphomet, roman (Mercure de France).
     1967 : exposition au Cadran solaire à Paris. Désormais, presque chaque année, P. K. exposera à Paris, mais aussi à Genève, Rome, Milan, Turin, Anvers, Mexico...
     1968 : Origines culturelles et mythiques d'un certain comportement des Dames romaines, essai (Fata Morgana).
     1969 : Nietzsche et le cercle vicieux, essai (Mercure de France). Gilles Deleuze reprend son essai sur Klossowski, "P. K. ou Les Corps langages", paru dans Critique, dans La Logique du sens (Minuit).
     1970 : La Monnaie vivante, essai, avec des photographies de Pierre Zucca. Avec ce photographe, P. K. réalisera deux films, en 1975 et 1979, autour de la figure de Roberte. Numéro de L'Arc (no 43) consacré à P. K. (dirigé par R. Micha).
     1971 : traduction du Nietzsche de Martin Heidegger (Gallimard).
     1974 : Les Derniers Travaux de Gulliver suivi de Sade et Fourier, essais (Fata Morgana).
     1978 : L'Hypothèse du tableau volé, film de Raul Ruiz d'après P. K.
     1984 : La Ressemblance, recueil d'articles et d'entretiens avec Alain Arnaud (André Dimanche)
     1990 : première grande rétrospective au CNAC, à Paris. Parution de l'essai d'Alain Arnaud, meilleure introduction à l'ensemble de l'œuvre de P. K. (Seuil, "Les Contemporains").
     1994 : L'Adolescent immortel, théâtre (Lettres vives) et Le Secret pouvoir du sens, entretiens avec Alain Jouffroy (Ecritures).
     2001 : Tableaux vivants. Essais critiques 1936-1983 (Le Promeneur).



Citation :
 «Rentrez donc votre magnéto, mais retenez bien ceci pour la joie de mes détracteurs : je ne suis ni un « écrivain », ni un « penseur », ni un « philosophe » - ni quoi que ce soit dans aucun mode d'expression - rien de tout cela avant d'avoir été, d'être et de rester un monomane.»

Toute l'oeuvre de Pierre Klossowski est une pratique du simulacre, non pas du mensonge car il n'est pas question de Vérité ici, mais bien plutôt de sortir de cet a priori ancestral selon laquelle une chose est vrai ou fausse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comus
Posteur en quête
Comus

Messages : 50
Inscription le : 17/01/2014
Age : 60
Localisation : var

Pierre Klossowski Empty
MessageSujet: Re: Pierre Klossowski   Pierre Klossowski Icon_minitimeVen 24 Jan 2014 - 15:57

P.S:

La Monomanie selon wikipedia:

Citation :
En psychopathologie et psychiatrie du XIXe siècle, la monomanie est un délire caractérisé par une préoccupation unique. La monomanie intellectuelle caractérise un patient obsédé par une ou plusieurs idées délirantes. La monomanie affective ou raisonnante concerne un patient qui peut conserver une certaine conscience de son trouble, contrairement à la monomanie émotionnelle pour laquelle une ou plusieurs émotions abolissent son raisonnement et sa volonté.  Après les années 1850, la monomanie disparaît en tant que critère de diagnostic en psychiatrie et n'apparaît plus dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux.
Néanmoins, un certain nombre de troubles psychiatriques autrefois classés comme monomanies sont toujours admis, comme le trouble des habitudes et des impulsions ou le trouble des conduites.
 intense reflexion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Pierre Klossowski Empty
MessageSujet: Re: Pierre Klossowski   Pierre Klossowski Icon_minitimeVen 24 Jan 2014 - 22:21

c'est noté. mais y aurait-il de meilleures ou plus aisées façon d'aborder l'auteur que d'autres (ou des préférences) ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comus
Posteur en quête
Comus

Messages : 50
Inscription le : 17/01/2014
Age : 60
Localisation : var

Pierre Klossowski Empty
MessageSujet: Re: Pierre Klossowski   Pierre Klossowski Icon_minitimeSam 25 Jan 2014 - 9:29

Moi, j'ai commencé par "Nietzsche et le cercle vicieux" parce que j'avais lu Nietzsche avant, mais on peut faire un autre choix:

La vocation suspendue est un livre liminaire parce qu'il correspond à une période charnière chez l'auteur, l'abandon de sa vie religieuse et c'est son premier roman.

Mais je trouve plus intéressant de commencer par la trilogie des "Lois d l'hospitalité" avec "Roberte, ce soir", "La révocation de l'édit de Nantes" et "Le Souffleur" parce la perversité intellectuelle de l'auteur y est à son apogée. On se perd dans les méandres de ses jeux d'identités interchangeables, ses fictions érotiques, ses simulacres d'inspiration théologique.
Mais c'est un véritable plaisir de participer (l'auteur nous y invite par la contemplation de ses "tableaux vivants"), par la simple lecture à la mise en scène de situation "tordues", séditieuses, trompeuses, subversives.

Ou, pour ceux qui aiment les romans d'inspiration baroque médiévales à l'époque des templiers, "Le Baphomet", pur chef d'oeuvre d'écriture fantasmatique où les protagonistes sont des "souffles" (des esprits séparés de leur corps) interpénénatrables sans pour autant être dénués de leur identité.


Une citation courte qui donne le ton, lorsqu'on aborde l'oeuvre de Klossowski:

Citation :
"Au début était la trahison"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Pierre Klossowski Empty
MessageSujet: Re: Pierre Klossowski   Pierre Klossowski Icon_minitimeSam 25 Jan 2014 - 9:37

ok, merci pour les précisions, je verrai quand j'aurais la faiblesse de repasser à la librairie.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Pierre Klossowski Empty
MessageSujet: Re: Pierre Klossowski   Pierre Klossowski Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Pierre Klossowski
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» film: pierre bourdieu: la pensée en mouvement
» SAINT-PIERRE-ET-MIQUELON
» pierre-enfant-martyr
» Énigme 163 - La filature Levavasseur de Fontaine-Guérard à Pont-Saint-Pierre (27)
» Pierre Curie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: