Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Sait Faik Abasiyanik [Turquie]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Sait Faik Abasiyanik [Turquie]   Jeu 30 Jan 2014 - 16:34



Sait Faik Abasiyanik, né le 18 novembre 1906 à Adapazarı et mort le 11 mai 1954 à Istanbul, est l'un des écrivains turcs d'histoires courtes et de poésie les plus connus de Turquie.

Sa carrière littéraire commence dès 1925, avec des poèmes, mais il doit sa célébrité à ses nouvelles qui peignent la vie difficile des petits gens d'Istanbul. Il a consacré sa vie à l'écriture après 1934.

Un thème important a été toujours la mer et il a passé la plupart de son temps à Burgazada en mer de Marmara à Istanbul.

source


Bibliographie

1936 Samovar,
1939 Citerne,
1940 Marteau-pilon,
1949 L'homme inutile,
1950 Le Café du coin,
1951 Les nuages dans le ciel,
1951 Haut de la piscine,
1952 Les derniers oiseaux,
1954 Moins de sucre,
1954 Un serpent à Alemdag,
1955 L'enfant dans le tunnel,

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque


Dernière édition par kenavo le Jeu 30 Jan 2014 - 17:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Sait Faik Abasiyanik [Turquie]   Jeu 30 Jan 2014 - 16:35

Ce nom a été mentionné il y a peu sur le fil d'un autre auteur turque et une petite recherche m'a montré qu'il existe ce joli recueil de lui


Geschichten aus Istanbul

qui regroupe 40 nouvelles de huit livres différents... affaire à saisir pour me faire une idée de cet auteur.

Je viens de lire les nouvelles qui sont tirées de son livre Le Samovar


Le Samovar
Citation :
Présentation de l'éditeur
Le Samovar, qui paraît en 1936, est le premier des dix recueils de nouvelles publiés de son vivant par Sait Faik. Il est alors de retour dans sa ville mère, Istanbul, après un long séjour à Grenoble où il campe aussi certaines de ses " histoires simples ". Ce fantôme chaleureux mais sauvage, qui marqua comme personne les générations d'écrivains qui l'ont suivi, s'y révèle le premier moderne en soi de la littérature turque, écrit Enis Batur dans sa préface. Avant Sait Faik, la rhétorique dominait la prose. Lui a des phrases courtes, tendues, parfois effilées comme un dard de raie, électriques, chargées d'un imbroglio de sentiments gouvernés chez lui par une fêlure qui le rend unique. À la manière d'un Chagall, et avant que sa quête du minimalisme ne l'entraîne vers une certaine abstraction, en particulier dans Un serpent à Alemdag, publié l'année de sa mort, il compose des tableaux foisonnant de gens ordinaires, modestes, souvent marginaux, dont rarement dans la littérature mondiale un écrivain a su croquer le quotidien avec tant de finesse.

Pour tout lecteur qui n’aime pas les nouvelles, je peux tout de suite dire : tu ne vas pas trouver ton bonheur dans ces textes.

Mais pour tous les autres : saisissez l’occasion de découvrir cet auteur !!
Quel talent, quelle magie, quelle souplesse… je suis tout à fait enthousiaste. J’ai l’impression d’avoir trouvé une vraie mine d’or.
Vous pouvez voir les étincelles dans mes yeux ? Et ben, c’est à cause de lui !

Avec des petites touches, quelques mots, il arrive à installer une scène, un décor, un sentiment. On n’a pas envie de connaître plus, on se laisse bercer par cette écriture et sur seulement quelques pages on suit un petit fait divers, une rencontre, un voyage, une nuit de noces… et le moment que cela se termine on ne veut pas savoir plus parce qu’il a bouclé le tout. Génial !

Mais ce qui est certain : on veut en lire plus… je sens que je vais dévorer ce recueil et quand même me pencher sur tous les livres publiés en français qui contiennent l’ensemble de ses nouvelles…

drunken

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sait Faik Abasiyanik [Turquie]   Jeu 30 Jan 2014 - 18:19

Et dire qu'elle se fait passer pour un ange… Totalement diabolique, oui !

J'aime beaucoup, beaucoup les nouvelles.
Non je ne cèderai pas. Non je ne cèderai pas. Non non non je ne cèderai pas…
Revenir en haut Aller en bas
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Sait Faik Abasiyanik [Turquie]   Jeu 30 Jan 2014 - 18:22

On avait évoqué le nom d' Abasiyanik Silou et moi récemment. Et aujourd' hui, coincidence, je vais
commencer Un serpent à Alemdag. - Bleu autour éd.

Coup de chapeau d' abord à Bleu autour, le vaillant éditeur qui a entrepris dès 2007 d' éditer en
français les nouvelles de l' auteur. Bleu autour a déjà publié Un homme inutile, Le café du coin,

Le samovar.

Un serpent à Alemdag est préfacé avec enthousiasme par Nedim Gursel, un écrivain turc

contemporain.
Et Alain Mascarou nous éclaire sur l' homme et l' oeuvre.
Il nous apprend que Abasiyanik est né en 1906 à Adapazan, dans la Turquie occidentale, qu' il a fait des
études de Lettres à Istanbul. Qu' il a séjourné à Lausanne et à Grenoble et qu' il a vécu à Istanbul le
reste de sa vie, jusqu' à sa mort en 1954.


A. Mascarou ajoute :

"Abasiyanik est avant tout un ragard avide d' etres, un rodeur affamé d' humanité, immergé dans le
monde réel.
Peu de décors, mais des gens : porteurs, pecheurs, saltimbanques, écoliers, souvent des solitaires, des
désoeuvrés, des marginaus, des délinquants malgré eux.
Le petit peuple d' Istanbul des années 40 à 60 pour qui, il témoigne en amoureux lucide. Il ne tombe

jamais dans l' étude de moeurs, le misérabilisme, et il refuse le statut d' intellectuel...

Sa sociabilité anarchisante lui fait accepter l' irresponsabilité, la saveur simple du récit, la naissance

meme de la fiction.
Il manipule le temps à son gré, qu' il s' agisse de fragments prélevés sur toute une vie ou du creux d' une
après midi dans un café désert.
Son approche psychologique est pudique, distancée, soucieuse de réserver la complexité des "simples".
Il dispose d' un art très sur du montage, de l' éllipse, de la stylisation, du contrepoint.

L' ambiance du récit, parfois oppressante, cotoie aussi un onirisme malicieux, une fantaisie légère, de

plain-pied avec l' ingéniosité, la part de reve de ses laissés-pour-compte."

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Sait Faik Abasiyanik [Turquie]   Jeu 30 Jan 2014 - 19:02

Armor-Argoat a écrit:
J'aime beaucoup, beaucoup les nouvelles
je ne veux pas enfoncer le clou... mais si tu aimes les nouvelles, tu devrais tomber sous le charme de cet auteur Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Re: Sait Faik Abasiyanik [Turquie]   Jeu 30 Jan 2014 - 22:16

Merci Kena pour ce fil,

et hop je fais remonter en haut de ma PAL un recueil de nouvelles récemment emprunté : Un point sur la carte,
il comprend 3 séries d'une dizaine de nouvelles regroupées sous les titres : Les îles, Les villes et Les campagnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Sait Faik Abasiyanik [Turquie]   Jeu 30 Jan 2014 - 22:26

Un point sur la carte est édité par Souffles, encore un éditeur courageux !

Les autres sont publiés par Bleu autour :

- Le samovar

- Le café du coin

- Un serpent à Alemdag

Un petit conseil utile : N' achetez pas Un homme inutile, une nouvelle qui a été puliée isolément et qui se trouve dans le recueil : Un serpent à Alemdag.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Sait Faik Abasiyanik [Turquie]   Ven 31 Jan 2014 - 8:24

silou a écrit:
et hop je fais remonter en haut de ma PAL un recueil de nouvelles récemment emprunté : Un point sur la carte,
il comprend 3 séries d'une dizaine de nouvelles regroupées sous les titres : Les îles, Les villes et Les campagnes.
j'ai recherché un peut concernant ce titre (sa bibliographie est vraiment pas évidente, mais c'est souvent le cas pour des auteurs de nouvelles, chaque éditeur en fait un peu le recueil dont il a envie et dans chaque langue traduite c'est encore différent... et par après c'est le grand bazar..)
Citation :
Un point sur la carte, nouvelles extraites du recueil Son Kushlar (1952), traduit du turc et présenté par Sabri Esat Siyavusgil. [Leyde, Pays-Bas], Éditions A.W. Sijthoff, 1962, épuisé. [Cette anthologie regroupe quarante des nouvelles les plus célèbres de l’auteur].
* Réédition : édition de Abidine Dino et Nedim Gürsel, traduit du turc par Sabri Esat Siyavusgil. [Paris], Éditions Souffles, « Nouvelles en tête », 1988, 280 pages, épuisé.
[Choix de trente textes repris de l’anthologie de 1962 auxquels viennent s’ajouter « Sommeil troublé » et « Kalinikhta »].
source
et ce receuil Son Kushlar est apparemment traduit en Les derniers oiseaux que je ne retrouve nulle part...

mais n'importe tout ce pèle-mêle , je te souhaite une bonne lecture!!

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Sait Faik Abasiyanik [Turquie]   Mer 19 Fév 2014 - 16:29

LE  SAMOVAR. - Bleu autour Ed. Traduit du turd par Alain Mascarou,  Elif Deniz et Pierre
Vincent 


Quiconque lit Abasiyanik pour la première fois, est frappé, moins par son identité turque,

d' écrivain de la première moité du XXe siècle que par l' originalité de l'auteur.
Sur la façon bien à lui de conduire un récit, de faire preuve d' une extraordinaire liberté

de ton et de style, de vocabulaire.

Comme l'écrit Nadim Gursel,  romancier turc contemporain dans la préface :

"Sa syntaxe déroutante brouille les fontières de la réalité".

Et ailleurs :

"Sa singularité tient d'abord à sa langue.
Dans la littérature turque, il est le seul écrivain qui recourt à ce qu'on pourrait appeler un

"sabir" où se superposent le langage populaire de la grande ville et ce turc du Levant, où
se mêlent des mots grecs, français, et même parfois judéo-espagnol"...

On imagine facilement le travail du traducteur s'arrachant les cheveux. De fait, ils se sont mis
à trois. Mais on ne s' empêcher de penser que ce travail de virtuose perd une part de sa

richesse et de son originalité à la traduction.
Si on ajoute que la vivacité de l'auteur nous fait passer du réalisme le plus franc à l' onirisme,
Abasiyanik aimait se cacher, brouiller les pistes, créer l' ambiguité. Reourrant à l'élipse, à une

certine obscurité volontaire.


Les personnages du nouvelliste sont des marginaux, losers, gens du port, commerçants.
C'est à travers eux et leur vie quotidienne, qu'on perçoit l'univers de l'auteur. Un être

insomniaque, fébrile, en perpétuel vagabondage. Y compris dans sa tête.
Souvent seul. Se parlant à lui-même ou à son double, Panjo.


Il faut découvrir cet écrivain qui, je l'ai lu, eut beaucoup d' influence sur ses contemporains et
ses successeurs.

"La mort s' invita chez la mère d' Ali comme une âme coiffée d'un foulard, une dama dévote.
Sa journée était occupée à préparer pour son fils le thé du matin et les deux plats du soir.
Mais elle ressentait une douleur sourde dans un coin de son coeur ; l' après midi, quand elle
grimpait en vitese les escaliers, son corps fripé manquait de souffle, transpirait dans la
mousseline, était pris de langueur."

La Samovar, pp. 16-17


Un matin, avant même le réveil d' Ali, un malaise l'avait prise près du samovar ; elle s'était

effondrée sur la chaise à coté. Pour ne plus se relever.
Tout en s'étonnant que la mère ne l'eut pas réveillé ce matin-là, Ali fut long à réaliser que
du temps avait passé...

Il bondit. S' arrêta sur le seuil de la pièce. Comtempla  la morte qui semblait sommeiller, les

mains appuyées sur la table. Il croyait qu' elle dormait. Il s'avança à pas lents. Il la prit par
les épaules. Quand il effleura de ses lèvres les joues qui commençaient à refroidir, il frissonna.

Il l'enlaça. Il l'emmena dans son prore lit. Il tira la couverture sur elle, tenta de réchauffer le

corps qui commençait à refoidir...

A cet être froid, il s' efforça de donner son corps, ses sensations...
Malgré toute son envie, il ne put pleurer ce jour-là. Les yeux lui brûlaient mais pas une larme ne

vint..

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Sait Faik Abasiyanik [Turquie]   Ven 21 Fév 2014 - 19:25

Un homme inutile

Un recueil composé de 14 nouvelles, plutôt brèves. Mais d'une grande densité. Qui évoque des petites gens, des gens tout simples dans leur quotidien. Et dans une ville, Istanbul. Même s'il y a quelques échappées à la campagne. On imagine d'ailleurs très bien l'auteur vivant lui-même cette vie là. Des petits bouts de réalité, de vie, mais qui comme dans toute bonne nouvelle qui se respecte enferment au-delà d'un instantané le condensé d'une vie. Mais l'originalité d'Abasiyanik tient dans son écriture, dans la construction de ses textes, qui pourraient être des textes réalistes, mais qui sont tout autre chose. Une sorte de poésie, d'onirisme, de réel qui se tord presque, qui n'est pas exactement ce qu'il devrait être, une sorte de regard qui déforme, ou qui voit sous un autre angle que l'angle habituel sous lequel on voit les choses. Mais en même temps qui révèle ce qui a toujours été là, mais que l'on a pas pu voir avec l'angle habituel.

Un auteur vraiment original, qui évoque une ville qui n'existe plus, l'Istanbul cosmopolite des entre deux guerres, et les gens qui la peuplent, d'une façon unique. Je ne crois pas que ce soit un auteur qui plaise à tout le monde, il faut avoir envie de le suivre, mais si c'est le cas, l'envie de poursuivre le voyage restera une fois le livre terminé.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Sait Faik Abasiyanik [Turquie]   Ven 21 Fév 2014 - 21:17

Arabella a écrit:
mais si c'est le cas, l'envie de poursuivre le voyage restera une fois le livre terminé.
d'après ton commentaire, je sens que tu as cet envie...
en tout cas merci pour tes impressions

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Sait Faik Abasiyanik [Turquie]   Ven 21 Fév 2014 - 21:59

En effet, je pense renouveler l'expérience.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Sait Faik Abasiyanik [Turquie]   Dim 17 Jan 2016 - 21:46

Le Café du coin

Si ça fait longtemps que l'on n'a pas lu de très courtes nouvelles on peut ressentir une pointe de frustration à la lecture de ce recueil. En effet ces nouvelles sont très courtes et puis elles ont une tonalité particulière qui fait qu'on se laisserait volontiers porter un peu plus longtemps. Pourtant à chaque nouvelle on repart, c'est vrai. Un chemin légèrement différent mais la même manière de déambuler et de décrire.

Adepte de l'ellipse et de la narration fragmentée l'auteur nous plonge dans un sentiment très "couleur locale" alors qu'il ne recourt pour ainsi dire pas à la description visuelle en dehors d'un minimum choisi de traits et d'objets. Une sorte de déambulation dans un espace connu de lui et qui se retrouve ainsi partager avec familiarité.

Il faut dire aussi qu'il s'attarde à travers ses états d'âme ou ceux que l'on devine être les siens à travers ceux des personnages sur des marges et des recoins, ou plus précisément sur leurs habitants. Image d'une Istanbul cosmopolite et à la croisée des chemins de plusieurs peuples, Sait Faik Abasiyanik s'attarde auprès du pêcheur ou du marchant ambulant, il guette le sourire ou le regard d'une étrangère ou d'un vieillard.

Au fil des nouvelles on découvre une recherche de l'instant heureux d'une ouverture sereine à son environnement. Un exercice à la fois de faux semblants et de sincérité marqué sans doute par une grande volonté de tendresse qui n'exclut pas la lucidité, les gens peuvent être durs.

Une langue très fluide, une esquisse lumineuse loin d'être brouillonne et quelques belles tournures ou beaux passages en font une lecture apaisée et apaisante qui ne masque cependant pas complètement ce qu'on retrouve dans la biographie de l'auteur proposée à la fin du volume. Une existence favorisée faite de contrastes, d'abus, de frustrations et de blessures autant que de littérature et d'épanouissements.

Et puis il y a la part de dépaysement géographique et temporel qui ne fait pas de mal non plus.

Ca faisait un bout de temps maintenant qu'il était dans la PAL, bon moment pour le lire, bonne lecture... bonne découverte, grâce à ce fil !

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Sait Faik Abasiyanik [Turquie]   Lun 18 Jan 2016 - 6:57

cela fait plaisir de lire ton commentaire... tu me donnes envie de retrouver cet auteur!

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Sait Faik Abasiyanik [Turquie]   Lun 18 Jan 2016 - 20:57

J'avais adoré ce livre, et moi aussi cela me donne envie d'y retourner au plus vite.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sait Faik Abasiyanik [Turquie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sait Faik Abasiyanik [Turquie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Manifestations en Turquie
» La Turquie autorise le port du voile à l'université
» du qu in s in va , mi j'eul sait
» comment on sait qu'on est pret pour le deuz?
» Turquie : flore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: