Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Edouard Louis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
monilet
Sage de la littérature


Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 67
Localisation : Essonne- France

MessageSujet: Re: Edouard Louis   Lun 19 Mai 2014 - 13:25

jack-hubert bukowski a écrit:
Effectivement, c'est important de sentir l'écriture et ce que nous touchons comme matière littéraire. Mais encore, nous entrons dans un autre dilemme qui est de l'ordre des conventions et des codes littéraires. Il me semble important de revenir à ce qui fonde l'expression première, et savoir dire ce que nous avons à dire sans nous soucier de ce qui fait effet littéraire - ou pas. À ce trait, nous vivons toutes sortes de tensions dans l'écriture et je crois que l'écriture sociologique tout comme le style journalistique peuvent constituer des écueils à dépasser.

Je dois être vieux-jeu : j'adhère à la définition du Larousse pour la littérature, "Ensemble des œuvres écrites auxquelles on reconnaît une finalité esthétique." Pour moi un rapport d'ingénieur, c'est certes un écrit, mais pas de la littérature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://claudecolson.wordpress.com/
Hanta
Agilité postale


Messages : 723
Inscription le : 04/07/2014
Localisation : Vitrolles

MessageSujet: Re: Edouard Louis   Mar 8 Mar 2016 - 11:43

Histoire de la violence

C'est un peu comme un soufflé...Cela démarre bien, on s'attend à bien savourer, mais cela traîne en longueur et cela retombe.
Il faut être honnête, il y a suffisamment de contenu uniquement pour une nouvelle, on se perd en réflexions qui viennent de nulle part, en retour en arrière puis fuites en avant puis digressions.
Peut être est ce un procédé littéraire volontaire pour décrire la détresse du narrateur; Des narrateurs puisque la soeur de l'auteur raconte à la troisième personne ce qu'il s'est passé à son mari. Ce récit étant entrecoupé de corrections cette fois-ci de l'auteur en italique ou entre parenthèses pour préciser la vérité.
Oui c'est peut être un procédé littéraire, mais qui nous perd. Qui nous perd et qui en plus rend le style d'Edouard Louis encore plus saccadé et fatiguant qu'avant.
Cela nuit donc au récit, à la cohérence factuelle et à l'immersion du lecteur.
Enfin, c'est un avis personnel mais je trouve un peu narcissique de titrer un livre ainsi et de réduire une Histoire de la violence à une seule personne.
Peut être est ce pour se faire le porte parole de toutes les victimes, mais cela renforce le narcissisme.
J'ai peu apprécié ce livre tout compte fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Edouard Louis   Mar 8 Mar 2016 - 11:59

Merci pour cette lecture et cette argumentation, hanta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Edouard Louis   Ven 22 Avr 2016 - 16:16

En finir avec Eddy Bellegueule

Que reste-t-il d'Eddy une fois le buzz retombé et que dire après avoir parcouru les commentaires des autres parfumés, des commentaires qui s'accordent tous plus ou moins (hormis celui de Monilet, peut-être) pour mettre en avant la force de frappe du récit et l'absence de style de son auteur ?

Et bien, je ne vais pas être originale et suivre tranquillement le troupeau puisque ce livre a l'immense mérite de parler à voix nue d'une réalité terrible : la pauvreté tant pécuniaire qu'intellectuelle et affective. Car dans le désert des sentiments celui insidieux de la violence et de la haine s'installe quand l'autre apparait différent. Il a beau, Eddy, avec sa belle gueule d'ange, être un enfant exquis et bien élevé, les stigmates de sa différence, de sa féminité, de la virilité outragée sont marqués partout sur son corps, dans sa voix, ses désirs. Et c'est bien de cela dont il est question tout au long de ce livre (qu'on ne peut, comme le souligne darkanny et Aeriale qualifier de roman mais bien de témoignage) : de la question de la virilité, de l'idée sociale de la dureté des hommes, de la nécessité d'être le maître dans sa maison branlante, ouverte au vent pluvieux de cette Picardie précaire. Et c'est ce discours là dans ce milieu là , plus que celui sur l'homosexualité, assez convenu comme le dit Marko, qui a retenu mon attention.

C'est quoi être un homme ? Avoir une voix grave, ne pas hésiter à se bagarrer, draguer les filles, se gratter les burnes en regardant la Roue de la fortune. Ah, d'accord. Et ce n'est pas se dandiner, faire du théâtre et désirer le corps des hommes. Bien. Jusqu'à la fin du collège, Eddy ne comprends pas parce qu'il ne le sait pas que son seul échappatoire, sa seule sauvegarde sera dans la fuite, la désertion mais aussi dans la parole, libératrice, rédemptrice, parfois acide, souvent vulgaire, au ras de nos pâquerettes picardes. Si ce livre a un mérite, c'est bien celui de nous rendre, sans fioriture, au plus près du poil qui pousse la vérité d'une pauvreté qui glace, d'une virilité qui s'exprime ici avec une authenticité qui serait ailleurs différente, autrement dire, autrement vécue aussi. Et pour échapper à cette glaciation, tout comme à l'avenir de l'homme viril, Eddy sans peut-être le comprendre, sans en avoir vraiment conscience sait qu'il devra assumer sa part de féminité.

Je sais que ce commentaire ne convaincra pas ceux qui n'ont pas réussi (sans doute pour cause d'absence de style) à lire ce livre, mais le choix d'Edouard, celui de parler dans la langue de son enfance s'impose du fait même qu'il n'est pas juge, ne pourra jamais condamner, ne peut qu'exprimer l'idée (bizarrement remise en question par sa propre réussite) que la vie de ses parents, ses frères, ses sœurs, ses proches est une fatalité contre laquelle on ne peut rien. Ecrit dans un autre style ce livre n'aurait plus de sens, plus de sang, il perdrait sa force. Mais et c'est bien là la limite de cet exercice, il ne fallait pas, à mon avis, aller plus loin dans la dénonciation, dans la révélation, dans le dévoilement, souvent sordide des agissements des uns et des autres. Sinon le texte n'aurait abouti qu'à une overdose, un dégoût, une sommation à se détourner de la fange. Le terme est presque atteint au bout du livre, que l'on referme en poussant un gros soupir tant la tension, palpable, à étreint le gosier.

En tout cas, comme topocl, je suis contente d'avoir dépassé le stade médiatique et d'avoir pris connaissance de ce livre qui donne à lire une réalité si peu visible dans nos littératures.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile


Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 71
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Edouard Louis   Ven 22 Avr 2016 - 17:27

eh bien il secoue ton commentaire Shanidar ! (je note, encore, mais.........................pour dans un certain temps)

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Edouard Louis   Ven 22 Avr 2016 - 18:01

Je suis sûre qu'il pourrait t'intéresser Bédou. C'est un témoignage difficile à lire parce qu'il ne masque rien de la violence vécue enfant mais c'est aussi la trace de la construction d'un jeune homme prêt à se battre.

Bon, le commentaire de Hanta ne me donne pas vraiment envie de me précipiter sur la suite mais cela se fera aussi......... un jour !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile


Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 71
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Edouard Louis   Ven 22 Avr 2016 - 19:05

je note aussi donc ! (j'ai besoin de RTT pour retraitée !)

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Edouard Louis   Aujourd'hui à 10:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Edouard Louis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» L'histoire de petit Louis
» De la folie chez MAC Edouard Herriot à Lyon !!!!
» changement de lit pour Louis ?
» Bléville - Rue Aristide Briand > Rue Louis Ganne
» Zabeth, André Louis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: