Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Le conte du coupeur de bambou (Anonyme)

Aller en bas 
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Le conte du coupeur de bambou (Anonyme)   Ven 7 Fév 2014 - 19:29

Le conte du coupeur de bambou


Le Takétori-monogatori est considéré comme le plus ancien récit, texte en prose japonais. Il est difficile à dater, mais il a probablement été écrit à la fin du IXe ou début du Xe siècle.

Le qualificatif de conte résume assez bien ce qu’il peut évoquer pour un lecteur actuel. Un coupeur de bambou découvre une minuscule enfant dans une tige de bambou, il ramène chez lui, elle grandit en trois mois pour atteindre la taille d’une personne adulte. En même temps le coupeur de bambou devient riche. Puis, attirés par la beauté de Kaguyahimé, des prétends se présentent pour l’épouser. Elle impose à chacun d’entre des épreuves impossibles à réaliser. L’empereur lui-même se voit repoussé. Dans une dernère partie, Kaguyahimé est amenée dans la lune par les habitants de cette contrée dont elle est originaire.

Un joli petit texte, poétique et par moments drôle. On retrouve bon nombre des éléments dans d’autres contes, on est un peu en terrain connu. Mais cela ne gâche pas vraiment le plaisir….

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Le conte du coupeur de bambou (Anonyme)   Dim 29 Juin 2014 - 23:01

- Le conte du coupeur de bambous (Taketori Monogatari, X° siècle). Traduction de René Sieffert, 94 pages.

"Le Conte du Coupeur de Bambous, Takétori-monogatari, est généralement considéré comme le plus ancien des monogatari. Ce terme, qui désigne parfois de véritables romans au sens moderne du mot, doit être pris dans le cas présent dans son sens propre de « récit », « chose contée ». En l'occurrence, il s'agit même d'un véritable conte de fées." (René Sieffert, commentaire, page 75).
Il daterait vraisemblablement de la fin du IX° siècle-début du X° siècle. "[...] il est clair que ce récit est formé par la combinaison de trois contes, dont on peut retrouver des variantes dans le folklore.
Le premier est fondé sur le thème de l'enfant merveilleux découvert par un vieillard et adopté par lui. Ce thème revient dans un grand nombre de contes japonais, parmi les plus populaires. Et il faut noter que c'est généralement dans une plante ou un fruit qu'est découvert l'enfant.
" (page 77).
René Sieffert cite l'enfant de la pêche, Momotarô (dont on peut trouver une parodie écrite par Akutagawa dans le recueil Jambes de cheval), et Urikohimé, l'enfant du melon.

Voici le début du conte :
"Voilà déjà longtemps, il était un homme qu'on appelait le vieux coupeur de bambous. Il allait par monts et par vaux chercher des bambous qu'il employait à mille usages. Son nom était Sakaki no Miyatsuko.


Photo tirée du film de Takahata Isao, Le conte de la princesse Kaguya (2013)

Or, parmi ces bambous, il y en eut un dont le pied jetait un vif éclat. Intrigué, le vieillard s'approcha et vit que la lumière provenait de l'intérieur de la tige. Il l'examina : il y avait, assise là, une personne humaine, haute de trois pouces, d'une extrême beauté.

Et voici ce que dit le vieillard :
- Puisque vous vous trouvez dans ce bambou que je vois matin et soir, voici ce qui est clair : sans doute êtes-vous destinée à devenir mon enfant !
Cela dit, il la prit dans le creux de sa main et la rapporta chez lui.



Affiche du film de Takahata Isao.
Et de la confier à la vieille son épouse afin qu'elle la soignât. Sa beauté était infinie. Et, comme elle était minuscule, ils la couchèrent dans un panier." (pages 9-10)

    
Tosa Horomichi-Tosa Hirosumi, circa 1650 ; à droite : fin du XVII°. (source : http://www.metmuseum.org/collection/the-collection-online/search/45361 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Le conte du coupeur de bambou (Anonyme)   Dim 29 Juin 2014 - 23:01



Mais ce n'est pas tout : notre brave homme trouve également de l'or dans les bambous... Il a désormais de quoi établir la petite fille, Kaguya.

La petite Kaguya grandit très vite, de façon surnaturelle. Rapidement, la nouvelle de son incroyable beauté se répand.
Les prétendants se pressent, et parmi eux cinq, plus motivés encore que les autres. Les voici :

Nous arrivons ainsi dans la deuxième partie du conte : comment départager les prétendants ?
"Et Kaguyahimé de dire :
- Je ne prétends point mesurer la profondeur de leurs sentiments. Je me contenterai juste d'une petite épreuve. Leurs intentions à tous me paraissent également respectables. Comment saurais-je comparer leur valeur ? Veuillez donc annoncer à ces hommes que je serai à celui des cinq qui me prouvera l'excellence de ses intentions en me présentant l'objet dont je lui aurai exprimé le désir.
" (page 15).
Bien sûr, ce sont des objets extrêmement difficiles à se procurer... Il faudra du courage, du temps, de l'argent... et puis aussi une échelle, ou un bateau, et dans chacun des cas, le danger sera là !

   
(Rouleau du XVII° siècle, voir http://www.wdl.org/fr/item/7354/ ) ; à droite, présentation de la toison du rat-du-feu, dans le film de Takahata.

"Or, si la première partie, qui raconte la naissance de Kaguyahimé, est brève et assez maladroite, proche sans doute de la version populaire japonaise dont elle s'inspire, l'histoire des prétendants et de l'Empereur est longuement développée, et fait montre de recherche littéraire. Des poèmes, détestables d'ailleurs, y sont insérés." (page 80).
Isao Takahata, dans son film, a eu le bon goût de ne pas les reprendre (il a aussi changé l'histoire du bol de pierre du bouddha).

A propos de Kaguya : "On reproche souvent à ce personnage de manquer d'humanité. Mais c'est précisément dans la mesure où elle serait humaine qu'elle serait fausse. Et c'est une des meilleures réussites de l'auteur que d'avoir fait d'un personnage de conte de fées cette belle et distante figure." (page 87).
Suit une analyse intéressante de la façon qu'ont les différents prétendants de tenter de se procurer les objets que réclame la belle Kaguya pour accepter le mariage (chacun agit en fonction de sa nature : l'homme d'affaires agira en homme d'affaires, le militaire en militaire...).
Dans le film de Takahata, contrairement au conte, Kaguya ne manque pas d'humanité, elle est au contraire très humaine, touchante. Si elle lance les prétendants dans des quêtes périlleuses, ce sont les prétendants eux-mêmes qui avaient évoqué les objets en question : ce sont donc eux qui ont cherché les problèmes, et Kaguya est en quelque sorte innocente.

Dans la troisième et dernière partie, on apprendra quelle est l'origine de Kaguya. Cette partie est spectaculaire, mais m'a paru un peu accolée au reste de l'histoire, un peu tirée par les cheveux, et pas très logique.

     
(Rouleau du XVII° siècle, voir http://www.wdl.org/fr/item/7354/ ) ; à droite : Gekkyu no mukae, Yoshitoshi Tsukioka. 1888.


Un conte qui se lit avec grand plaisir, intéressant et souvent surprenant.


Voici la bande-annonce du très beau film de Takahata Isao :



Kon Ichikawa a également réalisé un Taketori Monogatari en 1987.


Voici une scène du film, qui se situe vers la fin (Kaguya y révèle ses origines) :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
oceanelys
Main aguerrie
avatar

Messages : 449
Inscription le : 21/06/2014
Age : 34
Localisation : Sud

MessageSujet: Re: Le conte du coupeur de bambou (Anonyme)   Dim 29 Juin 2014 - 23:44

ça me tente bien, je me le note, merci :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creationsoceanelys-over-blog.com
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Le conte du coupeur de bambou (Anonyme)   Lun 30 Juin 2014 - 8:19

Le problème, c'est de se le procurer : bibliothèques ou livres d'occasion. Ça m'étonne que Verdier n'ait pas profité de la sortie du film pour le rééditer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Le conte du coupeur de bambou (Anonyme)   Lun 30 Juin 2014 - 9:13

Heureusement que nous avons pu profiter à temps de la promotion de Bookoff, un euro un livre.  :3 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dreep
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1435
Inscription le : 14/03/2014
Age : 26

MessageSujet: Re: Le conte du coupeur de bambou (Anonyme)   Lun 30 Juin 2014 - 9:31

Par rapport au conte initial, je trouves qu'on s'est légèrement appesantis. J'avais lu le conte et aimé cette histoire simple et drôle. Le film par contre, je ne sais pas, par moment on dirait du Spielberg. Il n'est pas désagréable à regarder, de beaux dessins, une belle musique, mais ça monte un peu en flan. Dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Le conte du coupeur de bambou (Anonyme)   Lun 30 Juin 2014 - 9:33

pas non plus à ma médiathèque.

merci pour ton commentaire documenté Expie, déjà le titre de ce conte me plait.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le conte du coupeur de bambou (Anonyme)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le conte du coupeur de bambou (Anonyme)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le conte chaud et doux des chaudoudous
» chanvre ou bambou?
» Un conte de Noël solidaire
» Conte de Noël 2007
» le bambou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: