Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Etienne Goyemidé [République Centrafricaine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Etienne Goyemidé [République Centrafricaine]   Sam 22 Fév 2014 - 17:11



Né à Ippy en 1942, décédé le 17 mars 1997.

Licencié ès sciences de l'éducation et diplômé d'anglais, Étienne Goyémidé a occupé divers postes dans l'enseignement et a été directeur d'une imprimerie, ainsi que directeur de la Troupe Nationale de Centrafrique. En 1991 et 1992 il a été ministre de l'Enseignement et de la Recherche.
En 1993, il a obtenu la Bourse du Centre national du Livre (France).
Il a plusieurs fois obtenu le prix de la meilleure nouvelle francophone.


textes
La petite leçon, théâtre, 1976.
Le Monsieur de Paris, théâtre, 1978.
Au pied du Kapokier, théâtre, 1978.
Mes respects Monsieur le Directeur, théâtre, 1978.
Le vertige, théâtre, 1981.
Les mangeurs de poulets crevés, théâtre, 1983.
Le silence de la forêt, roman, Hatier, 1984, 157p.
La vengeance noire, nouvelle, 1984.
La fille du ciné-bar, nouvelle publiée dans le recueil collectif Un voyage comme tant d'autres, Hatier, 1984.
Le dernier survivant de la caravane, roman, Hatier, 1985 - réédition Le Serpent à plumes, collection motifs, 1998, 169p.
Responsabilité collective, théâtre, 1988.
Au nom de la loi, roman, Hatier, 1989.
"Le Théâtre existe !", in Littérature centrafricaine, Paris, Notre Librairie 97, avril-mai, 1989 p. 88-93.
Demain... la liberté, théâtre.

adaptation
Son roman LE SILENCE DE LA FORÊT a été adapté au cinéma en 2003 (avec le même titre) par son compatriote Didier Florent OUÉNANGARÉ et le Camerounais Bassek BA KOBHIO, 93 min. Production : Centrafrique, Cameroun (Films Terre Africaine) et Gabon (CENACI, Centre National du Cinéma).
Film présenté au festival de Cannes en mai 2003 (Quinzaine des Réalisateurs).

(source Africulture)


Le dernier survivant de la caravane

L’histoire : le narrateur  raconte avec humour l’atmosphère de son enfance dans la ville d’Ippy  au temps de la colonisation Française en fin du 20ème siècle, alors qu’il était  comme tant d’autres enfants un « bambin déluré et turbulent ;  l’attrait pour eux de la modernité qu’avaient apporté les  Blancs (les Français en l’occurrence) les magasins, les automobiles etc... . Il précise que  l’école et la religion ne s’étaient pas implantés facilement dans leur village, comme dans les autres villages d’ailleurs.

« Les objectifs avoués de ces deux institutions étant la recherche de lendemain fleuris sur terre pour l’une et au ciel pour l’autre par le canal de mille et une privations, nous nous posions fréquemment la question de savoir comment et par qui cette idée saugrenue et inhumain e avait pu se matérialiser chez nous. »[/i]

Cependant ils étaient heureux. Mais par la bouche du personnage Ngala  l’annonce d’un futur prévisible :
« …il vous répondait sans détour que l’armée du chef Ippy n’était pas vaincue, que la longue trêve prise pour la fin de la guerre avec les Blancs, que manger les produits des Blancs signifiait conclure avec eux un pacte de non-belligérance. Tôt au tard, disait-il la guerre reprendra, et cette fois nous en sortirons vainqueur »

« Et quand tombait la nuit, nous exprimions bruyamment notre amour de la vie, notre confiance en la nature, la grande nature, le Dieu des Blancs, nos divinités. »


L’auteur rappelle au passage que les  Fils d’Ippy sont tombés pour la France dans des pays lointains (Indochine, Bir Hakeim, Djibouti, Hanoï, Alger, Tunis et sur le sol Français)

Les veillées étaient propices aux danses, aux chants (souvent dans une prose relatant un évènement ou un personnage) et aux histoires que racontaient les anciens et dont les enfants raffolaient.

C’est à l’occasion d’une de ces veillées que Ngala, l’ancien conte une histoire terrible, celle de la caravane d’esclaves dont furent victimes  les gens de son village capturés par une troupe de Maures, ces êtres étrangers et féroces dont ils ne comprenaient ni la langue ni les mœurs. (notamment "leur gymnastique à certaines heures" vers l'orient)

« Toutes les souffrances physiques et morales endurées jusqu’alors s’étaient trouvées purgées, éjectées de nos corps et de nos âmes, par ces quelques gouttes de salive jetées à la face du chef des esclavagistes."

Cette longue marche , où les « esclaves » portaient licou et mains liées est prétexte à légendes et histoires qui ressurgissent dans les mémoires  durant ce long trajet jalonné de morts.


Lecture rapide vu le nombre de pages et le format du livre,  et que j’ai lu d’une traite, tant l’écriture est attachante ; les nombreuses légendes et contes m’ont fait penser aux fables de La Fontaine, car il en sort toujours un enseignement.

Les mots des écrivains d’Afrique Noire me plaisent, il y a toujours de la poésie et même les épisodes  durs sont exprimés  en espérance (pas facile transcrire mon sentiment).

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche


Dernière édition par Bédoulène le Dim 23 Fév 2014 - 8:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Etienne Goyemidé [République Centrafricaine]   Dim 23 Fév 2014 - 0:48

Bédoulène a écrit:
Les mots des écrivains d’Afrique Noire me plaisent, il y a toujours de la poésie et même les épisodes  durs sont exprimés  en espérance (pas facile transcrire mon sentiment)

Il y a encore un mois, je n'aurais pas compris le sentiment que tu tentes d'exprimer mais aujourd'hui si. Et j'ai du mal aussi à décrire cette particularité dans l'écriture Africaine, ça donne envie de découvrir plus cette littérature en tout cas.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Etienne Goyemidé [République Centrafricaine]   Dim 23 Fév 2014 - 8:43

Je continue ma découverte.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Etienne Goyemidé [République Centrafricaine]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Etienne Goyemidé [République Centrafricaine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» République centrafricaine: «journée décisive» à Bangui
» médaille outre-mer
» Sangaris : acheminement de VBCI en République Centrafricaine
» Procureur de la république
» PUBLIQUE OU PARAPUBLIQUE?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature africaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: