Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Carl Gustav Jung

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 52
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Carl Gustav Jung   Mer 23 Avr 2014 - 19:38

animal a écrit:
mais ne devrait-on pas avoir un petit avis de lecture quelque part sur ce fil ? clown 
.....dit-il en passant ..... innocent 

J'en ai quelques uns dans ma Pal mais j'ai des choses plus marrantes à lire toujours : pour le coup je ne sais pas si un jour je saurai si je suis plus Jungienne que Freudienne . dentsblanches

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Carl Gustav Jung   Mer 23 Avr 2014 - 19:40

je compte sur coli de toute façon. panda

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 50
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Carl Gustav Jung   Mer 23 Avr 2014 - 21:27

J'ai commencé "L'âme et la vie". Quelques pages par ci par là... intense reflexion 

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan


Dernière édition par pia le Jeu 24 Avr 2014 - 9:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Carl Gustav Jung   Jeu 24 Avr 2014 - 8:30

colimasson a écrit:
Jaku n'a pas l'air content ? Razz

Je ne m'en formalise pas. Tout simplement, j'aime voir le début d'une argumentation et d'une critique qui soit référencée un brin qu'on puisse suivre un peu les allusions de part et d'autre...  sourire 

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marc et cie
Main aguerrie
avatar

Messages : 479
Inscription le : 01/12/2013
Age : 51
Localisation : lyon

MessageSujet: Re: Carl Gustav Jung   Jeu 24 Avr 2014 - 9:35

animal a écrit:
je compte sur coli de toute façon. panda
Colimasson, notre phare dans la nuit. On devient vite paresseux sur ce forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://contespourleslutins.blogspot.fr/
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Carl Gustav Jung   Ven 25 Avr 2014 - 14:15

C'est rigolo, je vois aujourd'hui vos remarques ironiques sur le dénuement de ce fil alors que j'avais justement prévu de poster un petit avis au passage...

Essai d’exploration de l’inconscient (1961)




« Beaucoup de crises, dans notre vie, ont une longue histoire inconsciente. Nous nous acheminons vers elles pas à pas, sans nous rendre compte du danger qui s'accumule. Mais ce qui échappe à notre conscience est souvent perçu par notre inconscient, qui peut nous transmettre l'information au moyen d'un rêve. »


De même, ce livre intervient à point nommé et sa forme se laissait deviner comme une intuition. J’ai trouvé Carl Gustav Jung à travers Freud mais la référence ne m’intéressait pas encore ; puis je l’ai retrouvé à travers la mythologie, et il m’a semblé plus intrigant ; enfin je l’ai redécouvert par le biais de la conception de synchronicité, et je devais le lire. Bien qu’il soit abrégé et constitue une vulgarisation de l’ensemble de son œuvre, ou peut-être en raison de ces caractéristiques, Essai d’exploration de l’inconscient se révèle dans une forme qui n’aurait pas pu être différente. Ses idées sont celles que de nombreuses expériences et lectures personnelles m’avaient fait prendre pour des intuitions ; celles-ci s’éclairent ici et s’apaisent dans une reconnaissance mutuelle. Cette rencontre avec Carl Gustav Jung est un soulagement.


S’il ne fallait retenir que deux idées majeures résumées dans cet Essai, il faudrait déjà mentionner ce retournement de pensée renversant que constitue l’émergence de concepts extérieurs dans l’inconscient. La question du big-bang s’applique à la psyché et découle des illuminations incroyables qui nous assaillent parfois et qui trouvent leur illustration la plus convaincante dans les intuitions féroces de certains génies philosophiques ou scientifiques. Comment du rien peut-il soudain naître quelque chose ? D’où nous viennent certaines idées qui ne trouvent aucun point d’appui avec notre expérience quotidienne ou nos références culturelles ? Car Gustav Jung nous cite l’exemple d’une petite fille dont les rêves, peuplés de symbolique religieuse, ne pouvaient s’expliquer par son éducation ou par son environnement quotidien, athée et épuré de toute référence de la sorte. Existerait-il un inconscient collectif dont nos inconscients individuels ne sont qu’une parcelle ? La noosphère –la sphère des idées- se laisse lentement apercevoir…


« Cependant, de même que les contenus conscients de notre esprit peuvent disparaître dans l’inconscient, de nouveaux contenus qui n’ont jamais encore été conscients, peuvent en émerger. On peut avoir l’impression, par exemple, que quelque chose est sur le point de faire irruption dans la conscience, qu’ « il y a quelque chose dans l’air », ou « anguille sous roche»»


Les phénomènes de synchronicité s’éclaireraient alors à leur tour et se comprendraient comme une communication consciente d’une inconscience individuelle à l’inconscience collective, permise dans tous les cas où l’homme reprend contact avec ses sens et ses intuitions, acceptant la part primaire de sa constitution et rejetant par la même occasion la primauté absolue de la raison moderne.


Carl Gustav Jung éclaire également la notion d’archétype et la seconde idée majeure résumée dans cet Essai consiste à rendre vivant l’archétype en lui conférant une énergie propre :


« Comme les instincts, les schèmes collectifs de la pensée humaine sont innés et hérités. […] Si le caractère inné des archétypes étonne, que dire alors des insectes et de la complexité de leurs fonctions symbiotiques ? Car enfin, la plupart d’entre eux ne connaissent pas leurs parents, et ils n’ont reçu d’enseignement d’aucune sorte. Pourquoi faudrait-il alors supposer que l’homme soit le seul être vivant dénué d’instincts spécifiques, ou que sa psyché ne comporte plus aucune trace de son évolution ? »


Ce sont ces mêmes archétypes qui, en évoluant à leur guise dans les directions que nous leur permettons d’emprunter, pourraient expliquer certains troubles psychologiques et l’ambivalence du malade à l’égard de sa maladie –à la fois désireux de s’en défaire mais affligé s’il s’en défaisait :


« Les archétypes sont donc doués d’une initiative propre et d’une énergie spécifique. […] A cet égard, ils fonctionnent comme des complexes. Ils vont et viennent à leur guise, et souvent, ils s’opposent à nos intentions conscientes ou les modifient de la façon la plus embarrassante. On peut percevoir l’énergie spécifique des archétypes lorsque l’on a l’occasion d’apprécier la fascination qu’ils exercent. Ils semblent jeter un sort. »


Beaucoup mais trop peu, cet Essai d’exploration de l’inconscient ne se suffit pas à lui-même. Carl Gustav Jung y révèle quelques-uns de ses secrets mais se livre trop peu pour satisfaire les nouvelles questions qu’il nous contraint de nous poser. Il convainc toutefois par l’exemple archétypique qu’il endosse, se montrant lui-même individu connecté à la sphère, renouant avec les mythes primaires de l’homme instinctif sur lequel il aurait greffé les archétypes issus de millénaires d’évolution. Sa méthode thérapeutique, brièvement résumée, n’est pas seulement scientifique –elle se veut aussi éthique et exacerbe la puissance de combat tribale de l’homme véritablement moderne, c’est-à-dire de l’homme devant se battre contre les chimères de la modernité.

« Les anthropologues ont souvent décrit ce qui se produit lorsque les valeurs spirituelles d’une société primitive sont exposées au choc de la civilisation moderne. Les membres de cette société perdent de vue le sens de leur vie, leur organisation sociale se désintègre et les individus eux-mêmes se décomposent moralement. Nous nous trouvons actuellement dans la même situation »

Ce n’est peut-être qu’un mythe de plus –celui que j’attendais précisément.




Pour un nouveau mythe de la modernité ?

Citation :
« Les anthropologues ont souvent décrit ce qui se produit lorsque les valeurs spirituelles d’une société primitive sont exposées au choc de la civilisation moderne. Les membres de cette société perdent de vue le sens de leur vie, leur organisation sociale se désintègre et les individus eux-mêmes se décomposent moralement. Nous nous trouvons actuellement dans la même situation. »


Une interprétation de l'opposition communiste/capitaliste :

Citation :
« Le monde communiste, on le remarquera, possède un grand mythe (que nous baptisons illusion, dans l’espoir que notre supériorité de jugement l’anéantira). Ce mythe, c’est le rêve archétypique, sanctifié par un espoir millénaire, de l’Age d’or (ou Paradis), dans lequel chacun aura de tout en abondance, et où un grand chef, juste et sage, règnera sur un jardin d’enfants. Cet archétype puissant s’est emparé du monde communiste sous sa forme la plus puérile, mais il ne disparaîtra pas du monde parce que nous lui opposerons la supériorité de notre point de vue. Nous aussi, nous l’alimentons par notre propre puérilité, car la civilisation occidentale se trouve sous l’emprise de la même mythologie. Inconsciemment, nous nourrissons les mêmes préjugés, les mêmes espoirs et la même attente. Nous croyons aussi à l’Etat Providence, à la paix universelle, à l’égalité de tous les hommes, à nos droits éternels, à la justice, à la vérité, et (mais ne le disons pas trop haut) au Royaume de Dieu sur Terre. »


Chez Jung, une dimension éthique que ne présente pas forcément Freud :

Citation :
« L’individu est la seule réalité. Plus nous nous en écartons, plus nous lui substituons des idées abstraites sur l’Homo Sapiens, plus nous risquons de nous tromper. En ce siècle de bouleversements sociaux et de changements rapides, il est désirable d’en savoir beaucoup plus sur les êtres humains pris individuellement que nous ne le faisons, car beaucoup dépend des qualités mentales et morales de chacun d’eux. Pourtant, si nous voulons voir les choses dans leur juste perspective, il nous faut comprendre le passé de l’homme aussi bien que le présent. C’est pourquoi la compréhension des mythes et des symboles est essentielle. »


Et un regard sur les rêves beaucoup plus nuancé et crédible :

Citation :
« Les rêves, donc, peuvent quelquefois annoncer certaines situations bien avant qu'elles ne se produisent. Ce n'est pas nécessairement un miracle, ou une prophétie. Beaucoup de crises, dans notre vie, ont une longue histoire inconsciente. Nous nous acheminons vers elles pas à pas, sans nous rendre compte du danger qui s'accumule. Mais ce qui échappe à notre conscience est souvent perçu par notre inconscient, qui peut nous transmettre l'information au moyen d'un rêve. »


sculpture d'Adolfo Wildt : Homme antique

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Carl Gustav Jung   Ven 25 Avr 2014 - 14:22

Et petit rappel d'un avis sur un bouquin traitant de Jung : ici

colimasson a écrit:
Planète – Numéro 18 : C. G. Jung (1970) sous la direction de  Louis Pauwels




En 1970, la revue Planète se consacre à C. G. Jung. Moins connu que son confrère Freud, les deux hommes ont pourtant évolué dans une direction similaire à une époque qui réclamait la légitimation de sa croyance en une issue inconsciente. S’il ne fallait retenir qu’une explication à l’éloignement de Freud et de Jung, ce serait leur divergence quant à l’influence de la sexualité sur la vie inconsciente. Pour Freud, tout est sexuel ; pour Jung, la sexualité n’est qu’un élément des représentations internes et entre dans un système de concepts symboliques et culturels beaucoup plus large. Dans son article intitulé « Freud et Jung », Dominique Desanti nous donne l’exemple du rêve pour illustrer le clivage entre les deux hommes :


« Pour [Freud], le rêve est lié à la sexualité, c’est l’expression d’un désir accompli ou refoulé, avec toutes les variantes qui séparent ces deux extrêmes ; pour [Jung], la sexualité n’étant pas la forme élémentaire de tout désir, comme nous l’avons rappelé au début de notre étude, le rêve est « l’autoreprésentation, spontanée et symbolique, de la situation actuelle de l’inconscient ». Il peut exprimer un courant de la libido à un moment donné, une aspiration profonde de l’individu, un drame intime, qui ne sera pas nécessairement d’ordre sexuel. »


On comprend alors pourquoi C.G. Jung intéressa particulièrement les rédacteurs de la revue Planète : son discours, capable d’être transcendé par l’interprétation des symboles, présente un cycle infini d’actions et de rétroactions qui se retrouvent également dans l’idée la plus marquante qu’il ait développée : celle de la synchronicité –la coïncidence signifiante :


« Pour Jung, il existe des forces agissant en quelque sorte à angle droit par rapport au temps. Des évènements, qui n’ont entre eux aucun rapport de cause à effet, apparaissent de manière synchrone, comme le surgissement inattendu et nécessaire de signes. […] La synchronicité jungienne déborde évidemment le cadre de la science qui ne connaît que des relations causales. »


Du haut vers le bas, et du bas vers le haut, un processus invisible de communication ne cesserait de s’établir, mettant court à toute possibilité de croire en une destinée mais exaltant en même temps la possibilité qu’il existe des forces divines –nom générique servant à désigner ce que Wittgenstein avait par exemple appelé le mystique :


« On rencontre à certains moments une telle réponse des évènements, on découvre un accord si étonnant du guide intérieur, des rêves et des faits, qu’on en vient à penser qu’il existe un sens, un ordre des choses, que nous ne voyons pas, dont nous étions coupés, mais avec lequel le travail analytique nous remet en contact. »


La synchronicité et l’imprégnation du symbolique collectif sur l’individu ont inspiré aux rédacteurs de Planète des réflexions et digressions que les œuvres de Jung n’avaient sans doute pas terminé d’analyser. Entre textes recueillis et rapprochés de façon à créer un nouveau sens, les contributions de Jung permettent de réfléchir aux relations du couple à l’enfant, de l’inconscient collectif, du sens de la vie, de l’expérience religieuse, de la décadence sociale et politique ou du mythe alchimique. Jung aurait sans doute aimé ces parenthèses qui constituent autant d’évènements significatifs venant frapper perpendiculairement la ligne temporelle de ses publications bibliographiques. Partant du principe que Jung, comme chaque homme, se ramène sans cesse à l’inconscient collectif –dont certaines modalités lui sont connues lorsqu’elles ne le sont pas à d’autres, et réciproquement-, Planète essaie d’extraire d’autres principes de ce grand inconscient qui ont pu dépasser Jung. On ne discutera pas de la pertinence des articles : ils peuvent l’être ou non en fonction de la disposition de chaque lecteur. On reconnaîtra en tout cas que la contribution de l’œuvre de C. G. Jung à l’inconscient collectif, qu’il crée ou qu’il recrée, qu’il charge de concepts et qu’il présente comme un miroir face aux angoisses des hommes, ne fut pas insignifiante




Citation :
« Un symbole se perçoit comme un lien entre l’abîme des profondeurs inconscientes et la cime des états de conscience, un lien entre le visible et l’invisible. Il réunit dans une expression synthétique, verbale, plastique ou musicale, ce qui se trouve de plus intime dans un être, l’héritage collectif et l’acquit personnel, le social et le cosmique, le culturel et le religieux. L’esprit le plus moderne reconquiert peu à peu ce langage multidimensionnel, dont le rationalisme avait perdu le sens. »


Il n'est pas non plus question de renier totalement Freud :


Citation :
« Tel un prophète de l’Ancien Testament, [Freud] a entrepris de renverser de faux dieux, de tirer le rideau qui voilait un tas de malhonnêtetés et d’hypocrisies et de mettre en pleine lumière, sans aucune pitié, la pourriture de l’âme contemporaine. Il n’a pas eu peur d’assumer l’impopularité d’une telle entreprise. Se faisant, il a donné à notre civilisation un élan nouveau qui consiste dans sa découverte d’un accès à l’inconscient. »


Dans un objectif de toujours mieux cerner la synchronicité :


Citation :
« On rencontre à certains moments une telle réponse des évènements, on découvre un accord si étonnant du guide intérieur, des rêves et des faits, qu’on en vient à penser qu’il existe un sens, un ordre des choses, que nous ne voyons pas, dont nous étions coupés, mais avec lequel le travail analytique nous remet en contact. »


« La maladie en soi est de peu d’importance, et voulue autant que subie : dès que le jeune garçon comprend qu’il « faut gagner sa vie » pour vivre, elle disparaît. La prise de conscience qu’elle amène, en revanche, est significative : « auparavant les choses m’arrivaient, maintenant c’est moi qui voulais ». »


*peinture de Hilna af Klint

(je m'auto-quote)

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 50
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Carl Gustav Jung   Ven 25 Avr 2014 - 16:03

Et voilà! Encore deux commentaires Colimassonesque!  bravo Je vais me plonger dans la synchronicité pour comprendre plus avant....

Je ferai quelques p'tites reflexions sur "l'âme et la vie".  intense reflexion  intense reflexion Mais au fur et à mesure. Quelques pages par ci...Quelques pages par là....

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane SHOYUSKI
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2372
Inscription le : 17/04/2014

MessageSujet: Re: Carl Gustav Jung   Sam 26 Avr 2014 - 0:53

J'ai lu deux livres de Carl Gustav Jung il y a longtemps, car j'ai pensé que Freud mettait trop d'importance au désir sexuel. Par contre l'idée de "l'inconscience collective" de C.G. Jung m'a beaucoup intrigué, parce que je m'intéresse toujours à la folie collective des japonais pendant la Seconde Guerre Mondiale, ainsi que le peuple allemand qui tombait sous le charme de Hitler.

Je ne peux pas dire le titre du livre que j'ai lu en premier car je l'ai lu en japonais et le titre est souvent traduit différemment. Le titre japonais était "Études sur les archétypes", quelque chose comme ça si je le traduit. Donc ça correspond peut-être au livre en titre français "Types Psychologiques" ? Mais je ne suis pas sûr.
En tout cas c'était très intéressant. Mais aussi très difficile. Je n'ai pas bien compris ce qu'il voulait dire. Mais ça m'a encore plus intrigué.

J'ai donc décidé d'attaquer un autre livre. J'ai choisi son "Autobiographie" ("Ma vie" en français), car j'ai lu quelque part, "ce livre est très important et mystérieux".

Oui, certes, c'était intéressant... Mais c'était trop bizarre pour moi. Je restais bouche béante très longtemps après la lecture de ce livre. J'ai eu l'impression qu'il était complètement fou !
Je me disais franchement, "il n'a pas le droit d'analyser des fous car c'est lui qui doit être hospitalisé !".
Apparemment il y a deux avis complètement opposés sur son autobiographie.
Certains disent, "il est bizarre ce type. Il a perdu la raison", comme moi.
Et les autres disent, "c'est magnifique ! quelle profondeur ! Il est arrivé jusqu'au bout du mystère de l'existence humaine !"

Voilà, je n'ai pas essayé un troisième livre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marc et cie
Main aguerrie
avatar

Messages : 479
Inscription le : 01/12/2013
Age : 51
Localisation : lyon

MessageSujet: Re: Carl Gustav Jung   Sam 26 Avr 2014 - 15:22

merci Colimasson. Mais qu'est ce que l'inconscient collectif ? Une part commune de l'humanité que nous possédons tous au fond de nous? Ou un tout, extérieur à nous dans lequel nous baignons tous et dont nous captons des brides différentes selon les individualités?


Proust, \"la recherche du temps perdu" a écrit:
Car mon intelligence devait n'être une, et peut-être même n'en existe-t-il qu'une seule dont tout le monde est co-locataire, une intelligence sur laquelle chacun, du fond de son corps particulier, porte ses regards, comme au théatre où si chacun a sa place, en revanche, il n'y a qu'une seule scène.


Dans ce dernier cas, nous pourrions tous interconnectés. Ce qui est séduisant quand on parle d'amour, effrayant quand on parle de guerre. Alors on peut se demander par quel biais? Cela parait improbable pourtant, ce n'est pas forcément à exclure car les particules atomiques dites "intriquées" ( je ne saurais pas trop expliquer ce que cela veut dire, disons qu'une expérience de physique les a profondément liées) réagissent instantanément et à distance lorsque l'on agit sur l'une d'elles. Et cela sans qu'il n'y ait aucun lien physique entre elle. Cela à été démontré, après de longues polémiques, par l'expérience d'Aspect. Les idées sont-elles véhiculées par de telles particules? Sommes nous des émetteurs/récepteurs de telles particules? Avons nous le pouvoir d'agir sur elles, donc sur ce que nous pensons? Tout ceci est bien mystérieux.... Remarquez, un inconscient collectif dissimulé au fond de nous, ce n'est pas évident non plus comme ne l'est pas plus un inconscient individuel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://contespourleslutins.blogspot.fr/
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 50
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Carl Gustav Jung   Dim 27 Avr 2014 - 17:43

Petite pensée de Jung:

L´idée que le corps et l´âme ne sont pas séparés et s’influencent l’un l’autre. Si l’âme ne va pas bien cela peut rejaillir sur le corps et inversement. Comme l’apparence ne nous dit rien, si nous ne pouvons pas lui apposé quelque chose de spirituel qui lui corresponde.

Et comme la matière du corps prêt à vivre a besoin du psychique pour exercer son activité de vie, de même l’âme suppose le corps vivant pour que ses images puissent vivre.

Le psychisme n’est pas un fait secondaire ni un epiphénomène.

J'ai été élevée avec ce genre d'idées que l'on m'a servi à la petite cuillère. C'est ancré en moi comme un fait tout à fait logique.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Carl Gustav Jung   Dim 27 Avr 2014 - 20:59

Ariane SHOYUSKI a écrit:

J'ai donc décidé d'attaquer un autre livre. J'ai choisi son "Autobiographie" ("Ma vie" en français), car j'ai lu quelque part, "ce livre est très important et mystérieux".

Oui, certes, c'était intéressant... Mais c'était trop bizarre pour moi. Je restais bouche béante très longtemps après la lecture de ce livre. J'ai eu l'impression qu'il était complètement fou !
Je me disais franchement, "il n'a pas le droit d'analyser des fous car c'est lui qui doit être hospitalisé !".
Apparemment il y a deux avis complètement opposés sur son autobiographie.
Certains disent, "il est bizarre ce type. Il a perdu la raison", comme moi.
Et les autres disent, "c'est magnifique ! quelle profondeur ! Il est arrivé jusqu'au bout du mystère de l'existence humaine !"


Génial, ça donne envie d'être lu.

marc et cie a écrit:
merci Colimasson. Mais qu'est ce que l'inconscient collectif ? Une part commune de l'humanité que nous possédons tous au fond de nous? Ou un tout, extérieur à nous dans lequel nous baignons tous et dont nous captons des brides différentes selon les individualités?


Proust, \"la recherche du temps perdu" a écrit:
Car mon intelligence devait n'être une, et peut-être même n'en existe-t-il qu'une seule dont tout le monde est co-locataire, une intelligence sur laquelle chacun, du fond de son corps particulier, porte ses regards, comme au théatre où si chacun a sa place, en revanche, il n'y a qu'une seule scène.


Dans ce dernier cas, nous pourrions tous interconnectés. Ce qui est séduisant quand on parle d'amour, effrayant quand on parle de guerre. Alors on peut se demander par quel biais? Cela parait improbable pourtant, ce n'est pas forcément à exclure car les particules atomiques dites "intriquées" ( je ne saurais pas trop expliquer ce que cela veut dire, disons qu'une expérience de physique les a profondément liées) réagissent instantanément et à distance lorsque l'on agit sur l'une d'elles. Et cela sans qu'il n'y ait aucun lien physique entre elle. Cela à été démontré, après de longues polémiques, par l'expérience d'Aspect. Les idées sont-elles véhiculées par de telles particules? Sommes nous des émetteurs/récepteurs de telles particules? Avons nous le pouvoir d'agir sur elles, donc sur ce que nous pensons? Tout ceci est bien mystérieux.... Remarquez, un inconscient collectif dissimulé au fond de nous, ce n'est pas évident non plus comme ne l'est pas plus un inconscient individuel.

Je dirais que cet inconscient collectif est une noosphère -c'est en tout cas le concept que je lui ai tout de suite relié.
Je ne trouve pas cela effrayant de considérer son existence vis-à-vis des phénomènes de destruction collective comme les guerres. J'imagine qu'il s'agit des conséquences d'un déséquilibre interne à cet inconscient collectif.
J'aime beaucoup ton extrapolation physique ! les découvertes scientifiques essaient de plus en plus de communiquer avec le "paranormal" et donnent souvent des résultats intéressants, même s'il est bien possible que nous intellectualisions trop ce qui n'est qu'une coïncidence statistique...

pia a écrit:
Petite pensée de Jung:

L´idée que le corps et l´âme ne sont pas séparés et s’influencent l’un l’autre. Si l’âme ne va pas bien cela peut rejaillir sur le corps et inversement. Comme l’apparence ne nous dit rien, si nous ne pouvons pas lui apposé quelque chose de spirituel  qui lui corresponde.

Et comme la matière du corps prêt à vivre a besoin du psychique pour exercer son activité de vie, de même l’âme suppose le corps vivant pour que ses images puissent vivre.

Le psychisme n’est pas un fait secondaire ni un epiphénomène.

J'ai été élevée avec ce genre d'idées que l'on m'a servi à la petite cuillère. C'est ancré en moi comme un fait tout à fait logique.  

Ouah ! être élevé avec ce genre d'idée ça nous donne une pia ! Very Happy j'espère quand même qu'on te l'expliquait en termes moins abstraits...  jemetate 

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
marc et cie
Main aguerrie
avatar

Messages : 479
Inscription le : 01/12/2013
Age : 51
Localisation : lyon

MessageSujet: Re: Carl Gustav Jung   Lun 28 Avr 2014 - 9:33

\"colimasson a écrit:


Je dirais que cet inconscient collectif est une noosphère -c'est en tout cas le concept que je lui ai tout de suite relié.
Je ne trouve pas cela effrayant de considérer son existence vis-à-vis des phénomènes de destruction collective comme les guerres. J'imagine qu'il s'agit des conséquences d'un déséquilibre interne à cet inconscient collectif.
J'aime beaucoup ton extrapolation physique ! les découvertes scientifiques essaient de plus en plus de communiquer avec le "paranormal" et donnent souvent des résultats intéressants, même s'il est bien possible que nous intellectualisions trop ce qui n'est qu'une coïncidence statistique...

pia a écrit:
Petite pensée de Jung:

L´idée que le corps et l´âme ne sont pas séparés et s’influencent l’un l’autre. Si l’âme ne va pas bien cela peut rejaillir sur le corps et inversement. Comme l’apparence ne nous dit rien, si nous ne pouvons pas lui apposé quelque chose de spirituel  qui lui corresponde.

Et comme la matière du corps prêt à vivre a besoin du psychique pour exercer son activité de vie, de même l’âme suppose le corps vivant pour que ses images puissent vivre.

Le psychisme n’est pas un fait secondaire ni un epiphénomène.

J'ai été élevée avec ce genre d'idées que l'on m'a servi à la petite cuillère. C'est ancré en moi comme un fait tout à fait logique.  

Ouah ! être élevé avec ce genre d'idée ça nous donne une pia ! :Dj'espère quand même qu'on te l'expliquait en termes moins abstraits...  jemetate 

Cela dit, cet inconscient collectif ce n'est vraiment pas sûr qu'il existe. Il n'est peut-être qu'une illusion. En effet, On a l'impression que certains phénomènes collectifs poussent les gens à agir mais peut-être ne sont-ils que le résultat de phénomènes individuels. Par exemple le vote front national pour les européennes. On nous présente ce parti comme le grand gagnant qui pourrait bénéficier d'un vote massif. On pourrait voir là, le résultat d'une influence d'un inconscient collectif. Pourtant, depuis des années, on nous répète à la télévision ( c'est terrible la télévision dans l'édification d'une pensée commune) que ce parti monte et prend de l'ampleur. Ce discours nous touche individuellement et ces idées finissent par nous  influencer beaucoup. Nous en parlons, et nous nous rendons compte que nos voisins ont intégrés les mêmes idées ( qu'ils ont reçu par le même canal) . Surenchère dans la parole, contagion individuelle, les gens voyant que d'autres qu'eux ont ces idées finissent par se les accaparer totalement et ce qui n'est qu'un phénomène de personnes qui cède à la tentation du racisme que nous avons tous au fond de nous, apparaît comme un phénomène collectif. Ce qui permet au passage à ces personnes qui votent front national de se déculpabiliser. À une plus grande échelle le nazisme, résulte peut-être du même enchainement. J'avais entendu une fois une allemande qui avait vécu la seconde guerre mondiale dire :" Quand tout le monde lève le bras autour de vous, vous levez le bras aussi". Inutile alors d'évoquer un inconscient collectif, c'est ici un acte individuel, même s'il est peut-être provoqué par la peur que les nazis exerçaient sur la population. Car tous les allemands ne levaient pas le bras, il y a eu des résistants.
Autrement, j'aime bien l'idée que nous ayons une âme. C'est poétique et cela nous responsabilise face à la vie. Car notre âme pourrait influencer nos actes et nos actes , qui résultent souvent de notre libre arbitre, pourraient influencer notre âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://contespourleslutins.blogspot.fr/
Chymère
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2001
Inscription le : 21/07/2013
Age : 35
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Carl Gustav Jung   Lun 28 Avr 2014 - 11:50

Ariane SHOYUSKI a écrit:
Oui, certes, c'était intéressant... Mais c'était trop bizarre pour moi. Je restais bouche béante très longtemps après la lecture de ce livre. J'ai eu l'impression qu'il était complètement fou !
Je me disais franchement, "il n'a pas le droit d'analyser des fous car c'est lui qui doit être hospitalisé !".
Apparemment il y a deux avis complètement opposés sur son autobiographie.
Certains disent, "il est bizarre ce type. Il a perdu la raison", comme moi.
Et les autres disent, "c'est magnifique ! quelle profondeur ! Il est arrivé jusqu'au bout du mystère de l'existence humaine !"

La raison et son opposé la folie, se sont 2 concepts assez fluctuants et relatifs, je pense (et la raison telle que conçue par une certaine idéologie matérialiste est probablement plus déraisonnable que le discours d'un schizophrène...). Et de plus en plus, on va se rendre compte à quel point il est archaïque et faux d'opposer les 2.  jemetate 

Jung fait partie des rares intellectuels de formations psy qui ont su apprivoiser le symbole, la profondeur quasi-métaphysique, voire ésotérique, de l'inconscient et il a ouvert la voie à de nombreux autres "explorateurs" de la conscience et de l'esprit qui se réclament de lui, tant dans les domaines de la psychologie/psychiatrie "pure" que dans celui de la spiritualité. C'est probablement le premier à avoir pu faire le "pond" entre les 2. Et c'est en ce sens qu'il est vraiment un pionnier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 50
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Carl Gustav Jung   Lun 28 Avr 2014 - 18:06

colimasson a écrit:


Ouah ! être élevé avec ce genre d'idée ça nous donne une pia ! :Dj'espère quand même qu'on te l'expliquait en termes moins abstraits...  jemetate 

C'était dans l'air du temps. Mais naturellement très vulgarisé. ça restait tout de même très abstrait pour un enfant. Je n'ai jamais lu "Jung expliqué aux enfants"!  dentsblanches 

Âme...psyché.... A plus!!

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carl Gustav Jung   

Revenir en haut Aller en bas
 
Carl Gustav Jung
Revenir en haut 
Page 2 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'ARME DU CROCODILE de Carl Hiaasen
» Panthère (Carl Hiaasen)
» De l'orage dans l'air (Carl Hiaasen)
» Les galeries 117 en redressement judiciaire.
» couches lavables à la crêche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: