Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Jiří Weil [République tchèque]

Aller en bas 
AuteurMessage
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Jiří Weil [République tchèque]    Ven 28 Fév 2014 - 19:50



Jiří Weil (1900 - 1959) est un écrivain tchèque d'origine juive adhérent au parti communiste dans l'entre-deux guerres et ayant survécu à la Shoah
source et suite



Vivre avec une étoile


Encore un auteur découvert grâce au forum, pas facile à trouver et qui m'est tombé du ciel la semaine passée. En vente à ma médiathèque (quasi donné).
Une goutte de lumière...

L'auteur a vécu le double enfer des purges staliniennes et du nazisme. Avec un nom comme ça, il a dû simuler le suicide pour s'en sortir.

Dans ce livre émouvant, brillant et pourtant pas pleurnichard, on suit l'errance d'un héros ordinaire, pauvre, juif et seul, qui va subir la peur au quotidien des envahisseurs nazis. Cela se passe en Tchécoslovaquie qui subit le protectorat allemand entre 1939 et 1945. Inutile ici d'insister sur les crimes de l'époque.

Le héros, Joseph, ne semble pas prendre la mesure, au début du livre, du harcèlement administratif et psychologique imposé par les occupants. Cela vient petit à petit et nous suivons ses sentiments : résignation, lassitude, épuisement jusqu'à une sorte de réveil, que je trouve magnifique, de volonté de vivre, de se cacher, de résister, d'affirmer tout simplement que la vie est inaliénable et que les assassins sont de minables perdants.

Comme si la grandeur de la vie pouvait les effleurer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Jiří Weil [République tchèque]    Ven 28 Fév 2014 - 20:48

Mon message est tronqué.

Que pasa ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Jiří Weil [République tchèque]    Ven 28 Fév 2014 - 20:50

mmmh... je ne vois rien de bizarre à première vue, tu as perdu quoi dans le message ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Jiří Weil [République tchèque]    Ven 28 Fév 2014 - 22:27

Ce que tu lis plus haut est le premier jet, j'avais édité pour rajouter des détails.

Notamment l'allégorie du cirque, qui traverse le livre.

Ca a disparu.

J'avoue que je n'ai pas le courage de recommencer, d'autres sauront mieux que moi raconter ce petit bijou de livre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Jiří Weil [République tchèque]    Ven 28 Fév 2014 - 22:28

tina a écrit:


L'auteur a vécu le double enfer des purges staliniennes et du nazisme. Avec un nom comme ça, il a dû simuler le suicide pour s'en sortir.

Dans ce livre émouvant, brillant et pourtant pas pleurnichard,

Et bien vivre les purges staliniennes et les purges du nazisme et réussir à écrire un livre qui n'est pourtant pas pleurnichard...Pas mal.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Jiří Weil [République tchèque]    Sam 1 Mar 2014 - 0:05

Tu as eu de la chance de l' avoir ce  livre, Tina,  mais sinon, il risque de  s' écouler du temps avant qu' on
partage tes impressions... Dommage, j' aime bien les écrivains oubliés ou sous estimés...
Ma non troppo ! nonnon

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 55
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Jiří Weil [République tchèque]    Sam 25 Oct 2014 - 8:53

J'ai donc continué mon petit tour dans la sphère de la littérature tchèque avec Jiri Weil que j'ai trouvé mentionné ici et là. Pour ajouter à la biographie :

Après le bac il faisait des études en philologie slavistique et littérature comparée. Il écrivit un doctorat sur Gogol et le roman anglais au 18ème siècle. Il travailla beaucoup dans les traductions, surtout du Russe. Oui, il était communiste convaincu qui vivait en Union soviètique entre 33 et 35 . Mais il fut exclu du parti à cause de certaines remarques, un livre, critiques sur la terreur politique et stalinien. Il y vivait même dans en cachette quand comme Juif il fut menacé de déportation...

Il retournait à Prague où il travailla pendant huit années au Musée Juif.



Pour la lecture, j'avais d'abord pensé à « Vivre avec une étoile », et puis je me suis quand même tourné vers

Mendelssohn est sur le toit

Originale : Na střeše je Mendelssohn (Tchèque, 1960 , une année après la mort de l'auteur)

CONTENU :
Julius Schlesinger, aspirant officier chez les SS, reçoit l'ordre denlever la statue du compositeur juif, Felix Mendelssohn, du toit du Rudolfinum, la nouvelle ancienne salle de concert de Prague. C'est bien Heydrich lui-même, protecteur dans la Bohèmie-Moravie pratiquemment incorporé au Reich qui en a donné l'ordre. Eh bien, il peut bien s'agir de qui parmi ces statues sans titres, sans noms ? Ah, probablement celui avec le plus grand nez, on connaît quand même les bases de la doctrine raciale ! Olàlà : on a failli enlèver notre cher Richard Wagner ! Comment cela va continuer ?

REMARQUES :
C'est bien avec cette anecdote historique (!) que commence ce livre en 22 chapitres de Jiri Weil, comme l'indique aussi son titre. Dans la suite seront racontés des fils autour de cette histoire, la suite pour ainsi dire, ou : les destins des uns et des autres (voir aussi : http://www.amazon.co.uk/Mendelssohn-Roof-Jewish-lives-Jiri/dp/0810116863/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1413652863&sr=8-2&keywords=mendelssohn+weil ). L'auteur travaillait sur ce livre après la guerre et jusqu'à sa mort, changeant tantôt les variantes, ne trouvant pas le ton basique à garder. Et il fût encore plus difficile dans les circonstances historiques : sous le règime communiste il n'était pas tellement bien vu de raconter une telle histoire « sans participations active de la resistance communiste » etc.

Donc, en ce qui concerne le roman, on se trouve alors dans les années 40 dans le protectorat Bohèmie et Moravie : le tiède von Neurath vient d'être remplacé par Reinhard Heydrich, un des personnage central dans les rouages de la machinerie de la mort organisée par les Nazis. Quelques mois après son arrivée crainte et accompagnée par beaucoup d'executions, l'élaboration encore secrète de « la solution finale » lors de la confèrence de Wannsee, Heydrich trouvera la mort pendant un attentat organisé par la resistance tchèque et le gouvernement en exile à Londres. Puis autres massacres et déportations attendaient le peuple, et avant tout la forte minorité juive qui fût transitée à Auschwitz via le camp de Terezin. Des romans dont on a parlé sur ce forum parlaient de l'un ou d'un autre aspect de cette sinistre histoire… L'anecdote de départ fut aussi raconté en quelques lignes par Laurent Binet dans son livre HhhH (voir son fil).

Partant de cette histoire l'auteur juif-tchèque raconte toutes sortes de destins et possibilités de destins dans ce temps sinistre : se présente à nous toute une mosaïque de fils éventuels, un vrai collage : on rencontrera évidemment le serviteur de la mort, Heydrich ; Schlesinger comme Sudète et collaborateur « involontaire » ; des personnages des différents organismes du Reich ; des résistants de motivations différentes ; les jeux d'intrigues des uns et des autres ; l'impuissance de certains intellectuels juifs, pas seulement menacé dans leur intégrité corporelle, mais aussi forcer à nier leurs convictions réligieuse etc...

Surtout dans la première partie Weil réussit de raconter ce drame avec un grand sérieux, une tristesse, mais au même moment en se moquant des absurdités des nazis, leur incapacité etc. Là on retrouve à nouveau cet humour tchèque (juif?) qui est capable de ne pas se resigner, mais de rester debout, souverain même.

Dans la deuxième partie l'auteur et la tonalité devient encore plus grave (la situation y invite…), donc je veux prévenir de ne pas s'attendre à une satire ou un roman drôlatique. Néanmoins la lecture restera d'un grand intérêt et aidera beaucoup à comprendre la situation. Face à certains choix d'écriture il devient évident aussi qu'en raontant d'une dictature, Weil écrit avec les propositions exigées d'une autre dictature (voir aussi des mots d'accompagnement dans l'édition française).

Pour le visiteur de Prague il y a beaucoup de liens entre le livre, les lieux y mentionnés, et l'Aujourd'hui et l'Ici. Ainsi il m'arriva en ces jours de séjour à Prague quand par exemple je visitais la « synagogue espagnole » (ici on trouvera éventuellement plus d'infos: http://www.jewishmuseum.cz/aindex.php ) avec une exposition sur la vie des Juifs à Prague ou une sur les objets sacraux (partiellement confisqués par les Nazis…) Ces objets ne furent pas restitués à la Communauté juive après la guerre, mais seulement après la révolution de velours, en 1994 ! Alors avec tout cela, puis les rues etc, on a l'impression d'être tout proche, tout près de l'Histoire...

Un bon livre, un grand livre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Jiří Weil [République tchèque]    Mar 1 Mar 2016 - 20:42



VIVRE AVEC UNE ETOILE. - 10/18

Josef Rubicek n' était pas grand chose avant l' invasion de la Tchécoslovaquie par les Allemands. Un homme banal, un citoyen ordinaire,
ainsi se définit-il.
Mais depuis, il n' est plus rien. en fait et c' est pire, il est juif.
Il vit seul dans une pièce glaciale et qui laisse passer la pluie.
Il n' est pas exigeant pourtant. Mais  il souffre de la faim, du froid. Et surtout de la peur. Qu' on l' arrete et qu' on le déporte.
Alors qu' il était encore temps, il a refusé de quitter son pays et sa ville. C' est pourtant ce que lui proposait raisonnablement Ruzena,
la femme qu' il aime.
Et qui lui manque. Dans son immense solitude, il a pris l' habitude de l' invoquer et de parler avec elle.

Josef, se contenterait de survivre et d' échapper à la déportation.. Il travaille dans un cimetière où, lui et ses compagnons de misère font pousser des légumes et un chat l' a adopté et lui tient compagnie.

Mais la haine de l' occupant le poursuit. Il est convoqué sans cesse pour faire états des biens qu' il n' a pas mais que les autres convoitent.
La situation ne cesse d' empirer. Les arrestations se mutiplient et les convois de prisonniers partent vers la déportation.
Comme lui, tous les juifs sont prets à tout  dans l' espoir de survivre.
De fait, les plus riches se croyaient hors d' atteinte. Et la Communauté juive -à tort ou à raison- pensait encore sauver ce qui pouvait
l' etre en collaborant avec les nazis.
Pourtant, jusqu' au dernier moment, chacun essayait de s' accrocher au moindre espoir.

"Ils se moquaient que la vie soit de peu de valeur. Ils savaient qu' elle est unique et irremplaçable et que c' était la leur."

Cette pensée,à mon avis fait mieux comprendre pour quoi  les juifs se sont laissé emprisonner, déporter et massacrer sans résister.
 Envers et contre tout, rester en vie. Ils avaient cette illusion chevillée au corps jusqu' au bout.

Mais un jour, Thomas, le chat de Josef est tué par les allemands. C' en est trop pour lui. Il pleure de pitié, de colère et d' impuissance.
N' ayant plus rien à perdre désormais, aux portes de la mort, il se sent enfin soulagé et libre.

Le ton du livre est uni et retenu, meme s' il y a des éclats d' espoir, de nostalgie et de compassion.
Philip Roth écrit dans la préface du livre :

"Weil s' avérait etre etre plutôt un conteur qu' un styliste absorbé par une auto-analyse implacable... Ce qu' il partageait avec l' écrivain
russe Isaac Bable, c' était la capacité d' écrire sur la barbarie et la douleur avec un laconisme qui semble etre en soi le commentaire le
plus féroce qu' on puisse faire sur ce que la vie a de pire à offrir."

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz


Dernière édition par bix229 le Mer 2 Mar 2016 - 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Jiří Weil [République tchèque]    Mer 2 Mar 2016 - 7:26

merci Bix ! c'est noté !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jiří Weil [République tchèque]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Jiří Weil [République tchèque]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Procureur de la république
» PUBLIQUE OU PARAPUBLIQUE?
» La Couronne de la république
» FEDERALISME – Le président de la République refuse de promulguer un décret
» "République Fédérale Française", prototype ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: