Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Iouri Kazakov [Russie]

Aller en bas 
AuteurMessage
pia
Zen littéraire
pia

Messages : 6473
Inscription le : 04/08/2013
Age : 51
Localisation : Entre Paris et Utrecht

Iouri Kazakov [Russie] Empty
MessageSujet: Iouri Kazakov [Russie]   Iouri Kazakov [Russie] Icon_minitimeMar 4 Mar 2014 - 15:26

Iouri Kazakov [Russie] Avt_io10

Iouri Kazakov

Iouri Pavlovitch Kazakov est un écrivain et nouvelliste soviétique né le 8 août 1927 à Moscou et décédé le29 novembre 1982 à Moscou.

Iouri Kazakov, fils d'Oustinia Andreïevna et de Pavel Gavrilovitch, naît dans un milieu ouvrier originaire des environs de Smolensk, où ses grands-parents étaient paysans. À partir de 3 ans, et jusqu'en 1964 il habitera à Moscou1. Alors qu'il a six ans, en pleine période de terreur stalinienne, son père, qui avait omis de dénoncer un homme qui, au cours d'une conversation, décrivait les horreurs de la collectivisation, est arrêté et déporté dans un camp du Goulag. Il ne sera réhabilité qu'en 1956. Dès lors sa famille vivra chichement, mais cela n'empêche pas Iouri de continuer ses études dans une école professionnelle d'élite, d'où il sort diplômé en génie civil en 1946.

Pendant la Bataille de Moscou (novembre 1941-décembre 1942), lors des bombardements, alors qu'il luttait contre les bombes incendiaires sur le toit de sa maison, il est contusionné et traumatisé par l'explosion d'une bombe. Il devient bègue. Il évoquera cette terrible période dans un ouvrage posthume paru en 1986 : Deux nuits ou La séparation de l'âme. Une situation familiale difficile, la guerre, les études ne l'empêchent pas de commencer à écrire dès 1940 de la poésie en prose ou en vers, des pièces de théâtre qui ne seront pas retenues par les éditeurs. Il collabore aussi au journal Le sport soviétique.

En 1944, il se met à étudier la musique, puis en 1946, entre à l'Académie russe de musique Gnessine où il apprend à jouer de la musique classique au violoncelle et à la contrebasse. Avant de sortir diplômé de cette école en 1951, il retourne en 1947 visiter son village natal, là où ses grands-parents, son père, sa mère avaient vécu. Par les histoires que sa mère lui avait racontées il était imprégné de tendresse pour cette terre qu'ils avaient quittée : il n'y trouve plus que des ruines, des fosses communes et la végétation qui a repris le dessus.

À la sortie de ses études de musique, il est embauché immédiatement dans l'orchestre du Théâtre d'art de Moscou. Il devient professeur au conservatoire, enseigne dans des écoles de musique, joue dans différents orchestres symphoniques (dont celui du Bolchoï) ou de jazz, musique pratiquement inconnue en URSS à cette époque, travaille au noir comme instrumentiste dans des groupes qui animent des pistes de danse. Il lui faut bien vivre, ne trouvant pas, en tant que fils d'un condamné, de travail à temps complet dans le génie civil.

En 1952, il abandonne la musique pour se consacrer à l'écriture. En 1953, il entre à l'Institut littéraire Maxime Gorki où il est conseillé par Nikolaï Zamochkine. En 1956, il rend visite à son père en exil : celui-ci, après sa réhabilitation, choisit de rester sur place pour travailler dans une scierie, mais aussi pour pratiquer son loisir favori : la chasse. D'ailleurs il l'accompagne car lui aussi aime ce sport ; n'a-t-il pas déjà économisé pour s'acheter un fusil de chasse ? On retrouve ce thème dans sa nouvelle À la chasse.
Son travail est apprécié par des écrivains chevronnés qui le lui témoignent par écrit, comme Victor Chklovski, Ilya Ehrenbourg, Vera Panova, Efim Dorosh, Evgueni Evtouchenko, Mikhaïl Svetlov, Victor Konetski, et Constantin Paoustovski qui publie à son sujet, dans la Literatournaïa gazeta, un article élogieux.

En 1958, l'année de sa sortie de l'Institut, présenté par Zamochkine, il est admis à l'Union des Écrivains. Mais certains, et notamment les autorités, désavouent son pessimisme qui ne respecte pas la ligne idéologique en vogue ; on lui reproche son pessimisme et la veulerie de ses personnages (personnages et non héros). On cessera de le publier dans son pays à partir de 1959 ; mais en 1960 il est publié en Italie, et en 1963 en Allemagne. Il est également publié au Royaume-Uni et au Kazakhstan.
En 1967, il est publié en France ; la même année, invité par le syndicat des écrivains français, il vient à Paris où il rencontre Boris Zaitsev et les émigrés russes qui lui en apprennent beaucoup sur la Russie traditionnelle. Pendant ce voyage, il sait éviter les pièges qui étaient d'apparaître comme un propagandiste du régime soviétique d'une part, de se laisser séduire par les flatteries des écrivains occidentaux d'autre part.

En 1968, il signe en faveur des participants à la manifestation du 25 août sur la place Rouge à Moscou contre l'intervention soviétique en Tchécoslovaquie. Il s'en tire avec un avertissement3.
Il poursuit après 1968 la rédaction du Journal du Nord, choses vues constitué de 10 ans d'ajouts de nouveaux chapitres. Le dernier sera consacré à l'artiste d'origine nénètse Tyko Vylka, qui l'inspira pour écrire Le garçon de la fosse à neige et le script du film Le grand samoyède.

Marié à Tamara Mikhaïlovna Kazakova, il en a eu un fils, héros principal avec lui-même de sa nouvelle autobiographique En rêvant, vous avez pleuré. Il était aussi très attaché à son chien, un épagneul appelé « Chife » qui l'a accompagné pendant douze ans. Les cinq dernières années de sa vie, déprimé, il ne publie presque plus rien et se met à boire4. Il quitte sa maison de Moscou en 1964 pour habiter sa datcha d'Abramtsevo.

Iouri Kazakov a aussi écrit des essais sur Mikhaïl Lermontov et sur Constantin Aksakov.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
pia

Messages : 6473
Inscription le : 04/08/2013
Age : 51
Localisation : Entre Paris et Utrecht

Iouri Kazakov [Russie] Empty
MessageSujet: Re: Iouri Kazakov [Russie]   Iouri Kazakov [Russie] Icon_minitimeMar 4 Mar 2014 - 15:37

Iouri Kazakov [Russie] La_pet10

Série de petites nouvelles très condensées, très émouvantes, un peu rugueuse , un peu morne parfois.

Certaines nouvelles se passent à la campagne, certaines en ville à Moscou. On vit dans les Isbas, on travaille la terre sans relâche, on a perdu ses hommes donc on vit entre femmes, mères, filles . On va à la chasse où on emmène son fils sur les pas de son enfance comme un cycle que l’on boucle et qui se perpétue.

« Naturellement ….c’est le tourbillon de la vie, se disait Piotr Nikolaïévitch déçu et chagrin. Tout passe tout change…voyons, ça suffit, avons-nous même été ici autrefois ? » Il se leva, regarda autour de lui : c’était là, quelque part sous un sapin, qu’ils avaient leur hutte. Où la chercher ? Elle était si belle, si fraiche le jour, si chaude la nuit cette hutte. Comme il l’avait bien construite , avec son père !… Où était-donc ce sapin ? Est-ce que tout ça, il ne l’avait pas rêvé en fin de compte ?

On est un jeune garçon qui vit avec très peu et qui a des talents de compositeurs qui ne seront peut-être jamais exploités.

Moi, voyez-vous je ne peux pas vous faire des discours à propos de la nuit et tout ce qui s’ensuit, les étoiles, ou bien le brouillard sur la rivière. Mais en musique, tout cela, je peux l’évoquer. J’ai le cœur serré, je me couche, je ne dors pas ; si je m’endors, c’est souvent qu’une telle musique se met à jouer ! Je me réveille, je veux me souvenir de tout, mais pas moyen…Il faut étudier, ça, c’est indispensable ! Je travaille au treuil comme mécanicien, je fais rouler le bois sur les berges. Je suis assis, je manœuvre les leviers, le treuil ronfle, ou bien c’est une auto qui klaxonne ou la sirène qui annonce le déjeuner, et moi je m’exerce, je définis les sons, je cherche si c’est un « do , ou peut-être un « fa dièse »…

Il y a des amours déçus. Comme dans la nouvelle La petite gare ou un jeune homme accompagné de son amie, lui annonce sur le quai de la gare qu’il ne reviendra plus. Des amours qui débutent et n’éclosent que pour une personne. Ce sont des moments forts d’une vie ou alors l’amertume de situations qui se trainent et rendent aigris. On se prend d’amour pour un chien aveugle à qui on donne la vie sécurisante qu’il n’a jamais connu. (je n’ai pas pu lire la nouvelle jusqu’au bout. J’ai lu la fin et j’ai vu que cela finissait malheureusement mal pour le chien, alors je suis passée à la prochaine). La nature est très présente. Mais j’ai trouvé sa façon de la décrire un peu trop pesante et austère. Ça ne m’a pas réellement émerveillée. C’est pourquoi j’ai trouvé certains passages malaisés à lire.


_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Iouri Kazakov [Russie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A.D.N & Généalogie
» Centre russe de Touchino - Russie, en 1935

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature russe-
Sauter vers: