Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 LC Giono / Les grands chemins

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Giono / Les grands chemins   LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Icon_minitimeSam 22 Mar 2014 - 15:30

Oui, j'ai bien aimé ce personnage, "construire son bonheur, c'est tout à fait ça. Qui ne s'en fait pas. Son pas tranquille, son appétit à transformer le simple en beau et à en jouir.

Pour ma part, j'ai fini. J'ai bien aimé aussi l'inventivité du style, sa façon de ne pas se prendre au sérieux.
Il parle de la ville D. et de son esprit petit bourgeois:

Citation :
Rien qu'à voir les façades on sait qu'on est dans un pays où tu ne fais rien de bon qu'à la sauvette et les yeux fermés. Tout le monde a installé son confessionnal pignon sur rue. Impossible de quitter son caleçon en dehors du lit conjugal et des droits de l'homme, avec des façades de cette netteté-là. C'est déjà inscrit comme au cimetière : bon père et bon époux, devant chaque porte, à coups de balai. Des coups de balai que nous, que moi j'ai l'habitude, dans ces cas-là de recevoir dans les fesses.

Au fil des pages, plein de telles trouvailles géniales l'air de rien.
Mais...beaucoup de zones d'ombres, pour moi. Nous verrons quand vous avancerez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 54
Localisation : Peu importe

LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Giono / Les grands chemins   LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Icon_minitimeSam 22 Mar 2014 - 16:04

topocl a écrit:


Pour ma part, j'ai fini. J'ai bien aimé aussi l'inventivité du style, sa façon de ne pas se prendre au sérieux.
Oui , ce style d'un lyrisme cocasse , avec tout le long le recul que le narrateur prend sur les choses , la vie et lui-même ! Il est extrêmement drôle car il n'est dupe de rien , surtout pas de lui même : il semble jouer lui aussi tout comme l'artiste
Il dit :
Citation :
  La sécurité ne réjouit pas . ce qui compte, pour le bonheur , c'est de tout remettre en question "

C'est peut-être ce goût du risque et du travail"sans filet"juste pour le plaisir de l'instant dans  la prise de risque , sorte de roulette russe , qu'il admire chez l'artiste et l'attire ...
                                               
on sent très bien aussi que la conscience  de "la tragédie humaine" ne l'empêche pas de jouir du temps présent , au contraire ........
Et cette autodérision toujours ..... Il ressemble à un acteur dans cette prise de recul constamment face à lui-même ...c'est quelquefois franchement jubilatoire :
Citation :
Je me taille la barbe .C'est une splendeur.Elle est dorée sur tranche .Je ressemble à un pape

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Giono / Les grands chemins   LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Icon_minitimeSam 22 Mar 2014 - 16:06

topocl a écrit:
Bédoulène a écrit:

A jouer à tous les jeux y compris avec les femmes mariées l'Artiste s'est brûlé,  

Bédoulène, quand tu as écrit ça hier, c'est que Giono en avait déjà parlé avant dans le livre (et qu'alors cela m'avait  échappé) ou parce que , plus avancée dans ta lecture,que tu avais trouvé cette solution?

là où j'en étais j'ai cru la version de la femme du bistro qui racontait ce qu'elle savait quant à l'agression de l'Artiste et s'il est vrai qu'il noie le poisson avec la Supérieure il dit tout de même avant de lui parler :

"Je vais chez les soeurs. Je demande la Supérieure. Elle arrive. J'attaque d'entrée. Son costume, sa qualité m'engagent à lui parler à coeur ouvert ; ce que ce que je me reproche de ne pas avoir fait ce matin. Mais la réputation de trop de gens honorables est en jeu. Je veux la déposer entre ses mains"

j'ai donc pensé que cela sous-entendait qu'il lui disait la vérité quant à la raison de l'agression de son "frère".

mais c'est vrai que la suite de la conversation que tu cites Eglantine est ambigüe.

De plus comme j'en suis plus loin à présent sur le chemin, après qu'il aient à nouveau quitté ce village, je sais que la vraie raison et c'est certainement la plus plausible, vu ce que nous savons de l'Artiste, c'est bien en rapport avec sa manipulation des cartes.

Oui Shanidar qu'est-ce qui attire tant le narrateur chez l'Artiste ?

Car vraiment il sait bien de quoi est capable l' énergumène et surtout ce dont il n'est pas capable.

"Subitement un matin j'en ai marre. Je demande quoi, somme toute ? Un peu d'amitié, ce n'est pas le diable ! Je suis, je crois, impressionné par les déserts gris que nous traversons et par le mauvais temps qui arrive. Le regard de l'artiste est laid : d'accord. J'ai eu le temps de le voir se promener sur les choses et sur moi. Je ne lui demande pas d'être moins répugnant. Je m'en accommode. J'aimerais...je ne sais pas quoi !"

Mais il accepte, il lui accorde le droit d'être ainsi :

"Si je me dis que j'aimerais la gentillesse, je reconnais tout de suite qu'il a le droit de n'être pas gentil, et d'ailleurs il l'est, à sa manière. Si je me dis que j'aimerais avoir un peu d'attention, je pense tout de suite que je suis un sacré couillon d'attacher de l'importance à des momeries qu'il pourrait très bien faire sans y penser, et qu'il fait d'ailleurs. Si je me dis que j'aimerais sentir un peu d'amitié je me demande ce que c'est l'amitié, puisque j'en ai pour lui et que ça signifie quoi ? Je ne sais pas ce que j'aimerais mais, ce que j'ai, j'en ai marre. Je voudrais qu'il trouve tout seul ce qu'il faudrait faire. J'ai l'impression que, si une chose semblable arrivait, le soleil et la lune se mettraient à danser ensemble."

L'artiste accuse à plusieurs reprises notre narrateur de lui avoir volé son argent quand il l'a découvert gisant ensanglanté après l'agression. Ce qui est faux et que ne cesse de lui expliquer, le narrateur, poussant même jusqu'à partager son pécule, celui gagné par son travail.
Et on devine qu'il aura du mal à se détacher de l'artiste quand on lit : "Nous parlons de choses et d'autres et, au bout d'une heure, ex abrupto, il me dit très gentiment : "Tu es une vieille noix". Je suis ravi."





_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Giono / Les grands chemins   LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Icon_minitimeSam 22 Mar 2014 - 16:11

tout ce que vous dites est très juste Eglantine "C'est peut-être ce goût du risque et du travail"sans filet"juste pour le plaisir de l'instant dans la prise de risque , sorte de roulette russe , qu'il admire chez l'artiste et l'attire ..."

Topocl tu as relevé le même passage pour la ville et je crains aussi les zones d'ombre.

C'est vrai que nous pourrions tout souligner tellement il y aurait à interpréter.

j'espère finir ce soir.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 54
Localisation : Peu importe

LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Giono / Les grands chemins   LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Icon_minitimeSam 22 Mar 2014 - 16:16

Bédoulène a écrit:
.
Et on devine qu'il aura du mal à se détacher  de l'artiste quand on lit  : "Nous parlons de choses et d'autres et, au bout d'une heure, ex abrupto, il me dit très gentiment : "Tu es une vieille noix". Je suis ravi."




Mais a-il envie de se détacher de l'artiste ?
Il a choisi cette amitié improbable et l'assume .....encore un exemple de cette liberté dans ses choix de vie que souligne Shanidar .....

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 54
Localisation : Peu importe

LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Giono / Les grands chemins   LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Icon_minitimeSam 22 Mar 2014 - 16:21

Bédoulène a écrit:


C'est vrai que nous pourrions tout souligner tellement il y aurait à interpréter.


 oui Oui Bédou !
C'est une lecture à plusieurs niveaux d'interprétations aussi .....Je ne connais pas Giono pour pouvoir aller bien loin dans une analyse décortiquée mais la perception que j'ai de cette lecture me donne le goût de le découvrir !
.....A quand une prochaine LC ?  Wink

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Giono / Les grands chemins   LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Icon_minitimeSam 22 Mar 2014 - 16:26

non il n'a certainement pas l'envie de se détacher de son ami, mais le voudrait-il que je crains qu'il ne le puisse vu ces réactions.

je continue la lecture.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 54
Localisation : Peu importe

LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Giono / Les grands chemins   LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Icon_minitimeSam 22 Mar 2014 - 16:29

Bédoulène a écrit:
non il n'a certainement pas l'envie de se détacher de son ami, mais le voudrait-il que je crains qu'il ne le puisse vu ces réactions.

je continue la lecture.

 rire Bédou tu t'inquiètes pour notre personnage on dirait !!!
Continue et on en parle après !

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Giono / Les grands chemins   LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Icon_minitimeSam 22 Mar 2014 - 18:12

voilà terminé !

oui comme l'a dit Topocl, des zones d'ombre. Pourquoi l'auteur nous fait-il croire que le narrateur a quelque chose à craindre ? je parle notamment "du clin d'oeil sur le journal pour voir s'il n'est pas dans les titres"

c'est vrai que le narrateur n'est  pas si lisible qu'on peut le penser. Je comprends le fait de tirer sur l'artiste comme un dernier acte d'amitié car ce dernier a su, à ne pas pouvoir étrangler la vieille Sophie, que ses mains ne lui serviraient plus et d'ailleurs il attendait sa fin de la part de son ami, il savait qu'il pouvait le pister.

cette réflexion nous confirme son sentiment : "Une fois là il s'est retrouvé vivant. (Cà compte ; on a beau dire et beau faire : c'est un type verni. J'éprouve un très grand plaisir à imaginer qu'ici même, après tout, il a bien profité de la vie. Il a eu un bon moment de trente secondes. Qui peut se flatter d'enavoir eu plus, ou même autant ? Je parle de ce qu'un homme digne de ce nom appelle un bon moment.) Règle générale, on est dupe toute la vie à courir après ces bons moments-là. Il en a eu un. Je suis content pour lui."

Quand même dégagé, non " J'oublierai celui-là comme j'en ai oublié d'autres. Le soleil n'est jamais si beau qu'un jour où l'on se met en route.

Finalement je préfère le narrateur dans son rapport avec la Nature qu'avec les hommes. Les sentiments qu'il éprouvent pour elle, ses descriptions suffisent à combler mon plaisir de lecture.

n.B dans le grand troupeau il est question d'un Thomas, donc il est possible que des faits nous étant inconnus ont participé à ces zones d'ombre

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Giono / Les grands chemins   LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Icon_minitimeSam 22 Mar 2014 - 19:13

Les zones d'ombres font partie de la 'marque de fabrique' de Giono et j'aime beaucoup cet aspect là de son écriture. Les personnages arrivent avec un passé, des rencontres, des souvenirs que le lecteur ne connait pas exactement comme dans la 'vraie' vie lorsque l'on rencontre quelqu'un et qu'on apprend à le découvrir et c'est vrai également qu'il est rare (impossible) de faire le tour complet d'une personne même aimée... C'est, je crois, ce que raconte Giono à sa manière...

Pour le reste, je maintiens que le narrateur est un sacré filou, qui aime être livré au gré de ses propres caprices (et pas seulement ceux de l'artiste) et ne pas aller contre mais y prêter le flanc.

Et puis il y a cette phrase, écrite en italique, sur laquelle j'ai longuement rêvé :

Citation :
J'ai trop intérêt à croire ce qu'il dit.

Il parle de l'artiste, il sait parfaitement que celui-ci lui ment mais... il veut le croire, mieux encore : il y a trop d'intérêt ! Pourquoi ? Parce que ne pas le croire, ce serait renoncer à l'aventure proposée ou renoncer à l'amitié ? Accepte-t-il par lâcheté de fermer les yeux sur les mensonges, sur la noirceur, la laideur de l'artiste ? Ou bien pense-t-il qu'à eux deux, lui et sa 'gueule d'ange' et l'autre et ses mains de magicien, ils vont pouvoir bien s'amuser ?

Pourtant, ils se 'séparent' rapidement, l'artiste restant jouer aux cartes à l'auberge pendant que le narrateur gagne sa croûte au moulin de Mr Edmond...
Bizarre, nouvelle zone d'ombres, à moins que... une nouvelle fois le narrateur oscille entre deux forces contradictoires, entre un travail honnête et une truanderie !?! Va-t-il flancher ?

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Giono / Les grands chemins   LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Icon_minitimeSam 22 Mar 2014 - 19:41

oui Shanidar le narrateur est un filou, comme tu le dis, moi j'ai dit pas si lisible que ça.

mais tout de même tu connais beaucoup de personne qui travaillerait pour payer la pension d'un autre ? qui n'en fout pas une, et à même le culot (tu verras plus loin de réclamer).

peut-être admire-t-il l'artiste parce que lui a le courage (ou la folie) de tricher avec la vie, sa vie, contrairement à lui ?

c'est ce que pense Eglantine il me semble.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Giono / Les grands chemins   LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Icon_minitimeSam 22 Mar 2014 - 19:45

Bédoulène a écrit:

Finalement je préfère le narrateur dans son rapport avec la Nature qu'avec les hommes. Les sentiments qu'il éprouvent pour elle, ses descriptions suffisent à combler mon plaisir de lecture.


Voilà, tu as tout dit de mon idée, là  Very Happy !

Et merci pour ton interprétation du geste final du narrateur. Que, je le dis avec honte tant cela me parait évident maintenant, je n'avais pas compris; et cela me permet d'être plus à mon aise avec le roman. D'en mieux sentir la cohérence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 54
Localisation : Peu importe

LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Giono / Les grands chemins   LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Icon_minitimeSam 22 Mar 2014 - 20:30

Pour moi le narrateur et l'artiste ,personnalités antagonistes de prime abord , se rejoignent sur une chose : ce sont deux joueurs dans la vie .....
Le narrateur par choix , et parce que la vie n'a aucune saveur sans ça .Il dit :
Citation :
"Tromper , comme c'est solide et valable.Comme on est payé de ses peines .La peine est un plaisir .Quel abri sûr"
Tout le long du livre , on sent combien il est détaché des contingences matérielles , et que sa foi en l'humanité est loin derrière lui malgré l'humour faussement bon enfant , plutôt caustique .il dit
Citation :
Mais mon but final , c'est la cuisine , le grand fourneau sur lequel il y a des plats en préparation et des odeurs .Je suis sensible au fait qu'une femme , généralement costaud et avertie est train de fricoter pendant que je me chauffe les fesses .A mon avis c'est ça l'humanité "
Un être qui vit pleinement par ses sens et n'a plus d'état d'âme ....rien ne le touche , il effleure les êtres sur son passage mais ne rentre jamais vraiment en relation ....Observateur  de la vaste comédie humaine à laquelle il participe , sans quête de sens , il participe mais toujours avec désinvolture ....

Quant à l'artiste , il est prisonnier de ce qu'on pourrait appeler aujourd'hui une addiction : recherche de l'extrême , se mettre en danger ....il n'a plus le choix , cette façon de vivre est la seule possible , avec au bout ....la délivrance  par la mort !

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Giono / Les grands chemins   LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Icon_minitimeDim 23 Mar 2014 - 8:59

le narrateur connait bien la nature de l'artiste ; il donne son sentiment sur ce qu'est le suicide.

"Je comprends très bien ce qu'il a fait. Je suis dans sa peau. Il n'a pas dû rester plus de cinq minutes cramponné au cou de Sophie, à essayer de faire obéir ses doigts. La tête pleine de choses magnifiques (pas du tout à la portée de tout le monde) et rien pour les mettre à exécution. Obligé désormais de se faire croire sur parole ! Il est sorti en courant avec l'idée de se pricipiter dans n'importe quoi, à condition qu'il y tombe de son propre poids. (C'est pourquoi certains types - et surtout des femmes - se jettent du haut des ponts dans des rivières. Ce n'est pas à la rencontre de l'eau qu'elle vont : c'est vers tout ce qui leur manque. Elles savent bien que ce n'est pas l'eau, au contraire, mais comment résister au plaisir d'aller enfin vers n'importe quoi, sans effort, de son propre poids ? Ce qui est chouette, c'est le temps qu'on met à tomber du pont).
Une fois en bas, le plaisir est fini ; on voudrait remonter. C'est trop tard."


Eglantine tu as écrit : "Quant à l'artiste , il est prisonnier de ce qu'on pourrait appeler aujourd'hui une addiction : recherche de l'extrême , se mettre en danger ....il n'a plus le choix , cette façon de vivre est la seule possible , avec au bout ....la délivrance par la mort !"

Cachemire, tes propos nous rejoignent !

finalement l'artiste est prévisible au contraire du narrateur.

anecdote relevé : quand il trouve du travail au chateau, la femme lui dit au vu de son permis de poids lourd : "vous avez un joli prénom", j'aurais bien voulu le connaître !  sourire 




_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Giono / Les grands chemins   LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Icon_minitimeDim 23 Mar 2014 - 10:44

Bédoulène a écrit:


anecdote relevé : quand il trouve du travail au chateau, la femme lui dit au vu de son permis de poids lourd : "vous avez un joli prénom", j'aurais bien voulu le connaître !  sourire 


Ça, c'est drôle, les noms.
Les hommes ont des noms, et ce sont souvent des prénoms : M. Edmond, Victor André etc.
Pour les femmes, ou elles sont "baisables" et elles ont un prénom (Catherine, mais aussi la vieille Sophie qui se fait assassiner), ou elles sont la "femme de"(Mme Edmond), ou elles sont des "mères" : Truc, Machin,Lantifle ces trois qualifications étant interchangeables et pouvant être attribuées alternativement à la même personne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: LC Giono / Les grands chemins   LC Giono / Les grands chemins - Page 4 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
LC Giono / Les grands chemins
Revenir en haut 
Page 4 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» GARAGE SOLIDE
» Le regard d'un animal à grandes oreilles
» Monica Seles
» OPEP: Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole
» allaitement d'un grand enfant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Nos lectures en commun :: Par titre ou auteur-
Sauter vers: