Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Antonin Artaud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Steven
Zen littéraire


Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Mer 10 Oct 2007 - 10:31

J'ai "Héliogabale, ou, L'anarchiste couronné" mais je ne l'ai jamais ouvert. Je ne sais même pas comment il est arrivé dans ma bibliothèque ! Dès que j'ai un moment j'essaie de le lire. Par contre, sur un album de Thiéfaine, "défloration 13" il y a un extrait d'un texte radiophonique d'Artaud "Pour en finir avec le jugement de Dieu". Il a une voix hallucinante et des propos qui ne le sont pas moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alaska
Envolée postale


Messages : 203
Inscription le : 25/03/2007
Age : 26
Localisation : espagne

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Mar 20 Nov 2007 - 20:38

(Je suis ce matin tombée sur la version sonore complète de Pour en finir avec le jugement de Dieu. http://www.ubu.com/sound/artaud.html )

(Je suis en train de lire Héliogabale ou l'anarchiste couronné.. je ne sais pas encore très bien ce que j'en pense. Je crois que je préfère son théâtre et sa poésie. Même si le livre est fait de phrases qui saisissent. Pour donner une petite idée, les premières lignes :)

Citation :
S'il y a autour du cadavre d'Héliogabale, mort sans tombeau, et égorgé par sa police dans les latrines de son palais, une intense circulation d'excréments, il y a autour de son berceau une intense circulation de sperme. Héliogabale est né à une époque où tout le monde couchait avec tout le monde ; et on ne saura jamais où ni par qui sa mère a été fécondée. Pour un prince syrien comme lui, la filiation se fait par les mères ; - et, en fait de mères, il y a autour de ce fils de cocher, nouveau-né, une pléiade de Julies ; - et qu'elles exercent ou non sur le trône, toutes ces Julies sont de hautes grues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cf.geocities.com/baharbara
lekhan
Main aguerrie


Messages : 324
Inscription le : 20/08/2007
Age : 27
Localisation : Poitiers-Biarritz

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Mar 20 Nov 2007 - 21:47

Pour en finir Artaud ne fait pas de POESIE!

D'ailleurs pourquoi Artaud est classé dans Poésie?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://collectif-ennui.blogspot.com/
LaChose
Superviseur


Messages : 1091
Inscription le : 31/01/2007
Localisation : Fondations.

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Mer 21 Nov 2007 - 0:27

Antonin Artaud est tout de même considéré comme un poète surréaliste, voire comme le poète surréaliste, notamment par ses œuvres L'Ombilic des limbes et Le Pèse-nerfs …après, évidemment, chacun a sa conception de la poésie… innocent



PS : Le lien pour la photo de l'auteur mis par Snark est déclaré « vide », j’ai donc mis une autre photo…libre à lui de la changer s’il le veut. Wink

_________________
Un seigneur au repos tend à se retourner dans sa tombe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lekhan
Main aguerrie


Messages : 324
Inscription le : 20/08/2007
Age : 27
Localisation : Poitiers-Biarritz

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Mer 21 Nov 2007 - 11:25

Artaud redéfinit la poésie par ces écrits. Il se dit poète.

Alors qu'il le soit. Amen.
Il n'en fait pas moins de l'existence et de la soustraction dérangeante. De l'écriture pour continuer.

On ne peut pas classer Artaud.

Et tant mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://collectif-ennui.blogspot.com/
Le Bibliomane
Zen littéraire


Messages : 3403
Inscription le : 21/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Jeu 29 Nov 2007 - 17:47

J'ignorais qu'Artaud avait écrit sur l'empereur Héliogabale. Voilà qui attise ma curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebibliomane.blogspot.com/
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Jeu 29 Nov 2007 - 19:32

Le Bibliomane a écrit:
J'ignorais qu'Artaud avait écrit sur l'empereur Héliogabale. Voilà qui attise ma curiosité.

Oh si...J'ai ça en rayon chez moi depuis longtemps..."Héliogabale ou l'anarchiste couronné".

Le Clézio dit:
" Voici le livre le plus violent de la littérature contemporaine, je veux dire d'une violence belle et régénératrice.
Héliogabale nésur un berceau de sperme, mort sur un oreiller de sang est un noir héros de notre monde.
[...] Ce livre envoûtant, le plus construit et le plus documenté des écritsd'Antonin Artaud est aussi le plus imaginaire.
qui n'a pas li Héliogabale n'a pas touché le fond de notre littérature sauvage."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Mar 4 Mar 2008 - 1:19

Antonin Artaud, un des écrivains pour qui j'ai toujours eu une fascination, ne fut que par le prénom de mon grand-père maternel, qui était le même que le sien... d'autant plus que je partage la même date de naissance que lui, Chateaubriand et Richard Wright... qui est la journée de la chute de Rome (4 septembre). En outre, le même jour de ma naissance, naissait la chanteuse Beyoncé Knowles et une fameuse publicité voyait le jour en France, montrant un postérieur féminin d'une certaine Myriam...

En lisant Vies et morts d'Antonin Artaud d'Olivier Penot-Lacassagne récemment, je me rendais compte à quel point la génèse de son oeuvre rejoignait la mienne. Ça donne froid dans le dos, mais quand on assume un destin comme le mien, on continue sans coup férir :

"Artaud est transféré à l'hôpital de Ville-Evrard le 22 février 1939, après un séjour d'un an à Sainte-Anne. On le dit "définitivement fixé, perdu pour la littérature". À partir de 1941, il signe du nom de jeune fille de sa mère, Nalpas, ses lettres à ses proches et ses amis : "Antonin Artaud a souffert 2 ans au Havre, à Rouen, à Sainte-Anne à Paris et à l'Asile de Ville-Evrard et il est mort en août 1939 à force de sévices et d'empoisonnements", écrit-il à Claude-André Puget. Cette nuit-là, nuit "où le Miracle s'accuse", où l'identité aliénée se dissout, Artaud recouvre son "âme" : "Ce quelqu'un a retrouvé son nom, et il s'appelle Antonin Nalpas, c'est moi-même, et je porte dans mon corps le souvenir de la vie d'Antonin Artaud".

En septembre 1943, Antonin Nalpas abandonne ce patronyme maternel et assume à nouveau celui d'Artaud. Mais les ancêtres qu'il se donne, la généalogie qu'il s'invente, la biographie qu'il élabore et modifie au gré de son imagination disent l'impossibilité désormais de ramener les choses à "l'éternel pli conforme de papa-maman". Artaud n'est plus le fils d'Antoine Roi et d'Euphrasie. "Artaud" est un "mot fort" faisant taire toute identification, il est le nom terrible d'un homme revenu avec toute sa "force sombre".

"AR-TAU". Syllabes éruptives pour "toucher la vie".".


Ainsi, mon bilan était complet... après avoir remarqué le changement de nom de famille de Céline - de Destouches à Céline - et la lecture de la "Lettre à son père" de Kafka... on voit d'où perce le génie de ces vocations littéraires. Cependant, ce destin était inachevé sur un plan humain. Idem pour Malraux et peut-être London. Quoi qu'il soit, l'humanité mérite un meilleur sort, surtout après le 11 septembre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lekhan
Main aguerrie


Messages : 324
Inscription le : 20/08/2007
Age : 27
Localisation : Poitiers-Biarritz

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Mar 4 Mar 2008 - 11:36

Il faudra m'expliquer le rapport que vous faîtes entre littérature et 11 septembre. Je dois dire que c'est pour le moins antinomique non?

C'est un élément biographique?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://collectif-ennui.blogspot.com/
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Mar 4 Mar 2008 - 23:23

Hum...

Le congrès de Milan de 1880, visant à interdire les langues signées de par le monde dans les écoles de Sourds... s'est déroulé du 6 au 12 septembre de cette année-là. Ainsi donc, c'est un 11 Septembre Sourd.

Déjà qu'on connaît l'histoire du dirigeant chilien Salvador Allende... il y a une multiplicité de 11 septembre. Ce qu'il faut faire, en fait, avec tout cela... c'est faire éclater la conception du 11 septembre, la désaliéner du discours dominant. Redonner une noblesse humaine à cette tragédie.

Il faut viser une révolution de la communication au sens standard du terme, redonner accès et voix aux analphabètes de ce monde, et droit de cité aux langues mineures... refuser l'impérialisme culturel et l'intégrisme identitaire, ou du moins une certaine dérive de cette recherche d'identité. redonner foi, sans nécessairement que ça passe par la religion, viser à un rassemblement humain, libre, porteur d'échanges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Jeu 29 Avr 2010 - 17:01


La ballade du vrai charlatan



C’est moi qui suis le vrai charlatan,
Le vrai charlatan à la fois homme et femme.
N’ayez pas peur, ouvrez-moi vos mains,
Je vous ferai dans mon miroir de flammes
Pêcher les traits de vos futurs amants.
Comme le poisson plonge dans l’eau,
Comme l’oiseau monte à l’assaut
Des cimes hautes de l’espace,
A travers le cours de mes existences
Le Temps m’a livré le mot de passe
Qui sépare en deux le Présent.
Mon esprit qui tourne en tout sens
Voit l’infini sur ses deux faces,
Je lis le destin comme dans une glace,
Une beauté ridée suit les ans à la trace.
Ainsi, il m’est donné de retrouver la trace
De l’Avenir que je pourchasse
Dans les arcanes du Présent.
Sous la garde des sortilèges
Dont l’escorte ne me quitte pas,
Je m’aventure jusqu’au siège
Plein de menaces du Sabbat.
Je fais plus ; j’entre dans le cercle
D’où le Magicien hors de lui
Dirige son épée de neige
Sur la tempête des Esprits ;
Et le serpents qui le protègent,
Réveillés, se jettent sur lui.
Je sais replâtrer les virginités,
Faire cocu l’époux infidèle,
Suer d’amour le coeur rebelle
Par mes charmes désarçonné.
Toutes et tous, venez à moi,
Quand je dévoile ce que je vois
Dans le Miroir de la Fortune.
Et tous et toutes, quand les années
Sur vos têtes auront passé,
Vérifierez la vérité
Des prédictions à bon marché
Que le charlatan homme et femme
A devant vous dilapidées.




(Poème extrait de Le moine (de Lewis), chez Folio)






"Le Moine (The Monk) est un roman anglais de l'écrivain Matthew Gregory Lewis, publié en 1796. Cette œuvre de jeunesse, emblématique du roman gothique, aura une influence considérable et inspirera de nombreux imitateurs.
Mathew Gregory Lewis a écrit ce roman en 10 mois dans le but de divertir sa mère. Il peut paraitre très subversif dans les thèmes abordés (viol, inceste, matricide, magie noire...) ou dans l'attitude de certains personnages (Elvira découpant certains passages de la Bible pour "protéger" sa fille Antonia ou le moine vendant son âme au diable). C'est pour cela que le roman fut censuré à son époque.
Néanmoins, la morale reste ancrée dans les us et coutumes de la société. Antonia et Ambrosio sont voués dès le départ à une mort certaine car ils sont les enfants d'un mauvais mariage (un noble avec une roturière). Dans ce sens, Le Moine véhicule les peurs aristocratiques de l'effondrement de l'ordre hiérarchique social. De plus, si Béatrice et Agnès sont enfermées dans un caveau et doivent être confrontées à la mort (la leur ou celle de leur descendance) c'est parce qu'elles ont failli à leur devoir, rompant leurs voeux religieux pour des amours impurs. Ainsi, la raison doit soumettre la passion. Le Moine peut donc être vu comme un roman conventionnel.
En France, en 1931, Antonin Artaud en publie une traduction très personnelle (Le moine, de Lewis, raconté par Antonin Artaud) et envisage de l'adapter au cinéma.
Le livre est porté à l'écran en 1972 par Ado Kyrou, scénarisé par Luis Buñuel et Jean-Claude Carrière puis par Dominik Moll avec Vincent Cassel." (Source Wikipedia)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Sam 1 Mai 2010 - 18:09

lekhan a écrit:
Pour en finir Artaud ne fait pas de POESIE!

D'ailleurs pourquoi Artaud est classé dans Poésie?



Comme tous les grands écrivains, Artaud ne se sentait pas à la hauteur d'écrire de la poésie, néanmoins cet art le fascinait et il ne se priva pas de s'y adonner ...
Pourquoi pinailler ? Artaud est un immense poète.







La Nuit opère


Dans les outres de draps gonflés
où la nuit entière respire,
le poète sent ses cheveux
grandir et se multiplier.

Sur tous les comptoirs de la terre
montent des verres déracinés,
le poète sent sa pensée
et son sexe l'abandonner.

Car ici la vie est en cause
et le ventre de la pensée;
les bouteilles heurtent les crânes
de l'aérienne assemblée.

Le Verbe pousse du sommeil
comme une fleur ou comme un verre
plein de formes et de fumées.

Le verre et le ventre se heurtent,
la vie est claire
dans les crânes vitrifiés.

L'aréopage ardent des poètes
s'assemble autour du tapis vert
le vide tourne.

La vie traverse la pensée
du poète aux cheveux épais.

Dans la rue rien qu'une fenêtre,
les cartes battent;
dans la fenêtre la femme au sexe
met son ventre en délibéré.

(Bilboquet, Poèmes inédits)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Dim 2 Mai 2010 - 21:20




Un bougeoir sur une chaise, un fauteuil de paille verte tressée,
Un livre sur le fauteuil,
Et voilà le drame éclairé.
Qui va entrer ?
Sera-ce Gauguin ou un autre fantôme ?
Le bougeoir allumé sur le fauteuil de paille indique, paraît-il, la ligne de démarcation lumineuse qui sépare les deux individualités antagonistes de Van Gogh et de Gauguin.
L’objet esthétique de leur dispute n’offrirait, si on le racontait, pas grand intérêt peut-être, mais il devait indiquer entre les deux natures de Van Gogh et de Gauguin une scission humaine de fond.
Je crois que Gauguin pensait que l’artiste doit rechercher le symbole, le mythe, agrandir les choses de la vie jusqu’au mythe,
alors que Van Gogh pensait qu’il faut savoir déduire le mythe des choses les plus terre-à-terre de la vie.
En quoi je pense, moi, qu’il avait foutrement raison.
Car la réalité est terriblement supérieure à toute histoire, à toute fable, à toute divinité, à toute surréalité.
Il suffit d’avoir le génie de savoir l’interpréter.
Ce qu’aucun peintre avant le pauvre Van Gogh n’avait fait,
ce qu’aucun peintre ne fera plus après lui,
car je crois que cette fois-ci,
aujourd’hui même,
maintenant,
en ce mois de février 1947,
c’est la réalité même,
le mythe de la réalité même, la réalité mythique elle-même, qui est en train de s’incorporer.
Ainsi, nul depuis Van Gogh n’aura su remuer la grande cymbale, le timbre supra-humain, perpétuellement supra-humain suivant l’ordre refoulé duquel les objets de la vie réelle sonnent,
lorsqu’on a su avoir l’oreille assez ouverte pour comprendre la levée de leur mascaret.
C’est ainsi que la lumière du bougeoir sonne, que la lumière du bougeoir allumé sur le fauteuil de paille verte sonne comme la respiration d’un corps aimant devant le corps d’un malade endormi.
Elle sonne comme une étrange critique, un profond et surprenant jugement dont il semble bien que Van Gogh puisse nous permettre de présumer la sentence plus tard, beaucoup plus tard, au jour où la lumière violette du fauteuil de paille aura achevé de submerger le tableau.
Et on ne peut pas ne pas remarquer cette coupure de lumière lilas qui mange les barreaux du grand fauteuil torve, du vieux fauteuil écarquillé de paille verte, bien qu’on ne puisse pas tout de suite la remarquer.
Car le foyer en est comme placé ailleurs et sa source étrangement obscure, comme un secret dont le seul Van Gogh aurait, sur lui-même, gardé la clef.


(in Van Gogh, Le suicidé de la société )

Toile "Le fauteuil de Gauguin", de Van Gogh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Dim 2 Mai 2010 - 22:08

Van Gogh, c' est le livre que je préfère d' Artaud.
Artaud s' est en partie identifié à Van Gogh, et c' est ainsi qu' on a un portrait sensible
sinon ressemblant de Van Gogh et un autoportrait d' Artaud lui-meme en suicidé de la
société...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Lun 3 Mai 2010 - 16:08

Tout à fait, mais Artaud se reconnaissait également en Ucello, un autre frère de douleur.
Ainsi comme le fit Marcel Schwob dans ses "Vies imaginaires", dans "L'ombilic des limbes", Artaud consacra un texte intitulé "Paul les oiseaux ou la place de l'amour", au peintre florentin du quattrocento Paolo Ucello (qui jeta les bases de la perspective), dont la folie créatrice inspira ensuite les surréalistes ...

Artaud et Ucello


Cependant, gardons en mémoire qu'Artaud vivait une altérité sélective, dont son ami et esclave, le poète Jacques Prevel qui l'a accompagné jusqu'à la mort, et qui a tenu un journal narrant son quotidien avec son Artaud (journal qui s'intitule " En compagnie D'Antonin Artaud") aurait certainement souhaité bénéficier ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Antonin Artaud   Aujourd'hui à 16:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Antonin Artaud
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» LAURENT TERZIEFF
» Christophe Ginisty:coordinateur stratégie Internet
» Les Corsaires normands de Georges Dubosc (1898).
» eau du robinet ou en bouteille :Quelle eau choisir ?
» Des prénoms qui se ressemblent???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: