Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Choi Jae-hoon [Corée du Sud]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Choi Jae-hoon [Corée du Sud]   Dim 23 Mar 2014 - 17:17

Là ce n'est carrément pas possible, Pia.  rire 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Choi Jae-hoon [Corée du Sud]   Ven 28 Mar 2014 - 15:18

Les premiers commentaires du livre arrivent sur le net :

L'excellent site sur la littérature coréenne : Keulmadang

Et : Page des libraires

Si tout cela ne vous donne pas envie, c'est que vous êtes allergique aux chats....

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 50
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Choi Jae-hoon [Corée du Sud]   Sam 19 Avr 2014 - 17:05

Sept yeux de chats

En effet il y a quelque chose d´un labyrinthe dans ce bouquin. Cela commence, on croit pouvoir savoir ce que sera le bouquin, quel style il habillera. Puis une autre histoire commence, qui a tout de même encore un peu à voir avec ce qu’on a lu au début, même si les situations changent et les noms parfois. Puis une autre commence et là on se dit : « attends je ne sais plus ce qu’était le début et ce qu’ils ont vécus. Dans quel sens va-t-on ? »  Et on est un peu perdu. Puis on retrouve le fil, on est content on se dit : « Ah je tiens le bon bout. Je vais retrouver mon chemin ! » Puis une autre histoire arrive dans l’histoire qui ne s’est pas fini. Les situations se coupent et s’entrecoupent en se ressemblant étrangement. On avance un peu, parce qu’on veut savoir. Et là comme dans un labyrinthe on regarde de tous les côtés et on est légèrement énervé, on a perdu le sens de l’orientation et on est pas sûr de trouver la sortie. Mais on continue parce qu’on veut savoir.

La fin ne ressemble à presque rien de ce qu’on a lu depuis le début et pourtant on lit. L’auteur veut-il nous faire comprendre par cette fin, qu’une histoire finit par vivre par elle-même ? comme des pièces de puzzle qui s’ajoute les unes aux autres et qui nous laisse perplexe face à une pièce de ciel bleu et une autre un peu différente, de ciel bleu aussi ?

L’idée est intéressante. Le pari aussi. L’auteur aurait pu pousser, selon moi, plus profondément, plus loin.




La jeune fille et la mort d'Edvard Munch

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Choi Jae-hoon [Corée du Sud]   Sam 19 Avr 2014 - 19:00

C'est sûr que l'on est plus sur le registre du jeu que de la métaphysique, et que le labyrinthe n'est pas celui de Borges. Nous sommes dans quelque chose de plus léger. Mais moi qui a souvent tellement de mal avec le léger, j'ai vraiment eu beaucoup de plaisir à lire ce livre. Je trouve que l'auteur sait capter l'attention à chaque nouvelle histoire qu'il commence, et même si on sait qu'au final il ne nous donnera pas la solution qu'il fait miroiter cela n'empêche que l'envie de continuer la lecture est forte. Un peu de frustration à la fin de chaque récit, puis le plaisir de lecture qui repart au récit suivant.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Choi Jae-hoon [Corée du Sud]   Mer 28 Mai 2014 - 19:18

... Et qu' en termes fleuris ces choses sont dites,, Invité !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Choi Jae-hoon [Corée du Sud]   Mer 28 Mai 2014 - 19:32

Invité a écrit:
Sept yeux de chats

Je retourne à ma petite réalité quotidienne avec le sentiment qu'elle n'est peut-être qu'une illusion, celle que je me crée avec ma mémoire sélective et chancelante, et le prisme avec lequel j'ai choisi de la regarder…


Et bien, je ne pensais pas que cela allait être si déstabilisant, Invité.  Razz 
Mais certain que l'auteur s'amuse sacrément avec le lecteur. Tout le monde n'appréciera pas.

Ton commentaire en tous les cas est remarquable et rend très bien compte du livre. Si d'autres souhaitent tenter l'expérience, le livre peut encore circuler.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 50
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Choi Jae-hoon [Corée du Sud]   Mer 28 Mai 2014 - 21:41

Il me semble que tu te plaignais de tes commentaires? Et bien je ne crois pas que tu dois avoir de complexe en ce qui les concerne. Je crois que ton commentaire reflète bien ce que j'ai ressenti aussi. Envie de savoir, essayer de retrouver des indices communs. Ne pas les trouver parfois. Recommencer à zéro. Et la fin, un peu surprenante.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Choi Jae-hoon [Corée du Sud]   Jeu 31 Juil 2014 - 17:46

-Sept yeux de chats-


Un chalet perdu au fond de nulle part, des invités qui ne se connaissent pas, et un hôte absent. Le blizzard en plus, les connexions en moins, tout est en place pour la montée d'adrénaline. Mais le récit se démultiplie, les personnages resurgissent et le pitch renaît sous des formes différentes. A nous de reconstruire le puzzle, ou pas en fait. Tout est dans la découverte de ce qui va suivre...

Un roman à plusieurs variations et bien plus d'énigmes, impossible à résumer, qui se lit plus comme un jeu de pistes où le lecteur que l'on est doit se résoudre à abandonner ses repères, se laisser prendre au jeu. Pour celui qui aime la logique, ou du moins la finalité, ce n'est pas toujours facile. Je suis aussi passée par différentes étapes: l'excitation, l'amusement, l'incompréhension. J'ai voulu recoller les bouts et même commencé (trop tard) à prendre des notes, de peur de rater l'issue. Peine perdue, à chaque récit le délire imaginatif de l'auteur reprenait le dessus, j'ai vite été débordée. Pourtant au moment où ma patience s'épuisait, un point précis retenait mon attention et me renvoyait à cette trame que je cherchais à reconstruire...

Un roman déroutant qui m'a agacée autant qu'il m'a enthousiasmée. J'ai surement dû passer à côté de certaines choses, et je garde une impression mitigée, d'insatisfaction quelque part. Malgré tout il me donne envie de le relire, c'est donc que le pari est réussi. Bravo à l'auteur donc, pour son originalité et son sens de l'intrigue!

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Choi Jae-hoon [Corée du Sud]   Mar 12 Aoû 2014 - 20:46

Et bien ce n'était pas complètement ça. C'est vrai que c'est un livre perturbant et que l'auteur joue avec son lecteur. Il faut accepter ce principe.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Choi Jae-hoon [Corée du Sud]   Jeu 14 Aoû 2014 - 17:45

Arabella a écrit:
Et bien ce n'était pas complètement ça. C'est vrai que c'est un livre perturbant et que l'auteur joue avec son lecteur. Il faut accepter ce principe.

Tout de même, il m'a marquée, et il sort des lectures convenues (c'est le moins qu'on puisse dire) Je crois que le fait de le lire par intermittence m'a plus déroutée, j'aurais dû le lire d'une traite (mais je n'avais pas l'occasion)

Une amie de ma fille à qui je l'ai passé a adoré, elle l'a lu en une nuit et a même noté tous les personnages et les liens qui les reliaient. Ce que j'ai tenté de faire, mais laissé de côté.

Une bonne lecture avec le recul pourtant Arabella  sourire 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Choi Jae-hoon [Corée du Sud]   Jeu 14 Aoû 2014 - 18:13

Aeriale a écrit:


Une bonne lecture avec le recul pourtant Arabella  sourire 

 :3 

J'avais peur de perdre mon statut de conseillère.  dentsblanches 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 50
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Choi Jae-hoon [Corée du Sud]   Jeu 14 Aoû 2014 - 18:32

J'te signale qu'on continue à lire tout ce que tu nous conseilles.... Razz 

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Choi Jae-hoon [Corée du Sud]   Jeu 14 Aoû 2014 - 19:06

Ha ha, mais non!

Conseillère d'un jour, conseillère toujours tu es  rire 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Choi Jae-hoon [Corée du Sud]   Jeu 14 Aoû 2014 - 19:42

Si vous me faites toujours confiance, tout va bien.  Wink 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Choi Jae-hoon [Corée du Sud]   Lun 25 Aoû 2014 - 23:22

- Sept yeux de chats (Ilkopkaeeui Koyanginun, 2011). Traduit du Coréen par Lim Yeong-hee et Françoise Nagel. Editions Philippe Picquier. 326 pages.

Avant toute chose, on peut lire le curieux petit texte suivant, qui ressemble à une comptine :
Citation :
"En ouvrant la porte de chez moi,
J’ai vu sept yeux de chats briller dans le noir.
Je n’ai que trois chats,
Un blanc, un noir et un tacheté.
Je n’ai pas osé allumer la lumière." (page 5)

Puis arrive la première partie, intitulée "Le Sixième rêve". On est dans une sorte de Dix Petits Nègres :
Citation :
"Samedi soir, les six invités, dont je faisais partie, sont arrivés dans le chalet. Mais leur hôte, le Diable, n’était pas là pour les recevoir. Chacun s’est présenté de lui-même, légèrement embarrassé. Enfin, présenté, ce n’est pas tout à fait exact. Nous n’avons donné que les pseudos que nous utilisions pour échanger sur le site Web du Diable. Chacun a pu alors mettre un visage sur tous ces noms. Ah, c’est vous ! Enchanté. Mais personne n’a révélé sa véritable identité."
(page 8 ).
Les invités (qui répondent aux doux pseudos de Fatal Secret, Insomnie, Bain-de-sang, etc.) se mettent à parler de tueurs en série. Quoi de plus normal ? C'est le thème du blog du Diable, et c'est ce qui les rassemble. Mais qui est-ce, ce Diable ? Il tarde à se montrer...
Il n'y a rien à manger. Par contre, il y a de quoi boire : whiskys, cognac...
Et six chambres. Pourquoi six et pas sept, d'ailleurs ? Mais voilà que nos invités se font tuer les uns après les autres. C'est le jeu auquel les a conviés le Diable qui a commencé... Mais ils se font tuer beaucoup plus rapidement que les 326 pages du livre ne le laisserait supposer...
Qui est le coupable ?

Le sais-je ? Et voici qu'on arrive à une deuxième partie. Qu'avons-nous là ? Un sorte d'échos des vie des invités que nous avons laissés morts (pour la plupart) dans le chalet. Va-t-on mieux connaître chacun d'eux et enfin comprendre le point commun entre eux tous, l'objet de la vengeance ? Que nenni. On a des histoires, des reflets d'histoires, des variations, des entrecroisements, avec des thèmes récurrents : faux jumeaux, épilepsie, assassinats, la Jeune fille et la Mort (de Schubert - sans doute parce que le thème du lied, repris dans le deuxième mouvement, fait l'objet de variations, ce qui est un peu le cas du livre - , mais aussi de Munch).

       
Edvard Munch : La Jeune fille et la mort - à gauche : gravure (1894) ; à droite : huile sur toile (1893)
Il y a fréquemment des références au livre qu'on est en train de lire. Par exemple, page 266 : "Or, j'ignorais toujours si ce que je tenais entre les mains était un roman ou un recueil de nouvelles." (page 266). Effectivement.
Le lecteur se rend compte qu'il est perdu, ce que lui confirme le livre : "Combien de temps doit-on errer dans un labyrinthe avant de découvrir qu'il est sans issue ? Est-il vraiment nécessaire de le savoir ?" (page 258). Il se met à douter de tout. Par exemple, à un moment, on apprend que la loi de Sally est la contrepartie de la loi de Murphy (page 261). Mais cette loi existe-t-elle vraiment ? Internet en a-t-il déjà entendu parler ? Franchement ?

A lire ce livre, on peut repenser à ce que disait un autre auteur coréen, Lee Seung-U dans une interview ( http://lelitterairecom.wordpress.com/2012/09/17/entretien-avec-lee-seung-u-la-vie-revee-des-plantes/ ) : "dès notre plus jeune âge on nous enseigne les mythes et la culture gréco-romains. Nous sommes imprégnés par eux bien plus que par les mythes et légendes coréens et, de fait, nous sommes rompus aux modes de pensée occidentaux". En plus des nombreuses références à la mythologie et grecque et romaine (Ariane - dont le fil amène le lecteur dans labyrinthe dans lequel il se perd...), à Schubert, Munch, Klimt, Salomé, on peut lire un sidérant :
Citation :
"Sur la quatrième de couverture noire, il n'y avait ni éloges jalonnés de points d'exclamations, ni recommandations de critiques littéraires, ni même le prix de vente. Cela m'évoqua l'ascétisme franciscain." (page 264).
Qu'aurait écrit un écrivain occidental ? Que cela lui évoque l'ascétisme Zen ?


Je n'ai rien compris à ce livre, mais je l'aime beaucoup. Peut-être d'ailleurs parce que je n'y comprends goutte : il y a un certain délice à se perdre dans un labyrinthe infini aux miroirs déformants. Et il faut du talent pour perdre ansi le lecteur sans l'ennuyer, lui faire sentir qu'il a la solution à portée de main, que tout ça peut s'éclairer d'un instant à l'autre, avoir un sens.

Alors, à la fin, lorsqu'on a refermé le livre, on se met à chercher quelques mots sur l'auteur (si on ne l'avait pas fait avant), sur la couverture, dans le livre : rien. Pas une ligne sur lui. Il n'est même pas écrit quand il est né. Normal : dans la dernière histoire de Sept yeux de chats, partie qui s'appelle d'ailleurs Sept yeux de chats, on y trouve un livre, qui s'appelle bien sûr Sept yeux de chats... et, sur ce mystérieux livre, il n'y a pas non plus de biographie de l'auteur - mais cela va plus loin : il n'y a carrément pas le nom de l'auteur. Ce que Philippe Picquier n'a pas pu faire, pour des raisons pratiques, mais c'est dommage. Toutefois, on notera que, dans le livre, la mystérieuse maison d'édition est π. Et π, c'est la première syllabe de Picquier. Troublant, non ?


Alors, pour compléter, quelques extraits de l'interview que l'on peut trouver sur : http://www.list.or.kr/articles/article_view.htm?Div1=4&Idx=1329 (au passage, il cite plusieurs écrivains Coréens qui me sont totalement inconnus : Shin Kyung-sook, Jo Kyung-ran, Ha Seong-nan, des écrivains de romans "descriptifs", semble-t-il, alors qu'un certain Baek Min-seok écrivait plus le type de livres intéressant notre auteur).
Il parle de l'armée qui l'a changé en lui permettant de réfléchir sur lui-même, et puis de L'Attrape-Coeur de Salinger : "Je pense qu'il y a une sorte de déclencheur dans ce livre qui tire quelque chose hors du lecteur. J'ai appris plus tard que ce livre est un des livres favori parmi des assassins. J'ai pensé que c'était une coïncidence frappante. Vous pourriez dire que ce livre a assassiné mon autre moi, le moi qui vivait tranquillement, et que la personne que je suis maintenant est celle qui a survécu pour écrire des livres."
Il a quitté son travail administratif, a regardé son compte en banque et a décidé de vivre de ses économies pendant deux ans. Il a consacré la première année à écrire. L'année suivante, il a commencé à soumettre ses textes. Il a commencé à publier des nouvelles.

"Tous mes personnages se tiennent dans un univers Escherien, pour ainsi dire."

"Je ne pense pas donner une signification à travers la fiction. Quand j'étais enfant, je voulais être un artiste. J'ai abandonné ce rêve quand j'ai réalisé que les rêves et le talent, ce n'est pas la même chose. Ce que je fais, c'est peindre une sorte de peinture qui émergerait de la narration et des phrases. Je veux montrer au lecteur le dessin du chaos qui est le résultat de mes pensées."

"Lorsque j'ai écrit Sept yeux de chat, mon intention était d'exprimer tout ce que j'avais dans mon écriture. De mettre mon moi entier dans un blender, de mettre en route, et de voir ce qui allait arriver. Le résultat est du jus 100 % Choi Jae-hoon, pour ainsi dire. (rires). Les gens ne le croient pas quand je le dis, mais je n'avais pas de message particulier à faire passer quand j'ai écrit ce roman. J'étais plus intéressé par la sensation. J'ai eu également beaucoup de questions à propos du titre. Je pense, ou plutôt, ce que je ressens, c'est que le nombre trois signifie l'équilibre. Trois chats, six yeux. Qu'est-ce que l'autre oeil, alors ? C'est l'oeil de l'équilibre, une perspective extérieure, ou la perspective de l'inconscient. Je me suis regardé, moi et mes pensées, à travers cette perspective. Maintenant, j'aimerais écrire à propos de quelque chose qui sortirait de sous ma peau vers l'extérieur, et pas quelque chose qui sort de moi."


Détail mineur : les traducteurs auraient peut-être pu traduire "Capitaine Herlock" par son nom usuel en français : Albator (page 282). C'est plus clair.


Schubert : La Jeune Fille et la Mort (le quatuor; le thème du lied se trouve dans le deuxième mouvement - Andante con moto - , qui commence à 16'11)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Choi Jae-hoon [Corée du Sud]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Choi Jae-hoon [Corée du Sud]
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Choi Sung-Bong, 21 ans une voix admirable
» Journal de Choi Hye Sung
» Besoin d'aide choix de teinte
» Choi Hye Sung (Première vague)
» Kang Min Jae feat. Choi Min Ki (Ren, NU'EST)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: