Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 René de Obaldia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: René de Obaldia    Dim 23 Mar 2014 - 19:50





En Sologne il y a
Princes et troikas
C' est un peu la Pologne
Mais en plus délicat


Mais que ne vois-je donc pas ?  Obaldia, l' un des auteurs dramatiques les plus joués en France

depuis cinquante ans n' est pas là ?
Qui n' a pas entendu parler de : Du vent dans les branches de sassafras, Le satyre de la Villette

ou de ses romans : Le centenaire, Tamerlan des coeurs...


Il est temps de parler de lui. Et surtout ceux qui connaissent son théatre, mais aussi la fantaisie,
la légèreté de ce presque centenaire. Son gout pour le fantastique, l' imaginaire.

Né à Hong Kong en 1918, il est poète, dramaturge et romancier.

Signe particulier : S' interesse au diable... Et aux femmes.

Bibliographie sélective

- Théatre, 7 vol. - Grasset

- Les richesses naturelles : récits éclairs

- Le Centenaire, roman

- Tamerlan des coeurs, roman

- Fugue à Waterloo, roman

- La Passion d' Emile, roman

- Exobiographie

- Innocentines : Poèmes pour enfants et quelques adultes

- Sur le ventre des femmes

- Fantasmes de demoiselles

Tous publiés chez Grasset

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: René de Obaldia    Dim 23 Mar 2014 - 20:08

VESPASIEN


Vespasien
Empereur romain
Pissait contre les murs.

C' était sa nature
On n' y pouvait rien.

Qu' il soit en armure
En robe de lin
Qu' il fasse très noir
Beau sec, incertain
Aussi bien le soir
Qu' au petit matin
A la vue d' un édifice
Il fallait toujours qu' il pisse.

Quand il traversait le désert
Pour aller porter la guerre
Ses esclaves, toute la nuit,
Fabriquaient des murs qu' il posaient en douce devant lui.
L' Empereur Vespasien bruissait alors comme une source.

Il dictait des lois
Rendait la justice
Parlait le Gaulois
Jouait aux boules avec les rois.

Avec le menu fretin
Il prenait une voix off.
Il avait des tas d' copains
Piochés dans les philosophes.

On l' a vu qui présidait
Couvert de simplicité
Des ventes de charité.

Très poli avec les dames
Très poli avec les chiens
Il avait un coeur une ame
Digne des martyrs chrétiens.

Il payait de sa personne
Croquant volontiers la pomme.
Un bon empereur en somme.
Mais lorsqu' il voyait un mur !...

C' était sa nature
On n' y pouvait rien.

Innocentines : Poèmes pour enfants et quelques adultes. - Grasset

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz


Dernière édition par bix229 le Dim 23 Mar 2014 - 23:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: René de Obaldia    Dim 23 Mar 2014 - 20:28

Trooop bien ! Very Happy

bix229 a écrit:

A la vue d' un édifice
Il fallait toujours qu' il pise.


Qu'il pise ou qu'il pisse ?

Décidément, ce pauvre Vespasien avait de drôles de moeurs...

Jacques de Voragine a écrit:
« […] Vespasien avait dans le nez, depuis l’enfance, une espèce de vermine, d’où lui était venu son surnom même de Vespasien. […] « Je crois que s’il a pu ressusciter les morts, il pourra me délivrer de mon infirmité ! » Et aussitôt les vers lui sortirent du nez, et il retrouva la santé. »

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: René de Obaldia    Dim 23 Mar 2014 - 20:33

Merci, Coli ! On a toujours besoin d' un lecteur vigilant !  Wink

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: René de Obaldia    Dim 23 Mar 2014 - 20:54

J'ai eu un doute car un jeu de mot architectural sur la Pise serait bien passé aussi... Very Happy
D'autres poèmes Bix, envoie !

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: René de Obaldia    Lun 24 Mar 2014 - 9:35

je n'ai jamais lu Obaldia, en revanche il était invité à une émission de radio et il m'a semblé être un monsieur incroyablement vif et drôle, qui donnait envie d'aller lui rendre visite... pourquoi pas avec ses écrits ! La poésie que tu cites bix, me fait penser au recueil de Georges Fourest La Négresse Blonde qui a cette même légèreté pleine de polissonnerie.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: René de Obaldia    Lun 24 Mar 2014 - 15:48

shanidar a écrit:
je n'ai jamais lu Obaldia, en revanche il était invité à une émission de radio et il m'a semblé être un monsieur incroyablement vif et drôle, qui donnait envie d'aller lui rendre visite... pourquoi pas avec ses écrits ! La poésie que tu cites bix, me fait penser au recueil de Georges Fourest La Négresse Blonde qui a cette même légèreté pleine de polissonnerie.
Merci Shanidar, je crois que tu es dans le vrai à propos de la poésie et de la légereté d' Obaldia.
C' est d' ailleurs la légèreté, l' innocence d' un enfant quasiment centenaire que les témoignages présentent de lui.

Mystérieusement gai, ici et ailleurs....
Un personnage en apesanteur.
Et merci aussi de me rappeler Georges Fourest : La Négresse blonde !

Le cher Maurice Nadeau avait ainsi salué Tamerlan des coeurs :

"Beaucoup de ceux qui se prennnent pour Jupiter ne font que remuer dans la coulisse d' antiques batteries de cuisine. Grace à de bons amlificateurs : relations, journaux, le bruit
qu' ils produisent est à peu près le meme.
Jusqu' à ce qu' on s' avise de les regarder manipuler leurs engins. Bien entendu, ils
n' aiment pas cela.

... Simplement, Obaldia n' aime pas le bruit. Et s' il veut nous rendre pareil à des enfants,
cen'est pas pour que nous l' écoutions bouche bée, les mains derrière le dos.
Il nous rend ce que nous avons perdu avec les années : la liberté du jeu, le fonctionnment
sans frin de l' imagination, le vol léger du reve, et la croyance que le monde est une vaste
cour de récréation où les méchants et les sournois seront un jour définitivment  mis au
poiquet."

Maurice Nadeau : Posface à Tamerlan des coeurs. - Grasset






_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: René de Obaldia    Ven 12 Sep 2014 - 0:56

Je viens de voir un documentaire sur René de Obaldia. Le film était de 2010 et j' ai retrouvé tout ce
que j' aimais en lui et notamment son intelligence, sa malice, sa jeunesse d' esprit. A 95 ans !
La façon qu' il avait de narguer la mort. A 95 ans.
Ensuite je suis allé voir sur Google et j' ai appris qu' il était mort en 2012.

Alors voilà !  Beckett est mort et aussi Ionesco, Audiberti et Adamov. Obaldia aussi et je ne le
savais pas !  Bon, je vais le proposer en tant qu' auteur du mois...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: René de Obaldia    Ven 12 Sep 2014 - 7:35

Bix ma médiathèque possède : Théâtre complet [Texte imprimé] / René de Obaldia,... - Paris : B. Grasset, impr. 2011. - 1 vol. (1287 p.) : couv. ill., jaquette ill. ; 21 cm. - (Bibliothèque Grasset)
ISBN 978-2-246-78493-7 (br.) : 40 EUR
Contient : " comme par enchantement ". " Genousie ". " Le Satyre de la Villette ". " Le Général inconnu ". " L'Air du large ". " Du vent dans les branches de sassafras ". " Le Cosmonaute agricole ". " L'Azote ". " Le Défunt ". " Le Sacrifice du bourreau ". " Edouard et Agrippine ". " Les Jumeaux étincelants ". " Le Grand Vizir ". " Poivre de Cayenne ". " Le Damné ". " Les Larmes de l'Aveugle ". " Urbi et Orbi ". " Deux femmes pour un fantôme ". " La Baby-Sitter ". " Classe terminale ". " Le Banquet des méduses ". " ...Et à la fin était le bang ". " Monsieur Klebs et Rozalie ". " Les Bons Bourgeois ". " Grasse Matinée ". " Pour ses beaux yeux ". " Entre chienne et loup ". " Rappening ". " Merci d'être avec nous ". " Une page de tournée ". " A Bâtons rompus ". " Les Retrouvailles ". " L'Extra-lucide ".

Auteurs :
Obaldia, René de (auteur)

Résumé : L'oeuvre dominée par la "tentation de l'absurde" de cet auteur dramatique français.

vu le nombre de pages je ne lirai que quelques titres, donc tu me conseilles lesquels ? merci

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: René de Obaldia    Ven 12 Sep 2014 - 16:22

Désolé, Bédou ! Contrairement à certains ici, je lis rarement du théatre. Je préfère le voir sur scène
Non, moi j' ai lu ses textes littéraires : Le Centenaire, Exobiogrpahie, Fugue à Waterloo...
Et un recueil de poèmes : Innocentines.

Regarde s' il n' y a pas à ta BM, Tamerlan des coeurs, son roman le plus connu ou encore Exobiographie...
Mais si tu lis le théatre, lis-le et dis nous ce que tu en penses.
Du vent dans les branches de sassafras avait eu beaucoup de succès, en partie grace à Michel
Simon.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: René de Obaldia    Dim 8 Mai 2016 - 18:32

PRINCESSE  LOINTAINE


C
apitaine ! Capitaine !
Capitaine au long cours
Tout seul sur ton navire
Au milieu des requins
Et la mer en délire
Bascule sous ta main,
Je suis la Princesse lointaine
Rue de la République à Saint Flour
Numéro vingt trois
Et je me meurs d' amour
Pour toi, pour toi
Beau Capitaine
Que je verrai peut-etre un jour

Je suis la Princesse lointaine
Proche de tes désirs
Mes seins commencent à fleurir
Et je me retiens de courir
Pour ne pas perdre mon haleine
Pour demeurer des lunes pleines
A penser à toi mon amour.

Ton équipage est mort
Et tu restes debout.
Il te faut vivre encore
Pour me rencontrer tout au bout.

....................................................................................................................................................................................

Innocentines
Poèmes pour enfants et quelques adultes. - Grasset

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: René de Obaldia    

Revenir en haut Aller en bas
 
René de Obaldia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs français à découvrir, nés après 1914.-
Sauter vers: