Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 [BD] Guy Delisle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: [BD] Guy Delisle   Dim 13 Avr 2014 - 18:00



(Source Image : The guardian/The observer)


Guy Delisle

est un auteur de bande dessinée et animateur québécois, né le 19 janvier 1966 à Québec (Canada). Après des études d'animation au Sheridan College de Oakville (Ontario), il travaille dans différents studios à travers le monde (Canada, Allemagne, France, Chine, Viêt Nam, Corée du Nord, Réunion, Jérusalem).

Ses expériences de superviseur d'animation en Asie fourniront ainsi matière à deux albums autobiographiques, Shenzhen en 2001 et Pyongyang en 2003, diffusés en France par la maison d'édition l'Association. Paru en 2007, Chroniques birmanes relate un séjour d'une année qu'il effectue à Rangoon où il suit son épouse, expatriée de Médecins sans frontières. Quatre ans plus tard paraît Chroniques de Jérusalem qui relate l'année 2008-2009 passée par la famille en Israël, et qui lui vaut le prix du meilleur album au festival d'Angoulême en 20121. Il a en particulier vécu en direct l'Opération plomb durci à Gaza en décembre 2008.

En 2013, il publie Le Guide du mauvais père, histoires courtes humoristiques sur la difficulté d'élever ses enfants.

Le réalisateur américain Gore Verbinski et le scénariste Steve Conrad porteront l'album Pyongyang au cinéma, Verbinski en ayant acquis les droits à l'été 2012.

Sie Web personnel: http://www.guydelisle.com/

PUBLICATIONS :
Réflexion, Collection Patte de Mouche, L'Association, 1996
Aline et les autres, L'Association, 1999
Shenzhen, L'Association, 2000
Inspecteur Moroni 1 : Premiers pas Dargaud, 2001
Albert et les autres, L'Association, 2001
Comment ne rien faire, La Pastèque, 2002
Inspecteur Moroni 2 : Avec ou sans sucre Dargaud, 2002
Pyongyang, L'Association, 2003
Inspecteur Moroni 3 : Le Syndrome de Stockholm, Dargaud, 2004
Louis au ski, Delcourt, collection Shampooing, 2005
Chroniques birmanes, Delcourt, collection Shampooing, 2007
Louis à la plage, Delcourt, collection Shampooing, 2008
Chroniques de Jérusalem, Delcourt, collection Shampooing, 2011, Fauve d'or : prix du meilleur album en 2012
Le guide du Mauvais Père, Delcourt, collection Shampooing, 2013

FILMOGRAPHIE :

Guy Delisle a travaillé sur plusieurs productions d'animation, dont :

Le Moine et le Poisson (court métrage) de Michael Dudok de Wit, 1994
L'Île de Black Mór de Jean-François Laguionie, 2004

(Source : wikipedia.fr)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: [BD] Guy Delisle   Dim 13 Avr 2014 - 18:37

Pyongyang

Originale: Français, Novembre 2002

Genre: BD/Graphic Novel

CONTENU :
Après Shenzen, Guy Delisle a poursuivi son travail nomade d'animateur pour deux mois à Pyongyang, capitale si isolée de la Corée du Nord. Si ses sentiments vis-à-vis d'un pays totalement étranger se retrouvent d'un livre à l'autre, "Pyongyang" présente en outre l'intérêt de donner des informations sur la vie quotidienne d'un des pays les plus secrets et les plus fermés du monde.

Avec « 1984 », le classique de George Orwell, dans ses valises, il peut bien comparer le scénario du livre avec une réalité incroyable. Dans des desseins détaillés Delisle parle des hommes, se trouvant dans le noir à cause des ruptures d’élécricité, tandisque les monuments à la gloire des dictateurs successifs sont illuminés à fond. Il s’agit moins d’un récit de voyage qu’un essai de jeter un regard derrière les coulisses baties par l’Etat omniprésent.

(Source : amazon.de ; traduction de mes soins)

REMARQUES :
Dans cette graphic novel/BD Delisle nous raconte et nous dessine ses observations et son vécu dans ce pays si hermétiquemment fermé qu’est la Corée du Nord, une des dictatures les plus autoritaires du monde. L’auteur réussit très bien de décrire ce monde partiellement absurde, surveillé et militarisé à l’extrême.

Les visiteurs de l’Occident sont accompagnés toujours par un traducteur et un guide, moins pour vraiment fournir de l’aide que plutôt pour observer, contrôler. Le logement dans des hôtels spécialisés pour l’accueil des étrangers, les restrictions et interdits omniprésents empêchent des rencontres normales et hors de surveillance avec le citoyen normal.

Face à une propagande constante et massive aussi bien pour le guide quasi divin que contre les ennemis intérieurs et extérieurs (en particulier les Américains et les Occidentaux), on peut bien se demander, comment une opinion vraiment raisonée et raisonable serait encore possible. Delisle ne pourra pas discerner de tels débuts d'une propre opinion politique, mais sera aussi tellement bien entouré qu'il pourrait probablement jamais rencontrer les revoltés (s'il en existe). Il nous est peut-être difficile, voir inimaginable de concevoir les difficultés d'une vraie autonomie de pensée.

Par cet égard je vois dans ce livre pas seulement la critique fondamentale compréhensible pour ce système, mais souvent une tonalité sarcastique et un peu méprisante. Est-ce que là-derrière se cache un Delisle plus jeune, moins mûr encore que celui des chroniques plus tardives, plus équilibrées et distanciées ? Là, il sera en route comme jeune père de famille, peut-être cherchant encore plus à comprendre les difficultés des gens tellement soumise à de la propagande massive ?

Par un filtre extrême de toutes les impressions récues (ce qui n'est pas la faute de l'auteur mais des arrangements imposés des autorités pour lui), tout le pays sera reduit sur le cadre dictatoriale. Qui alors veut connaître une impression excellente comment procède et manipule un tel système trouvera ici beaucoup d'exemples. Ce savoir n'est pas (plus?) présent chez beaucoup, et ainsi le livre remplit une mission importante. En plus en présentant ce pays peu connu. Le livre emporté en voyage, 1984 de George Orwell, est vraiment comme une annonciation d'un tel état autoritaire.

Néanmoins je suis de l'avis que le lecteur attentif et l'observateur même très critique envers des circonstances politiques réels, ne pourra, ne devra jamais réduire un pays entier, et en particulier les hommes y vivant, à un système politique et l'uniformisation imposée.

Le lecteur contemporain « actuel » a à faire avec un autre problème tout naturel : le séjour de l'auteur date de l'année 2001. Certainement ce livre reste au fond actuel. Au même moment il y a eu des développements. On est entré dans la troisième génération de cette dictature hériditaire, avec l'accession au pouvoir de Kim Jong-Un. Pour un temps on a pu croire même à une amélioration... Il n'en est rien, apparemment.

Bref : recommandable, mais avec les avis aux lecteurs que j'essayais d'élaborer à garder en tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: [BD] Guy Delisle   Dim 13 Avr 2014 - 23:44

tom léo a écrit:
Avec « 1984 », le classique de George Orwell, dans ses valises
Ah oui, il est un peu vicieux, en plus, quand il demande son avis sur le livre à la personne qui est chargée de l'accompagnée, si je ne me trompe pas...

C'est souvent surréaliste... l'autoroute créée juste pour aller au musée du dictateur (le chauffeur qui s'arrête au milieu de la route !)... la pauvre femme qui passe la nuit à laver le linge de Guy Delisle... Les repas qui deviennent très bons quand une délégation étrangère arrive...

Il m'est resté une impression d'une pièce de théâtre absurde dans laquelle chacun fait semblant que tout va bien, alors que tout le monde sait que c'est faux. Les machines qui ne marchent pas, la radio dont on ne peut changer la fréquence...
Après, Guy Delisle n'explique pas comment le pays en est arrivé là (mais ça n'est pas simple et sans doute que la BD n'est pas support idéal pour ça), c'est "juste" un constat, mais vraiment bien fait.

Et, effectivement, vu les liquidations récentes (notamment l'exécution de l'ancienne girl-friend du nouveau dictateur à laquelle ont été obligé d'assister pas mal de gens... ; et plus récemment, lors d'une grande purge, l'oncle du dictateur, exécuté dans des conditions qui restent obscures), ça ne s'arrange pas, non...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Chroniques birmanes   Mer 16 Avr 2014 - 6:53

Chroniques birmanes

Originale : Français, 2007

CONTENU :
Chronique écrite après un séjour en Birmanie en 2005

REMARQUES :
Comme d’autres BD de Delisle aussi celle-ci se refère à un séjour de longue durée dans un pays qu’on ignore (ou ignorait) assez. Delisle est maintenant lié depuis un bon moment avec Nadège et ils ont le petit Louis. L’auteur suit à vrai dire sa femme en Birmanie pour une bonne année car elle y travaille pour Médecins sans Frontières. Lui-même, il va avant tout s’occuper de l’enfant, travailler sur ses bandes dessinées et aussi faire quelque connaissances dans le monde du BD. Sinon on a l’impression qu’il raconte dans ces chroniques librement un mélange entre son vécu personnel (souvent avec beaucoup d’humour et d’auto-dérision) et des petites explications de certaines expériences autour d’une donnée politique, économique, culturelle etc...

Les récents développements au Myanmar semblent aller dans un sens d’une plus grande liberté et autonomie, et les descriptions de ce livre date alors maintenant presque d’une dizaine d’années. Alors, cela a vieilli ? Peut-être certaines contraintes de la dictature militaire de plusieurs décennies (instaurée en force en 1962 après quatorze année d’essais démocratiques après l’indépendance) ont perdues un peu de force, et l’ouverture économique est là, néanmoins ce livre est et restera un témoignage d’une époque qui a marqué le pays: témoignage pour la Birmanie/Myanmar même, mais aussi description – comme l’auteur en fait allusion – des mécanismes d’une dictature en exercise. Et certains procèdés, on les retrouve un peu partout dans le monde en pareilles situations...

Ce qui arrive à Delisle a d’abord et presque toujours une note personnelle, et est accroché à une expérience concrète. Mais au même moment ces petites aventures touchent à toutes les domaines de la vie, soit culturelle, politique, économique, réligieuse, culinaire, répressive etc. Le livre épais est structuré en petites épisodes, petites unités thématiques d’une à six pages environs, avec sur chaque page 6-8 petites cases de desseins et de textes. Dans ce sens-là ce n’est pas un récit linéaire ininterrompu, mais plutôt des bouts d’histoires.

Je n’arrive pas bien à décrire le genre de desseins avec lequel Delisle travaille, mais c’est à mon avis un travail à l’encre et des tonaloités en gris (pas de colorisations).

C’est intéressant comment Delisle raconte en passant une existence plutôt isolée souvent, des ressortissants étrangers (ambassades, ONG, industries engagés étrangers). Une séparation si typique dans tellement de pays, surtout soi-disant exotiques ou alors aussi résultant d’une certaine politique. A quel point cet isolement est choisi, conséquence d’une recherche d’une vie plus aisée ? Je ne veux pas en juger, mais dans nos pays nous condamnons souvent ces « communautarismes »...

C’est alors en passant, jouant, décrivant avec humour (et des chiffres et faits réels) que Delisle nous présente ses chroniques.

C’est bien fait, drôle, instructif...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: [BD] Guy Delisle   Mer 16 Avr 2014 - 9:05

J'avais commencé Pyongyang chez des amies mais je n'ai pas eu le temps de finir. Je trouvais l'idée d'y aller pour travailler convaincante et surtout qu'il ne s'agissait pas (comme je l'avais craint) d'une ribambelle de lieux communs...
J'ai les Chroniques de Jérusalem dans ma PAL... L'ouverture de ce fil et les différents commentaires vont sans doute en accélérer la lecture !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: [BD] Guy Delisle   Mer 16 Avr 2014 - 13:52

J'ai lu quelques travaux de Delisle... j'en garde un vague souvenir mais plus si positif que ça à présent. Une impression de chiqué ? "je vais vous dire ce qu'il faut dire, et critiquer ce qui doit être critiqué, en donnant l'impression d'avoir toutefois gardé toute mon intégrité". Tel est pris qui croyait prendre ?

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: [BD] Guy Delisle   Mer 16 Avr 2014 - 14:17

colimasson a écrit:
J'ai lu quelques travaux de Delisle... j'en garde un vague souvenir mais plus si positif que ça à présent. Une impression de chiqué ? "je vais vous dire ce qu'il faut dire, et critiquer ce qui doit être critiqué, en donnant l'impression d'avoir toutefois gardé toute mon intégrité". Tel est pris qui croyait prendre ?

Si je comprends bien, c'est mon b-moll surtout dans la BD de Pyongyang qui est plus ancien. Dans "Les chroniques birmanes" il a, à mon avis, déjà vécu plus. Mais il est devenu un voyageur professionel, pour ainsi dire...

Je ne peux pas trop juger en avant le choix des autres, mais c'est sûr que lui aussi, il reste dans un univers gardé d'expatriés, d'une certaine façon (est-ce que je l'ai bien exprimé? Peut-être que pas). Cette façon d'être dans un autre pays est certainement déjà plus proche d'écouter certaines nouvelles (par sa femme par exemple), mais néanmoins reste le goût d'un regard extérieur et de se laver les mains... Finalement: est-ce qu'on y échappe si on va quelque part? Nos jugements si sûrs comment cela devraient être chez d'autres, et que forcement nous avons compris le comment et le pourquoi? Une façon encore beaucoup plus engagé de se laisser interroger soi-même dans ses choix, ses options de vie n'est pas à imposer, ême si je trouverais cela souhaitable dans l'échange des uns avec les autres. Ici, des fois, on entre pas dans un vrai échange, mais cela reste un regard de l'extérieur?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: [BD] Guy Delisle   Sam 19 Avr 2014 - 14:11

Ses témoignages restent effectivement à prendre comme un regard de l'extérieur... j'ai lu ses bédés il y a quelques années et mes souvenirs sont peut-être faux, mais j'en garde l'impression d'un didactisme très marqué, et finalement assez peu critique vis-à-vis de lui-même. Pourquoi ce sentiment ? il faudrait que je retente l'expérience pour confirmer ou non ce souvenir.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: [BD] Guy Delisle   Sam 19 Avr 2014 - 18:23

tom léo a écrit:
Je ne peux pas trop juger en avant le choix des autres, mais c'est sûr que lui aussi, il reste dans un univers gardé d'expatriés, d'une certaine façon (est-ce que je l'ai bien exprimé? Peut-être que pas). Cette façon d'être dans un autre pays est certainement déjà plus proche d'écouter certaines nouvelles (par sa femme par exemple), mais néanmoins reste le goût d'un regard extérieur et de se laver les mains... Finalement: est-ce qu'on y échappe si on va quelque part? Nos jugements si sûrs comment cela devraient être chez d'autres, et que forcement nous avons compris le comment et le pourquoi? Une façon encore beaucoup plus engagé de se laisser interroger soi-même dans ses choix, ses options de vie n'est pas à imposer, ême si je trouverais cela souhaitable dans l'échange des uns avec les autres. Ici, des fois, on entre pas dans un vrai échange, mais cela reste un regard de l'extérieur?!
En ce qui concerne la Corée du Nord, était-il possible de faire autrement ? Je veux dire qu'il ne pouvait pas se mettre le sac au dos et se dire : "allez, je vais visiter la Corée du Nord, parler avec le vrai peuple et prendre le pouls de la société". Même quand il parle avec des Coréens du Nord, tout ce qu'ils disent est pesé, tout le monde fait très attention...

Je me souviens d'un détail qui m'avait frappé, dans sa BD, c'était l'incapacité des Coréens du Nord de suggérer une émotion dans l'animation... est-ce que c'est tout bêtement un problème culturel (l'émotion suggérée pour un public occidental ou pour un public asiatique ne passe pas par les mêmes moyens ?). Ou bien est-ce que, à force de réprimer l'expression des émotions, de la spontanéité, sont-ils devenus incapables de dessiner et de mettre en animation ces sentiments ?
Comment mettre en perspective son propre jugement dans le cas d'une dictature aussi fermée, quasiment unique dans le monde actuel ? Un pays tellement sur-réaliste...

Il y a eu un marathon à Pyongyang il y a quelques jours. Pour la première fois, des étrangers ont pu y participer (heureusement, c'est un Coréen du Nord qui a gagné ; on n'ose pas imaginer ce qui se serait passé en cas de victoire d'un étranger) :

Citation :
Le groupe de dix-huit touristes visite la ville en bus. Un passage obligatoire : le monument aux morts de Pyongyang. Pour le reste, Morgan décrit une ville « assez froide et massive, avec des grands bâtiments en construction ». Les volets des fenêtres sont tous fermés. Il se rend compte que le ménage vient d’être fait, partout où passe le bus :

« L’herbe venait d’être coupée, des personnes travaillaient encore sur les pelouses et sur les fleurs. Et puis on nous a fait passer devant les infrastructures sportives toutes neuves. J’ai compris que tout cela était fait exprès. Je me demande où ils trouvent le cash. »
(totalité de l'article à lire ici.

Il paraît que le stade était plein, même pour l'arrivée des derniers participants (ce qui était agréable pour eux, bien sûr).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: [BD] Guy Delisle   Mar 10 Fév 2015 - 21:17

Chroniques de Jérusalem (2012)




La plongée d’un athée européen à Jérusalem pendant un an va lui révéler son profond attachement à sa foi areligieuse. L’ignorance et la naïveté religieuse de Guy Delisle constituent le moteur d’une interrogation qui fluctue entre mépris de la superstition et véritable intérêt pour l’autre. Le discours borné montre parfois l’opinion d’un homme fier qui se croit libéré de tout déterminisme :


« Quand on voit le spectacle qu’offre la religion dans le coin, ça donne pas trop envie d’être croyant. Ah, merci mon Dieu de m’avoir fait athée. »


Mais le temps agit, et Guy Delisle rencontre des habitants de Jérusalem qui lui permettent de moduler ses jugements. En parcourant avec eux l’histoire de Jérusalem, des luttes politiques et religieuses qui s’y sont déroulées, son discours devient légèrement plus nuancé. Mais la surprise ne le quitte jamais. Tout est objet d’étonnement : le marchand de pain près d’un checkpoint, les horaires d’école conçus en fonction des fêtes religieuses des différentes confessions, les autobus spécialisés… L’étonnement ne mène pas toujours à la réflexion et la considération reste flottante, trop souvent entachée de paternalisme. Guy Delisle remarque mais ne pense rien, ou n’ose pas dire ce qu’il pense.


Les Chroniques de Jérusalem comportent plus de trois cent pages mais se constituent davantage dans l’anecdotique particulier que dans le documentaire général. Il ne faut pas espérer lire le témoignage spécialisé d’un dessinateur de bande dessinée qui aurait envie de tout comprendre. Guy Delisle traite ce qui se présente inopportunément à lui au cours de sa vie quotidienne à Jérusalem. On apprend certaines petites choses, mais rien de bouleversant en quantité ou en qualité. Juste de quoi se distraire gentiment –ce qui semble presque indécent. Le départ de Guy Delisle et de sa famille de la cité de Jérusalem ne ressemble-t-il pas d’ailleurs à une fuite terrorisée ?



On comprendra qu'à part des murs, Guy Delisle s'ennuyait de ne pas trop savoir quoi dessiner.




Mais on découvre toutefois quelques réalités politiques :
Citation :
Il y a plusieurs zones en Cisjordanie : A, B et C. Les zones C sont entièrement contrôlées par l’armée israélienne et les zones B le sont partiellement. Il reste la zone A (moins de 10% du territoire) qui est sous le contrôle des Palestiniens. Mais ça, c’est en théorie, parce que pratiquement toutes les nuits, l’armée israélienne entre à Ramallah, donc en zone A, pour fouiller des maisons, arrêter des gens, interroger, etc. Et l’ONU ferme les yeux.

Citation :
Écœurés de voir le Fatah au point mort avec les accords de paix pendant que les colonies poussent comme des champignons, les gazaouis ont voté pour le Hamas.
Pas de chance pour eux, c'est un parti considéré comme terroriste par les USA et Israël. Du coup, on les a enfermés. Ils ont le droit de voter démocratiquement, mais ils doivent voter démocratiquement pour le parti qu'Israël a choisi. En gros, ils sont passés de l'occupation israélienne au blocus international.




A peine plus étonnantes que l'histoire parfois mouvementée de certains lieux religieux:
Citation :
L’esplanade des mosquées occupe une place centrale pour les trois religions issues de la Bible. […]
C’est quelque part sur ce mont, il y a de ça 4000 ans, que Dieu envoya Abraham sacrifier son fils. […] Sur cet emplacement, le roi Salomon construisit le premier temple en -960 […]. En -586, Nabuchodonosor II détruit le premier temple. Une partie de la population est contrainte de s’exiler à Babylone. Ils reviennent et, en -516, construisent un deuxième temple. En -10, Hérode le Grand fait embellir le temple et agrandir l’esplanade. Les romains le détruisent en 70, c’est le début de la diaspora pour le peuple juif. Toujours au même endroit, le calife Abd al-Malik construit le dôme du Rocher en 691. A l’époque des croisades victorieuses, le dôme devient une église pendant presque un siècle, 1099-1187. En 1187, Saladin reprend possession des lieux. Le dôme du rocher redevient musulman et le reste jusqu’à aujourd’hui.


Et le quotidien est parfois l'occasion de surprises très exotiques :
Citation :
Bon ça sera un cornet à la fraise et un au chocolat SVP
- Ça sera pas possible
- Ah vous n'en avez plus
- Si j'en ai, mais il y a de la levure dans le cornet
- Et alors
- C'est pas permis de manger de la levure pendant Pessah
- Mais c'est pas encore Pessah ca commence ce Week-end seulement
- Oui mais bon par sécurité on commence avant on ne sait jamais
- Mais je suis pas juif
- Ha ha je sais...


Citation :
J'apprends qu'on ne jette pas le pain aux ordures. Il est considéré comme sacré. On en retrouve des bouts coincés un peu partout. Tiens... J'y songe, les arabes font pareil. Toute l'année, j'ai vu des sachets en plastique remplis de pain accrochés sur le côté des bennes à ordures. On pourra ajouter ça à la longue liste des choses que les juifs et les arabes ont en commun. Curieusement, on ne retrouve pas ça chez les chrétiens qui, eux, pourtant, considèrent le pain comme le corps du christ. Va comprendre.


Les limites des Chroniques :
Citation :
Souvent je croise une de mes voisines qui est voilée de la tête aux pieds. Elle porte même des gants. Avec la chaleur qu'il fait, je me demande comment elle arrive à supporter ça...et chaque fois que je la croise, je me fais la même réflexion...tant qu'à y être, pourquoi elle ne porte pas de lunettes fumées ?

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: [BD] Guy Delisle   Mar 15 Nov 2016 - 11:41



Christophe André, travaillant pour une ONG, est subitement kidnappé en pleine nuit. Il se retrouve enfermé dans une pièce avec un matelas, un chauffage (auquel il est attaché). Il ne parle pas la langue de ses kidnappeurs. Ne sait rien de ce qu'il se passe, si ses amis sont au courant, si des négociations sont en cours...

La force de cette BD est de parvenir, avec des cases et des situations ultra répétitives, à créer un suspens étouffant, et palpitant.
Car comme l'otage, on ne sait rien. On suit son quotidien. Ses tentations de ne pas perdre la notion du temps, de ne pas perdre la tête. Ses jeux intellectuels pour garder pied. L'ennui. L'attente. La peur.

Et la force d'esprit de Christophe André qui veut être libéré, évidemment, mais a peur que ses ravisseurs ne demandent trop. Qu'il coûte trop cher. Sa vie, que vaut-elle si c'est pour soutenir les "mauvais".

Les couleurs bleues et grisées, les traits fins et minimalistes, accompagnent parfaitement cette histoire. Ambiance froide, sans repère, douce pour ce personnage que l'on veut sauvé.

S'enfuir est d'une force et d'une justesse psychologique incroyables.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [BD] Guy Delisle   

Revenir en haut Aller en bas
 
[BD] Guy Delisle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Les Bédés et mangas-
Sauter vers: