Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Robert Hugh Benson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Robert Hugh Benson   Mer 7 Mai 2014 - 16:19



Robert Hugh Benson, né le 18 novembre 1871 et mort le 19 octobre 1914 (à 42 ans), est un ecclésiastique et homme de lettres britannique. Il est le plus jeune fils d'Edward White Benson, archevêque de Cantorbéry. Il est le frère cadet d'Arthur Christopher Benson et d'Edward Frederic Benson.

Après ses études au collège d'Eton puis à Trinity College (Cambridge), Robert Hugh Benson fut ordonné prêtre dans l'Église anglicane par son propre père.

Lors d'un séjour au Proche-Orient, il commença à s'interroger sur les liens entre l'Église anglicane et le catholicisme. Attiré par la High Church, il finit par être admis dans la communauté de la Résurrection en 1901, sans avoir l'intention de se convertir au catholicisme. Puis, à mesure qu'il étudiait les différentes communautés anglicanes, Benson trouva sa place dans l'Église catholique, où il fut admis le 11 septembre 1903.

Ordonné prêtre l'année suivante, il fut envoyé à Cambridge, où il exerça son ministère sacerdotal tout en poursuivant une carrière littéraire.

Bibliographie

1909 La lumière invisible, scènes et récits de la vie mystique
1910 Le Maître de la terre
1912 La Vocation de Frank Guiseley
1914 Les confessions d'un converti


Le Maître de la terre

Ouvrage fondamental.

A rapprocher de 1984 par exemple, sauf qu'il concerne le monde ecclesisatique car l'auteur était prêtre.

Ce livre est d'une puissance visionnaire incroyable.
Le maître de la terre, Satan, tente d'annihiler l'église romaine.
Ce Satan est décrit sous la forme d'un personnage antéchristique, énigmatique, qui concentre les pouvoirs mondiaux. Une sorte de super homme politique, ayant inventé une doctrine humanitaire excluant la notion de Dieu, et tout le clergé.
L'homme est une fin en soi et doit accepter de se laisser guider par ce pseudo-messie temporel. On invente d'autres valeurs. Matérielles, fraternelles et sans transcendance.
Benson envisage une société de confort, qui anesthésie toute vélléité spirituelle.
Le catholicisme est menacé et on suit la résistance d'une poignée d'hommes d'église face à ce rouleau compresseur, qui luttent clandestinement pour faire rayonner l'enseignement de Jésus.

Les catholiques sont impitoyablement chassés et traqués. C'est évidemment une oeuvre d'anticipation, mais qui porte tellement d'éléments prophétiques qu'on reconnait certains aspects de notre époque moderne, si encline à détruire ou au moins occulter le sacré.

Livre de chevet des 2 derniers papes, ce que je comprends. Ils ne peuvent qu'y puiser des réflexions politiques, sociales et philosophiques édifiantes. Certaines pages font pleurer. Car il reste des croyants qui prient avec une force mystique intense (façon Huysmans). C'est lumineux.

Une langue sobre, raffinée, une symbolique sophistiquée (qui finira en duel à Armageddon), un plaidoyer pour le divin et le message chrétien et en même temps un suspens de science-fiction.

A lire impérativement.

Surtout après la belle démonstration de force du pape François, qui, en fin politique, ne ménage pas ses efforts pour réaffirmer l'Eglise catholique sur la scène internationale. Rien de tel qu'une double canonisation par un couple de papes ! C'est très fort !

Un ouvrage - aussi - sur la conscience.
Enfin, bref, un bijou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Robert Hugh Benson   Jeu 8 Mai 2014 - 0:37

tu aurais un petit extrait en prime ?

noté en tout cas.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Robert Hugh Benson   Jeu 8 Mai 2014 - 10:27

Cela m'interpelle ... Tout comme Animal, un petit extrait ne serait pas de refus ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Robert Hugh Benson   Jeu 8 Mai 2014 - 21:06

+3

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Robert Hugh Benson   Jeu 8 Mai 2014 - 22:35

PERCY, le "résistant" prie :


"Puis le prêtre se cacha le visage dans les mains, soupira, et se mit à prier.

Il commença, comme il faisait toujours, par un acte délibéré de renoncement au monde sensible. Il s'efforça de descendre jusqu'au fond de soi-même ; et bientôt l'appel de l'orgue, le bruit des pas, la dureté du banc de bois sous ses genoux, tout cela disparut pour lui, et il eut l'impression de n'être rien qu'un coeur qui battait, et un esprit qui enfantait d'incessantes images. Puis il fit une nouvelle descente : il renonça à tout ce qu'il était et possédait, et eut conscience que son corps même s'évanouissait, tandis que son esprit et son coeur, dominés par la sublime présence qui se dressait devant eux, se soumettaient docilement à la volonté de leur maître. De nouveau il soupira, en sentant cette Présence se rapprocher de lui ; il répéta machinalement quelques paroles, et tomba enfin dans cette paix qui suit le suprême renoncement à la pensée personnelle.
Ainsi il resta assez longtemps.


Très loin, au-dessus de lui, retentissait la musique merveilleuse, mais elle était
désormais pour lui aussi indifférente que les bruits de la rue pour un homme qui dort. Il se trouvait maintenant en deçà du voile des choses, au-delà des barrières de la
sensation et de la réflexion, dans ce lieu secret dont un effort obstiné lui avait appris le chemin, dans cette région singulière où les réalités véritables apparaissent avec une
évidence directe, où les perceptions vont et viennent avec la rapidité de l'éclair, où l'Église et ses mystères sont vus du dedans, auréolés de gloire.

(…)

Les yeux de son âme allaient maintenant çà et là, du calvaire dans le ciel jusqu'aux agitations et aux soupirs terrestres. Il voyait le Christ mourir de désolation,
pendant que la terre tremblait et gémissait ; il voyait le Christ régner sur son trône, en robe de lumière ; il le voyait résider, patient et silencieux, sous les espèces de son sacrement… Puis il attendit que le Christ lui parlât, et les paroles qu'il attendait lui vinrent si douces et délicates, rapides comme des ombres, que sa volonté s'épuisait dans l'effort de les saisir, et de les fixer, et d'y répondre… Il voyait le corps mystique dans son agonie, étendu sur le monde comme sur une croix, et muet à force de douleur ; et le sang vivant coulait, goutte par goutte, de sa tête, de ses mains, et de ses pieds. Au-dessous, le monde était rassemblé, plein de raillerie et de belle humeur : « Il a sauvé les autres, mais, lui-même, il ne peut pas se sauver !… Qu'il descende seulement de la croix, et nous croirons en lui ! » Au loin, derrière des buissons, et dans des creux du sol, les rares amis de Jésus regardaient et sanglotaient ; Marie elle-même se taisait, percée de sept glaives ; et le disciple qu'il avait aimé ne trouvait point de paroles de consolation.

Et il sentait aussi qu'aucun mot ne serait dit du haut des cieux ; les anges eux-mêmes avaient reçu l'ordre de mettre l'épée au fourreau, et d'attendre l'éternelle puissance de Dieu ; car l'agonie était à peine commencée, et mille horreurs devaient se produire encore avant qu'arrivât la fin, la somme dernière de la crucifixion… Et Percy, méditant et analysant l'éternelle leçon, comprenait que le chrétien, désormais, ne pouvait plus que veiller et attendre, jusqu'au jour où le corps mystique sortirait décidément du tombeau. Cet univers intérieur, dont un immense effort lui avait appris le chemin, était à présent tout imprégné d'angoisse ; il était amer comme le fiel, éclairé de cette pâle lueur que la grande souffrance physique fait surgir dans les yeux, et traversé d'une longue note continue qui ressemblait à un gémissement.

« Seigneur ! murmura-t-il, comment pourrai-je supporter cela jusqu'au bout ? »


Dernière édition par tina le Jeu 8 Mai 2014 - 22:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Robert Hugh Benson   Jeu 8 Mai 2014 - 22:47

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Robert Hugh Benson   Dim 11 Mai 2014 - 9:47

Merci, je l'ai téléchargé, à voir si j'aurais le courage de suivre une lecture électronique.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Robert Hugh Benson   Dim 11 Mai 2014 - 10:55

J'avais loupé ce fil, mais moi aussi il m'intéresse ce Benson, dont je n'avais d'ailleurs jamais entendu parler. Merci Tina.

Il est en accès libre su Gutenberg et à 0 euro sur Amazon téléchargeable sur Kindle. Je viens de vérifier.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Robert Hugh Benson   

Revenir en haut Aller en bas
 
Robert Hugh Benson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Robert EUDE, historien Seinomarin.
» Robert Gogoi a-t-il été à bord du Gerlache ?
» Documentaire sur Robert Bruce. ARTE.
» Bon anniversaire Robert !
» ROBERT x GOHIER - Le Havre Graville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: