Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Joseph Incardona [Suisse]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Joseph Incardona [Suisse]   Lun 12 Nov 2012 - 20:27



Né à Lausanne en 1969 d'un père italien et d'une mère suisse, Joseph Incardona a vécu notamment à Paris et Bordeaux avant de s'installer à Genève. Riche de sa culture suisse et italienne, admirateur de la vitalité des écrivains de la péninsule, il puise ses références dans le roman noir - «roman social» par excellence - et la littérature américaine du XXe siècle (John Fante, Jack Kerouac, James Lee Burke, Charles Bukowsky.). Joseph Incardona aborde des thèmes empreints de gravité dans une écriture rythmée, pulsionnelle et rapide, dont la dimension divertissante est signe de pudeur.
Il a également écrit pour le théâtre, la BD et le cinéma - une adaptation du Cul entre deux chaises est en cours d'écriture avec le cinéaste Cyril Bron. Son prochain roman sort en septembre chez Fayard Noir, et sa pièce 37m2 sera mise en scène par Jef Saintmartin début 2009.
source: Babelio


Trash Circus (2012) de Joseph Incardona




La meilleure partie de Trash Circus, c’est son exergue :


« La plupart des gens ne se distinguent en rien. La plupart des vies ne mènent à rien. Pourquoi ne pas l’accepter ? »

(Joyce Carol Oates)


Ceci étant dit, il vaudrait mieux refermer tout de suite ce livre et se lancer, par exemple, dans la lecture de Joyce Carol Oates. On éviterait ainsi de perdre son temps et de se laisser démoraliser par les prétentions psychopathologisantes d’un frimeur de faible acabit.  


On assimile très vite le personnage de l’histoire, Frédéric Haltier, à l’écrivain Joseph Incardona dans leurs tentatives désespérées de se donner un genre sans y parvenir. Si, au début, on ose espérer que la lecture de Trash Circus nous permettra d’accéder à l’univers singulier d’un auteur, de nombreuses maladresses -dont Joseph Incardona semble fier puisqu’il n’hésite pas à les répéter-  viendront nous convaincre que tel n’est pas le cas et que nous avons plutôt affaire à un croisement raté entre du Bret Easton Ellis –moins l’humour cinglant-, du Michel Houellebecq –moins l’autodérision- et du Frédéric Beigbeder –moins le recul critique. Les grandes forces négatives s’affrontent et de ces trois références, on ne retient que la caractéristique la plus dénuée d’intérêt : la complaisance d’un abruti qui se plaît à s’ensevelir de merde tout en s’évertuant à jurer que le monde est pourri –car il fait de son cas une généralité- et qu’en conséquent, une grosse bombe atomique ferait bien de tomber à la surface de la planète pour tout anéantir.


Joseph Incardona alterne entre fureur adolescente et envolées lyriques pour décrire un monde décrépi –paradoxe extrême que cette rage juvénile lorsqu’il s’agit de dénoncer, justement, les comportements bovins d’une jeunesse que Frédéric Haltier semblerait vouloir exterminer :


« Les groupes de jeunes sont des grappes de consommateurs, iPod Nanon aux oreilles, iPhone au bout des doigts, le pouce flexible qu’arrête pas de tapoter sur les touches de leur merde, s’envoient de messages débiles, fans de la « Star Ac’ », fans de rappeurs à la con, banlieue pourrie, vie pourrie, avenir pourri, dents bientôt pourries, tout ça finira en kebabs, en graisse et en frustration. Miroir aux alouettes de l’hypercentre à consommer : fringues, multimédia, bouffe, bêtise. Hypercentre de la frustration, ils sont juste bons à enrichir les multivitaminés du libre-échange, à se faire baiser dans les grandes largeurs… […] On a photographié Mars, mais on nous a fait revenir au Moyen Âge. Sans plus d’espoir d’aller vers quelque chose, non, la fête est finie, tous ces SMS, ces mails, ces putains de messages perdus dans le cosmos, du vent. Quand on sera morts, où seront-ils stockés, qui lira ces mots inutiles, ces instants perdus dans l’air climatisé, au milieu des soldes, des déstockages, des flirts au Carrefour, la poésie foutue, l’amour foutu, le respect, le travail, la solidarité… Tous responsables : médias, politiciens, multinationales, FMI, banque centrale, citoyens, parents, ados, profs, gauche, droite, centre, haut, bas […]. »



Verve porteuse d’une charge sociale foudroyante pour qui ne serait pas sorti de chez lui et n’aurait ouvert de livres depuis son apparition sur Terre –verve qui frôle la poésie, même si le personnage ne semble pas vraiment apprécier ce genre littéraire (référons-nous, par exemple, à ce propos glané au hasard des pages du livre : « Fuck Prévert, fuck la poésie. »)


Peut-être l’auteur préfère-t-il Michel Houellebecq ? Certains passages s’apparentent presque à du plagiat, entre les informations encyclopédiques placées de guingois à la manière de la Carte et du territoire (« Dans l’église Sainte-Geneviève, chou comme tout ("L’église Sainte-Geneviève est constituée par la juxtaposition d’une petite église romane du XIIIe siècle, placée au sud, et d’une plus grande église gothique édifiée aux XVe et XVIe siècles. Dans la sacristie se trouve le portail qui était la porte d’entrée de l’église romane"), baignée d’histoire de France, de roi Machin et de reine Blanche, j’ai froid aux pieds. ») et le dégoût de la famille –principalement du père- qui permet au jeune héros du livre de se parer de l’aura d’un enfant maltraité (« Depuis combien de temps je ne te vois plus, papa ? Cinq ans ? Six ? Trois fois en quinze ans au total. On avait décidé qu’on serait morts l’un pour l’autre, mais non, tu vois, il y a toujours ce carcan familial à endurer, social, administratif, les « autres », ces putains d’autres qui t’obligent à continuer la mascarade du lien affectif »), on comprendrait que Michel Houellebecq crie au plagiat –quoique lui ne se serait peut-être pas osé à la critique sociale facile et à côté de la plaque.


Voudrait-on en savoir plus, d’ailleurs, sur les opinions politiques de Frédéric Haltier ? Le tout peut être résumé en une phrase : « Pas de carte d’électeur, jamais voté de ma vie, gauche ou droite, même saloperie ». Les difficultés d’élocution du personnage se retrouvent à d’autres occasions : « Mais on a tué la nature. Pourtant, la nature est toujours là. Hormones, testostérone. C’est notre paradoxe, le prix à payer. D’ailleurs, certains paient le prix fort et obtiennent très peu ». Que doit-on en conclure ? Les pensées du personnage sont-elles vraiment si embrouillées qu’il n’arrive pas à les exprimer ? Ou traduisent-elles l’esprit brillant d’un génie qui ne s’exprime qu’à travers l’usage de l’anacoluthe ?


On se sent également flouté par rapport au contenu de Trash Circus en lui-même. La quatrième de couverture nous parlait d’un personnage évoluant à la fois dans la sphère cynique de la télé réalité et dans l’univers houleux des hooligans. L’un et l’autre devaient se réunir dans une apocalypse tourbillonnante dont le lecteur sortirait forcément chancelant. Coup de pub. Tout bien résumé, le livre tient dans cette superbe phrase extirpée de Frédéric Haltier lui-même : « Foutre, pipi, caca, on n’en sort pas ». En effet, Frédéric Haltier se plaît énormément à jouer au macho qui use de sa queue comme d’un lasso –s’il fallait en parler sérieusement, on dirait que c’est drôle parce que tout à fait inoffensif- ; à cracher dans la bonne soupe qui le nourrit ; et à faire exprès de se mettre dans des pétrins tous plus idiots et grotesques les uns que les autres.


On sort de ce livre étourdi par sa stupidité, tout à la fois ravi et étonné du dénouement final. Ravi parce que Trash Circus ne pouvait pas se terminer autrement. Etonné parce que Trash Circus aurait dû s’ouvrir sur ce dénouement, et on se demande pourquoi Joseph Incardona n’y avait pas pensé.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Joseph Incardona   Sam 29 Juin 2013 - 22:08

one shot et deuxième shot sur le fil pour Joseph Incardona ?



Misty

Sam Glockenspiel est détective privé. 53 ans, alcoolique, célibataire toujours amoureux de son ex-femme, plus un rond. Le merveilleux loser sympathique perdu dans son amérique teintée de références franco-france. Il a un mini crayon de "450 millimètres" et se balade dans un monde gentiment anachronique entre bipper, portable, vieille vw, google earth, la dose de jazz réglementaire et les fringues à la con.

Un détective ça enquête, sauf celui là qui subit une suite burlesque ( ?) d'événements improbables. Noyées dans les verres comme dans les réflexions obligatoirement désabusées sur sa condition et ce petit monde légèrement dépravé et abimé qui l'entoure, sans oublier de parler couille et quéquette et de saupoudrer de références, pardon hommages.

Le truc c'est que l'absence d'intrigue rend l'exercice lassant, et que l'ambiance vaguement pop-trash très chébran est assez, et vite, lassante aussi. Quelques réflexions arrachent des sourires certes mais où sont les surprises. où est l'hommage dans l'indigence ?

J'étais assez content de m'embarquer là-dedans, pour tenter une fois de temps en temps un truc actuel et pas sorti d'un grand éditeur plus méchant qu'un loup-garou et je me suis retrouvé, à l'arrivée quand même, assez dépité par la posture de "genre" qui n'est plus un genre noir mais un genre d'amateur, de décalé, de pop qui brasse, remue, trois clichés avec un certain ravissement narcissique. On tourne assez rapidement les plages dans une plate indifférence. Avec des sursauts d'agacement. (à l'image de la quatrième de couv qui a l'air d'y croire avec son humour).

La chemise à fleur ne sauve pas la marmite (on frôle l'autoportrait) :

Ma chemise aux motifs hawaïens rouge et jaune me serre à la taille, mais pas question de renoncer à porter des couleurs vives pour égayer la lassitude de mon cœur fatigué. Pantalon de toile beige et chaussures de sport. Je coiffe mon galure, verrouille la porte.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Joseph Incardona [Suisse]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Flotte Suisse sur le Lac Léman
» l'armée suisse
» NYX en Suisse
» Velorail de la Suisse Normande
» La Suisse Normande classée site naturel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature belge et suisse (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: