Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Otto Dov Kulka

Aller en bas 
AuteurMessage
tom léo
Sage de la littérature
tom léo

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 56
Localisation : Bourgogne

Otto Dov Kulka Empty
MessageSujet: Otto Dov Kulka   Otto Dov Kulka Icon_minitimeMer 28 Mai 2014 - 7:27

Otto Dov Kulka 1800610

Otto Dov Kulka
est né le 16. April 1933 à Nový Hrozenkov en Tchécoslovaquie; il est un historien israélien, d’origine germanophone. Son père, Erich Kulka est un journaliste tchèque. La famille fait partie des milieux juifs germanophones de Prague. Tous sont déportés dans le ghetto de Theresienstadt, puis à en 1943 dans le « camp de famille » à Auschwitz (en vue d’éventuellement être montré aux réprésentants de la Croix Rouge internationale). Plus tard s mère enceinte fût séparée de lui et donna naissance dans le camp de concentration de Stutthof... Elle pouvait s’enfuir, mais mourut dans la cachette. Otto Kulka comme son père survécurent aux sélections, le travail forcé et la « marche de la mort » en Janvier 1945. Il gagne Israël en 1949. Il y fait une carrière d'historien à l'université hébraïque de Jérusalem et au Mémorial de Yad Vashem. En 1964 il était le témoin le plus jeune dans le procès d’Auschwitz. A l’aéroport il rencontra le docteur des camps, Franz Lucas...

Après des études d’histoire à Jérusalem et Francfort il se spécialisa avec un travail sur le judaïsme dans l’Allemagne nazie à l’université de Jérusalem. Il travailla comme professeur à Jérusalem. C’est pour l’oeuvre autobiographique présenté en bas qu’il réçu le prix des frère et sœur Scholl en 2013.
(Source : wikipedia.fr et surtout .de)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
tom léo

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 56
Localisation : Bourgogne

Otto Dov Kulka Empty
MessageSujet: Paysages de la métropole de la mort   Otto Dov Kulka Icon_minitimeMer 28 Mai 2014 - 7:41

Paysages de la métropole de la mort

Originale de la première publication dans cette composition: Landscapes of the Metropolis of Death: Reflections on Memory and Imagination (2013)

Originale pour différentes parties du livre: Hébreux, 1984, 2009, 2013

Traduction : Pierre-Emmanuel Dauzat

CONTENU :
Otto Dov Kulka n'avait jamais jusqu ici évoqué sa propre déportation. Paysages de la métropole de la mort est constitué de dix chapitres tirés des enregistrements qu'il réalisa, entre 1991 et 2001, après une visite à Auschwitz, pour cerner les images et les souvenirs qu'il gardait de Theresienstadt, suivis par trois chapitres d'extraits de ses journaux intimes les plus récents.
Réflexion sur l’holocauste et la mémoire, tour à tour bouleversant dans sa description du « camp familial » d'Auschwitz, élégiaque et poétique, rythmé par des photos prises lors de son retour à Auschwitz, Paysages de la métropole de la mort est un texte hors-normes, qui cherche à rendre compte au plus près, et au plus intime, par différents procédés littéraires, de l horreur des camps telle qu'un garçon de neuf ans a pu la vivre et telle qu'un homme à la fin de sa vie, entre sa rigueur d'historien et la puissance de ses émotions d'enfant, peut s'en souvenir.
(Source : Description de l’ouvrage )

REMARQUES :
Le titre ainsi que le sous-titre dans les éditions en d’autres langues (par ailleurs ces publications se sont fait presque au même moment en différents pays) : « Réflexions sur la mémoire et l’imagination » indiquent déjà fortement un ton de cet ouvrage si personnel. Il s’agit pas d’un pur récit de souvenirs, ni d’une chronologie disatnte, aussi pas d’un livre autobiographique dans les termes classiques et certainement pas d’un roman. Toutes classifications échappent à une certaine unicité de ce livre de Kulka. Ceci sont des « réflexions, presque des méditations, des images » face à une expérience indélibile de l’enfance.

Dans le cadre d’une visite (de conférence) en Pologne en 1978 Dov Kulka retourne lors d’une journée libre à Auschwitz-Birkenau où il avait été dans le dit « camp familial », un lieu où »en ces temps-là et jusqu’à aujourd’hui il habite pour ainsi dire », comme un prisonnier à vie, enchainé pour toujours. Des images, des bribes de souvenirs (il va pas juste énumerer des horreurs), des associations, des rêves trouveront ici une expression. Cette première partie fut transcrite sur la base d’enregistrements audio que l’auteur avait fait personnellement, sans l’idée d’abord de les publier plus tard.

Donc, venant de Theresienstadt, ce camp spécial d’Auschwitz, dans l’ombre des crématoires, avait des proprietés et un fonctionnement «autre » : on voulait apparemment se préparer pour la visite éventuelle de la Croix Rouge. Ici les familles restaient ensemble et sous la direction d’un criminel (allemand) néanmoins il fut possible d’organiser des vrais cours d’instruction, spectacles etc. Les arrivants échappaient aux séléctions dans un premier temps, mais... l’ensemble du premier groupe fût exterminé après exactement une demie-année, et quand un deuxième groupe de 5000 étaient déjà arrivé. Donc, la certitude de la mort annoncée était si grande qu’il n’y avait aucun espoir, même minime.

Sa façon d’écrire est peut-être aussi si unique et autre parce que selon ses propres aveux il avait jamais lu aucun livre « témoignage » sur les camps, ni vu les grands films documentaires (Lanzmann etc). Donc, il est certainement un historien de la question juive dans l’Allemagne nazie et personnellement impliqué, et, au même moment, pas surchargé par un trop plein d’autres approches.

Dans son approche on ne trouve pas le fil principal (selon mon ressenti) en suivant une chronologie liniaire, mais plutôt on découvrant sur certains sujets des expressions qui ont nourries ce qu’il appelle la « mythologie personnelle ». Bien sûr on trouve des descriptions des souffrances subies, mais on pourrait aussi être étonné par certains approches presque « encerclant » un sujet, ou aussi quasimment littéraire (il va citer un Kafka, un W.G.Sebald). Une de ces expressions qui veulent souligner un ressenti intérieur est sans doute « la loi immuable de la mort », donc la certitude absolu de ne pas pouvoir échapper à la mort. Comment faire face ? Comment vivre avec ? Est-ce qu’on sera étonné que des fois les victimes se créent l’idée d’une espèce de justice (absurde) comme justement Kafka l’a décrit dans la « Colonie pénitentiaire » ? C’est un système absurde, autonome, complétement aliené de toute forme de compassion, plein de dégoût et de violence.

Un mélange d’une aliénation la plus totale ET d’un sentiment d’appartenance au milieu de cet environnement ! Idées de vengeance ET d’absence de ressentiments. On retient aussi le souffle quand Kulka évoque dans un langage poètique et fine, sans s’imposer ou imposer, la question de la présence/absence de Dieu dans les camps...

Oui, on pourrait parler et échanger autour de ce livre pendant des heures. Pourtant il est si « mince », mais quel épaisseur ! J’ai passé certainement deux, trois mois à lire lentement ces pages, et je compte de reprendre cette lecture encore une fois. J’ai jamais lu quelque chose de comparable sur la Shoah (malgré le nombre de livres lus sur ce sujet). Je ne peux que recommander ce livre à ceux qui se sentent interpeller. Par contre toute catégorisation avec des « étoiles » données me semblent inappropriée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
pia

Messages : 6473
Inscription le : 04/08/2013
Age : 51
Localisation : Entre Paris et Utrecht

Otto Dov Kulka Empty
MessageSujet: Re: Otto Dov Kulka   Otto Dov Kulka Icon_minitimeMer 28 Mai 2014 - 21:35

Intéressant. Il a donc une façon à lui de raconter les camps? Sa mère a donné naissance à un enfant dans les camps. Stutthof. Son frêre? dur. Il a survécu?
Spoiler:
 

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
tom léo

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 56
Localisation : Bourgogne

Otto Dov Kulka Empty
MessageSujet: Re: Otto Dov Kulka   Otto Dov Kulka Icon_minitimeMer 28 Mai 2014 - 22:29

pia a écrit:
Intéressant. Il a donc une façon à lui de raconter les camps? Sa mère a donné naissance à un enfant dans les camps. Stutthof. Son frêre? dur. Il a survécu?
Spoiler:
 

Oui, c'est une façon de raconter très différent de ce que j'ai lu jusqu'à maintenant. Partiellement même très "littéraire", voir - cela pourrait paraître choquant pour certains - doté d'une forme de poèsie, d'évocation par des mots qui montrent que cet auteur ne récite pas juste une expérience, mais que c'est le fruit d'une très longue dialogue intérieur avec ces images, la mémoire etc. A découvrir - à mon avis - par ceux qui se sentent appelés de lire de temps en temps de tels "témoignages".

Sa mère avait déjà quitté Auschwitz pour Stutthof. Son bébé était assassiné... (j'avais pas la force de le dire dans la présentation)

Que Otto et son père Erich avaient survécu ensemble à Auschwitz (Otto avait 11 ans à l'époque et se faisait passer pour un adulte pour échapper aux sélections) est un fait d'une rareté inimaginable dans ces circonstances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Otto Dov Kulka Empty
MessageSujet: Re: Otto Dov Kulka   Otto Dov Kulka Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Otto Dov Kulka
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Photos Miranda Otto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques) :: Témoignages-
Sauter vers: