Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Nicolas Bouvier

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Nicolas Bouvier - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Nicolas Bouvier   Nicolas Bouvier - Page 7 Icon_minitimeVen 10 Oct 2014 - 0:54

Sympas vos commentaires par épisodes Very Happy

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Nicolas Bouvier - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Nicolas Bouvier   Nicolas Bouvier - Page 7 Icon_minitimeVen 10 Oct 2014 - 9:41

Lecture passionnante aussi parce qu'elle nous raconte la vie de populations que l'on ne peut plus rencontrer aujourd'hui à cause des guerres et autres avanies (Kurdes, Iraniens, Pathans ou Pachtounes, Baloutchs...) et qui pourtant s'inscrivent tous les jours dans notre quotidien (via la télé, la radio, les journaux). C'est donc intéressant d'avoir la vision de voyageurs des années 50, dans des pays sans doute un peu endormis mais épargnés par le sang, enchantés de poésie, plus ou moins épargnés par le fanatisme religieux, et au contact de peuples dont Bouvier s'attache à rappeler sans cesse que sous la brutalité se cache des réserves faramineuses de bonté, de générosité et de sensibilité.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
domreader

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

Nicolas Bouvier - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Nicolas Bouvier   Nicolas Bouvier - Page 7 Icon_minitimeSam 11 Oct 2014 - 16:03

On vient de me prêter Chroniques Japonaises avant-hier, j'en suis déjà rendue à la moitié tant je me régale....

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Nicolas Bouvier - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Nicolas Bouvier   Nicolas Bouvier - Page 7 Icon_minitimeSam 11 Oct 2014 - 21:09

domreader a écrit:
On vient de me prêter Chroniques Japonaises avant-hier, j'en suis déjà rendue à la moitié tant je me régale....

Ah quelle chance ! La lecture de L'usage du monde a été un vrai enchantement ! J'ai l'impression que Bouvier, au delà du voyage, de l'expérience de la route, de l'éloignement a surtout recherché à rencontrer l'autre, les autres, et soi-même. Il parle de temps en temps (sans détailler) de ce changement en lui procuré par les échanges avec des étrangers, des êtres différents et pourtant souvent devenus très proches très rapidement.

Je me demande s'il a éprouvé la même empathie envers les Japonais qu'envers les Iraniens, les Afghans, les Turcs et les Serbes !??

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Nicolas Bouvier - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Nicolas Bouvier   Nicolas Bouvier - Page 7 Icon_minitimeSam 11 Oct 2014 - 21:41

Nicolas Bouvier - Page 7 Topoli10

Bouvier et sa fameuse Fiat Topolino

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Nicolas Bouvier - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Nicolas Bouvier   Nicolas Bouvier - Page 7 Icon_minitimeSam 11 Oct 2014 - 22:07

Le duo continue la route,  difficilement quant à l'environnement rencontré, de sable, de sel, de vent, de pluie, de chaleur intense  et de pannes les plus diverses. Des moments de lassitude, la prévision de 100 kms dans le désert Baloutch amènent d'amers reproches envers l'Iran, mais la vue d'une ville aimable, la promesse d'un lit  et la gaité des Baloutchs rassérènent les voyageurs.

Les nuits à la belle étoile, la marche obligée mais agréable quand la voiture fait défaut, participent du voyage.
Lequel se poursuivra avec des moments de doute, d' envie aux côtés de personnages hospitaliers, de rencontres inoubliables que ce soit des occidentaux ou des Persans, plus tard des Afghans jusqu'au Khyber pass.

Bouvier rappelle que "bon gré, mal gré" l'Islam et la Chrétienté ont un passé commun.

J'aime la philosophie de Bouvier : "ici, perdre son temps est le meilleur moyen de ne pas le perdre." qui est celle que lui enseigne ces pays d'Orient.

le voyage se termine à regret pour Bouvier et pour la lectrice que je suis.

L' amitié et le respect qui lient Bouvier et Vernet est l'un des moyeux du voyage.

Quant à l'écriture, elle est enivrante, parfumée comme les melons, chaude comme le thé, poétique comme les ciels étoilés.


quelques passages étonnants telle la diatribe contre ..................................les mouches !

                                                        les descriptions des camions et de leur équipage.

extraits :

"La ville fraîche et sonore débordait de figues et de raisins comme un panier. Elle sentait le thé vert et le suint de mouton. Les guêpes folles de sucre rayaient la pénombre des tchâikhanes au-dessus des crânes rasés, des turbans, des calottes d'astrakan, des visages emportés et tranchants."

"Le tenancier de la tchâikhane de Saraï use d'une publicité sans détour : un tronc en travers de la route. On s'arrête - il le faut bien - on aperçoit alors sous l'auvent de feuilles sèches deux samovars qui fument entre des guirlandes d'oignons, les théières décorées de roses alignées sur le brasero, et on rejoint à l'intérieur quelques autres victimes du tronc qui vous accordent un instant d'attention courtoise et reprennent aussitôt leur sieste, leur jeu d'échecs, leur repas."

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane SHOYUSKI
Sage de la littérature
Ariane SHOYUSKI

Messages : 2372
Inscription le : 17/04/2014

Nicolas Bouvier - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Nicolas Bouvier   Nicolas Bouvier - Page 7 Icon_minitimeSam 11 Oct 2014 - 22:09

domreader a écrit:
On vient de me prêter Chroniques Japonaises avant-hier, j'en suis déjà rendue à la moitié tant je me régale....
J'ai hâte de lire ton commentaire ! cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Nicolas Bouvier - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Nicolas Bouvier   Nicolas Bouvier - Page 7 Icon_minitimeLun 13 Oct 2014 - 9:12

Je te rejoins complètement Bédou en ce qui concerne la beauté et l'intensité de la langue de Bouvier. Cette manière si particulière de décrire un ciel 'fruité' ou les couleurs surnaturelles des nuits de désert… Comme toi j'aurais voulu que le voyage dure encore quelques années de plus !

Cette lecture a été apaisante et je crois que Bouvier est un passeur, un être qui aime et sait parler des autres, les rendre 'vrais', effrayants ou fraternels, féroces ou sensibles, il parvient à nous les faire connaître et à les apprécier autant qu'il a su les comprendre.

Je ne voudrais pas quitter ce fil sans tenter de répondre à darkanny, relevant le peu d'humour de Bouvier et sa tristesse.
Je pense que Bouvier était en effet un homme mélancolique, à la recherche d'un ailleurs, un jeune homme jamais vraiment satisfait, toujours désireux d'être dans un autre endroit, de connaître d'autres mondes, de faire d'autres rencontres pour aller vers la re-connaissance de soi-même. Encore une fois c'est la rencontre plus que le voyage qui pousse Bouvier. Cependant L'usage du monde ne manque pas d'une pointe d'humour, d'une certaine légèreté mêlée d'angoisse, d'une certaine forme de vérité, d'œil lucide porté sur les autres qui sans jamais utiliser ni l'ironie, ni la moquerie, ni l'outrecuidance occidentale, parvient à faire doucement sourire. De nombreuses scènes montrant en particulier les différences entre orient et occident mêlent une note d'humour naïf, de bienveillance amusée, sans jamais qu'on puisse y déceler un quelconque jugement. Mais il est vrai que l'angoisse de vivre de Bouvier est palpable à chaque page et donne au texte une certaine urgence , en tout cas une nécessité à être écrit qui signe comme un pacte avec le lecteur.

Je vais évidemment tenter de trouver d'autres livres de cet auteur terriblement attachant, par sa modestie, son ouverture d'esprit, son détachement, son 'stoïcisme' et sa fraîcheur.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Nicolas Bouvier - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Nicolas Bouvier   Nicolas Bouvier - Page 7 Icon_minitimeLun 13 Oct 2014 - 15:26

Achète Oeuvres. - Quarto/Gallimard, Shanidar, ça te reviendra moins cher.
Il te manquera peut etre Il faudra repartir, Voyages inédits. - Petite Bibliothèque Payot.
A vérifier quand meme...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Nicolas Bouvier - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Nicolas Bouvier   Nicolas Bouvier - Page 7 Icon_minitimeLun 13 Oct 2014 - 15:41

commentaire d'un lecteur :

"Cet ouvrage présente en un volume, non seulement les livres plus connus de Nicolas Bouvier tels que L'Usage Du Monde, Chronique Japonaise, Le Poisson-Scorpion ou Journal D'Aran Et D'autres Lieux, mais aussi certains écrits plus difficiles à trouver par ailleurs, comme Voyage Dans Les Lowlands, les essais sur Henry Miller ou L'Art Populaire En Suisse, ou ceux qui révèlent l'intérêt de Bouvier pour la photographie, l'image en général dans Histoires D'une Image. Il y a aussi, entre autres, des poèmes (Dehors et Le Dedans) et Hibou et La Baleine.
Par ailleurs, et c'est un des grands intérêts de l'ouvrage, on trouve le récit de la descente de L'Inde que Nicolas Bouvier a effectuée entre la fin de L'Usage Du Monde (où il arrive à la frontière entre l'Afghanistan et l'Inde) et Le Poisson-Scorpion (qui se passe au Sri Lanka). Il semble que Nicolas Bouvier n'ait jamais écrit cette traversée du subcontinent indien, mais qu'il ait accepté de la présenter au cours d'une série d'émissions pour une radio suisse. C'est le texte de ces émissions qui est repris ici.
La typographie est agréablement lisible, et l'ouvrage illustré ci et là d'images en noir et blanc, soit des photos prises par N. Bouvier, soit des images sur lesquelles sont basées ses essais."

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avadoro
Zen littéraire
Avadoro

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 33
Localisation : Cergy

Nicolas Bouvier - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Nicolas Bouvier   Nicolas Bouvier - Page 7 Icon_minitimeMar 14 Oct 2014 - 0:22

Merci pour ces échanges autour de L'Usage du Monde, qui m'a tellement marqué à l'adolescence. On ressent certes une angoisse à peine cachée, une tristesse presque sereine mais ces émotions lui offrent la possibilité d'une remise en question permanente, l'invitant à manifester toujours davantage une curiosité, une disponibilité, une ouverture à l'autre et vers l'inconnu.
J'ai retiré de l'ouvrage cette acceptation de l'instant, l'humilité d'apprendre de l'échec, de ses désillusions lorsque son chemin se sépare de celui de Thierry Vernet et que son voyage semble s'achever sur une impasse.

Je conseille également les Oeuvres de la collection Quarto.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Nicolas Bouvier - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Nicolas Bouvier   Nicolas Bouvier - Page 7 Icon_minitimeMar 14 Oct 2014 - 1:44

Surtout lisez ou relisez Routes et déroutes.

Nicolas Bouvier est au bout du voyage. A bout d' espérance et le bilan -son bilan- sonne triste.
Le poids de son humanité et de la tendresse qu' il nous laisse a un gout amer.



"La vie ne m' a pas pas fait attendre, elle a toujours ou presque roulé plus vite que moi.
J' ai couru derrière, j' ai couru vite et longtemps, mais c' est trop rarement que je l' ai
rattrapée.
L' unique chose que j' attende d' elle aujourd' hui : un peu de légèreté et de liberté intérieure,
je sais déjà que, dans ce monde trompeur, je n' en aurai que quelques grammes, alors que
j' en voulais des kilos.
Je continue de courir, de plus en plus lentement, et savoir jusqu' à quand n' est hélas pas
de mon ressort."

Routes et déroutes

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Nicolas Bouvier - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Nicolas Bouvier   Nicolas Bouvier - Page 7 Icon_minitimeMar 14 Oct 2014 - 10:29

En général je ne suis pas adepte des Quarto (trop lourds) mais rien que pour le récit de cette descente de l'Inde je me laisserai peut-être tenter... En tout cas merci pour vos recherches et vos conseils !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Nicolas Bouvier - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Nicolas Bouvier   Nicolas Bouvier - Page 7 Icon_minitimeMar 14 Oct 2014 - 22:32

Nicolas Bouvier était un homme compliqué qui aimait la simplicité, mélancolique mais d' une
gaité nostalgique, connaissant les vertus du silence et de l' attente.
En parlant de sa rencontre avec sa femme, il récitait des poésies de Toulet avec un petit
regard amusé, puis d' autres, plus sombres, de Michaux et Holan ; j' ai partagé un certain
nombre de brefs moments avec lui, constellés par quelques repas où il mangeait peu et
buvait un peu plus, aimant la légère griserie du vin blanc ou du salé chaud et la Tete de Moine
de notre dernière rencontre, chez lui, avec Eliane, sa femme, quelques semaines avant sa
mort.


Sa voix, la plus belle des musiques, s' est éteinte, mais son oeuvre reste, avec son rythme,
ses poses, ses reprises, son art de la fugue et du syncopé, le meilleur, le plus beau des chants.
Nous continuons tous à jouir de l' écriture musicale de Bouvier.
La profonde fraternité entre Cingria et lui tient probablement au refus d' une saisie molle du
monde au profit d' une allure plus mouvementée, plus vive et plus proche du jazz, et à leur
capacité commune de restituer, par l' écriture, les rythmes et les bruits de la terre.
Tous deux avaient aussi ce que Cingria lui-meme appelle "un luth à souhait gonflé de larmes."

Anne Marie Jaton : Nicolas Bouvier sans tambour ni trompette. In : L' Oreille du voyageur : Nicolas
Bouvier de Genève à Tokyo. - Zoé

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Nicolas Bouvier - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Nicolas Bouvier   Nicolas Bouvier - Page 7 Icon_minitimeVen 17 Oct 2014 - 22:33

Chroniques Japonaises

La création du Japon est en fait une histoire de famille sourire Au départ il y avait une nappe de limon et 2 kami (Dieux) frère (Izamagi) et soeur (Izanami) touillèrent le limon et séparèrent le haut et le bas sur lequel on pu poser les pieds ; ils s'aimèrent,  Izanami accoucha des 8 iles Japonaises (8 divinités), après une nombreuse progéniture elle mourut, il voulut la sauver mais n'ayant pas suivi la demande d'Izanami, elle le maudit, ils se détestèrent, et Izamagi pour vengeance donna le jour à de très nombreux kami.

Les empereurs Japonais surent mettre à profit le savoir et savoir-faire qu'ils découvrirent chez  leurs voisins Chinois et Coréens, notamment la religion Boudhiste et ses écrits. Mais les Dieux nationaux sont ménagés. A la cour de l' impératrice les filles d'honneur et les courtisans s'expriment par la calligraphie.

Pendant des  années des querelles entre les divers courants religieux divisent les Japonais.

Au 15ème siècle le pape Alexandre VI, l'Empereur Ming de Chine, les Anglais et les Français ont des vus sur le monde et sur le Japon (Zipangri). Mais les  Portugais sont les premiers Occidentaux à arriver dans le port d'une petite ile Japonaise ; ils apprennent au Gouverneur à se servir d'une arquebuse, à en fabriquer contre de l'or. Les premiers échanges sont installés. Deux prêtres de la Cie de Jésus convainquent les Grands du Kyushu de se convertir au christianisme ; les Bonzes sont chassés. De jeunes Japonais sont envoyés  en Occident ils reviennent instruits du latin, de la musique et de techniques ignorées dans leur pays, tels l'orfèvrerie et la serrurerie.
L'entente des Jésuites et des Japonais était basée sur beaucoup de malentendus, elle ne pouvait tenir, un édit  condamne les Pères à mort s'ils ne quittent pas le pays. En fait après 15 années de persécutions massives les Chrétiens Japonais sont décimés.
Bien inspirés,  au 17ème siècle les Hollandais ouvrent le commerce, sans la religion.

Au 19ème siècle les Américaiins, les Russes, les Anglais, plus atrd la France se font ouvrir des ports. Les USA imposent un traité aux Japonais, les autres puissances occidentales obtiennent les mêmes conditions, le Japon subit le commerce occidental, se sent humilié et cette situation génère chez eux  le rejet des étrangers (les Barbares).

Le Japon se rend compte que le pouvoir que  l'occident exerce sur lui est possible grâce aux "machines". Comme déjà dit les Japonais apprennent vite et ils vont exercer sur la Corée les mêmes moyens que ceux qu'ils ont subits, dès qu'ils disposeront de bateaux. Le Japon attaque plus tard la Chine et s'empare de territoires visés par plusieurs pays occidentaux mais qu'il sera tenu de rétrocéder "dans l'intérêt de la paix mondiale" formule que le Japon saura reprendre à son compte. En 1904 le Japon gagne aussi contre la Russie mais le pays est exsangue, le peuple gronde et l'empereur se défendra avec ses mots "il faut accepter l'inacceptable et supporter l'insupportable" formule qui sera resservie en 1944.
Il faut se rendre compte que la méconnaissance des us et moeurs de pays si différents participe aussi de choix stratégiques pas toujours judicieux.

Lors de la première guerre mondiale le Japon déclare aussi la guerre à l'Allemagne, mais sa participation se résumera à être l'armateur et le munitionnaire des pays alliés.

En 1923 Tokyo est dévasté par un tremblement de terre.  

Plus tard l'occident menacé par le commerce du Japon découvre le "péril jaune", les images de leur guerre en Chine font peur. L'attaque sur Pearl Harbour suivie de la déclaration de guerre sont pour les Japonais une "guerre sainte".

Le lecteur suit ensuite l'auteur à la rencontre des Japonais, de leurs moeurs, de leurs jeux, de l'étroitesse des lieux de vie dans les grandes villes comme Tokyo, de la clémence de Kyoto, du rythme de vie dans les campagnes, et des Dieux nombreux, de la poèsie des noms, des lieux.

La mentalité Japonaise  comme la ressent Bouvier : "Il y a dans ce décor - comme d'ailleurs dans la nourriture - une immatérialité qui répète sans cesse : faites-vous petits, ne blessez pas l'air, ne blessez pas notre oeil avec vos affreux blousons de couleur, ne soyez pas si remuants et n'offensez pas cette perfection un peu exsangue que nous jardinons depuis huit cent ans."

ce qui parait une conclusion "Aujourd'hui on a roulé le ciel et déroulé le tableau noir. Au lieu d'être une racine, la tradition est un couvercle, et qui ferme bien.

Extraits :

" La marchande de sorbets voisine était venue s'accouder au comptoir et lisait par-dessus l'épaule de l'homme. Ils étaient tous deux transportés, absents. C'est dans la mesure où elle est spontanée et "plaisir de l'instant" que cette culture japonaise que nous cherchons à emmaillotter dans le discours ou l'explication est si impressionnantes. On était ce matin là bien loin des pamoisons érudites qui la tuent."

"Un Japonais peut à la rigueur commettre quelques escroqueries, traverser bien des viscissitudes et compter encore sur de l'indulgence, mais s'il ne va pas au bain tous les soirs, c'est un homme perdu. Encore plus l'étranger  qui, depuis les Portugais et Hollandais des premiers bateaux, a la réputation d'être un fameux malpropre qu'on suit sans peine à l'odeur."

"Leurs deux visages malicieux, noircis, usés comme des sous, sont les seuls que je puisse lire, parce qu'à leur âge, mais à leur âge seulement, on retrouve cette liberté et cet abandon qui font ici tout le charme des vieux."



J'ai retrouvé l'écriture de Bouvier, ce mélange de bonheur et de mélancolie, la dérision à son adresse et encore cette suspicion, cette interrogation de la vie.

"C'est vivre avec eux (les japonais) qui est parfois épineux....et vivre tout court."

pour ce livre Bouvier avait son regard de photographe, il a pris de nombreuses photos, notamment devant ce mur élément combien étonnant.
Nicolas Bouvier - Page 7 Nicola10
Nicolas Bouvier - Page 7 Nicola11

le prochain ce sera "le vide et le plein" quand il sera disponible et journal d'Aran et d'autres lieux.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche


Dernière édition par Bédoulène le Sam 18 Oct 2014 - 13:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Nicolas Bouvier - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Nicolas Bouvier   Nicolas Bouvier - Page 7 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Nicolas Bouvier
Revenir en haut 
Page 7 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» un samedi à Trèves
» Le "Cassini"
» Je t'aime, pour le meilleur et pour le pire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques) :: Voyages-
Sauter vers: