Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 JH Griffin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: JH Griffin   Lun 13 Aoû 2007 - 15:10



John Howard Griffin (1920-1980).

Journaliste et écrivain, a beaucoup lutté contre la ségrégation raciale.


DANS LA PEAU D'UN NOIR

Griffin est un journaliste américain. Se sentant très impliqué par la question de la ségrégation raciale, il décide de se "transformer" en homme noir, de s'immerger dans la société noire, afin d'en connaître réellement les conditions.
Il restera environ 6 semaines noir, et relatera son expérience par écrit afin
d'être publié dans les journaux, et ... peut-être... faire avancer les choses.

C'est un roman très étrange, un de ceux qui font partie des incontournables à lire un jour dans sa vie. Et pourtant... comment dire du mal d'un livre qui traite un sujet si grave, si réel, quand on ne l'a pas autant apprécié qu'on l'aurait cru ?
Avant d'ouvrir une seule page de ce livre, il faut réellement et profondément se resituer dans le contexte : Sud des Etats-Unis, années 60. Parce que l'auteur ne nous aidera pas tellement à nous imprégner assez de l'atmosphère de l'époque pour permettre au lecteur de vraiment "comprendre" son histoire. Et c'est là qu'on sent notamment le travail journalistique et non le travail d'un écrivain.
Griffin donne ses impressions, succintement. Il raconte ses pérégrinations et ponctue son texte d'anecdotes. Des anecdotes parfois dures, certes, mais souvent trop peu "exploitées" par l'auteur. Il ne se les approprie pas vraiment, reste à la surface des choses, alors que cette expérience le bouleverse au plus haut point (il un même terrible cauchemar pratiquement toutes les nuits) il ne semble pas parvenir à mettre des mots dessus.

Alors, oui, pour l'époque, ça a été un bouleversement, et certainement que même s'il l'avait voulu il n'aurait pu en écrire plus, mais pour moi il a été parfois difficile de croire en lui, en Griffin et en cette histoire.

Essentiellement aussi parce que son raisonnement est parfois trop manichéen, l'homme blanc est un être bourré de vices et de violence qui n'attend qu'une occasion pour se dévoiler (dans la nuit) - le noir est toujours bon, solidaire et soumis (il oublit la virulence des blacks panthers).

Dans la peau d'un Noir, reste tout de même un témoignage très important, et très fort : comment une homme se retrouve à faire des kilomètres pour enfin avoir le droit d'accéder à de l'eau potable ; comment chaque jour de petites choses de rien lui rappelle qu'il n'est rien ; les lieux interdits, les
regards, cette façon qu'à le blanc de considérer le noir comme une sorte de démon, de partie obscure de l'humanité, le côté bestial de l'homme.

Un livre qui se lit, certainement pas pour le style (d'ailleurs aucun autre

ouvrage de Griffin n'a été traduit en France), juste pour la chronique
historique.

Citation :
Il fallait le que le rire fût rabelaisien, sinon il devenait sanglot, et sangloter serait une prise de conscience qui impliquait le désespoir. Le bruit jaillissait donc comme une fugue accélérée, de plus en plus fort afin de submerger ce chuchotement au fond de chaque âme : "Tu es Noir. Tu es condamné." Voilà ce que l'homme blanc prend pour "une vie joyeuse" et appelle "faire la bombe" ! voilà pourquoi l'homme blanc peut dire : "Ils se conduisent comme des animaux" ; il ne comprend pas pourquoi ils doivent pour survivre hurler, s'enivrer, danser, ingurgiter le plaisir dans des corps privés de bonheur. Autrement les sons de ce quartier rythmés avec ordre se transformeraient en lamentations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: JH Griffin   Mar 14 Aoû 2007 - 3:38

Citation :
reste à la surface des choses
Le problème, c'est peut-être le titre. Je ne vois pas comment on peut se mettre dans la peau d'un noir si on n'est pas noir. Ni dans la peau de qui que ce soit, d'ailleurs. On peut faire un constat, observer, être plus ou moins en empathie, mais dans la peau de?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sousmarin
Zen littéraire


Messages : 3021
Inscription le : 31/01/2007
Localisation : Sarthe

MessageSujet: Re: JH Griffin   Mar 14 Aoû 2007 - 11:54

En se faisant passer pour noir, on ressent la même chose que si on l’était quand on est confronté aux réactions de ceux qui croient que vous l’êtes…c’est, je pense, le point de vue de l’auteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: JH Griffin   Mer 15 Aoû 2007 - 20:24

Citation :
En se faisant passer pour noir, on ressent la même chose que si on l’était quand on est confronté aux réactions de ceux qui croient que vous l’êtes
Oui, mais c'est très superficiel. Parce qu'on est blanc déguisé en noir. Une identité ne se forge pas en quelques jours...
Ceci dit il existe un racisme terrible entre noirs. Selon la couleur de la peau, plus ou moins noire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: JH Griffin   Jeu 16 Aoû 2007 - 8:13

je penseque votre point de vue à tous les deux se tient, le problème du livre de Griffin, c'est que justement il reste trop en surface dans ses impressions, dans la description de ce qui lui arrive.

l'expérience en elle-même est riche d'enseignements, il aborde plein de thèmes : le racisme blanc-noir, le racisme noir-noir (il parle notamment des noirs très foncés qui sont "traités" d'oncle tom par les autres et sont considérés comme "inférieurs" parce que moins blancs et représentants des valeurs désuètes), l'attirance obscure des blancs envers les noirs (en présence d'un noir, un blanc se "lâche" parce qu'il n'a pas l'impression d'être en présence d'un être humain)... mais comme je le dis, il aborde ces thèmes et ne les creuse pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JH Griffin   

Revenir en haut Aller en bas
 
JH Griffin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soucy, Soeur Gaétane
» Vends selle Thorowgood Griffin 17" GP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: