Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Les poètes cubains

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 72
Localisation : là haut, vers Aix...

Les poètes cubains - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les poètes cubains   Les poètes cubains - Page 2 Icon_minitimeMer 16 Juil 2014 - 14:55

Un de ses recueils de poésie (je l'ai trouvé Plaza de armas à La Havane) : "Todas las flores de Abril" :
extrait :

Nada

El tiempo pasa silencioso
Con un pasar de agua nocturna
Y ve mi frente taciturna
Y ve mi pecho sin reposo

En ese tiempo silencioso
Hundo mi voz de agua nocturna
Pongo la frente taciturna
Reposo el pecho sin reposo

Guardo mi pena en el penario
Guardo mi alma en el armario
Guardo mi voz como una espada

Ya nada tengo, nada quiero
Ya nada busco, nada espero
Nada

Y ya era rico. Yo tenia
Una guitarra de agua pura,
Un ruisenor en la espesura
Y el gran fulgor del mediodia.

Pero perdi lo que tenia
El ruisenor y el agua pura
Y la guitarra y la espesura
Se me hizo noche el mediodià.

Pido limosna. Pero en vano
Tiendo la voz, abro la mano.
Comprende usted, desmemoriada ?

Ya nada tengo, nada espero
Ya nada busco, nada quiero.
Nada


traduction suggérée :

Rien,
Le temps passe silencieux
Avec un écoulement d’eau nocturne
Et vois mon front taciturne
Et vois ma poitrine sans repos.


En ce temps silencieux
Je baisse ma voix d’eau taciturne
Je prends un front taciturne
Je repose ma poitrine sans repos.

Je garde ma peine dans le pénitencier
Je garde mon âme dans l’armoire
Je garde ma voix comme une épée.

Maintenant je n’ai rien, je ne veux rien
Maintenant je ne cherche rien, je n’espère rien
Rien.

Et alors j’étais riche, j’avais
Une guitare d’eau pure
Un rossignol dans les fourrés
Et le grand éclat du midi.

Je quémande une aumône. Mais en vain
J’élève la voix, ouvre la main.
Comprenez-vous, distraite ?

Maintenant je n’ai rien, je ne veux rien
Maintenant je ne cherche rien, je n’espère rien
Rien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 72
Localisation : là haut, vers Aix...

Les poètes cubains - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les poètes cubains   Les poètes cubains - Page 2 Icon_minitimeMer 16 Juil 2014 - 14:58

De Nicolas Guilen un poème mis en musique par Paco Ibanez sur la mort de Che Guevara :


toute une époque....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 72
Localisation : là haut, vers Aix...

Les poètes cubains - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les poètes cubains   Les poètes cubains - Page 2 Icon_minitimeMer 16 Juil 2014 - 15:29

Un autre poème de Nicolas Guilen mis en musique et joué par le groupe Chilien Quilapayun, c'est un chant révolutionnaire chilien :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Les poètes cubains - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les poètes cubains   Les poètes cubains - Page 2 Icon_minitimeMer 16 Juil 2014 - 22:49

merci pour les vidéos ITN !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 72
Localisation : là haut, vers Aix...

Les poètes cubains - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les poètes cubains   Les poètes cubains - Page 2 Icon_minitimeMer 16 Juil 2014 - 23:32

bonjour 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 72
Localisation : là haut, vers Aix...

Les poètes cubains - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les poètes cubains   Les poètes cubains - Page 2 Icon_minitimeVen 18 Juil 2014 - 19:27

de Miguel Barnet je suis à la recherche de : "La piedra fina y el pavorreal", des poemes, des fables, des contes poetiques...En français ou en espagnol je ne sais où le trouver, si vous avez des pistes je suis preneur. Merci Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 72
Localisation : là haut, vers Aix...

Les poètes cubains - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les poètes cubains   Les poètes cubains - Page 2 Icon_minitimeVen 18 Juil 2014 - 19:33

j'ai juste trouvé un extrait du bouquin de Barnet :
POEMA 1

Ahora dejo el ómnibus
con el último rostro

Es tarde pero hay tanto quehacer
El calor invade la ciudad
conmigo las gentes
el grito despierto
y los niños con sus pañuelos al cuello
en deliciosa faena

De La Habana hay mucho que contar
cuando abre puertas al mercado
y se ven los vendedores
en los portales
con un gran cuchillo al cinto
y los ojos amarillos

De La Habana las iglesias barrocas
En sus escalones goyejos de naranja
y kilos prietos de sudor, sin brillo

Al mediodía se hunden sus calles en la tierra

Sube por las rejas encrespadas una melodía vieja
El anciano de la filarmónica, tiende su sombrero
gastado a las señoras
Se adivina la llegada del otoño
Tan triste puede ser esto
Tal vez tan alegre

La gran población sueña
y se precipita
En este estrépito
cuando aún no ha llegado el día
podemos contemplar el cielo
tranquilamente
Las luces son blancas en La Habana de noche
el malecón es propicio al amor
y junto a Yemayá
un barco se hunde lentamente ante mis ojos

Imposible dormir en el paseo
es demasiado hermoso
y esta nostalgia mía
y los fantasmas en mi traje
y las mujeres con las frutas en las manos
y las caderas anchas con olor a musgos
Y todo

Más que nunca el calor abrasa
¿verdad Juvenal que es bueno recordar
cómo se pudo capturar
un lagarto rojo, alguna vez, dichosamente.
Y recordar que en esta misma ciudad pocos años atrás
éramos un pedazo de vidrio que se quebraba en el verano
o una semilla seca.
Tal vez, la pluma de un ave muerta?

A mis amigos los legítimos
los que visten mi camisa
y al ama de casa que recibe sonriente
al vendedor de esencias
quiero más que nunca

Hay calor
y recuerdo el 8 de Enero
o quizás el 6
cuando vi llorar
al soldado aquel de los bigotes grises

Tan triste puede ser esto
Tal vez tan alegre

(de La piedra fina y el pavorreal)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 72
Localisation : là haut, vers Aix...

Les poètes cubains - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les poètes cubains   Les poètes cubains - Page 2 Icon_minitimeLun 28 Juil 2014 - 19:12

José Marti

Les poètes cubains - Page 2 Marti910

Cultivo una Rosa Blanca

Cultivo una rosa blanca
En Junio como en Enero,
Para el amigo sincero,
Que me da su mano franca.

Y para el cruel que me arranca
El corazón con que vivo,
Cardo ni ortiga cultivo
cultivo una rosa blanca.

Je cultive une rose blanche

Je cultive une rose blanche
en Juin comme en Janvier
pour l'ami sincère
qui me donne sa main franche

et pour le cruel qui m'arrache
le coeur avec lequel je vis
je ne cultive ni le chardon ni l'ortie
je cultive une rose blanche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 72
Localisation : là haut, vers Aix...

Les poètes cubains - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les poètes cubains   Les poètes cubains - Page 2 Icon_minitimeLun 28 Juil 2014 - 21:32

José Martí
(1853-1895)
Patriote et ecrivain cubain, apôtre de l’Independance de Cuba, dernière colonie espagnole  en Amerique. Le fait d’avoir été tué au combat le transforma en martyr des aspirations cubaines à l’Independance.
Il naquit au sein d’une modeste famille espagnole à La Havane (sa maison natale existe toujours), le 28 Janvier 1853, où il fit ses etudes primaires.
A l’âge de 16 ans il fut condamné à 6 années de prison pour ses idées revolutionnaires. Alors qu’il avait une mauvaise santé il fut incarcéré dans l’île des Pins. Déporté en Espagne en 1871, il publia un debat politique sur Cuba, la première des nombreuses plaidoiries pour l’Independance cubaine avant la Revolution…

la maison natale de José Marti rue Perez en bordure de la vieille Havane :
La maison où il est né est devenue un musée. On y trouve de nombreux objets personnels et des copies de lettres qu’il a écrites, des photocopies de  photos de lui.
Les poètes cubains - Page 2 Pb024410

Il termine ses études à l’Université de Saragosse, où en 1874 il est Licencié en Droit et Philosophie et Lettres. Des années plus tard, il poursuit son exil en France, en 1875 il se rend au Mexique où il se marrie avec Carmen Zayas Bazan, et en 1877 il est au Guatemala où il enseigne à l’Université Nationale. Il retourne à  Cuba, mais est à nouveau incarcéré pour ses continuelles activités revolutionnaires en 1879
Il s’exile aux Etats Unis, où il vecut entre 1881 et 1895 à New York,  il exerça le journalisme et fonda en 1892 le Parti Revolutionnaire Cubain,  duquel il fut élu delegué pour l’Organisation de la lutte indépendantiste. Cette année il fonda son journal « Patria ».
En 1895 dans l’île de Saint Domingue il rédigea le Manifeste de Montechristo, , dans lequel sans haine il prédit la guerre, et que signa le Général Maximo Gomez et Baez, le heros de l’Independance cubaine.  Ainsi il debarqua à Playitas dans l’est de Cuba, où il mourrut un mois plus tard, le 19 Mai 1895, dans une escarmouche avec les troupes espagnoles à Dos Rios.
Comme écrivain Marti fut un précurseur du Modernisme Ibéro américain. Ses écrits comprennent de nombreux poèmes, « Ismaelillo » (1882), «vers simples »(1891) et « vers libres »(1892), la nouvelle « Amitié funeste »(1885) et des essais
En 1889 il fonda et dirigea la revue pour enfants « l’âge d’or » où il publia un texte sur San Martin.
Il se distinguepar son style fluide, simple et ses vives images personnelles. Ses œuvres completes formées de 73 volumes furent publiées de 1936 à 1953.



Dernière édition par I.T.Nayrant le Mar 29 Juil 2014 - 13:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 72
Localisation : là haut, vers Aix...

Les poètes cubains - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les poètes cubains   Les poètes cubains - Page 2 Icon_minitimeJeu 31 Juil 2014 - 16:38

José Lezama Lima

RUEDA EL CIELO

Rueda el cielo -que no concuerde
su intento y el grácil tiempo-
a recorrer la posesión del clavel
sobre la nuca más fría
de ese alto imperio de siglos.
Rueda el cielo -el aliento le corona
de agua mansa en palacios
silenciosos sobre el río
a decir su imagen clara.
Su imagen clara.

Va el cielo a presumir
-los mastines desvelados contra el viento-
de un aroma aconsejado.
Rueda el cielo
sobre ese aroma agolpado
en las ventanas,
como una oscura potencia
desviada a nuevas tierras.
Rueda el cielo
sobre la extraña flor de este cielo,
de esta flor,
única cárcel:
corona sin ruido.


à suivre....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Les poètes cubains - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les poètes cubains   Les poètes cubains - Page 2 Icon_minitimeJeu 31 Juil 2014 - 17:48

La poésie c' est bien dans la langue -rythme, musicalité, choix des mots-
Meme si on ne comprend pas tout.

L' idéal, ce sont les éditions bilingues. Mais il y en a de moins en moins. Faute de lecteurs...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 72
Localisation : là haut, vers Aix...

Les poètes cubains - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les poètes cubains   Les poètes cubains - Page 2 Icon_minitimeJeu 31 Juil 2014 - 17:53

je vais essayer de traduire, ce ne sera jamais qu'approchant, mais tu as raison c'est mieux dans la langue de l'auteur... Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 72
Localisation : là haut, vers Aix...

Les poètes cubains - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les poètes cubains   Les poètes cubains - Page 2 Icon_minitimeMar 9 Sep 2014 - 14:21

Gertrudis Gómez de Avellaneda

Les poètes cubains - Page 2 Gertru10

Une grande poétesse cubaine née à Cuba à Camaguey (aux portes de l'Oriente cubain) en 1814, et qui vécut une grande partie de sa vie hors de son pays (surtout en Espagne), elle mourut en Espagne à Madrid en 1873.
C'est le plus grand et le premier poéte romantique de l'île comme le disait le "Papel periódico" le premier journal cubain créé en 1790, et qui la publia comme il publia Manuel de Zequeira y Arango, Manuel Justo Rubalcava, Tomás Romay, José Agustín Caballero, et José María de Heredia (parent de notre poéte français du même nom).
A l'âge de 22 ans elle quitta sa patrie pour l'Espagne et rédigea un poéme célèbre à Cuba : "Al partir" dont je vais rechercher des vers pour les apposer ici. Sa vie fut tres mouvementée, ponctuée de nombreux mariages et de pertes d'êtres chers qui alimenta sa verve poétique...Elle retourna vivre cinq années à Cuba sur le tard et fut proclamée poétesse nationale, le décés de son second mari precipita son nouveau départ de Cuba, de retour en Espagne elle vécut jusqu'à l'âge de 59 ans...

Al partir

¡Perla del mar! ¡Estrella de Occidente!
¡Hermosa Cuba! Tu brillante cielo
la noche cubre con su opaco velo
como cubre el dolor mi triste frente.

¡Voy a partir!...La chusma diligente
para arrancarme del nativo suelo
las velas iza, y pronto a su desvelo
la brisa acude de tu zona ardiente.

¡Adiós, patria feliz, edén querido!
¡Doquier que el hado en su furor me impela,
tu dulce nombre halagará mi oído!

¡Adiós¡... Ya cruje la turgente vela…
El ancla se alza... el buque,
estremecido,
las olas corta y silenciosa vuela!



Un autre poème : Las contradicciones

No encuentro paz, ni me permiten guerra;
De fuego devorado, sufro el frío;
Abrazo un mundo, y quédome vacío;
Me lanzo al cielo, y préndeme la tierra.

Ni libre soy, ni la prisión me encierra;
Veo sin luz, sin voz hablar ansío;
Temo sin esperar, sin placer río;
Nada me da valor, nada me aterra.

Busco el peligro cuando auxilio imploro;
Al sentirme morir me encuentro fuerte;
Valiente pienso ser, y débil lloro.

Cúmplese así mi extraordinaria suerte;
Siempre a los pies de la beldad que adoro,
Y no quiere mi vida ni mi muerte.

Voici un extrait de "Sab" le roman de Gertrudis Gómez de Avellaneda, j'affectionne tout particulièrement ce passage pour l'avoir personnellement vécu et ressenti :
"Celui qui voudrait faire l'expérience, dans toute sa plénitude, de ces émotions indescriptibles, qu'il voyage parmi les champs de Cuba avec la personne aimée. Qu'il traverse avec elle ses monts gigantesques, ses immenses savanes, ses prairies pittoresques ; qu'il monte ses collines vallonnées couvertes d'une verdure luxuriante et qui ne flétrit jamais ; qu'il écoute dans la solitude de ses forêts le bruit de ses ruisseaux et le chant de ses oiseaux-moqueurs. Il sentira alors cette vie puissante, immense que n'ont jamais connue ceux qui habitent sous le ciel nébuleux du Nord; alors il faudra jouir pendant quelques heures d'une symphonie d'émotions... Mais qu'il n'essaie pas de les retrouver plus tard dans le ciel et dans la terre d'autres pays. Ils ne seront plus pour lui ni le ciel ni la terre."


Les poètes cubains - Page 2 Sab1010

"Sab" de Gertrudis Gómez de Avellaneda publié à Madrid en 1841, a été considéré par certains critiques comme le premier roman écrit par un auteur hispanoaméricain depuis « El periquillo » de José Joaquin Fernandez de Lizardi, également comme le premier roman abolitionniste de la littérature hispanoaméricaine et comme un des premiers romans féministes en langue espagnole, dans lequel pour une partie est dénoncé la soumission des esclaves dans le Cuba colonial et d’autre part la soumission des femmes au patriarcat. Ansi Gertrudis Gómez de Avellaneda a été comparée à notre George Sand…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 72
Localisation : là haut, vers Aix...

Les poètes cubains - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les poètes cubains   Les poètes cubains - Page 2 Icon_minitimeMar 16 Sep 2014 - 18:50

De Nicolas Guillen : Tengo

Tengo




Cuando me veo y toco
yo, Juan sin Nada no más ayer,
y hoy Juan con Todo,
y hoy con todo,
vuelvo los ojos, miro,
me veo y toco
y me pregunto cómo ha podido ser.

Tengo, vamos a ver,
tengo el gusto de andar por mi país,
dueño de cuanto hay en él,
'mirando bien de cerca lo que antes
no tuve ni podía tener.
Zafra puedo decir,
monte puedo decir,
ciudad puedo decir,
ejercito decir,
ya míos para siempre y tuyos, nuestros,
y un ancho resplandor
de rayo, estrella, flor.

Tengo, vamos a ver,
tengo el gusto de ir
yo, campesino, obrero, gente simple,
tengo el gusto de ir
(es un ejemplo)
a un banco y hablar con el administrador, no en inglés,
no en señor,
sino decirle compañero come se dice en español.

Tengo, vamos a ver,
que siendo un negro
nadie me puede deterner
a la puerta de un dancing o de un bar.
O bien en la carpeta de un hotel
gritarme que no hay pieza,
una mínima pieza y no una pieza colossal,
una pequeña pieza donde yo pueda descansar.

Tengo, vamos a ver,
que no hay guardia rural
que me agarre y me encierre en un cuartel,
ni me arranque y me arroje de mi tierra
al medio del camino real.

Tengo que como tengo la tierra tengo el mar,
no country, no jailáif,
no tennis y no yacht,
sino de playa en playa y ola en ola,
gigante azul abierto democrático:
en fin, el mar.

Tengo, vamos a ver,
que ya aprendí a leer,
a contar,
tengo que ya aprendí a escribir
y a pensar
y a reir.
Tengo que ya tengo
donde trabajar
y ganar
lo que me tengo que comer.
Tengo, vamos a ver,
tengo lo que tenía que tener.
-------------------------------------------------------------------------------------
et ma traduction (perfectible Very Happy )

J'ai

Quand je me vois et que je frappe,,
hier Jean sans Rien ni plus,
et aujourd'hui Jean avec Tout,
et aujourd'hui avec tout,
je tourne les yeux, je regarde,
je me vois et je frappe
et je me demande
comment cela a pu être.

J'ai, allons voir,
j'ai le plaisir de marcher dans mon pays,
maître de ce qu’il a en lui,
en regardant bien de près, ce qu’avant
je n'ai pas eu, ni ne pouvait avoir.

je peux dire une récolte de canne à sucre,
je peux dire une montagne ,
je peux dire une ville,
dire une armée,
maintenant miens pour toujours et les tiens et les nôtres,
et un large éclat
de rayon, d'étoile, de fleur.

J'ai, allons voir,
j'ai le goût d'aller
moi, paysan, ouvrier, personne simple,
j’ai le goût d'aller
(c'est un exemple)
Dans une banque et de parler à l'administrateur, non en anglais,
non en Monsieur,
mais de lui dire camarade comme on dit en espagnol.

J'ai, allons voir,
qu'en étant un Noir
personne ne peut me retenir
au seuil d'un dancing ou d’un bar.

Ou bien à la reception d'un hôtel
me crier qu'il n'y a pas de chambre,
une petite chambre non pas une chambre colossale,
une petite chambre où je peux me reposer.

J'ai, allons voir,
Qu’il n’y a pas de garde champêtre
Qui m’attrape et m'enferme dans une cellule,
Ni me déloge et me chasse de ma terre
Sur le passage du chemin royal.
J’ai que comme j’ai la terre j’ai la mer,
No country, no jailaif
No tennis et no yacht
Mais de plage en plage et de vague en vague,
Géante, bleue, ouverte, democratique :
Tout au bout , la mer.


J'ai, allons voir
que maintenant j’ai appris à lire,
à raconter,
j'ai que maintenant j'ai appris à écrire,
et à penser ,
et à rire.
J'ai que maintenant j’ai
où travailler
et à gagner
ce que j’ai à manger


J'ai, allons voir,
j'ai ce qu'il fallait que j’ai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Les poètes cubains - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les poètes cubains   Les poètes cubains - Page 2 Icon_minitimeJeu 18 Sep 2014 - 12:03

I.T.Nayrant a écrit:

Voici un extrait de "Sab" le roman de Gertrudis Gómez de Avellaneda, j'affectionne tout particulièrement ce passage pour l'avoir personnellement vécu et ressenti :
"Celui qui voudrait faire l'expérience, dans toute sa plénitude, de ces émotions indescriptibles, qu'il voyage parmi les champs de Cuba avec la personne aimée. Qu'il traverse avec elle ses monts gigantesques, ses immenses savanes, ses prairies pittoresques ; qu'il monte ses collines vallonnées couvertes d'une verdure luxuriante et qui ne flétrit jamais ; qu'il écoute dans la solitude de ses forêts le bruit de ses ruisseaux et le chant de ses oiseaux-moqueurs. Il sentira alors cette vie puissante, immense que n'ont jamais connue ceux qui habitent sous le ciel nébuleux du Nord; alors il faudra jouir pendant quelques heures d'une symphonie d'émotions... Mais qu'il n'essaie pas de les retrouver plus tard dans le ciel et dans la terre d'autres pays. Ils ne seront plus pour lui ni le ciel ni la terre."


C'est sublime. Je note, je ne veux pas le perdre.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Contenu sponsorisé




Les poètes cubains - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Les poètes cubains   Les poètes cubains - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Les poètes cubains
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques) :: Les fils spécifiques-
Sauter vers: