Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Eun Hee-kyung [Corée]

Aller en bas 
AuteurMessage
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Eun Hee-kyung [Corée]   Lun 30 Juin 2014 - 13:28

Eun Hee-kyung  née en 1959





Présentation des éditions Zulma :

Eun Hee-kyung, née en Corée en 1959 (à Gochang, dans le Cholla du Nord), publie en 1996 un premier roman, Le Cadeau de l’oiseau, prix Munhakdongne de la fiction. Elle fait paraître ensuite une dizaine de livres et obtient d’autres prix importants venant couronner une reconnaissance critique et un grand succès populaire.

Abordant la vérité de la vie à travers une description méticuleuse et subtile des banalités quotidiennes, Eun Hee-kyung combine un cynisme sophistiqué avec une prose légère et teintée d’ironie. Elle éclaire avec lucidité tout ce qui ébranle la possibilité d’une vraie communication entre deux êtres.

Romans, nouvelles ou micro-fictions  traduits en français :

Le cadeau de l'oiseau. Editions Kailash (2002)

Les boîtes de ma femme . Zulma (2009)

La voleuse de fraises . DeCrescenzo (2013)

Les beaux amants. Zulma (2013), format numérique.

Qui a tendu un piège dans la pinède par une journée fleurie de printemps ?. DeCrescenzo (2013)

Secrets. Philippe Picquier (2014)

D'autres nouvelles dans les recueils consacrés à différents écrivains coréeens :
Impressions papier hanji Atelier des Cahiers (2010) et Cocktail Sugar et autres nouvelles de Corée  Zulma (2011)

On trouve une présentation de ses textes sur le site incontournable de Keulmadang : LIEN, voir en particulier le documentaire (30min) lien  quand on a un peu de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Eun Hee-kyung [Corée]   Lun 30 Juin 2014 - 15:27

Pourquoi j'ai la sensation que je finirai un jour ensevelie sous les livres que j'ai envie de lire ?  jemetate 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Eun Hee-kyung [Corée]   Lun 30 Juin 2014 - 15:38

Il est évident que la présentation de l'univers de cet auteur ne pouvait que te séduire Arabella... Aurais-tu trouvé ta Barbara Pym coréenne?

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Eun Hee-kyung [Corée]   Lun 30 Juin 2014 - 16:11

Ce n'est pas beau de se moquer Marko, pour Eum Hee-kyung je pourrais te répondre le jour où j'aurais le temps de la lire.

Et en attendant, si nous parlions de ta PAL ?  diablotin 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Eun Hee-kyung [Corée]   Lun 30 Juin 2014 - 16:24

Arabella a écrit:
Ce n'est pas beau de se moquer Marko, pour Eum Hee-kyung je pourrais te répondre le jour où j'aurais le temps de la lire. 
Je ne me moquais pas. J'ai aimé Barbara Pym et la présentation m'y faisait penser. En tout cas il y avait tous les mots clés qui t'interpellent en général...

Ma PAL? Elle est effrayante!  rire 

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Eun Hee-kyung [Corée]   Lun 30 Juin 2014 - 16:59

C'est vrai que la présentation semble faite pour moi. Je crois que l'on pourrait d'ailleurs faire des index de mots clés pouvant attirer tel ou tel Parfumé...et peut être rédiger des présentations ciblées.  mdr2 

Ce forum est dangereux....On finit par trop bien nous connaître....

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Re: Eun Hee-kyung [Corée]   Lun 7 Juil 2014 - 16:05

Arabella tu pourrais par exemple commencer par Le Cadeau de l'oiseau  Very Happy .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Re: Eun Hee-kyung [Corée]   Lun 7 Juil 2014 - 16:51

Le Cadeau de l'oiseau 새의 선물

Publié en 1995 en Corée et en 2002 pour la traduction française aux éditions Kailash (273 p.)



C'est le premier roman d'Eun Hee-kyung.

Une jeune femme Jin-hee, se souvient  de son adolescence , elle a environ douze ans au début du roman, sa mère est morte, son père est parti, elle est élevée par sa grand-mère avec son oncle et sa tante qui ont une vingtaine d’années. Elle habite un «pavillon» :

« Notre pavillon était constitué de deux ailes et d’une dépendance où avaient été aménagées les boutiques. La partie gauche, comptant deux pièces, abritait la famille de Jang-gun et ses sous-locataires, MM. Choi et Lee. Celle de droite, plus spacieuse d’une pièce, était occupée par notre famille : grand-mère, ma tante, mon oncle et moi. [...]
Au centre des trois bâtisses, se trouvait le puits en question.
Ce puits était d’usage multiple ; on s’y rendait pour faire sa toilette, les repas, la vaisselle, la lessive, ainsi que pour échanger des informations . »


Jin-hee est une adolescente un peu différente des enfants de son âge , elle a entendu les conversations à mi-voix des adultes et appris depuis longtemps ce qu'est l’hypocrisie.

« Je possédais un don, celui de deviner les secrets des adultes, et ce don, je l’avais parce que j’étais une enfant. Plus exactement, j’avais l’apparence d’une enfant. […] Grand-mère ne tarissait pas d’éloges sur mon don d’observation et d’analyse. Il m’arrivait de me livrer à des expériences sur les sentiments tels que la sympathie, la convoitise ou la loyauté. En général ma tante ou Jang-gun en étaient les cobayes. Ces expériences développaient mes facultés d’interprétation et d’analyse des secrets des adultes.
Je scrutais en quelques sorte ma vie à distance ; je découvrais les mystères de la vie à travers les secrets des adultes. »


Jim-hee regarde, analyse, commente et provoque en effet à distance la vie des siens et de ses voisins ,  détachée de toute émotion.  

"Dès qu’on me regardait, je me dédoublais. Un moi restait moi-même, et un autre moi distinct du vrai moi jouait le rôle que l’on m’imposait de tenir.[…]
Mon véritable moi était un observateur. Puisque c’était mon autre moi qu’on malmenait, je ne serais jamais blessée. Ainsi je préservais mon véritable moi."


Pour Eun Hee-Kyung, dans ce texte, c’est l’enfant qui a un regard adulte et les adultes qui se comportent comme des enfants.

L’écriture de Eun Hee-Kyung est limpide, le ton souvent acéré, ironique mais non exempte d’humour, le regard sait aussi s'adoucir et devenir bienveillant.

« Pour la remercier d’avoir assouvi ma curiosité, moi, sa conseillère, son dictionnaire et sa consultante en beauté, je lui indiquai plusieurs stratégie pour savoir faire face au premier baiser. Je tenais ces informations d’un magazine féminin que j’avais lu chez le tailleur New Style. »
Je vous laisse découvrir la suite, cela en vaut vraiment la peine !  il n’est jamais trop tard pour s’instruire .

L'auteur a préfacé la traduction française :

Préface :

Le Cadeau de l’oiseau est le premier des sept romans que j’ai publiés jusqu’à maintenant. Il retrace mon parcours marqué par le désenchantement. Certains critiques y ont vu l’histoire d’une adolescente précoce et trop consciente de l’hostilité de la vie. D’autres ont affirmé que c’était » le cadeau du pessimisme, du sarcasme et de la plaisanterie » Accentuer les travers de la vie ne m’a jamais effleuré l’esprit. Je voulais tout simplement briser certaines illusions. Si la littérature peut nous emmener dans un monde idéal, elle nous donne aussi des armes pour affronter la vie.
Ma jeunesse, emprisonnée par un carcan de principes, m’a longtemps empêcher d’interpréter le sens véritable de la vie. Accablée de questions sans réponse, j’étais malheureuse. Je n’ai commencé à écrire que tardivement à l’âge de trente-quatre ans, en réaction contre la société trop conventionnelle et hypocrite.
Le monde des années soixante a été marqué par l’émergence de jeunes mouvements pacifistes qui voulaient sauver l’homme et réduire les injustices. En même temps, en Corée, un régime militaire bafouait les droits les plus élémentaires de l’homme en prétextant la nécessité des plants de relance de l’économie. La modernisation et la dictature cohabitaient presque naturellement. […].
Ce roman est le journal d’une adolescente qui apprend à accepter un monde bien différent de celui qu’elle voulait. A une autre échelle, c’est aussi le journal de la société coréenne qui prend conscience du monde extérieur. […]

C’est en hommage au poème de Jacques Prévert que ce roman a été intitulé Le Cadeau de l’Oiseau.


Un très bon moment de lecture, je ne vais pas en rester là avec Eun Hee-kyung.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Eun Hee-kyung [Corée]   Lun 7 Juil 2014 - 21:38

silou a écrit:
Arabella tu pourrais par exemple commencer par Le Cadeau de l'oiseau

Et bien trop tard. Je suis passée à la bibliothèque, et il y avait Le cadeau de l'oiseau et Les boîtes de ma femme. Après avoir beaucoup hésité (l'un, l'autre ou les deux) j'ai pris ce dernier uniquement.
Une prochaine fois, peut être.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Re: Eun Hee-kyung [Corée]   Lun 7 Juil 2014 - 21:59

Arabella a écrit:
silou a écrit:
Arabella tu pourrais par exemple commencer par Le Cadeau de l'oiseau

Et bien trop tard. Je suis passée à la bibliothèque, et il y avait Le cadeau de l'oiseau et Les boîtes de ma femme. Après avoir beaucoup hésité (l'un, l'autre ou les deux) j'ai pris ce dernier uniquement.
Une prochaine fois, peut être.

Tu m'intrigues, je pensais avoir encore le seul exemplaire du Cadeau de l'oiseau disponible dans une bibli parisienne.

J'ai mis Les boîtes de ma femme sur ma liste "Melville" . Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Eun Hee-kyung [Corée]   Lun 7 Juil 2014 - 22:26

Ce n'était pas dans une bibliothèque parisienne. J'ai trois cartes de bibliothèques.  dentsblanches 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Eun Hee-kyung [Corée]   Mer 13 Aoû 2014 - 14:19

Les boîtes de ma femme


Cinq nouvelles qui se passent dans la Corée d’aujourd’hui. Des relations de couples, ou de famille dans la dernière nouvelle, même si dans celle-ci le couple est aussi là en arrière fond. La présentation parle d’incommunicabilité entre les êtres, et cela paraît être un thème important chez Eun Hee-kyung. Les couples ne se parlent pas, les hommes travaillent, et le soir sortent avec leurs amis et se saoulent. Les femmes s’occupent de leur maison, élèvent les enfants, et attendent le retour du mari, en espérant que ce ne soit pas trop tard, et qu’il ne soit pas trop saoul. Les êtres paraissent évanescents, inconsistants comme remplis de vide, des sortes de fantômes. Le titre de la deuxième nouvelle est d’ailleurs Ma femme évanescente, un mari y découvre avec étonnement que sa femme tient un journal, et en le lisant découvre des aspects d’elle qu’il ignore, et déjà l’inconsistance qu’il a pour son épouse.

C’est triste au final, même si un petit peu d’humour vient parfois adoucir l’ensemble, en particulier dans la quatrième nouvelle On n’avait pas pensé à l’imprévu, dans laquelle nous suivons les déboires amoureux successifs d’une femme. Dans cette nouvelle comme dans les autres, les liens tissés avec tel ou tel apparaissent comme le fruit du hasard, plus qu’un choix basé sur des points communs, affinités, ou même attirances. Les individus ne paraissent pas se connaître eux-mêmes et se laissent porter vers tel ou tel, comme vers tel ou tel tournant de la vie, par les événements qui décident à leur place.

C’est une lecture déroutante, qui laisse une trace, même si elle n’est pas confortable. J’aimerais bien voir ce que cela donne dans un roman, comment l’auteur développe les thèmes et comment elle construit ses personnages dans une plus grande durée.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Re: Eun Hee-kyung [Corée]   Ven 15 Aoû 2014 - 12:49

Les boîtes de ma femme

Un texte très différent du Cadeau de l’Oiseau que j’avais beaucoup aimé.

Arabella a des déjà bien présenté ces cinq nouvelles, je n'y reviens pas.

Rien de bien gai dans ces pages, les couples ne sont le plus souvent que deux êtres seuls qui passent à côté l’un de l’autre. Ils sont comme pris par une certaine fatalité, les rôles semblent encore distribués d’avance. Pour se libérer de sa journée de travail l’homme sort retrouver des amis et boit, la femme se tait et s’isole mais ils souffrent l’un et l’autre.

Le lecteur est là en observateur du désarroi de l’un ou de l’autre et aussi en témoin de leurs pensées. Eun Hee-kyung donne la parole à chacun homme comme femme.
Le style est vif, parfois incisif et permet une analyse subtile.

C’est la dernière fois que j’entre dans le bureau de ma femme. Côté mur, un secrétaire de style allemand. Près d’une fenêtre, un fauteuil ; pour le reste, un papier peint de couleur dans les bleu pâle. De ces choses se dégage une odeur difficile à identifier. Puis des boîtes. Ma femme a rassemblé de nombreuses boîtes. Dans l’une d’elles se trouve une nappe qu’elle-même avait brodée en se piquant maintes fois les doigts. Son goût pour la dentelle avait duré toute une saison. Une autre boîte contient de vieilles lettres jaunies et tachées d’encre.  Ces derniers temps, c’était plutôt rare qu’elle en reçoive.  

Ces nouvelles ne donneront certes pas l’envie d’aller vivre en Corée, mais on sent bien et avec un certain malaise que les personnages présentés, si l’on s’y attarde un peu, pourraient bien nous ressembler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Eun Hee-kyung [Corée]   Ven 15 Aoû 2014 - 13:06

silou a écrit:

Ces nouvelles ne donneront certes pas l’envie d’aller vivre en Corée, mais on sent bien et avec un certain malaise que les personnages présentés, si l’on s’y attarde un peu, pourraient bien nous ressembler.

Cela fait même un peu peur à la limite. Il y a aussi l'aspect, que les Coréens sont arrivés à ce mode de vie urbain, proche de celui que l'on connaît, très vite, en sautant les étapes en quelque sorte. Et qu'ils ont eu moins le temps de mettre en place de moyens de rendre cela plus vivable. Et tous les problèmes sont donc plus aigus.

Et puis dans une des nouvelles, l'héroïne va à l'église. Ou tout au moins le prétend. J'ignorais que le christianisme avait une certaine ampleur là-bas, avec la visite du pape et les articles qui vont avec, c'est devenu plus clair pour moi.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eun Hee-kyung [Corée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eun Hee-kyung [Corée]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Corée du sud
» Un pétrolier coréen explose
» Corée du Nord
» [Opérations de guerre] GUERRE DE CORÉE - Tome 1
» bataillon français de corée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: