Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Dennis Gira, Fabrice Midal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Dennis Gira, Fabrice Midal   Jeu 3 Juil 2014 - 22:46



Dennis Gira, né en 1943, est un théologien, chercheur et écrivain français d'origine nord-américaine. Spécialiste du bouddhisme, il est professeur honoraire à l’Institut catholique de Paris. Dans les années 1970, Dennis Gira passe huit ans au Japon. Il s'intéresse alors aux religions du pays et notamment au bouddhisme. Dans le cadre de ses recherches dans une université japonaise puis en France, au sein de l'Université Paris VII et de l'École pratique des hautes études, il analyse les différentes formes du bouddhisme et son évolution jusqu'à nos jours. Il dispense un cours consacré au bouddhisme, à l'Institut de science et de théologie des religions (Institut catholique de Paris), dont il devient directeur adjoint.

Il mène une étude approfondie de ces deux grandes voies spirituelles et des conditions d'un véritable dialogue inter-religieux. Ainsi, il publie en 2003 « Le lotus ou la croix , les raisons d'un choix » et en 2006 « Jésus, Bouddha : une rencontre possible ? » avec Fabrice Midal.




Fabrice Midal (né en 1967 à Paris) est un philosophe français, spécialiste du bouddhisme. Il est issu d’une famille juive ashkénaze, et se tourne très tôt vers le bouddhisme et étudie auprès de nombreux maîtres de la tradition tibétaine : Khandro Rinpoché, Thrangu Rinpoché, Khenpo Tsultrim Gyamtso Rinpoché, le Lopön Tenzin Namdak… Mais son engagement principal est marqué par la rencontre à vingt ans, de l’enseignement et de l’œuvre de Chögyam Trungpa. Il s’engage dans la pratique de la méditation telle que ce maître historial l’a présentée pour l’Occident. Il y puise alors tout ce qui fera son inspiration ultérieure : un bouddhisme non-dogmatique, ouvert à la poésie, à la liberté, en faveur d'un engagement social, politique et artistique. L’essentiel de sa formation ne se fera pas pour autant à l’Université, mais en classe de khâgne au Lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine de 1994 à 2001. Il se rend tous les jours, pendant sept ans, comme auditeur libre, au cours de philosophie de François Fédier, rencontre dont il évoque l'importance dans « Au service du sacré ». Parallèlement, Francisco Varela lui fera faire ses premiers pas dans la méditation (Risquer la liberté). En 1999, il obtient, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, une thèse de doctorat en philosophie portant sur le sens du sacré dans les œuvres d’art moderne. Il se met à enseigner la photographie à l'Université de Paris VIII. (La photographie). Il devientdirecteur de la collection « Evolution » chez Pocket1 et de la collection "Esprit d’Ouverture" chez Belfond2. En 2007, il fonde l’association Prajna & Philia pour se donner les moyens d’établir un bouddhisme d’Occident.

Il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages traçant par delà philosophie, méditation, art moderne et poésie, un chemin où il se risque à la liberté et tente de rafraîchir notre représentation de l’amour.
Il est le biographe du maître bouddhiste Chögyam Trungpa, (« Trungpa », et « Chögyam Trungpa, une révolution bouddhiste »).

Une œuvre et un personnage qui l'on conduit à travailler sur le sens des mythes et des dieux au cœur du bouddhisme tantrique (« Mythes et Dieux tibétains »), sur le sens de la chevalerie occidentale (« L'esprit de la chevalerie ») comme voie de dépassement de soi, vivifiant la dignité de l’homme hors de tout dogme religieux.

Il a également travaillé sur la pensée de Martin Heidegger. Élève du philosophe François Fédier, il a dirigé un livre d'hommage intitulé « La Fête de la pensée ».

Artiste plasticien, il présente également l'art comme une possible voie spirituelle, faite d'attention et de présence au monde (« Petit traité de la modernité dans l’art », Pocket, 2007). Pour cela il interroge aussi bien l'œuvre de Jackson Pollock que celles de Sappho, Marina Tsvetaïeva, Paul Cézanne, Mme Guyon, Rainer Maria Rilke, René Char, Therèse de Lisieux, Hölderlin Simone Weil, autant d'auteurs à l'aide desquels il tente d'apporter un regard neuf sur la modernité par le truchement d'une démarche poétique.

Jésus, Bouddha: Quelle rencontre possible?
Originale : Français, 2006  

CONTENU :
" Comme en te lisant je me sens plus proche de ce qui t'anime et de ce qui est en question! Et comme, dans le même temps, l'écart entre nos deux visions apparaît plus clairement dans leur tension originelle. "
Partager avec un ami son expérience spirituelle quand elle emprunte une voie différente de la sienne est une réelle aventure. Avec un ami, on abandonne la langue de bois et les idées reçues. On n'hésite pas à confier ses doutes, ses blessures parfois. Dennis Gira est chrétien, Fabrice Midal est bouddhiste. Mais chacun connaît bien la tradition spirituelle de l'autre. De leur échange de lettres naît un bouleversant dialogue sur la vérité et l'expérience spirituelle. Cet échange fait avancer chacun sur la Voie qui est la sienne - celle du Christ ou celle du Bouddha. L'effort, parfois épuisant, que requiert ce dialogue, permet à chacun de mettre à nu ses convictions et sa foi. Les plus grandes questions sont abordées avec lucidité et dans une intimité rare. Celles de l'altérité et de la souffrance, du statut de la personne humaine et de la nature de Dieu, de la conversion, du rôle du maître spirituel, de la vacuité et de la résurrection... Ces lettres concernent en définitive tous ceux qui, croyants ou non, se laissent interroger par l'expérience de la vie.
(Source : Description de l’ouvrage)

REMARQUES :
Que cela fait du bien d’avoir un vrai échange, un vrai dialogue ! Ici les deux correspondants connaissent bien la tradition de l’autre, voir : en sont des spécialistes. Mais pas juste des savants, mais des chercheurs de vérité, et des pratiquants dans leur propres tradition. Gira et Midal commencent un échange de lettres, dans lequel on n’est pas face à des exposés secs, mais face à la pratique, face à des questionnements envers ses propres « vérités » comme ceux de l’autre. C’est le profond respect qui domine l’échange et qui mène vers une vraie amitié. Ce sont cinq lettres de chacun, toujours en écho à ce que l’autre avait écrit, et élargissant vers des nouveaux horizons, des nouvelles questions, surgies par ce qui avait été découvert et écrit. A la fin de l'ouvrage on trouvera juste deux pages de chaque auteur avec des citations de quelques textes essentiels pour lui.

Grande récommandation !

Taschenbuch/Livre de poche
Verlag: Bayard Jeunesse (30. März 2006)
Sprache: Französisch
ISBN-10: 2227475544
ISBN-13: 978-2227475540
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Dennis Gira, Fabrice Midal   Jeu 3 Juil 2014 - 22:56

et ça demande des connaissances de base des deux religions pour être lu ou on peut faire sans ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Dennis Gira, Fabrice Midal   Jeu 3 Juil 2014 - 23:04

animal a écrit:
et ça demande des connaissances de base des deux religions pour être lu ou on peut faire sans ?

"Connaissance de base"? Je pense que oui. Mais pour un Parfumé cela devrait pouvoir se faire. Connaissance dans le sens, d'avoir peut-être entendu de certaines notions théologiques ou philosophiques bouddhistes. Mais les auteurs nous surprennent peut-être en donnant à certaines conceptions des contenus plus "larges" (ou plus étroits), car il y a souvent un grand écart entre l'idée commune qu'on se fait soit du christianisme, soit du bouddhisme, soit des deux et la conscience qu'on en a comme pratiquant.

J'étais très heureux que les auteurs dissipent des malentendus, expliquent certains mots ou concepts, et se dégagent mutuellement un chemin de connaître l'autre mieux. Même si un fossé, un écart restera. Ou disons des différences notables. Mais une rencontre est possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Dennis Gira, Fabrice Midal   Ven 4 Juil 2014 - 6:21

je pensais au moins autant à la partie christianisme. pensant égoïstement à mon cas ou celui-ci représente plus un bruit de fond culturel alors que j'ai lu des bouquins sur le bouddhisme (moins sur le bouddhisme tibétain mais je sais que j'ai lu sur le sujet).  

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Dennis Gira, Fabrice Midal   Ven 4 Juil 2014 - 9:20

Intéressant, je note.
Mais la confrontation catholicisme/bouddhisme ne me semble pas particulièrement polémique. Je me trompe sans doute... à lire.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Dennis Gira, Fabrice Midal   Ven 4 Juil 2014 - 14:16

colimasson a écrit:
Intéressant, je note.
Mais la confrontation catholicisme/bouddhisme ne me semble pas particulièrement polémique. Je me trompe sans doute... à lire.

Il est vrai qu'aujourd'hui le dialogue entre bouddhistes et catholiques va plutôt bien (en général). On se rencontre sur beaucoup de point. (Par ailleurs aussi l'occasion de dire à beaucoup de Français de ne pas toujours identifier dans le catholicisme toutes les expressions chrétiennes, ou plutôt: de ne pas appeler tous les chrétiens "catholiques" dans le sens confessionel. En ce qui concerne l'origine du mot et la profondeur du sens, on pourrait s'y mettre d'accord, mais en général on ne connait pas assez la distinction entre "confession" et "qualité d'universalité" - qui est, certes, une vocation de l'egise catholique).

Le livre ne joue pas sur les différences en en faisant des confrontations, certes. Au même moment c'est bien de cerner où se trouvent vraiment des différences, et ne pas, ce qui est une petite tentation, toute de suite dire: o, c'est tout pareil...

Ici - pour exliciter encore une fois - il s'agit vraiment de deux spécialistes ET pratiquants qui se facilitent pas la tâche. Mais ils se rencontrent dans un grand respect qui se transforme en amitié. Et là, d'un coup, on peut parler de tout. Aussi de ses propres questionnements face à sa propre tradition, ou reconnaître la beauté d'une idée chez l'autre etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Dennis Gira, Fabrice Midal   Lun 7 Juil 2014 - 8:57

C'est vrai que je mélange christianisme et catholicisme... j'ai du mal à voir la différence. Le catholicisme serait une évolution du christianisme, des accommodations ecclésiastiques visant à une plus grande universalité au moment où la popularité du christianisme semblait menacée ?

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Dennis Gira, Fabrice Midal   Lun 7 Juil 2014 - 17:38

colimasson a écrit:
C'est vrai que je mélange christianisme et catholicisme... j'ai du mal à voir la différence. Le catholicisme serait une évolution du christianisme, des accommodations ecclésiastiques visant à une plus grande universalité au moment où la popularité du christianisme semblait menacée ?

Ah, on pourrait devebnir complètement off-topic là..., mais une tentative d'explication. C'est assez complexe, et au même moment simple:
Au cours de l'histoire l'Eglise a connu des séparations. A vrai dire cela a commencé dès les premières siècles, si on pense aux Arianistes, Docetistes etc. (Un Saint Augustin a passé sa vie pour expliquer pourquoi telle ou telle conception était erronée. Plus tard, sans qu'on parle aujourd'hui encore de "hérésie", il y a eu des séparations à cause de différences historiques, culturelles, politiques...

Catholique est une "confession, dénomination" comme le sont les Orthodoxes, les Anglicans, les Luthériens, les Réformés, les Baptistes..., et j'en passe. On pourrait aujourd'hui - avec le souci d'une unité voulu par Dieu pour la famille humaine et alors encore plus pour ceux qui se réfèrent au Christ - soulever que chacun de ces expressions historiques vit un don de manière spéciale, forte. Comment ne plus se voir en opposition?

Mais il y a dans le mot catholique (non-confessionelle) aussi et surtout (dirais-je) une idée, un concept d'universalité. TOUS, nous sommes appelés de vivre une ouverture qui dépasse les frontières de nos appartenances "attributaires", voir alors même nos appartenances confessionelles. Au moins c'est comme ça que je l'entends et que j'essaie de vivre la catholicité: ce sont - comme disait le Pape Jean XXIII, des cercles toujours plus grands. Pas toujours néccessaire de savoir où on se situe. C'est dans un certain sens un secret de Dieu.

Mais assez d'off-topic? Ah, c'est un sujet passionant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Dennis Gira, Fabrice Midal   Jeu 10 Juil 2014 - 14:26

Allez, je ne considère pas qu'il s'agit d'un hors-sujet. Cette discussion permettra peut-être de mieux comprendre les enjeux de la discussion entre Gira et Midal ?

Je comprends bien ce à quoi vise le christianisme mais le flou recouvre toujours la dénomination de chrétien... un chrétien serait un catholique qui préfère l'entre-soi de sa confession ? qui tolère les autres cultes ou qui estime que vouloir convertir les "infidèles" revient à donner de la confiture aux cochons ?

Je pense que mes questions vont te paraître simplistes et naïves mais il faut bien en passer par là...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Dennis Gira, Fabrice Midal   Sam 12 Juil 2014 - 15:13

C'est certainement un sujet très intéressant, mais je le considère pas au centre du centre du livre de Gira et Midal. Là, il s'agit d'un partage, d'un dialogue qui fait ressortir mieux certaines compréhensions de concepts, d'idées. Et en parlant ils font ressortir des différences, mais aussi « un espace de rencontre ».

En ce qui concerne ta question, je ne sais pas par quel bout la prendre. J'avais essayé d'expliquer qu'il y avait (et jusqu'à aujourd'hui) dans l'histoire des tendances de se séparer dès qu'on se croit soit mal compris, soit ayant droit « contre » les autres. C'est un peu simplistes, mais c'est comme ça qu'on pourrait expliquer la naissances des différentes « dénominations » : donc par exemple le protestantisme, l'Orthodoxie, l'Anglicanisme, les Baptistes etc. « Ceux qui sont restés » (pour parler TRES maladroitement), sont les catholiques. Mais cela n'exclue pas, à mon avis, que dans certaines domaines ils n'aient pas « abandonner » eux aussi des fois dans un certain sens, le cœur de la foi. Le catholicisme romain est lié (en tant que dénomination) très visiblement avec Rome/le Vatican, la papauté, une structure assez hiérarchique..., bref une expression palpable, visible.

Et il faudrait se demander si il est, malgré toutes critiques, vraiment posibles de s'imaginer une expression « invisible » pour la transmission de la foi. Est-ce que la foi ne vise pas TOUT l'homme et TOUS les hommes et femmes ? Cette visée universelle, cette réalité qui dépasse toutes frontières du temps, de l'espace et qui est AU MËME MOMENT présent dans un concret, pour le dire encore une fois pauvrement, est exprimé par le mot « catholique » comme adjectif dépassant toutes dénominations et comme vocation – selon moi – pour tous les chrétiens. On ne peut pas et jamais se contenter d'une groupuscule détenant une soi-disante vérité, vivant à part une béatutude. Donc on ne peut jamais (pour répondre à une partie de ta question) se contenter de se cantonner quelque part, de « préférer l'entre-soi ». Même si évidemment c'est un défi. Par ailleurs dans toute la société... : où sont-ils qui vont vraiment à la rencontre de l'autre ? On reste souvent dans son appartenance...

Tu poses une autre question comme une « soit...soit » : 
»... qui tolère les autres cultes ou qui estime que vouloir convertir les "infidèles" revient à donner de la confiture aux cochons ? »

Le mot de la tolérance est à mon avis un peu flou. Souvent il désigne aujourd'hui l'attitude » cela m'est égal ce que tu penses et fais, cela ne me concerne pas ». Donc un autre mot pour indifférence. Cela est certainement pas visé par une certaine ouverture et une attitude de recherche de vraie communion. Le respect de l'autre – et ici Midal et Gira tomberont d'accord – demande justement de pouvoir se poser mutuellement des questions, voir se mettre en question, tout en se respectant.

L'autre versant, une tentative perpetuelle de « convertir » l'autre, est vu aujourd'hui probablement par la plupart beaucoup plus finement. C'est déjà un grand défi de découvrir chez chacun l'étincelle qui correspond peut-être dans une petite mesure à ma propre recherche, où nous nous réjoignions. Quand nous vivons cela, quand nous avons essayé de comprendre l'autre, un dialogue s'impose.

Confiture aux cochons ? Si jamais « nous » avons une telle confiture, elle nous appartient pas comme notre propre découverte et merite. Mais une belle et bonne confiture – si on y croit – on aimerait la partager, non ? Donc, si jamais il y a volonté de transmettre, c'est pas dans l'objectif de devenir plus puissant ou rejeter l'autre, mais en vue de partager le meilleur. Pour un croyant on n'a pas besoin d'avoir honte du « trésor caché dans le champs » comme on dit dans un Evangile.

J'espère que tu trouves quelques éléments de réponses ou de réflexions...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Dennis Gira, Fabrice Midal   Mar 15 Juil 2014 - 19:09

Merci pour ta réponse et je ne vois pas quoi ajouter de plus...

Ma manière de m'exprimer à ce sujet a dû te sembler très maladroite mais la question religieuse est un mystère pour moi (un mystère d'expérience, théoriquement je connais deux-trois trucs). Je n'ai pas grandi dans un environnement aussi cosmopolite que celui qu'évoque Amos Oz dans les Deux morts de sa grand-mère, par exemple... Wink

Merci encore à toi Tom Léo pour tes contributions à ce sujet.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Dennis Gira, Fabrice Midal   Mer 15 Oct 2014 - 22:12

pour un aperçu de lecture de Au service du sacré de Fabrice Midal, clic :ici

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dennis Gira, Fabrice Midal   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dennis Gira, Fabrice Midal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» je me presente fabrice du 8.3
» Anniversaire Fabrice
» Vernissage de l'exposition de Fabrice Brunet à la Salpêtrière
» Fabrice Josso [le collège des coeurs brisés/ h&g]
» DENNIS STOCK

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: