Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Maud Mayeras

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

mayeras - Maud Mayeras Empty
MessageSujet: Maud Mayeras   mayeras - Maud Mayeras Icon_minitimeDim 20 Juil 2014 - 11:55

mayeras - Maud Mayeras Mayera10

(Née le 6 octobre 1981, France (Limoges ?))

Elle ferait partie du collectif Satori Noir.


Biblio :

Hématome, 2006 (Prix des Limbes Pourpres - Prix Griffe Noire du meilleur thriller de poche 2008)
Reflex, 2014



_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

mayeras - Maud Mayeras Empty
MessageSujet: reflex   mayeras - Maud Mayeras Icon_minitimeDim 20 Juil 2014 - 12:27

Reflex
mayeras - Maud Mayeras 91klhg10

La couverture ne m'inspirait pas plus que ça. Impression de vu et revu, dans le macabre, le glauque et l'horreur. Mais je voulais lire un polar (j'en lis peu et j'aime bien de temps en temps, essayer), et celui-ci avait plusieurs choses qui m'ont poussé à le prendre : le nom était totalement inconnu, l'auteur est une femme, et française, le héros n'est pas un inspecteur qui est le héros de multiples volumes de livres, et une "rumeur" qui me disait "c'est très bien écrit !".

Alors je l'ai pris.

Et.
Grande surprise !
C'est Foutrement Bien Écrit !
Point de vue immersif, on colle aux semelles d'Iris, à ses humeurs, ses angoisses, ses colères. On ne la lâche pas, ou presque.
Des phrases parfois très concises, qui frappent juste, qui plongent dans l'atmosphère sombre et tourmentée des personnages.
Un parti psychologique dense et tortueux, dans lequel on n'est jamais perdu, où l'on peut reconnaître le Monstre qui rôde.

J'oublie toujours le petit pitch de l'histoire...
Iris, photographe de scènes de crime (sens du détail, du gros plan sur des éléments, que l'on retrouve dans le style du roman), retourne dans son ancienne ville, la maison de son enfance, par un lourd concours de circonstances.
Et là, c'est tout le passé qui ressurgit petit à petit (sa mère violente, son fils assassiné, son père décédé) et qui la hante au point de la noyer.
Avancée lente et prudente pour s'en sortir. Échapper à tout ça. Vaincre ses démons.

Le roman nous fait découvrir donc tout le cheminement d'Iris. Avec le présent dans lequel elle patauge, et le passé duquel elle ne s'est pas encore sortie.
Il y a aussi des chapitres -Silence- qui raconte une histoire, de manière plus linéaire et carrée en un sens.
Des liens entre les histoires : les rapports parents-enfants tellement durs, sombres, violents. Relation d'amour-haine qui s'enracine dans la personnalité.
(Je n'expliquerais pas plus loin, sinon j'en révèlerais trop)

Le livre maintient un vrai suspens de fou, on devine des choses, on les sent, d'autres on n'ose pas les imaginer, et le récit nous mène inexorablement vers des résolutions d'énigme qui laissent pantois.

Maud Mayeras va très très loin dans l'obscur de l'humain. Elle ne laisse rien passer. Elle ne fait pas de concession. Elle n'embellit pas.
Ses personnages sont d'une incroyable densité psychologique, complexes jusqu'aux bout des ongles. A ne plus savoir qui est le plus Monstrueux.

Et.
Maud Mayeras ponctue son livre de plein de références culturelles (qu'elle a l'amabilité de ne pas laisser dans le flou artistique, en les révélant à la fin de son livre) qui font sourire, qui plaisent, donnent encore plus à voir ce qui se passe entre les lignes.
Et qui peuvent donner une idée à ceux qui ne sont pas encore très sûrs de quoi est fait l'atmosphère de Reflex.

Dans Reflex les personnages portent des bouts de noms de ces gens-là :
Joel-Peter Witkin - Diane Arbus - David Lachapelle - Sally Mann

Dans Reflex, il y a des bouts de musique qui surgissent au début des parties :
Fistful of Steel, Rage Against The Machine
Lose Your Soul, Dead Man's Bones
Happy, Kat Frankie
Gone Away, My Brightest Diamond
The Speed of Pain, Marilyn Manson
Time to Dance, The Shoes
La Chaleur, Noir Désir
Sober, Tool

Et à la fin du livre, elle nous donne également la bande originale (dommage je ne l'ai vu qu'à la fin, sinon j'aurais pu, parfois, la mettre à jouer pendant ma lecture...)

Mais ne vous inquiétais pas, je viendrais ponctuer ce fil de bouts de musiques, et de bouts de textes.

 mayeras - Maud Mayeras 476572 

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 53
Localisation : Peu importe

mayeras - Maud Mayeras Empty
MessageSujet: Re: Maud Mayeras   mayeras - Maud Mayeras Icon_minitimeDim 20 Juil 2014 - 12:50

Ton enthousiasme me ferait presque craquer !  Very Happy

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

mayeras - Maud Mayeras Empty
MessageSujet: Re: Maud Mayeras   mayeras - Maud Mayeras Icon_minitimeDim 20 Juil 2014 - 22:37

Pourquoi "presque" ?!

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
domreader

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

mayeras - Maud Mayeras Empty
MessageSujet: Re: Maud Mayeras   mayeras - Maud Mayeras Icon_minitimeLun 21 Juil 2014 - 7:43

C'était déjà noté !  sourire 

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 53
Localisation : Peu importe

mayeras - Maud Mayeras Empty
MessageSujet: Re: Maud Mayeras   mayeras - Maud Mayeras Icon_minitimeLun 21 Juil 2014 - 7:52

Queenie a écrit:
Pourquoi "presque" ?!
Parce que à priori je ne me serais jamais attardée sur ce livre : ton commentaire passionné a fait la différence .

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  


Dernière édition par églantine le Lun 21 Juil 2014 - 7:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

mayeras - Maud Mayeras Empty
MessageSujet: Re: Maud Mayeras   mayeras - Maud Mayeras Icon_minitimeLun 21 Juil 2014 - 7:56

domreader a écrit:
C'était déjà noté !  sourire 

églantine a écrit:
Queenie a écrit:
Pourquoi "presque" ?!
Parce que à priori je ne me serais jamais attardée sur ce livre : ton commentaire passionné a fait la différence .

Parfait !

(Je n'arrive pas à me procurer Hématome par la librairie... Je tenterais à la rentrée ou à la bibliothèque)

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

mayeras - Maud Mayeras Empty
MessageSujet: Re: Maud Mayeras   mayeras - Maud Mayeras Icon_minitimeLun 21 Juil 2014 - 11:04

Pareil, je le note!

Pour la couverture (intrigante) pour le pitch (pas moins) pour ton résumé (très fort) et pour les références, forcément!

Ca donne envie tout ça, moi qui étais à court d'idées  miammiam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

mayeras - Maud Mayeras Empty
MessageSujet: Re: Maud Mayeras   mayeras - Maud Mayeras Icon_minitimeMer 30 Juil 2014 - 14:27

Reflex.

Début :

Citation :
Je n'aime pas le silence, il appelle les mauvaises pensées.
Je laisse souvent entrer les bruits. Le ronflement des moteurs et les mots roturiers des piétons. Ils pénètrent par la fenêtre et me rassurent. Le bruit du frigo, le sifflement des moustiques.
Les vibrations de mon téléphone contre le bureau laqué, comme les palpitations d'un coeur à l'étroit.
Et chaque fois, le même phrasé trivial au bout du fil, les mêmes gorges calcinées, gavées de fumée jusqu'aux lèvres. Et cette question qui revient sans cesse :
Tu es disponible, Iris ?
Je suis toujours disponible.



Trouver quelqu'un qui comprend. Qui est là. Iris, en rapport très conflictuels (et violents) avec sa mère, trouve un refuge auprès de la voisine, Jackie.


Citation :
Je crois que j'aime cette femme. Ses gestes simples, qui pourtant sont tout. Ses doigts, qui glissent une mèche épaisse derrière votre oreille, qui caressent votre joue, avec une douceur dont vous n'avez plus l'habitude. Cette femme qui repose délicatement vos pieds sur ce sol que vous étiez persuadée d'avoir quitté, et qui vous aide à vous remettre debout. Jackie Philco est capable de vous ressusciter au beau milieu d'un parking presque vide.

Je la laisse faire. Je voudrais la prendre dans mes bras, mais au lieu de ça, je trouve une excuse pour m'esquiver. Je m'écarte lentement, jusqu'à ne plus sentir sa bienveillance brûler mon dos.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

mayeras - Maud Mayeras Empty
MessageSujet: Re: Maud Mayeras   mayeras - Maud Mayeras Icon_minitimeMer 30 Juil 2014 - 14:38

Lutte contre l'oubli.
Contre la solitude.
Contre l'effacement.

Iris découvre la chambre de sa mère.

Citation :
Des Post-it. Partout. Collés jusqu'au plafond.
Des dizaines de bouts de papiers, pliés, déchirés, remplis, vides, cornés, froissés, recollés, jaunis. Partout. Et là où les couleurs disparaissent, ce sont des pages entières qui masquent le peu d'espace restant. Et sur toutes ces feuilles, dont certaines jonchent même le sol, tombées contre les plinthes, des milliers de mots. Enormes, minuscules, illisibles, droits ou tremblants. Parfois un simple nom, parfois des phrases entières, notés dans le désordre le plus parfait. Je m'approche des carrés colorés avec méfiance.
Des stylos, des feutres, plus ou moins secs, bleus, noirs, rouges, la mine charbonneuse d'un crayon à papier. Elle prenait ce qu'elle avait sous la main. Pour pouvoir écrire au plus vite. Pour ne pas oublier.
Voilà contre quoi elle luttait, dans cet espace réduit. Contre l'oubli.
Je ne décroche aucun des Post-it. Je les épargne, les laisse chacun à leur place. Je n'ouvre pas la fenêtre malgré la chaleur de four, malgré l'absence évidente de vent, de peur que tout s'envole.
La composition me fascine. L'on pourrait presque y voir une oeuvre d'art urbaine, dure et anguleuse. Mais ma mère n'a pas la moindre fibre artistique, elle a simplement utilisé minutieusement chaque millimètre, accolant ses notes les unes aux autres, les alignant avec une rigidité militaire.
Je m'approche, prenant bien soin de ne pas effleurer le papier.
Sucre, riz, lait, fil...
Des listes de courses, il y en a des dizaines, plus ou moins longues, reprenant souvent les mêmes articles dans un ordre différent. la dernière ligne semble pourtant consacrée toujours au même produit :
Chocolat.
Bien entendu.
Elle détestait le chocolat, elle détestait tout ce qui pouvait susciter le moindre plaisir.
Sur d'autres feuillets, des adresses sont indiquées. Celle de la pharmacie (à moins de cent mètres d'ici), de la boulangerie (deux cents mètres), de l'hôpital (celle-ci est accompagnée d'un plan détaillé). Des numéros de téléphone sont éparpillés ça et là. Il me semble reconnaître les noms de riverains que je croyais morts. Peut-être le sont-ils, je ne sais pas si elle tenait sa liste à jour.
Et en hauteur, inatteignable, un carré rose emprisonne mon nom.
Sous l'écriture noire et baveuse, un numéro de téléphone qui ne m'appartient plus depuis longtemps.
Iris Baudry.
Un mot parmi les autres, sans le moindre degré d'importance, rien qui aurait pu me distinguer de l'épicière ou de cette voisine qui promenait son caniche, le soir sous nos fenêtres.[...]

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

mayeras - Maud Mayeras Empty
MessageSujet: Re: Maud Mayeras   mayeras - Maud Mayeras Icon_minitimeLun 13 Oct 2014 - 10:41

mayeras - Maud Mayeras Hymato10 Hématome

Une jeune femme se réveille dans le lit d'une chambre d'hôpital. Un homme est penché sur elle et lui sourit malgré la trace d'un bec de lièvre qui lui déforme la lèvre. Elle ne se souvient plus de rien mais son corps en souffrance occupe tout son esprit.

Peu à peu les souvenirs vont refaire surface. Aidée, soutenue, aimée par Karter, Emma va lentement réapprendre à se connaître. Mais les souvenirs qui refont surface sont tous plus douloureux les uns que les autres. Difficile dans ses conditions de se reconstruire après une monstrueuse agression.

Maud Mayeras sait prendre le lecteur dans les filets d'une introspection à la fois cynique, critique et mystérieuse. Emma devient immédiatement sympathique pour le lecteur, parce qu'elle n'est pas une héroïne sans tache et sans reproche, pas plus héroïque d'ailleurs que la plupart d'entre nous, elle est en quête d'elle-même et semble avoir vécue une vie des plus chaotique. Elle a cette hauteur du regard sur elle-même, légèrement désenchanté, qui donne envie de comprendre au même rythme qu'elle, qui elle est et pourquoi elle a été sauvagement agressée.

Le début du roman est très juste, Queenie le soulignait d'ailleurs pour le second roman de Mayeras, l'écriture nerveuse est aisée et les pages filent à toute allure. Et puis, de petites incohérences en petites scènes pas franchement crédibles, le lecteur arrive à trouver quand même pas mal tiré par les cheveux ce que raconte l'auteure. En choisissant les sujets compliqués de la mémoire, de l'amnésie, du mensonge familial, Mayeras outre son propos, embringuée dans une histoire peut-être un peu trop ambitieuse pour un premier roman.

Cependant, on sent chez cette jeune auteure (elle a 24 ans à la publication d' Hématome) beaucoup d'implications et de forces narratives, d'intelligence des êtres et de la façon de raconter une histoire, qui légèrement bridées donneront sans doute de très bons futurs romans !

Pas totalement convaincue mais suffisamment titillée pour avoir envie de lire Reflex.



_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

mayeras - Maud Mayeras Empty
MessageSujet: Re: Maud Mayeras   mayeras - Maud Mayeras Icon_minitimeMar 14 Oct 2014 - 10:44

Cool !

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

mayeras - Maud Mayeras Empty
MessageSujet: Re: Maud Mayeras   mayeras - Maud Mayeras Icon_minitimeLun 21 Déc 2015 - 13:05

Reflex

Iris est une femme sans beaucoup d'envergure, une technicienne de scènes de crimes, elle ne résout pas les enquêtes, elle n'analyse pas les résultats, elle prélève.
Longtemps avant, son fils a été enlevé et assassiné.

La découverte du corps mutilé d'un petit garçon, la renvoie à son passé et elle décide de retourner sur les traces de sa vie d'avant. Elle retrouve sa mère, avec laquelle elle a toujours vécu une relation violente, mais cette mère est aujourd'hui aphasique, atteinte de la maladie d'Alzheimer et hospitalisée. Elle retrouve aussi la maison vide dans le jardin de laquelle son fils a disparu. Elle rencontre son amie d'enfance et les crétins qui n'ont pas bougé du comptoir de son bar d'adolescente… Le lecteur s'installe dans une atmosphère un peu particulière, tendue, prête à éclater.

Et puis, dehors un Monstre rôde qui kidnappe des enfants et les dépèce.

Maud Mayeras parvient à maintenir en alerte en permanence son lecteur, lequel sera souvent totalement immergé dans cette narration impeccable et implacable. Mayeras prend d'ailleurs tous les risques : elle parle à la première personne en se mettant dans la peau d'un personnage qu'il serait très facile de prendre en pitié, mais qu'elle nous restitue avec ses failles, ses défaillances, sa vie toute foutue. Et Mayeras réussit le pari d'une extrême cohérence et d'un absolu machiavélisme, qui propulse le lecteur dans une espèce de compulsion terrible : lire et lire encore pour savoir.

J'ai lu ce livre il y a déjà quelques mois mais j'en garde un très fort souvenir et des scènes me reviennent étonnamment vivantes, inquiétantes et dures. Et plus j'y pense plus je me dis que ce roman ressemble au bisou collant d'un enfant qui vient de dévorer une sucette, c'est un peu dégoûtant et en même temps tellement touchant. Voilà, la vie d'Iris est extrêmement touchante sans être jamais pathétique et elle est aussi un peu bizarre, un peu repoussante, un peu collante.

Bref, j'ai passé un excellent moment ! Merci Queenie d'avoir si chaleureusement parlé de ce roman !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
pia

Messages : 6473
Inscription le : 04/08/2013
Age : 51
Localisation : Entre Paris et Utrecht

mayeras - Maud Mayeras Empty
MessageSujet: Re: Maud Mayeras   mayeras - Maud Mayeras Icon_minitimeLun 21 Déc 2015 - 19:10

Merci pour ton commentaire. Il m'avait déjà tapé dans l'oeil quand Queenie en avait parlé. J'y pense....

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

mayeras - Maud Mayeras Empty
MessageSujet: Re: Maud Mayeras   mayeras - Maud Mayeras Icon_minitimeLun 21 Déc 2015 - 19:26

pia a écrit:
Merci pour ton commentaire. Il m'avait déjà tapé dans l'oeil quand Queenie en avait parlé. J'y pense....

Pareil! Je le remonte d'un cran sur ma LAL, merci pour le rappel et ton commentaire, Shanidar. Ca m intrigue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




mayeras - Maud Mayeras Empty
MessageSujet: Re: Maud Mayeras   mayeras - Maud Mayeras Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Maud Mayeras
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Félicitations Heureuse Maman/Maud !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs français à découvrir, nés après 1914.-
Sauter vers: