Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Elena Tchijova

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Elena Tchijova    Mar 22 Juil 2014 - 16:14



L’auteur devant l’image qui a été utilisé comme couverture pour le livre, peinture de K.Petov-Vodkin

Née en 1957 à Leningrad, Elena Tchijova se consacre à l’écriture depuis la fin des années 1990.
Auteur de plusieurs romans, très populaires en Russie, elle dirige le PEN club de Saint-Pétersbourg et est rédactrice en chef de la revue Vsemirnoe Slovo.
En 2009, Le Temps des femmes reçoit le prestigieux Booker Prize russe. Le roman est adapté en 2011 pour le théâtre et reçoit un bel accueil du public.
Elena Tchijova vit aujourd’hui avec sa famille à Saint-Pétersbourg.

Source: Editeur

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Elena Tchijova    Mar 22 Juil 2014 - 16:23


Le Temps des femmes
Citation :
Présentation de l’éditeur
Grand-mère Evdokia a une odeur douce et sèche. On se serre contre elle et on n’a pas peur. Ça ne fait rien que je sois seule. Je les rejoindrai dans l’autre monde. »
Le Temps des femmes, roman à cinq voix, se passe dans la Russie totalitaire des années 1960, dans la ville de Leningrad encore marquée par le terrible siège qu’elle a subi pendant la guerre. Sofia, une petite fille muette de sept ans, dessine à longueur de journée le monde qui l’entoure. Sa mère Antonina est ouvrière dans une usine. Trois vieilles, Evdokia, Glikeria et Ariadna, accueillent Sofia et Antonina dans leur appartement communautaire. Elles jouent le rôle de grands-mères pour Sofia, à laquelle elles transmettent les valeurs de la Russie d’autrefois. Le roman raconte le quotidien de ces femmes dans la ville de Leningrad – les files d’attente pour la nourriture, la cuisson des pommes de terre, les lessives interminables, tout en convoquant, à travers les yeux de l’enfant, la poésie populaire et le merveilleux.
Dans Le Temps des femmes, où les personnages masculins ne sont que des figures lointaines, Elena Tchijova rend hommage aux femmes russes, à leur courage et à leur dignité, qui transparaissent sur leurs visages, dans leurs gestes et dans leur silencieuse résistance à l’oppression.

Ce livre se trouve déjà depuis un bon moment sur ma PAL… attirée par la 4e de couverture je voulais faire un petit ‘effort’ pour retrouver une littérature que je délaisse à mon avis trop souvent.
Mais encore une fois la « magie russe » n’a pas eu trop d’effet sur moi.

Ce qui ne veut pas dire que je n’ai pas eu un bon moment pendant la lecture de ce livre, mais de là au grand enthousiasme… non, vraiment pas.

Je peux dire que je vois tout le bon ce que j’ai pu lire dans divers commentaires concernant ce livre et je donne raison aussi au jury qui l’a désigné pour le prix Booker Prize russe, mais cette partie du monde, aussi bien réelle que littéraire ne semble tout simplement pas être faite pour moi. Mais je veux bien partager quelques avis piochés sur le site de l’éditeur pour vous donner d’autres points de vues :


« Au-delà des tragédies du petit peuple russe, qui surgissent au gré des pages, Elena Tchijova nous entraîne dans un fascinant huis clos féminin à la délicate alchimie, entre gravité et facéties, réalisme et métaphores. Du grand art. »
Marianne Payot. L’Express.

« Alternant les descriptions au réalisme cru et l’inquiétante étrangeté du conte, Elena Tchijova rend un hommage plein d’humanité aux femmes russes qui, malgré les vicissitudes de l’histoire et ses coups du sort, gardent la tête haute. »
Stéphanie Dupays. Le Monde.

« On voit les années Khrouchtchev s’éterniser, les artistes dissidents émigrer, puis s’effondrer l’Union soviétique. Et, toujours, les femmes organiser survie et résistance. Un beau roman choral russe mystique et réaliste à la fois. »
Isabelle Falconnier. L’Hebdo.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Elena Tchijova    Mar 22 Juil 2014 - 18:12

Mais oui, peut-être y-a-t-il des sphères un peu inpénétrables pour nous. Qui sait? C'est bon pour quelque chose!
Ce livre se trouve aussi sur ma Pal, donc plus ou moins tard un commentaire d'un russophile "extrême"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Elena Tchijova    Mar 22 Juil 2014 - 21:05

tom léo a écrit:
Mais oui, peut-être y-a-t-il des sphères un peu inpénétrables pour nous. Qui sait? C'est bon pour quelque chose!
ce n'est pas tout à fait le cas que les sujets que ce livre touche me soient totalement inconnu... au contraire, j'étais toujours intéressée par la politique et avec une guerre froide assez sérieux lors des années où j'ai commencé à prendre des actions actives (à partir de 1980), j'ai toujours essayé de me renseigner et j'ai donc souvent abordé la Russie plus par l'actualité, les nouvelles, les faits documentaires... à part quelques exploits, rarement via la littérature...
j'ai eu quelques coups de coeur, entre autre avec Tchekhov, Ivan Turgenev et Andrei Makine... mais à part cela je n'ai plus trop essayé d'aborder leur littérature...
Elena Tchijova a vraiment écrit un beau livre, tout à fait intéressant... mais je reste tout simplement en dehors... et ce n'est certes pas une faute de la qualité du texte!

tom léo a écrit:
Ce livre se trouve aussi sur ma Pal, donc plus ou moins tard un commentaire d'un russophile "extrême"...
je serais intéressée par ton avis... je pense que tu pourrais t'y plaire dans le monde qu'elle décrit...

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Elena Tchijova    Mar 22 Juil 2014 - 22:20

kenavo a écrit:
mais cette partie du monde, aussi bien réelle que littéraire ne semble tout simplement pas être faite pour moi.

Je le pensais pour moi aussi...en ce qui concerne la littérature russe.
Et puis finalement je n'arrive plus à revenir de mon voyage à Saint Pétersbourg en avril, et de ma rencontre marquante avec Anna Akhmatova. Depuis je poursuis ce voyage à travers ses oeuvres et les oeuvres de ses contemporains.
Kenavo, il te faut aller à Saint Pétersbourg !  Very Happy 


Et je note ce roman dans ma LAL! Merci de l'avoir présenté malgré tout!  content 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Elena Tchijova    Mar 22 Juil 2014 - 23:13

Et cette maison d'édition Noir sur blanc fait des couvertures de livres irrésistibles.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Elena Tchijova    Mer 23 Juil 2014 - 6:46

coline a écrit:
Kenavo, il te faut aller à Saint Pétersbourg !  Very Happy  
 rire c'est noté

Marko a écrit:
Et cette maison d'édition Noir sur blanc fait des couvertures de livres irrésistibles.
 oui
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Elena Tchijova    Mer 23 Juil 2014 - 7:49

Marko a écrit:
Et cette maison d'édition Noir sur blanc fait des couvertures de livres irrésistibles.

Oui, elle est presque une valeur sûre, cette maison d'édition!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Elena Tchijova    Mer 23 Juil 2014 - 12:19

tom léo a écrit:
Marko a écrit:
Et cette maison d'édition Noir sur blanc fait des couvertures de livres irrésistibles.

Oui, elle est presque une valeur sûre, cette maison d'édition!

Dites donc, Tom Léo et Marko, est-ce que vous êtes en train d'en ajouter un peu pour que je me décide à accélérer ma commande? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Elena Tchijova    Mer 23 Juil 2014 - 12:28

Le roman a reçu le prix littéraire prestigieux Booker Russe en décembre dernier. Le livre a inclus beaucoup de motifs personnels et de souvenirs de l'écrivaine saint-pétersbourgeoise âgée de 50 ans.
« J'ai grandi dans une famille où chaque matin ma grand-mère avec mon arrière-grand-mère prenaient le thé et parlait tantôt de ce qu'il fallait laver et acheter, tantôt du blocus et des événements de la guerre. C'était le motif principal de mon enfance », raconte l'écrivaine.
Le blocus de Leningrad - ainsi s'appelait Saint-Pétersbourg à l'époque soviétique - a duré 900 jours et est devenu une des pages les plus tragiques de la Seconde guerre mondiale. Il suffit de donner ces chiffres : avant l'invasion hitlérienne dans l'Union soviétique cette ville comptait près de trois millions d'habitants. En septembre 1945 Leningrad ne comptait plus qu'un million deux cent quarante mille habitants.

Dans une interview à la radio la Voix de la Russie Elena Tchijova a dévoilé ses réflexions sur le roman Temps des femmes et sur autres sujets.

"Lorsque j'ai trouvé le titre à ce roman je pensais au XXe siècle, au fait que ce siècle était devenu un temps des femmes.  Beaucoup d'hommes sont morts, d'abord lors de la Première guerre mondiale, ensuite lors de la révolution, de la guerre civile, des répressions monstrueuses et de la famine. Les femmes alors restaient seules face à la vie. Elles devaient élever leurs enfants, assumer toutes les charges. Voilà pourquoi j'ai choisi ce titre."

Lire la suite: ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elena Tchijova    

Revenir en haut Aller en bas
 
Elena Tchijova
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pre-order d'avril / mai - Zorro et Elena | Pirates
» Logan ? Tout est terminé...
» ELENA ? être salope çà se travaille...
» Everything you touch turns to gold. + Elena & Sigmund ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature russe-
Sauter vers: