Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Richard Ayoade

Aller en bas 
AuteurMessage
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Richard Ayoade  Empty
MessageSujet: Richard Ayoade    Richard Ayoade  Icon_minitimeSam 23 Juil 2011 - 13:14

Richard Ayoade  Richar11

Citation :
Né dans le quartier londonien d’Hammersmith, Richard Ayoade est le fils unique d’une mère norvégienne et d’un père nigérien. Sa passion pour le jeu d'acteur se dessine à l'université de Sainte-Catherine de Cambridge, où il préside le club de théâtre de 1997 à 1998 et se voit même récompensé pour la mise en scène d'une de ses pièces.

Fort de ce succès, Richard Ayoade se lance en solo en 2004 en prenant les rênes de la série télévisée Garth Marenghi's Darkplace, une comédie noire britannique qu’il scénarise, réalise et produit. Le touche-à-tout joue également le rôle de Dean Learner, un éditeur en charge des publications de l’auteur Garth Marenghi.

Pur produit de la télévision, l'acteur britannique se partage entre ce projet loufoque et de petits rôles dans d’autres séries télévisées (The Mighty Boosh, The IT Crowd , "Noel Fielding's Luxury Comedy"), avant de passer à la réalisation de son premier long-métrage, le décalé et joyeusement rétro Submarine. Le récit d'une crise existentielle d’un mini Beatles de 15 ans, portée par la bande originale d’Alex Turner des Artic Monkeys, groupe de rock auquel il consacre un documentaire en 2008.

L’hyperactif à la chevelure proéminente continue d’amuser la galerie dans l'ovni déjanté Voisins du troisième type, où il joue en compagnie des trois trublions de la comédie US : Ben Stiller, Vince Vaughn et Jonah Hill, puis s'adonne à un registre plus sombre et énigmatique que ses projets précédents, le thriller The Double. Un deuxième long-métrage réalisé où Jesse Eisenberg y incarne un jeune homme qui a perdu le contrôle de sa vie, jusqu’à sa rencontre troublante avec son parfait homonyme à qui tout réussit.
Marie Ponchel/allocine.fr


Richard Ayoade  19747526

Submarine de Richard Ayoade
Citation :
À 15 ans, Oliver Tate a deux gros problèmes : il rêve de coucher avec sa petite amie et sa mère est en train de se laisser séduire par un gourou.
Pour empêcher le pire et réussir le meilleur, Oliver n’a que deux atouts : un vocabulaire incroyablement riche et une immense confiance en lui…

Submarine n'est pas un mauvais film, loin s'en faut. Il a juste un peu trop de fond de teint aux joues, à savoir une propension à utiliser systématiquement des procédés formels qui donnent à la mise en scène de Richard Ayoade un habillant amusant, poétique en de rares moments, qui servent à dissimuler le peu d'originalité de son scénario aux thèmes rebattus. Cette chronique d'une adolescence galloise se résume en effet à deux préoccupations : primo, trouver une petite amie et, si possible, passer à l'acte avec icelle ; deuxio, sauver le mariage de ses parents. C'est peu et le film, qui ne veut surtout pas succomber au sentimentalisme, se pare d'artifices visuels qui font long feu. Dommage, car quand il baisse la garde, Submarine fait preuve d'une belle sensibilité, qui se marie bien avec les paysages austères, et superbes, du Pays de Galles. Le film a aussi pour lui une interprétation aux petits oignons, jusque dans ses seconds rôles, avec notamment une Sally Hawkins méconnaissable. Pour cette raison, et quelques autres, il sera beaucoup pardonné à ce Submarine, loin d'être insubmersible.

Richard Ayoade  19749161
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Richard Ayoade  Empty
MessageSujet: Richard Ayoade (Submarine, The Double)   Richard Ayoade  Icon_minitimeJeu 4 Aoû 2011 - 9:17

traversay a écrit:
Richard Ayoade  19747526

Submarine de Richard Ayoade
Citation :
À 15 ans, Oliver Tate a deux gros problèmes : il rêve de coucher avec sa petite amie et sa mère est en train de se laisser séduire par un gourou.
Pour empêcher le pire et réussir le meilleur, Oliver n’a que deux atouts : un vocabulaire incroyablement riche et une immense confiance en lui…

Submarine n'est pas un mauvais film, loin s'en faut. Il a juste un peu trop de fond de teint aux joues, à savoir une propension à utiliser systématiquement des procédés formels qui donnent à la mise en scène de Richard Ayoade un habillant amusant, poétique en de rares moments, qui servent à dissimuler le peu d'originalité de son scénario aux thèmes rebattus. Cette chronique d'une adolescence galloise se résume en effet à deux préoccupations : primo, trouver une petite amie et, si possible, passer à l'acte avec icelle ; deuxio, sauver le mariage de ses parents. C'est peu et le film, qui ne veut surtout pas succomber au sentimentalisme, se pare d'artifices visuels qui font long feu. Dommage, car quand il baisse la garde, Submarine fait preuve d'une belle sensibilité, qui se marie bien avec les paysages austères, et superbes, du Pays de Galles. Le film a aussi pour lui une interprétation aux petits oignons, jusque dans ses seconds rôles, avec notamment une Sally Hawkins méconnaissable. Pour cette raison, et quelques autres, il sera beaucoup pardonné à ce Submarine, loin d'être insubmersible.

Richard Ayoade  19749161

Alors, je ne suis pas vraiment d'accord avec Traversay. Je trouve que c'est un chouette petit film, qui certes, use et abuse un peu de l'artifice excentrico-poétique mais qui ne m'a jamais paru trop formel, avec trop de maquillage pour masquer un fond pauvret.

Après, je ne l'ai pas trouvé parfait non plus : un manque de rythme à certains moments, des évènements un chouia redondants, et un personnage principal un peu trop stoïque parfois. Mais les images sont superbes, l'utilisation des paysages, des corps qui se fondent dans le gris, la pluie, l'horizon froid et austère, l'utilisation du super 8, des polaroïds, des couleurs, la justesse dans les questionnements des adolescents, des parents, et la description très pertinente du milieu scolaire avec les inégalités, les prises de pouvoir, les bouc émissaires.

Il y a beaucoup de choses dans ce film, on sent que c'est un peu tout ce qu'il a pu retenir et ressentir de cette époque. Ce n'est pas un énième film sur l'adolescence, la crise du couple, et les difficultés de communiquer : il a son ambiance propre, son regard un peu de biais grâce à l'originalité poussée à l’extrême de ses personnages. et les acteurs sont en effet parfait.

Et... en zieutant sur le Net, je viens de m'apercevoir que le réalisateur n'est autre que le barré-décalé Moss dans la série The I.T. Crowds !

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Richard Ayoade  Empty
MessageSujet: The Double   Richard Ayoade  Icon_minitimeDim 17 Aoû 2014 - 9:21

(on recollera les morceaux pour faire un vrai fil tout à l'heure :)


Richard Ayoade  36558910

The Double

Avec Jesse Eisenberg et Mia Wasikowska

"Comme dans le roman de Dostoïevski, le personnage principal voit sa vie bouleversée par l'apparition soudaine d'un double de lui-même."

Dans un mélange de Eraserhead et de Brazil, Simon est un jeune qui bosse dans une boite indéterminée mais tentaculaire de traitement de l'information. Tous ses collègues ont l'air proche de la retraite depuis bien longtemps déjà. En plus dans son costume gris trop grand il a tout du veinard. Amoureux de sa collègue du service photocopie et voisine qu'il observe à la longue vue, sa vie empire quand son double parfait et winner cynique et profiteur apparaît. Simon réussira-t-il à sauver les meubles et sa carcasse du désespoir ?

Ajouter une touche de Kaurismakisme et de la pop japonaise des 60's.

Pas mal arrangé du tout bien que sans grandes surprises à part de tout petits écarts pas désagréables, pas forcément trépidant mais ni trop "geekesque" ni trop chargé de références pour être indigeste, cette comédie romantique noire est gentillette et à défaut d'être renversante doit se situer dans la catégorie d'un finalement honnête feel good movie de travailleurs à peu près jeunes, anonymes et pas tout à fait dépressifs.

Un peu trop je ne sais quoi quand même, mais on ne peut pas toujours bouder son plaisir : bande-annonce

Richard Ayoade  1280x710

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Richard Ayoade  Empty
MessageSujet: Re: Richard Ayoade    Richard Ayoade  Icon_minitimeDim 17 Aoû 2014 - 13:01

On devrait retrouver au moins Chymère et Queenie sur ce fil si ça ne fait pas sortir une Troll de sa grotte.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Richard Ayoade  Empty
MessageSujet: Re: Richard Ayoade    Richard Ayoade  Icon_minitimeDim 17 Aoû 2014 - 16:17

J'y compte ! Si un jour je retourne à la civilisation ! (J'suis toute au fond de ma CabanCouette, avec des cerbères à l'entrée !)

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Richard Ayoade  Empty
MessageSujet: Re: Richard Ayoade    Richard Ayoade  Icon_minitimeDim 17 Aoû 2014 - 16:56

(file leur des croquettes aux cerbères de l'entrée).

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Richard Ayoade  Empty
MessageSujet: Re: Richard Ayoade    Richard Ayoade  Icon_minitimeDim 17 Aoû 2014 - 17:50

(T'inquiètes pour les croquettes ! Mais ils ont plutôt intérêt à surveiller l'entrée : je ne veux personne dans mon petit Royaume !)

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Richard Ayoade  Empty
MessageSujet: the double   Richard Ayoade  Icon_minitimeVen 22 Aoû 2014 - 19:08

Richard Ayoade  Images12

David Lynch vous manque? Peut-être pourriez-vous aller faire un tour dans les salles pour voir The Double de Richard Ayoade, très librement adapté du roman de Dostoïevski.

Richard Ayoade  The-do10

J'ai apprécié ce film avec quelques réserves qui tiennent surtout à l'écrasante évidence de toutes les influences dont il se nourrit et qui le privent d'originalité. D'autant plus qu'il n'est pas suffisamment au niveau de ses modèles même s'il a pas mal de qualités.  

Nous sommes donc au croisement du Locataire de Polanski (Jesse Eisenberg lui ressemble d'ailleurs beaucoup), de Barton Fink des frères Cohen, de Lost Highway et d'Eraserhead de David Lynch (sans la puissance expérimentale et surréaliste), de Brazil de Terry Gilliam aussi (sans la folie burlesque). A savoir une intrigue kafkaïenne en forme de cauchemar existentiel où un petit employé de bureau timide et vulnérable bascule peu à peu dans une sorte de paranoïa délirante au point de voir surgir son propre double inversé, populaire et séducteur (sorte de Sur Moi persécuteur), le menant au bord du suicide.

Richard Ayoade  011

L'atmosphère est de bout en bout dans l'inquiétante étrangeté sans chercher à opposer réalité et fantasme. Le film n'est pas un puzzle lynchien complexe à décrypter mais un conte fantastique sur la quête d'identité et d'affirmation de soi dans un monde hostile et rejetant.

On retrouve plein de situations et de plans appartenant aux films pré-cités (la cour d'immeuble du Locataire, ses voisins étranges, la répétition d'une persécution et le dédoublement psychotique poussant au suicide, l'homme à la caméra de Lost Highway, la femme séductrice et inaccessible d'Eraserhead...).  

Richard Ayoade  35044610

La mise en scène est réussie. Les décors, la lumière, le jeu artificiel et systématiquement hostile des personnages, la formidable performance de Jesse Eisenberg qui est un comédien exceptionnel, le charme ambigu de Mia Wasikowska, la construction en boucle du récit, le final prévisible mais intelligent...

Reste qu'il est peut-être un peu monocorde (je me suis assoupi quelques minutes) et sans grande surprise. Un joli travail qui manque de personnalité mais qui se regarde avec un certain plaisir.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Richard Ayoade  Empty
MessageSujet: Re: Richard Ayoade    Richard Ayoade  Icon_minitimeVen 12 Sep 2014 - 10:38

The Double.


Visuellement, il va loin dans l'esthétique. Parti pris assumé jusqu'au bout. Dommage, il manque un petit truc pour que ce soit complètement immersif. Et j'ai trouvé le rythme bancal, ou trop mou. Je ne parvenais pas à être entièrement dedans.

Jesse Eisenberg arrive à trouver une palette de jeu intéressante, même si assez caricaturale (et finalement, ça change de le voir en méchant. Et ça ne lui va pas mal).
Mia Wasikowska, j'ai toujours envie de lui faire des bisous.

Marko cite Lynch (évidemment, c'est flagrant !) même si je n'ai (toujours pas!) vu Eraserhead pour faire le même parallèle.
J'y ai trouvé aussi un côté Brazil (Terry Gilliam) dans le scénario autour de la bureaucratie, des labyrinthiques méandres qui rendent fous.

Je rejoins encore Marko sur le joli film bien foutu mais qui n'emballe pas. Un plaisir tranquille.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Richard Ayoade  Empty
MessageSujet: Re: Richard Ayoade    Richard Ayoade  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Richard Ayoade
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio :: Réalisateurs-
Sauter vers: