Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Iain Sinclair

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Iain Sinclair   Mer 20 Aoû 2014 - 22:15



inculte éditeur a écrit:
Écrivain et cinéaste, Iain Sinclair est né en 1943 à Cardiff.

Après des études littéraires au Trinity College de Dublin et de cinéma à Londres, il s’installe dans le quartier populaire de Hackney, dans l’Est londonien. Il s’attelle alors à l’écriture d’une œuvre multiforme pour dire un territoire, Londres.

Depuis trente ans, Sinclair arpente inlassablement la ville.

En marchant, il relève les métamorphoses – et les agressions subies – d’un paysage urbain, et établit des connexions invisibles. Proche de J.G. Ballard, il est l’un des romanciers anglais les plus reconnus de sa génération.
inculte.fr


L'autre mot à retenir serait psychogéographie :

Selon Guy Debord qui l'a défini en 1955, « la psychogéographie se proposerait l'étude des lois exactes, et des effets précis du milieu géographique, consciemment aménagé ou non, agissant directement sur le comportement affectif des individus. »

Et il faut certainement rappeler l'importance de la poésie dans son œuvre et dans ses publications. De même que la cohabitation de l'essai et de la fiction et ses fréquentes collaborations avec d'autres artistes ou auteurs, photographes, réalisateurs... (qu'il a l'air très en interaction avec son monde et qu'il cherche).

On peut aussi mentionner le fait qu'il est membre de la Royal Society of Literature.



Et on conclut en reprenant sur la page wikipedia la liste de ce qui a été traduit en français.

Livres :
- London orbital [« London orbital »], trad. de Maxime Berrée, Paris, Éditions Inculte, 2010, 651 p. ((ISBN 978-2-916940-40-3))3,4,5
- Le Secret de la chambre de Rodinsky [« Rodinsky's room »], avec Rachel Lichtenstein, trad. de Bernard Hoepffner et Marie-Claude Peugeot, Monaco-Paris, France, Le Rocher, coll. « Anatolia », 2002, 393 p. ((ISBN 2-268-04141-7))6
- Londres 2012 et autres dérives, trad. d’Héloïse Esquié et de Yann Perreau, Paris, Éditions Manuella, 2011, 92 p. ((ISBN 978-2-917217-04-7))7

Documentaire/film :
- London orbital, avec Christopher Petit et la participation de J. G. Ballard, 2002

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Iain Sinclair   Mer 20 Aoû 2014 - 23:18


centre commercial Bluewater


London Orbital


   A l'aube du nouveau millénaire Iain Sinclair, devant le spectacle d'un dôme du nouveau millénaire qui s'annonce déjà comme un gigantesque échec commercial et immobilier, décide d'entreprendre un non-tour de Londres ou tour de Londres à l'envers, en suivant en sens inverse des aiguilles d'une montre et par ses marges la M25, grand périphérique circulaire autour de l'agglomération ou ville au sens étendu. Route appelée aussi London Orbital et faisant dans les 200kms de long, croisant cours d'eau et autoroutes, desservant centres et banlieues. Le projet simple, incongru néanmoins ambitieux d'une exploration qui s'annonce problématique. La M25 a-t-elle une destination ?


   En voiture, sur la route, ça serait l'affaire de quelques heures, probablement stressantes. Le projet est autre : à pieds. Des journées de marche étalé dans le temps, calées dans les agendas des compagnons de route. Renchi le peintre/chamane ami de longue date ou le photographe Marc Atkins, mais pas seulement. A chaque fois reparti du point d'arrêt précédent. TOUTE la journée, avec départ de bonne heure et fin parfois à la nuit tombée.


  Ça suffirait à donner un récit un peu choquant d'une action ou d'une activité pas très nette. Mais pas très nette en allant plus loin que l'originalité ou la symbolique de révolte que le geste peut avoir. Avec les 650 pages qui tendent les bras au lecteur de ce beau petit pavé au format presque carré, il peut se passer beaucoup de choses.


  Sans surprises, c'est assez répétitif, ce n'est pas si grand, et une journée n'est pas faite si différemment d'une autre pour que la répétition ne fasse pas partie du voyage : petit déjeuner ou petite chirurgie improvisée, photos mais aussi décors, similitudes. Mais les marches sont préparées et documentées, avant le départ, chacun arrivant avec ses notes, ses cartes et parfois ses livres et complétées ensuite par de nouvelles recherches ou des retours, des expéditions spécifiques.


   Au cheminement, au parcours, s'ajoute souvent l'histoire des lieux : les reconversions de sites industriels ou militaires, les bâtiments historiques comme les églises, pourquoi pas les pubs, beaucoup d'hôpitaux et d'asiles aussi, bradés et reconvertis en programmes immobiliers au vert. La tête commence à tourner, depuis les espaces verts domestiqués, à portée d'oreille de la route, les images s'agrègent en même temps que l'espace se retrouve distendu et riche en interstice.  


   Les faits divers et les légendes urbaines récentes ou moins récentes trouvent ainsi une cohabitation étrangement naturelle. A côté des entrepôts, centre commerciaux, activités tertiaires vides, systèmes de surveillance, une violence existe. Criminalité, sites militaires/défense nationale et moyens discrets de mise à l'écart. Asile pour les réfugiés, les poètes, les fous, les volontés politiques, zones pour parquer les animaux ou les incinérer en cette période de vache folle... Les strates de références qui construisent le paysage, qui sont à découvrir, à rechercher en même temps que la marche, le paysage, le voyage les appelle.


   La marche a plusieurs, les aguerris, les préparés à affronter les kilomètres et l'humidité ou la bande d'arrêt d'urgence, et ceux qui vont souffrir. Les visions diffèrent mais s'entretiennent, poursuivent des objectifs qui peuvent être différents. La durée forcée, le temps repoussé sont moteur d'une dynamique complexe. Le rythme d'une  réflexion qui se fait par étapes. Qui n'est pas finie, qui a une direction mais n'est pas définitivement définie ou délivrer après coup comme conclusion. La marche est différente et est un moteur.


   Cette approche différente, qui en plus se nourrit de retours et d'anomalies, anomalies comportementales contre aberrations du paysages, à force de revenir et de tourner les pages trace un contour plus précis à une longue mutation. Le constat effrayant et catastrophique de campagnes bradées, villes et villages perdus autant qu'une ville plus grande, aux confrontations violentes, aux nombreuses obligations jusque (et surtout ?) dans le loisir, garde une vivacité réjouissante. Il y a une beauté singulière qui survit dans la grisaille et dans la folie.


   Et puis autour de cette route symbole du déplacement est l'occasion d'une collection d'accès interdits plus encore que de chemins impraticables (ou risqués). Malgré tout la marche dans les marges progresse. L'imaginaire collectif rassasié revit, un retournement de l'inconscient s'opère et l'autre côté de la barrière qui n'a jamais vraiment cessé d'exister devient plus mystérieux et plus proche. Le processus est vivant. L'après n'est pas effacé a priori, le présent pas tout à fait non plus.


   Et la richesse en références du livre et ses choix marqués (Thatcher et Blair & co s'en prennent plein les dents), c'est toujours une image qui s'élargit : Winston Churchill contre Samuel Palmer (<- et oui, on va chercher mille choses en parallèle de la lecture) opposés par dessus un mythe pictural ou Dracula en précurseur prédateur immobilier, ça n'en finit pas.


   En résumé ? Excellente lecture, stimulante, intéressante. Amusante et bien tournée en plus d'être pertinente. Pour qui garde un œil ouvert et s'offre de temps à autres des petites balades potentiellement différentes il n'y a probablement pas de gros choc immédiat, de grande révélation. Oui les zones d'activités, les terrains vagues, les lotissements pourris et les villes désertes sont connues. Par contre le rapport au lieu, au temps, à l'exercice de vision et de découverte, de redécouverte, de lecture, la décantation du sentiment profond, ce qui fait une grande part du bouquin ne laissera pas pour autant indifférent. Surtout appliqué à un des centres du monde qui est ce qu'il est et aussi chez nous et chez d'autres du monde modernisé voire américanisé (paysage américain).


   L'objet présente bien mais on remarque une coquille sur une occurrence du nom de l'auteur sur la couverture, les notes ne sont pas idéalement placées entre les chapitres (mais vu le format ça peut se discuter) et une carte pas forcément très détaillée mais plus substantielle qu'un simple objet graphique dans le dos qui se plie ("quatrième de couv qui s'ouvre") ça aurait été la vraie classe.


   Excellente découverte de cet auteur recommandé par William Gibson (cause de la lecture). Et trois belles semaines d'un solide plaisir de lecture. Et cet avis est forcément vaseux ramené à ce qui est dans le bouquin, mais je reviendrai avec les extraits déjà postés et peut-être deux trois bricoles.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Iain Sinclair   Jeu 21 Aoû 2014 - 8:30

Ca fait envie cet avis pas foireux du tout.
Ca ferait presque penser à un Rolin londonien dentsblanches .
Tu connais Londres, ça a joué dans ton plaisir de lecture?
Juste les 650 pages qui me feraient hésiter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Iain Sinclair   Jeu 21 Aoû 2014 - 11:12

Noté depuis un moment déjà, mais ton avis m'appâte encore davantage.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Iain Sinclair   Jeu 21 Aoû 2014 - 12:49

il faudrait que j'aille relire un fil ?

aucune lassitude au cours des 650 pages et je ne connais pas Londres. Est-ce que cela m'a gêné... peut-être, forcément ça aurait influencé la lecture, cependant Londres à part le dôme et pas grand chose apparait peu, directement. c'est toute la périphérie qui est présente, et là, surtout au début j'ai cherché des photos pour me faire une idée. banlieue, proche banlieue, avec ou sans le sous, très verte, quelques sites, des immeubles bas, ... les extraits de films de la route aussi. ou le centre commercial posté hier.

on trouve de toute façon, à force, assez d'information pour comprendre ce qui se dit (et le comment), reste une couleur locale à laquelle la distance est un des enjeux. couleur locale ou réécriture par les entreprises, urbanistes, politiques, des images toutes faites. et puis on peut imaginer, se souvenir de trajets en forme de francilienne ou je ne sais quoi.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Iain Sinclair   Jeu 21 Aoû 2014 - 21:44

Une autre lecture à laquelle j'ai eu à penser c'est celle du Dépaysement de J-C Bailly. Panorama, réflexion, histoire, paysage, ... pourtant je ne sais pas. Je ne me souviens de rien de précis. La balade de Sinclair est plus hardcore, déluge et coins tordus en lieu et place de la voiture de location et un certain sens de l'abus physique mais surtout malgré les similitudes de structure, vue de plus près j'ai trouvé une dynamique différente. Et le côté non fini, réceptif à des influences très diverses. Ou si la similitude est grande dans les structures c'est plus finement tissé et écrit chez Sinclair ?

Probable question d'animal lecteur aussi, plus réceptif à ce genre d'approche.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Iain Sinclair   Dim 24 Aoû 2014 - 20:42

Tout ça me ferait presque penser aux distorsions spatio-temporelles de la physique quantique... le monde moderne approche... n'est-ce pas une tentative de l'auteur : abolir les notions de temps et d'espaces habituelles, dans ce livre ? (c'est une idée que je me fais, très peu justifiée par ailleurs...)

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Iain Sinclair   Dim 24 Aoû 2014 - 21:03

mmmh... non, presque l'inverse en fait, ça ressemble plus à de la (re)construction, avec une pointe de rage débonnaire optionnelle. ça serait aller contre une idée reçue ou subie ou imposée du temps et de l'espace qui diffèrent de sa réalité géographique. je ne sais pas trop comment dire ça.  jemetate 

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: Iain Sinclair   Dim 24 Aoû 2014 - 21:36

Je n'ai pas emcore lu son livre mais hier soir lors d'une lecture j'ai rencontré Esther Kinsky dont le roman "Am Fluss" (Le long du fleuve) se trouve cet automne sur la longlist du prix du livre allemand (Deutscher Buchpreis). Les commentaires et les quatre premières pages du livres m'ont fait penser imméditement à London Orbital d'Iain Sinclair et j'ai posé la question à l'auteure. Elle ne nie pas la parenté mais sans l'inspiration sociale de Sinclair.

Vu que la lecture de Mme Kinsky m'a beaucoup plu, je sens que ce n'est pas un mais deux livres (au total 900 pages) que je vais devoir lire bientôt   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Iain Sinclair   Dim 24 Aoû 2014 - 21:38

ah, encore des commentaires à guetter.  cat 

(Esther Kinsky ça risque de ne pas être le genre à passer par la case traduction ?)

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: Iain Sinclair   Dim 24 Aoû 2014 - 22:28

animal a écrit:
ah, encore des commentaires à guetter.  cat 

(Esther Kinsky ça risque de ne pas être le genre à passer par la case traduction ?)
Elle est elle-même traductrice en allemand mais de l'anglais, du polonais, du hongrois point de français à l'horizon. A moins qu'elle ne décroche le grand prix du livre allemand, alors tout peut changer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Iain Sinclair   Lun 25 Aoû 2014 - 6:56

depuis que tu en avais parlé sur le fil de nos lectures, j'avais noté ce livre... pour l'instant l'aspect de pavé me fait reculer, mais cela semble trop bon, je l'ai hébergé comme e-book... bien que la lecture va probablement devoir attendre un peu Very Happy

et merci pour l'info pour le livre d'Esther Kinsky, Maline
j'ai adoré ses livres Sommerfrische et Banatsko... je vais la suivre aussi dans ce nouveau livre Wink
et oui, le gain du grand prix du livre allemand serait bien pour la mettre en ligne de mire pour une traduction française

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Iain Sinclair   Lun 25 Aoû 2014 - 7:05

on est loin d'images attendues mais je ne serai pas surpris que ça te plaise.  Cool 

et puis un type qui a intitulé un recueil Jack Elam’s Other Eye ça doit pouvoir mériter un effort...

(je ne serais pas non plus surpris que tu apprécies le diaporama dans le bandeau du Official Unofficial Website.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: Iain Sinclair   Lun 25 Aoû 2014 - 9:46

animal a écrit:
...je ne serais pas non plus surpris que tu apprécies le diaporama dans le bandeau du Official Unofficial Website.
Merci, bien vu  content 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Iain Sinclair   Mar 26 Aoû 2014 - 7:26

animal a écrit:
(je ne serais pas non plus surpris que tu apprécies le diaporama dans le bandeau du Official Unofficial Website.
tout comme Maline, c'est tout à fait cela

et j'ai aussi trouvé une photo qui représente le début du livre: Margaret Thatcher le jour de l'inauguration de cette route  Very Happy


_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Iain Sinclair   

Revenir en haut Aller en bas
 
Iain Sinclair
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» (M/LIBRE) IAIN GLEN ›› let me give you my life.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: