Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Eva de Vitray-Meyerovitch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Eva de Vitray-Meyerovitch   Mer 27 Aoû 2014 - 17:00

Eva de Vitray-Meyerovitch

Wikipedia a écrit:
Eva de Vitray-Meyerovitch (1909-1999) fut docteur en islamologie, chercheuse au CNRS dont elle dirigea le service des sciences humaines, traductrice et écrivain, et publia au total une quarantaine d’ouvrages et de nombreux articles.

Bibliographie


Livres en tant qu'auteur

   Anthologie du Soufisme, éd. Sindbad, 1978., réédité en 1986 et en 1995, Albin Michel, coll. Spiritualités vivantes, 132. Ouvrage traduit en italien.
   Le Chant de Rûmî, éd. La Table Ronde, 1997 (coll. Les petits livres de la sagesse).
   Le Chant du Soleil, éd. La Table ronde, 1993. Ouvrage traduit en espagnol et en turc.
   Les Chemins de la Lumière : 75 contes soufis, éd. Retz, 1982. Ouvrage traduit en espagnol.
   L'Image de l'Homme dans le Christianisme et l'Islam, avec Jean-Yves Leloup et André Borrely, éd. de l’Ouvert, 1984.
   Islam, l’autre Visage, éd. Albin Michel, 1995. Ouvrage traduit en espagnol, en anglais et en turc.
   Jésus dans la Tradition Soufie, coécrit avec Faouzi Skali, éd. de l’Ouvert, 1985, réédité et complété en 2004, Albin Michel. Ouvrage traduit en italien, en espagnol et en catalan.
   Konya ou la Danse Cosmique, éd. Renard, 1990. Ouvrage traduit en turc.
   La Mecque : ville sainte de l’islam, éd. Laffont, 1987. Ouvrage traduit en italien, en allemand et en turc.
   Mystique et Poésie en Islam, éd. Desclée de Brouwer, c1972, 1982.
   La Prière en Islam, éd. Albin Michel, c1998, réédité en 2003, Albin Michel, coll. Spiritualités vivantes. Ouvrage traduit en italien et en turc.
   Rûmî et le Soufisme, éd. du Seuil, c1977, réédité en 2005, collection Points Sagesses. Ouvrage traduit en anglais, roumain, portugais, bosniaque et tchèque.
   Thèmes mystiques dans l’œuvre de Djalâl ud-Dîn Rûmî, thèse Lettres Paris, 1968.
   Universalité de l'islam, éd. Albin Michel, 2014.

Traductions du persan

   Lettres, de Djalâl ad-Dîn Rûmî, éd. Jacqueline Renard, 1990.
   Le Livre de l’Eternité, de Muhammad Iqbal, avec de la collaboration de Mohammed Mokri, éd. Albin Michel, 1962.
   Le Livre du Dedans, de Djalâl ad-Dîn Rûmî, éd. Sindbad, 1975, réédité en 1982 et en 1997, Albin Michel, coll. Spiritualités vivantes. Ouvrage traduit en italien et en espagnol.
   Maître et Disciple, de Sultan Valad, éd. Sindbad, 1982.
   Mathnawi, de Djalâl ad-Dîn Rûmî, avec de la collaboration de Jamshid Murtazavi, éd. du Rocher, 1990.
   Message de l'Orient, de Muhammad Iqbal, avec de la collaboration de Mohammed Achena, éd. Belles Lettres, 1956.
   Odes Mystiques, de Djalâl ad-Dîn Rûmî, éd. Klincksieck, 1973, réédité en 2003, Points Sagesses.
   La Parole Secrète, de Sultan Valad, avec de la collaboration de Jamshid Murtazavi, éd. du Rocher, c1988.
   Les Quatrains de Rûmi, de Djalâl ad-Dîn Rûmî, avec de la collaboration de Jamshid Murtazavi, Albin Michel, 2000.
   La Roseraie du Mystère, de Mahmud Shabestari, avec de la collaboration de Jamshid Murtazavi, éd. Sindbad, 1991.
   Rubaiy’at, de Djalâl ad-Dîn Rûmî, avec de la collaboration de Jamshid Murtazavi, éd. Albin Michel, c1993, réédité en 2003, Albin Michel, coll. Spiritualités vivantes.
   Les Secrets du Soi, de Muhammad Iqbal, éd. Albin Michel, coll. Spiritualités vivantes, 2000.

Traductions de l'anglais

   L’Hindouisme, de R. Zaehner, éd. Desclée de Brouwer, 1974.
   Inde, Islam, Israël, de R. Zaehner, éd. Desclée de Brouwer, 1965.
   La Métaphysique en Perse, de Muhammad Iqbal, éd. Sindbad, 1980.
   Mystique Sacrée et Mystique Profane, de R. Zaehner, éd. du Rocher, 1983.
   Reconstruire la Pensée Religieuse de l’Islam, de Muhammad Iqbal, éd. Adrien-Maisonneuve, 1955, réédité en 1996, éd. du Rocher / UNESCO.
   Simone Weil : esquisse d’un portrait, de R. Rees, éd. Buchet-Chastel, 1968.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Eva de Vitray-Meyerovitch   Mer 27 Aoû 2014 - 17:01

Rûmî et le soufisme

Eva de Vitray-Meyerovitch expose dans cet essai le soufisme, mysticisme propre à l’Islam, et notamment Rûmi le fondateur de la confrérie des derviches tourneurs.
Sans être focalisé sur Rûmi, ce texte explique le soufisme en mettant en exergue le cas exemplaire de Rûmî, nommé le Maître ou Mevlâna en turc.
Un premier chapitre se consacre à retracer la vie de Rûmî, son ordre et ses œuvres. Il nait en 1207 au nord de l’Afghanistan mais fuit devant l’avancée mongole jusqu’en terre turque sous domination seldjoukide à Konya dans où il se marie, s’instruit et crée ce qui deviendra une des confréries « tariqa » les plus connues et les plus influentes : les derviches tourneurs.
Un deuxième chapitre explicite la voie spirituelle qu’est le soufisme par son commencement, l’expérience, l’Amour et la fin de la voie.
Le troisième chapitre met en avant la dialectique platonicienne à l’œuvre dans l’enseignement : la maïeutique.
Un dernier chapitre donne quelques pistes pour comprendre la diversité du soufisme en évoquant ses confréries les plus  représentatives.
Dans cet essai, tout n’est pas limpide et cela serait même étrange si on garde en mémoire qu’on traite ici de mysticisme.
Eva de Vitray-Meyerovitch, islamologue au CNRS et adepte du soufisme, a écrit ce livre dans le courant des années 70. Et une simple réaction me vient à la suite de cette lecture qui pourrait être, au choix, une critique ou un éloge : point on ne parle de radicalisme musulman, d’opposition entre l’Islam et l’occident. En effet, lors de sa rédaction, Al Qaida n’avait pas inventé un nouveau jeu de quille obscène avec des gratte-ciels, Téhéran pavoisait encore sous les ors de la dynastie Pahlavi. A l’époque, l’Islam était perçu bien autrement … Sans rechercher d’opposition bloc à bloc (ce qui d’ailleurs n’aurait eu aucun sens à l’époque), l’auteur apporte par touche simple des éléments constitutifs dont la complexité ne provient pas du fait que cette religion soit différente de celle qu’on pourrait pratiquer, cohabiter ou connaître mais devant la quasi-impossibilité à transmettre au monde profane l’expérience du mysticisme. Et encore, par ce court essai structuré par des éléments relativement simples, l’auteur parvient à surmonter la gageure !
Petits points anecdotiques : dans l’empire ottoman, le maître des derviches tourneurs remettait l’épée de commandeur au sultan. On ne s’étonne donc pas qu’Atatürk ait interdit cette confrérie après la proclamation de la république. Pour les autorités religieuses, notamment celles demandant le respect de la sunna et de la charia, le soufisme a toujours été vu avec suspicion et souvent combattu notamment pour sa propension au cosmopolitisme et ouverture au monde. Dans certaines confréries soufies, la participation est ouverte à tous, membres de la confrérie, musulmans ou non. Ainsi l’empire moghol créé par Babur, musulman strictement sunnite, a su s’implanter, se faire apprécier et durer près de 300 ans dans une Inde hindouiste en encourageant notamment le soufisme, vecteur de tolérance et d’ouverture.
En général, le soufisme est en totale opposition avec le radicalisme et je regrette que cette voie ne soit pas plus connue en Occident et souvent rangée sans discernement avec leurs pires adversaires et opposants. Dans la distinction et le discernement réside la valeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Eva de Vitray-Meyerovitch   Mer 27 Aoû 2014 - 18:43

GrandGousierGuerin a écrit:

Et une simple réaction me vient à la suite de cette lecture qui pourrait être, au choix, une critique ou un éloge : point on ne parle de radicalisme musulman, d’opposition entre l’Islam et l’occident. En effet, lors de sa rédaction, Al Qaida n’avait pas inventé un nouveau jeu de quille obscène avec des gratte-ciels, Téhéran pavoisait encore sous les ors de la dynastie Pahlavi. A l’époque, l’Islam était perçu bien autrement …

(...)Pour les autorités religieuses, notamment celles demandant le respect de la sunna et de la charia, le soufisme a toujours été vu avec suspicion et souvent combattu notamment pour sa propension au cosmopolitisme et ouverture au monde. Dans certaines confréries soufies, la participation est ouverte à tous, membres de la confrérie, musulmans ou non. Ainsi l’empire moghol créé par Babur, musulman strictement sunnite, a su s’implanter, se faire apprécier et durer près de 300 ans dans une Inde hindouiste en encourageant notamment le soufisme, vecteur de tolérance et d’ouverture.
En général, le soufisme est en totale opposition avec le radicalisme et je regrette que cette voie ne soit pas plus connue en Occident et souvent rangée sans discernement avec leurs pires adversaires et opposants. Dans la distinction et le discernement réside la valeur.

Je ne sais pas si j'ai bien compris la première remarque citée..., mais il me semble que tu te donnes toi-même la réponse avec les informations supplémentaires qui avaient suivies: A mon avis le soufisme est diatralement opposé à un islamisme radicalisé (on pourrait même se demander si c'est vraiment une réligion, une foi...). Donc, ême dans le contexte actuel, le le traitement du sujet n'aurait pas en soi demandé des questionnements autour du terrorisme etc.
Par contre - si mes souvenirs de lecture de ce livre sont justes et d'autres infos historiques - le soufisme avait été maintes fois menacé par des coréligionnaires... Ce n'est pas unanimement, comme la fleur de la foi, qu'on regarde ce mysticisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Eva de Vitray-Meyerovitch   Mer 27 Aoû 2014 - 19:01

tom léo a écrit:


Je ne sais pas si j'ai bien compris la première remarque citée..., mais il me semble que tu te donnes toi-même la réponse avec les informations supplémentaires qui avaient suivies: A mon avis le soufisme est diatralement opposé à un islamisme radicalisé (on pourrait même se demander si c'est vraiment une réligion, une foi...). Donc, ême dans le contexte actuel, le le traitement du sujet n'aurait pas en soi demandé des questionnements autour du terrorisme etc.
Pardon si je me suis mal exprimé ... mais je ne suis en rien en contradiction avec tes propos et donc tout à fait d'accord avec toi, le soufisme est diamétralement opposé au radicalisme dont les manchettes des journaux nous abreuvent à nous saouler (un comble si on considère qu'on parle de pratique religieuse propre à l'Islam). Ce commentaire te paraitra moins étrange si tu tiens compte de l'éternelle candeur et naïveté avec laquelle je rédige mes billets dentsblanches
tom léo a écrit:
Par contre - si mes souvenirs de lecture de ce livre sont justes et d'autres infos historiques - le soufisme avait été maintes fois menacé par des coréligionnaires... Ce n'est pas unanimement, comme la fleur de la foi, qu'on regarde ce mysticisme.
En effet, tout au long de l'histoire de l'Islam, le soufisme a été au mieux accepté mais le plus souvent toléré et parfois combattu ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Eva de Vitray-Meyerovitch   Mer 27 Aoû 2014 - 20:23

Merci pour ce commentaire très intéressant. Le soufisme m'intrigue... je note ce livre dans un coin de ma tête, si je le croise au détour d'un rayon.

Les derviches tourneurs me font penser aux raveurs d'aujourd'hui... simplification rapide bien sûr. Mais j'aime à le penser content

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Eva de Vitray-Meyerovitch   Mer 27 Aoû 2014 - 22:43

colimasson a écrit:
Merci pour ce commentaire très intéressant. Le soufisme m'intrigue... je note ce livre dans un coin de ma tête, si je le croise au détour d'un rayon.

Les derviches tourneurs me font penser aux raveurs d'aujourd'hui... simplification rapide bien sûr. Mais j'aime à le penser content
Je serais curieux de lire ton commentaire ... peut-être nous ferais-tu un lien entre la scolastique et les quelques pointes d’aristotélisme dans les préceptes de Rumi dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Eva de Vitray-Meyerovitch   Jeu 28 Aoû 2014 - 10:21

je note également le nom de cette auteure... Tu n'en parles pas dans ton commentaire GGG, mais je crois que les Soufis ont aussi souvent été combattus par les musulmans orthodoxes parce qu'ils ont un rapport très fort à la musique. Or les musulmans orthodoxes (ou Islamistes pour faire court) ne tolèrent aucune musique (voir les cas des talibans en Afghanistan qui avaient interdit toute diffusion de musique à la radio et de chants et de danses lors des cérémonies religieuses dont les mariages !). Comme la confrérie soufie a (il me semble) constamment recours à la musique, au chant (psalmodies) et à la danse (les derviches) pour entrer en transe, il me paraît étrange que tu n'en dises rien...


C'est d'ailleurs ce que semble indiquer la remarque de coli, pour entrer en transe les mystiques soufis comme les ravers utilisent la musique et surtout sous forme de répétitions, de rythmes immuables qui permettent d'atteindre un hors-soi caractéristique.

Mais en tout cas GGG, ton commentaire m'intéresse tout particulièrement !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Eva de Vitray-Meyerovitch   Jeu 28 Aoû 2014 - 11:16

shanidar a écrit:
je note également le nom de cette auteure... Tu n'en parles pas dans ton commentaire GGG, mais je crois que les Soufis ont aussi souvent été combattus par les musulmans orthodoxes parce qu'ils ont un rapport très fort à la musique. Or les musulmans orthodoxes (ou Islamistes pour faire court) ne tolèrent aucune musique (voir les cas des talibans en Afghanistan qui avaient interdit toute diffusion de musique à la radio et de chants et de danses lors des cérémonies religieuses dont les mariages !). Comme la confrérie soufie a (il me semble) constamment recours à la musique, au chant (psalmodies) et à la danse (les derviches) pour entrer en transe, il me paraît étrange que tu n'en dises rien...


C'est d'ailleurs ce que semble indiquer la remarque de coli, pour entrer en transe les mystiques soufis comme les ravers utilisent la musique et surtout sous forme de répétitions, de rythmes immuables qui permettent d'atteindre un hors-soi caractéristique.

Mais en tout cas GGG, ton commentaire m'intéresse tout particulièrement !
Pourquoi je n'en parle pas ... parce qu'on n'en parle pas dans cet essai ... On tente plutôt à démontrer que le soufisme est une composante pleine et entière de l'Islam et pas du tout de radicalisme ...
Je précise que ce livre a été rédigé dans les années 70. A l'époque, on ne parlait pas de radicalisme musulman, Khomeiny était considéré comme un gentil papy opposant au méchant Shah en exil en France à Neauphle Le Chateau, Oussama Ben Laden poursuivait ses études de commerce. Si on replace dans le contexte, cet essai tente plutôt à mettre en avant la part religieuse et mystique du soufisme et de la dissocier des pratiques "baba-cool".
On ne parle pratiquement pas de la forme : danse, psalmodie ... pour se focaliser sur le fond.
Cet essai se décompose en 4 parties principales :
- Le Maître, sa vie, son ordre, ses œuvres.
-La Voie spirituelle : le soufisme (on parle de la pratique quelques pages)
- La maïeutique
-Présence du soufisme (autres écoles évoquées rapidement)
Finalement on parle très peu de l'histoire du soufisme et de ses relations avec les autres composantes de la communauté musulmane (oumma).
Pour moi, les musulmans orthodoxes sont à différencier des radicaux que je qualifie également d'Islamiste ... Ces orthodoxes prônent aucune musique mais la tolère ou l'accepte chez d'autres musulmans qui ne seront pas 'excommuniés" pour autant.

En tout cas, je suis ravi que cette lecture suscite des réactions et un intéret ... Voilà de quoi renouveler mon intérêt pour le forum dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Eva de Vitray-Meyerovitch   Jeu 28 Aoû 2014 - 11:31

Très bien.
D'ailleurs à la lecture des titres de ses ouvrages, Mme de Vitray-Meyerovitch semble plus intéressée par le message véhiculé que par ses rites. En dehors peut-être de : Konya ou la Danse cosmique, quel beau titre... En tout cas je vais voir ce que je trouve à la médiathèque.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Eva de Vitray-Meyerovitch   Ven 29 Aoû 2014 - 15:50

GrandGousierGuerin a écrit:

Je serais curieux de lire ton commentaire ... peut-être nous ferais-tu un lien entre la scolastique et les quelques pointes d’aristotélisme dans les préceptes de Rumi dentsblanches

intense reflexion alors là, je ne vois absolument pas ce dont tu peux bien vouloir parler...

GrandGousierGuerin a écrit:

Pourquoi je n'en parle pas ... parce qu'on n'en parle pas dans cet essai ... On tente plutôt à démontrer que le soufisme est une composante pleine et entière de l'Islam et pas du tout de radicalisme ...

J'ai quelques amis pratiquants musulmans, pas du tout radicaux, mais je ne crois pas qu'ils considèrent le soufisme avec un oeil bienveillant... pour eux, ce sont plutôt des bouffons...
Enfin, je ne connais peut-être que deux ou trois exceptions Wink

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Eva de Vitray-Meyerovitch   Ven 29 Aoû 2014 - 21:39

colimasson a écrit:


J'ai quelques amis pratiquants musulmans, pas du tout radicaux, mais je ne crois pas qu'ils considèrent le soufisme avec un oeil bienveillant... pour eux, ce sont plutôt des bouffons...
D'un certain côté, des mecs qui prient en robe en tournant en rond, cela n'impose pas le sérieux dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Eva de Vitray-Meyerovitch   Mer 24 Sep 2014 - 18:30

Quelques extraits :

Citation :
« A quelqu'un qui lui disait : "Cette nuit, j'ai lu le Qor'ân tout entier par amour pour toi", il répondit seulement :"Et comment n'en es-tu pas mort ?" »

Mathnawî : La Quête de l'Absolu de Djalâl-od-Dîn Rûmî a écrit:
Le Bien-Aimé est tout, l'amoureux n'est qu'un voile…
L'amour veut que Sa parole se manifeste.

Mathnawî : La Quête de l'Absolu de Djalâl-od-Dîn Rûmî a écrit:
Comment connaitras-tu sa nature cachée ?
Il répondit :"Je m'assieds devant lui en silence,
Et fais de la patience une échelle pour monter plus haut,
Et si dans sa présence jaillit de mon coeur un discours
dépassant ce royaume de la joie et du chagrin,
Je sais qu'il me l'a envoyé des profondeurs d'une âme illuminée
Le discours de mon coeur vient de là, car il y a une fenêtre entre le coeur et le coeur.

Mathnawî : La Quête de l'Absolu de Djalâl-od-Dîn Rûmî a écrit:
C'est pour moi, dit le saint, que le roi a libéré des centaines de milliers de captifs (du monde)...
Attachez-vous à moi, afin de connaître la béatitude et de devenir des faucons royaux, bien que vous ne soyez que des hiboux.

Mathnawî : La Quête de l'Absolu de Djalâl-od-Dîn Rûmî a écrit:
Nourris-moi, car j'ai faim, et hâte-toi, car le temps est un glaive tranchant.

Mathnawî : La Quête de l'Absolu de Djalâl-od-Dîn Rûmî a écrit:
A supposer que tu connaisses les définitions de toutes les substances et accidents, à quoi cela te servira-t-il ? Connais la véritable définition de toi-même, cela, c'est indispensable. Et quand tu connais la définition de toi-même, enfuis-toi loin de cette définition, afin de parvenir à celui qui n'a point de définition ... Une preuve qui ne comporte pas de résultat et d'effet spirituel est vaine ...

Mathnawî : La Quête de l'Absolu de Djalâl-od-Dîn Rûmî a écrit:
Ce que Dieu a dit à la rose et qui a fait s’épanouir sa beauté,
Il l’a dit à mon cœur et l’a rendu cent fois plus beau.

Citation de Sams al-Din Ahmad al- Aflaki, disciple du petit-fils de Djalâl-od-Dîn Rûmî a écrit:
Le coeur est comme un grain, nous ressemblons à la meule : celle-ci sait-elle pourquoi elle tourne ?
Le corps est comme la meule, les pensées sont l'eau qui le fait tourner ; la meule parle et l'eau connaît ce qui s'est passé.

Rubâi'yât de Djalâl-od-Dîn Rûmî a écrit:
O jour, lève-toi ! des atomes dansent,
Les âmes, éperdues d’extase, dansent :
A l’oreille, je te dirai où entraîne la danse.
Tous les atomes dans l’air et dans le désert,
Sache-le bien sont tels des insensés.
Chaque atome, heureux ou misérable
Est épris de ce soleil dont rien ne peut être dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eva de Vitray-Meyerovitch   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eva de Vitray-Meyerovitch
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: