Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Déborah Lévy-Bertherat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Déborah Lévy-Bertherat   Sam 6 Sep 2014 - 9:00

Déborah Lévy-Bertherat



Déborah Lévy-Bertherat vit à Paris, dans le quartier de Montparnasse.

Elle enseigne la Littérature comparée à l’École normale supérieure (Ulm).

Elle a édité et traduit Un héros de notre temps de Lermontov et les Récits de Pétersbourg de Gogol chez GF-Flammarion.

Oeuvres

Roman (s)

Les voyages de Daniel Ascher , Rivages, 2013.

Essais

- L’Artifice romantique, de Byron à Baudelaire, Paris, Klincksieck, collection "Bibliothèque de l’âge romantique", 1994.
- Le Père dépossédé, délire et théâtralité : Sénèque, Shakespeare, Strindberg, Opéra-SEDES, “Cahiers de littérature générale”, 1994.
- Le Double, l’ombre, le reflet, : Chamisso, Dostoïevski, Maupassant, Nabokov, Opéra-SEDES, “Cahiers de littérature générale”, 1995.
- Le Jaloux, lecteur de signes : Proust, Svevo, Tolstoï, avec Béatrice Didier et Gwenhaël Ponnau, Opéra-SEDES, “Cahiers de littérature générale”, 1996.
- Poétiques du néant : Leopardi, Baudelaire, Pessoa, avec Béatrice Didier et Gwenhaël Ponnau, Opéra-SEDES, “Cahiers de littérature générale”, 1997.
- J’ai tué : représentations de la violence extrême dans la guerre au XXème siècle, avec Pierre Schoentjes, Genève, Droz, 2010.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Déborah Lévy-Bertherat   Sam 6 Sep 2014 - 9:38

Les voyages de Daniel Ascher



Au départ, rien de bien original. Hélène, sage étudiante en archéologie, à cet âge où l'on se croit déjà entré dans l'âge adulte , mais où on  a encore un, voire deux pieds dans l'enfance, s’installe à Paris où elle va découvrir son grand-oncle Daniel et des secrets cachés, le premier étant que celui-ci est un enfant juif adopté.

C'est assez drôle, car Daniel est l'auteur d'une série pour adolescents, La Marque Noire, dont Hélène, un peu bougonne , recevait un exemplaire à chaque Noël, mais dont elle n'a jamais dépassé le début du premier tome. Et que toute sa bande de copains, à la fac, est fan de cette fameuse Marque Noire, a lu et relu les 23 opus, en sait des passages entiers par cœur... Et qu’évidemment ces romans en apparence anodins ne sont que le reflet des tourments existentiels de l'auteur, un homme aussi fantasque que secret.

Cela donne un roman qui, parlant de choses graves, avec un œil précis et attentif, presque doux, est souvent gai, joyeux en même temps que d'une légèreté sérieuse. Évidemment cette Marque Noire remue en nous des relants de Club des Cinq et de Six Compagnons, cet homme nous paraît donc proche comme s'il avait peuplé notre propre enfance de merveilleux. Le montage du livre, dans son enquête qui ne se prend pas au sérieux, avec ce qu'il faut de fausses pistes, de trappes, d'indices cachés et de révélations, n’est pas sans rappeler celui de ces romans de notre jeunesse. Le rapport aux livres, que ce soit celui de l’écrivain ou du lecteur est un des moteurs de ce roman, et j'ai beaucoup aimé la part d'enfance acceptée ou cachée, qui reste au cœur de chaque personnage.

Le dernier chapitre prend un tour réellement bouleversant : dans une sombre scénographie poétique et voyageuse, il parle avec une pudeur déchirante  de l'impossible deuil  des survivants, et de la façon d'en parler ou de n'en pas parler.

Un réel coup de cœur.
Cette fois-ci, merci au hasard Very Happy  !



L'immeuble construit après qu'on ait rasé le 16 rue d'Odessa.


Les bains de la rue d'Odessa.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Déborah Lévy-Bertherat   Sam 6 Sep 2014 - 11:08

J'ai oublié de vous mettre l'exergue:


"-Au fond, Peter, qu'est ce qui vous fait aimer l’aventure?
-Je ne sais pas...
Il regarda le large, les nuages qui s'amoncelaient. Il avait passé sa vie à sillonner les mers et les continents, et l'envie lui venait parfois de poser ses valises.
Un embrun glacé lui fouetta le visage. Il passa sa langue sur ses lèvres. La réponse était là : le goût du sel...
"
H.R. Sanders, L'appel de Gibraltar.

En vous recopiant ça  je réalise, que HR Sanders ,c'est le pseudonyme de Daniel l'auteur dont Déborah Lévy-Bertherat parle dans le livre. Et L'appel de Gibraltar l'un des épisodes de la série. Alors ... intense reflexion intense reflexion intense reflexion , aurait t'il existé, finalement... où se cache la supercherie? Cette exergue n'est elle que la première fausse piste du livre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Déborah Lévy-Bertherat   Mar 7 Avr 2015 - 17:53

Les fiancés (2015)





Max et Madeleine. Deux vieux déjà en dehors du monde. Accrochés à ailleurs. Au passé.
Ils se rencontrent. Madeleine croit retrouver son ancien amour de jeunesse en Max. Max tombe fou amoureux d'elle, et enfile le rôle du jeune René, mort il y a si longtemps.
Max qui va tout faire pour connaître Madeleine, grignoter leurs petits moments de tendresse comme des bonbons précieux.
Ils s'apporteront une forme de bonheur. Et laisseront petit à petit remonter les vieux souvenirs enfouis. Ceux qu'ils ont enterrés loin par peur qu'ils ne les détruisent, ils vont les affronter, les apprivoiser.

L'écriture de Déborah Lévy-Bertherat est incroyablement douce et poétique. Juste dans les mots et les sensations. C'est une brise fraîche au milieu d'une journée trop chaude. Une rivière qui coule tranquillement dans une forêt touffu.
Le lecteur se promène, est tenu par la main, gentiment tiré.
L'auteur raconte avec tendresse et humanité la vieillesse, les souvenirs, les douleurs et les joies. Et parvient à guider son récit à travers les ruines de deux vies avec beaucoup de présence et de force.
Surtout qu'il y a un suspens. Max qui croit connaître Madeleine d'avant, qu'ils sont liés depuis longtemps. Qui essaye de le découvrir. Madeleine qui raconte par bribes son histoire. Max qui garde la sienne en haut d'une étagère, fermée dans une boite.
Où leur relation va-t-elle les mener ? Va-t-elle les sauver de leur solitude ?

Ce livre est une très belle découverte.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: Déborah Lévy-Bertherat   Mer 8 Avr 2015 - 10:58

Queenie et topocl, vous me donnez des envies de lecture. J'ai noté Déborah Lévy-Bertherat !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Déborah Lévy-Bertherat   Mer 8 Avr 2015 - 11:39

Je l'avais oublié, ce livre, mais bien contente que tu me le remettes en mémoire, Queenie. je vais me mettre en quête de Les fiancés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Déborah Lévy-Bertherat   Mer 24 Juin 2015 - 9:46


Les voyages de Daniel Ascher

Hélène, une étudiante en archéologie à Paris passe son temps entre les cours, le babysitting dans les allées du Jardin du Luxembourg et les moments avec les autres étudiants. Mais il y a quelque qui coince. Elle semble toujours quelque peu en décalage. On commence à mettre le doigt dessus lorsqu’elle aborde le sujet de son oncle. Elle ne l’apprécie pas.
Daniel Ascher est un personnage fantasque, un aventurier, un homme qui passait plus de temps à fanfaronner et à raconter des histoires incroyables à des enfants plutôt qu’à s’assoir avec les adultes. Alors que tous les enfants de la famille l’adorent, Hélène éprouve une antipathie épidermique et s’éloigne.
Pourtant Daniel est particulièrement gentil avec elle et son frère.
Mais elle a toujours vu les regards d’acier de son grand-père se posaient sur lui.
Bref. Elle ne l’aime pas.
Une fois à Paris, alors elle vit dans une chambre de bonne appartenant à ce fameux oncle, et qu’il lui laisse occuper pour rien, elle espère ne jamais le croiser, alors qu’il vit au rez-de-chaussée.
Et puis, voilà qu’elle découvre que, comme enfant, elle se retrouve la seule « contre » Daniel Ascher. Les habitants de l’immeuble l’adorent, mais également les étudiants d’archéologie qu’elle fréquente. Car Daniel Ascher n’a pas fait rêver que les petits enfants de la famille avec ses histoires, il en a fait des livres qui ont connu un grand succès.
De fil en aiguille, Hélène va s’intéresser de plus près à cet oncle. Par des concours de circonstances, mais également par une curiosité qui l’anime, comme l’archéologue qui gratterait doucement la terre pour en faire émerger les secrets, elle va enquêter.

Qui est Daniel Ascher ? Pourquoi est-il si différent de tous les autres membres de la famille ? Pourquoi cette hostilité électrique planait-elle pendant les repas familiaux ?

Déborah Lévy-Bertherat déroule le récit avec une douce fluidité, distillant les indices tout au long de son récit, laissant entrevoir les portes dérobées. Le personnage de Daniel Ascher prend de plus en plus d’épaisseur alors qu’Hélène, change petit à petit de comportement, s’ouvre plus aux autres, enlève ses œillères.
Plus les mystères sont levés, plus l’on se plonge dans l’histoire de cette famille, jusque dans l’histoire de France. Pour passer de la petite à la Grande histoire, il n’y a que quelques vieux albums photos à dépoussiérer et parcourir.

Les voyages de Daniel Ascher c’est la mélancolie déambulatoire d’un Modiano, avec cette recherche sur le passé et l’identité, pimentée par de frais et curieux personnages comme une Agatha Christie, enquêtant sur un Indiana Jones charmant.

Qui peut y résister ?

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PassionBooks
Envolée postale
avatar

Messages : 133
Inscription le : 01/11/2015
Localisation : Europe

MessageSujet: Re: Déborah Lévy-Bertherat   Dim 22 Nov 2015 - 18:54

Cette auteur ne me disait rien, mais ces oeuvres m'intéressent, je chercherais donc à m'en procurer une et j'essayerais de vous poster un avis Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passionbooks.discutforum.com/
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Déborah Lévy-Bertherat   Mar 24 Nov 2015 - 15:17

Faut tenter ! C'est réellement une agréable découverte à faire.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PassionBooks
Envolée postale
avatar

Messages : 133
Inscription le : 01/11/2015
Localisation : Europe

MessageSujet: Re: Déborah Lévy-Bertherat   Mer 25 Nov 2015 - 17:32

Je dirais comme la plus part des lecture ahah Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passionbooks.discutforum.com/
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Déborah Lévy-Bertherat   Sam 28 Nov 2015 - 9:10

Houla.
Je ne dirais jamais ça !
Y'a des lectures qu'il vaut mieux éviter.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PassionBooks
Envolée postale
avatar

Messages : 133
Inscription le : 01/11/2015
Localisation : Europe

MessageSujet: Re: Déborah Lévy-Bertherat   Dim 29 Nov 2015 - 18:37

Après tout chacun ses goûts, toi tu éviteras peut-être certaines choses que d'autres liront Queenie Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://passionbooks.discutforum.com/
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Déborah Lévy-Bertherat   Dim 29 Nov 2015 - 21:29

pfff ma médiathèque n'a aucun de ses livres ! j'essaierais de m'en procurer un

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Déborah Lévy-Bertherat   

Revenir en haut Aller en bas
 
Déborah Lévy-Bertherat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vernis Deborah Lipmann
» Numéros en 08 97 et 08 99 : ne rappelez pas c'est une grosse arnaque !!
» Le Jugement de l'Humanité
» Le passé ne meurt jamais (Deborah Crombie)
» Skyblog Sur Rébecca Dreyfus. Déborah (Debbie) Girard de PB

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs français à découvrir, nés après 1914.-
Sauter vers: