Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Tim Gautreaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Tim Gautreaux   Mar 23 Sep 2014 - 9:32

Timothy Gautreaux

Timothy Martin Gautreaux est né à Morgan city, Louisiane , 1947. Il est romancier et nouvelliste.



Il est issu d'une famille de pilotes et mécaniciens de bateaux à vapeur et de remorqueurs. Des gens qui descendaient eux-mêmes de shérifs ou assimilés.

Le jeune Tim met en scène et en forme des anecdotes familiales, dès l'université. Ce qui le fait remarquer par des écrivains renommés comme James Dickey, Walker Percy ou encore Barry Hannah.

Professeur à son tour à l'Université de Louisiane du Sud, il commence à publier des nouvelles dans Atlantic Monthly, le New Yorker, Harper's et GQ.

En 1996, sort son premier recueil, Same Place, Same Things.

Écrivain tardif, Gautreaux rattrape vite le temps perdu avec un roman, The Next Step in the Dance (1998), puis un nouveau recueil, Welding with Children (1999), et deux autres romans, The Clearing (Le dernier arbre) en 1999 et The Missing (Nos disparus) en 2009.

Il obtient le prix John Dos Passos en 2005.

Il vit et travaille à Hammond (Louisiane).

Bibliographie française:


   Le Dernier Arbre [« The Clearing »], trad. de Jean-Paul Gratias, Seuil, 2013
   Nos disparus [« The Missing »], trad. de Marc Amfreville, Seuil, 2014
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Tim Gautreaux   Mar 23 Sep 2014 - 9:55

Nos disparus



Bien que sa famille ait été  massacrée quand il avait 6 mois, qu'il ait perdu un fils en bas âge, Sam  est   surnommé Lucky, car il a débarqué en France le 11 novembre 1918. Et il veut y croire, de même que Tim Gautreaux  qui lui fait traverser de nombreuses péripéties avant de nous offrir une fin apaisée.

À côté de ça, le personnage principal du livre, c'est le Sud, ses paysages, ses habitants, ses activités, et surtout L'Ambassador, un vapeur avec roue à aube entre  dancing et tripot  qui parcourt le Mississippi pour proposer des mini-croisières. toute cette partie est  excellente, très vivante, la vie sur ce bateau est  formidablement décrite, la naissance du jazz, ces milliers de gens venues voler à la misère une soirée de gaité, les bagarres, l'activité de l'équipage…

L'intrigue est centrée sur le kidnapping d'une petite fille, les efforts désespérés de Sam pour la retrouver, puis régler ses comptes avec son passé dramatique. C'est un peu long à démarrer, plutôt plaisant à lire sans déclencher d'enthousiasme, et la fin tellement attendu qu'elle est plutôt décevante. En fait, on a l'impression que Gautreaux est parti de son thème de la perte plutôt que de son histoire, qui, même si elle est pleine de rebondissements, est  très démonstrative par rapport à l' idée de la perte et de la filiation.

On s'attache au personnage de Sam, à la fois doux et énergique, que les souffrances de son passé ont plutôt mené à une attitude d'ouverture, de pardon et de tolérance. Pour les autres personnage, ont reste dans quelque chose de beaucoup plus superficiel, c'est sans doute ce qui m'a fait lire ce livre avec beaucoup de plaisir, mais aussi un certain détachement.


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tim Gautreaux   Mar 23 Sep 2014 - 13:33

c'est bien une fiction ?

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Tim Gautreaux   Mar 23 Sep 2014 - 13:38

Oui, c'est tout ce qu'il y a de plus romanesque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Avadoro
Zen littéraire
avatar

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 32
Localisation : Cergy

MessageSujet: Re: Tim Gautreaux   Sam 18 Oct 2014 - 12:21

Le dernier arbre

Le commentaire de Topocl mentionne le Sud, qui est également ici au coeur de chaque page. Il représente une force d'attraction, un ailleurs reculé tant la Louisiane rurale apparait à l'écart d'une société en mouvement, fascinante et dangereuse dans ses excès.

Le roman se concentre sur une relation fraternelle : un négociant de Pittsburgh est venu racheter une scierie, dont l'ordre public est assuré son frère qu'il n'a pas revu depuis des années et son retour "brisé" de France après la première guerre mondiale. Tim Gautreaux explore alors la canalisation progressive d'une violence et d'un isolement, la nécessité pour chacun d'accepter des compromis par rapport à sa vision de l'autre et d'un monde en transformation.

Le développement d'une intrigue autour de la menace d'un gang sicilien est presque secondaire car Le dernier arbre vit au rythme des descriptions et de l'affirmation des personnages. Les femmes apportent aussi une présence essentielle après s'être imposées dans ces conditions hostiles : elles permettent aux deux frères de dépasser une angoisse et d'accepter une perte pour avancer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Tim Gautreaux   Jeu 29 Jan 2015 - 19:52

Le dernier arbre


Citation :
 La vie de Byron était celle d'un être immobile. La plupart des gens, pendant toute leur vie, partaient au hasard et changeaient  de forme,comme les nuages, poussés par la pauvreté ou la fortune, le désastre ou la chance. Byron était un vase clos rempli de chagrin, qu'il fallait ouvrir en le brisant.  

Ce qui donne sa puissance à ce roman, c'est la description de l'exploitation forestière et de la scierie, reliées au monde extérieur par des marécages et une  unique ligne ferroviaire. Un climat éprouvant, des conditions de travail effroyables, une ségrégation persistante mènent les hommes  à se saouler et  se bagarrer sans fin. Cela n'est pas sans rappeler l'exploitation du pétrole ou l'abattoir chez Upton Sinclair (en moins bien, mais pas mal quand même)

Au-delà de cet aspect, c'est un honnête « western » du Sud, avec ce qu'il faut de bons et de méchants, de coups de feu, de justicier traumatisé, d’appât du gain, de femmes salvatrices, de fraternité et de moralité bien-pensante (travail, famille). Le fait que la plupart de ces hommes, les bons comme les mauvais, ont été dévastés par leur expérience de la guerre de 14, est un aspect intéressant, mais que Tim Gautreaux a un peu traité à la hache. C'est  bien mené, bien qu'il manque peut-être un poil de vivacité, et que certains dialogues aient un petit côté emphatique.

Bonne lecture, donc, mais pas transcendante non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Tim Gautreaux   Ven 9 Sep 2016 - 20:11



Cela se passe en Louisiane dans un trou paumé. Byron essaye de faire régner la loi. Il fait chaud, c’est humide, c’est boueux, injoignable. Des hommes travaillent et dépensent leur paye au saloon, qui est tenu par un Italien dont les affaires ont des ramifications jusqu’en Sicile. Les hommes imbibés se battent, se tuent et sont balancés dans le bayou. Byron, aussi imbibé que les autres la plupart du temps, se remémore ses années de guerre en France en écoutant de la musique. Lui aussi est injoignable, introuvable dans cette jungle d’arbres. C’est ce qu’il a voulu quand il a quitté son père qui espérait faire de lui son successeur. Son jeune frère Randolph finit par le retrouver, rachète la scierie mal en point et décide et de sauver son frère et de sauver la scierie.

J’ai beaucoup aimé ce livre qui nous plonge dans la Louisiane des années 20. L’écriture de Gautreaux quoique très abordable n’en est pas pour pourtant commune ou une copie conforme d’auteurs qui auraient des facilités à nous barbouiller de tartines. Le mode d’expression est économe, efficace et captivant.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exini
Zen littéraire
avatar

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 44
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Tim Gautreaux   Ven 9 Sep 2016 - 23:01

Le fil Tim Gautreaux est remonté ! Déjà que Topocl m'avait alléché... Comme tu confirmes Pia, je le note ! Very Happy

_________________
"Depuis des siècles on exhorte à "la grand fraternité humaine" -le dimanche - et au "patriotisme" les jours de la semaine. Mais le patriotisme implique le contraire même de la fraternité humaine." Mark TWAIN, "La place de l'homme dans le monde animal"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Tim Gautreaux   Sam 10 Sep 2016 - 6:38

Je crois que ça te plairait bien. Mais rien n'est sûr...Je me ménage une porte de sortie comme tu vois. content

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exini
Zen littéraire
avatar

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 44
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Tim Gautreaux   Sam 10 Sep 2016 - 8:45

S'il y a la Louisiane en toile de fond, c'est un sérieux avantage, quand même. Cool

_________________
"Depuis des siècles on exhorte à "la grand fraternité humaine" -le dimanche - et au "patriotisme" les jours de la semaine. Mais le patriotisme implique le contraire même de la fraternité humaine." Mark TWAIN, "La place de l'homme dans le monde animal"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tim Gautreaux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tim Gautreaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: