Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Bertrand Bonello

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Bertrand Bonello - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bertrand Bonello   Bertrand Bonello - Page 2 Icon_minitimeJeu 2 Mai 2013 - 16:08

traversay a écrit:
Au fil de ses croquis à l'esthétique luxuriante, les images évoquent quelques grands maîtres du cinéma qui n'ont jamais craint l'odeur du soufre, sans avoir fait Math stupre : Visconti et Bunuel pour les intérieurs, Renoir et Ophüls pour la scène champêtre.
bravo


colimasson a écrit:
Nous sommes au tournant du 20e siècle, dans une maison close parisienne. Bien réputée, celle-ci attire de jeunes femmes qui cherchent à devenir dépendantes financièrement. Pourtant, on comprend rapidement qu’il y a quelque chose qui cloche. Si ces jeunes femmes pensent ainsi pouvoir acquérir leur indépendance financière et s’extirper d’une situation originelle forcément plus désagréable, pourquoi semblent-elles déjà si lasses ?
C'est fait exprès ou c'est un joli lapsus ? attentif


A ma sortie de la salle en 2011, j'étais aussi admirative que vous et je pensais que L'Apollonide me marquerait mais 2 ans, après, il ne m'en reste quasiment plus rien... C'est un peu décevant.


Dernière édition par Kannskia le Ven 3 Mai 2013 - 22:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Bertrand Bonello - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bertrand Bonello   Bertrand Bonello - Page 2 Icon_minitimeVen 3 Mai 2013 - 21:45

Kannskia a écrit:


colimasson a écrit:
Nous sommes au tournant du 20e siècle, dans une maison close parisienne. Bien réputée, celle-ci attire de jeunes femmes qui cherchent à devenir dépendantes financièrement. Pourtant, on comprend rapidement qu’il y a quelque chose qui cloche. Si ces jeunes femmes pensent ainsi pouvoir acquérir leur indépendance financière et s’extirper d’une situation originelle forcément plus désagréable, pourquoi semblent-elles déjà si lasses ?
C'est fait exprès ou c'est un joli lapsus ? attentif


C'est un lapsus : elles recherchent une indépendance financière qui les rend dépendantes à un autre niveau... Suspect

Bon, on verra d'ici deux ans si le film aura provoqué le même trou noir que chez toi !

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Avadoro
Zen littéraire
Avadoro

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 33
Localisation : Cergy

Bertrand Bonello - Page 2 Empty
MessageSujet: Bertrand Bonello   Bertrand Bonello - Page 2 Icon_minitimeJeu 25 Sep 2014 - 1:34

Bertrand Bonello - Page 2 38878510

Saint Laurent

Bertrand Bonello abandonne les repères chronologiques d'une biographie pour explorer des fragments d'une vie qui s'échappe et s'évanouit. L'ouverture du film montre Yves Saint Laurent dans un hôtel sous le nom de M. Swann et laisse planer l'influence de Proust : ce sont des spirales temporelles qui s'esquissent puis disparaissent pour révéler des blessures, un retour à l'enfance et la sensation d'une absence, d'une perte qui ne sont comblées que par une démesure créative.

La rencontre de Saint Laurent et d'un amant qui apparait comme son "double destructeur", Jacques de Bascher, précipite une forme de décomposition. Sa personnalité est fracturée, dispersée et seule la trace fragile des souvenirs maintient une continuité. La présence d'Helmut Berger interprétant Saint Laurent âgé évoque forcément Visconti dans une dimension mortifère, décadente et opératique.

Le film est impressionnant par sa beauté esthétique et funèbre, où les défilés sont presque toujours en arrière-plan avant de se resurgir dans leur recherche d'unité et de liberté, vestige d'un affrontement entre des pulsions de vie et de mort. Bonello fait des choix radicaux en détachant le "sujet" Yves Saint Laurent d'un contexte, d'une époque pour incarner des rêves, des cauchemars et des troubles vertigineux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Bertrand Bonello - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bertrand Bonello   Bertrand Bonello - Page 2 Icon_minitimeJeu 25 Sep 2014 - 5:28

Je vais adorer ça.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Bertrand Bonello - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bertrand Bonello   Bertrand Bonello - Page 2 Icon_minitimeJeu 25 Sep 2014 - 11:50

bounce
Moi aussi je crois!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Bertrand Bonello - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bertrand Bonello   Bertrand Bonello - Page 2 Icon_minitimeDim 28 Sep 2014 - 23:40

Saint Laurent
Bertrand Bonello - Page 2 Saint_10

Avadoro a écrit:


La rencontre de Saint Laurent et d'un amant qui apparait comme son "double destructeur", Jacques de Bascher, précipite une forme de décomposition. Sa personnalité est fracturée, dispersée et seule la trace fragile des souvenirs maintient une continuité. La présence d'Helmut Berger interprétant Saint Laurent âgé évoque forcément Visconti dans une dimension mortifère, décadente et opératique.

Le film est impressionnant par sa beauté esthétique et funèbre, où les défilés sont presque toujours en arrière-plan avant de se resurgir dans leur recherche d'unité et de liberté, vestige d'un affrontement entre des pulsions de vie et de mort. Bonello fait des choix radicaux en détachant le "sujet" Yves Saint Laurent d'un contexte, d'une époque pour incarner des rêves, des cauchemars et des troubles vertigineux.

Un film vénéneux, sinueux comme un serpent, fragmenté comme un tableau de Mondrian mais avec beaucoup de fluidité et de progression par teintes subtiles, hanté par une dimension autodestructrice, clivé entre une pulsion créatrice et une monstruosité quasi satanique, proustien et décadent sans ostentation. C'est le film le plus accessible de Bonello et en même temps le plus ample et opératique. Il permet de capter l'intimité de façon elliptique mais de montrer également que la création se diffracte en autant de corps de métiers qui lui sont nécessaires et auxquels il rend hommage.

La distribution est impeccable et j'ai particulièrement aimé l'opposition entre Gaspard Ulliel et Helmut Berger qui apporte une dimension proustienne. Louis Garrel en Jacques de Bascher a ce mélange de candeur magnétique et de dilettantisme un peu démoniaque (mélange de baron Charlus et d'ange déchu).

La bande son est riche et les compositions électroniques de Bonello lui-même sont très réussies.

J'ai aimé la sombre vision fantasmatique décadente de l'influence de son amant qui contraste avec la lumière des défilés. C'est de ce contraste que peut naître le mythe Saint Laurent.

Une belle réussite qui domine très largement le biopic appliqué et linéaire qui l'a précédé.

Bertrand Bonello - Page 2 Gaspar10

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Bertrand Bonello - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bertrand Bonello   Bertrand Bonello - Page 2 Icon_minitimeLun 29 Sep 2014 - 15:15

Marko a écrit:
Saint Laurent
Bertrand Bonello - Page 2 Saint_10


Un film vénéneux, sinueux comme un serpent, fragmenté comme un tableau de Mondrian mais avec beaucoup de fluidité et de progression par teintes subtiles, hanté par une dimension autodestructrice, clivé entre une pulsion créatrice et une monstruosité quasi satanique, proustien et décadent sans ostentation. [...]

Une belle réussite qui domine très largement le biopic appliqué et linéaire qui l'a précédé.

Bertrand Bonello - Page 2 Gaspar10

miammiam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exini
Zen littéraire
Exini

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 46
Localisation : Toulouse

Bertrand Bonello - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bertrand Bonello   Bertrand Bonello - Page 2 Icon_minitimeSam 3 Sep 2016 - 20:45

Je viens de voir "Nocturama" de Bertand BONELLO, alors que je voulais voir autre chose. Franchement, je n'ai pas perdu au change !
Mais j'irai le revoir, pour le plaisir et pour pouvoir le commenter.

_________________
"Depuis des siècles on exhorte à "la grand fraternité humaine" -le dimanche - et au "patriotisme" les jours de la semaine. Mais le patriotisme implique le contraire même de la fraternité humaine." Mark TWAIN, "La place de l'homme dans le monde animal"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Bertrand Bonello - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bertrand Bonello   Bertrand Bonello - Page 2 Icon_minitimeDim 4 Sep 2016 - 0:54

Nocturama
Bertrand Bonello - Page 2 Image11

Difficile de parler de ce film dont je pourrais dire autant de bien que de mal. Des fulgurances et des choses plus ratées. Un film ambitieux qui s'écarte peu à peu du réalisme et montre une jeunesse plurielle et déconnectée du monde jusqu'à un final où le retour du réel apparaît d'autant plus brutal et impressionnant (la dernière demi-heure est intense). Mais aussi un dispositif esthétisant inspiré du Éléphant de Gus Van Sant (et d'Alan Clark) en même temps que de John Carpenter (la musique de Bonello citant directement celle de Carpenter dans le grand magasin) qui crée une distance et semble souvent trop artificiel même s'il y a de belles choses. Il y a toujours chez Bonello cette volonté de créer de la mythologie et de l'abstraction pour incarner des idées philosophiques. Ici l'équilibre m'a semblé fragile et j'ai été autant tenu à distance que charmé par certaines séquences. Le Paris nocturne est beau et lisse en même temps. Mitigé donc mais il gagnera peut-être à être revu.

Bertrand Bonello - Page 2 Image10

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exini
Zen littéraire
Exini

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 46
Localisation : Toulouse

Bertrand Bonello - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bertrand Bonello   Bertrand Bonello - Page 2 Icon_minitimeDim 4 Sep 2016 - 6:35

Marko a écrit:
Mais aussi un dispositif esthétisant inspiré du Éléphant de Gus Van Sant

A part les quelques scènes filmées sous des angles, des points de vue différents, et encore ça ne dure que quelques minutes en tout, je ne vois pas ce qui le rapproche d'"Elephant"... jemetate

_________________
"Depuis des siècles on exhorte à "la grand fraternité humaine" -le dimanche - et au "patriotisme" les jours de la semaine. Mais le patriotisme implique le contraire même de la fraternité humaine." Mark TWAIN, "La place de l'homme dans le monde animal"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Bertrand Bonello - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bertrand Bonello   Bertrand Bonello - Page 2 Icon_minitimeDim 4 Sep 2016 - 9:39

Exini a écrit:
Marko a écrit:
Mais aussi un dispositif esthétisant inspiré du Éléphant de Gus Van Sant

A part les quelques scènes filmées sous des angles, des points de vue différents, et encore ça ne dure que quelques minutes en tout, je ne vois pas ce qui le rapproche d'"Elephant"... jemetate
Toute la construction du film s'en inspire. Dans la façon de faire des boucles temporelles, de suivre des trajectoires comme dans des jeux vidéos, de différer le moment de la violence qui est filmée de façon brutale et frontale, le regard portè sur ces jeunes dont il suspend les derniers instants en les montrant de façon presque abstraite et idéalisée dans une jungle mentale (dans Éléphant suggérée par la bande son et dans le film par le papier peint et les animaux en peluche entre autres). Bonello a dit dans une interview qu'il avait montré le film à l'équipe avant de tourner.

Mais j'aime aussi la façon symbolique dont il utile ce lieu du grand magasin comme un microcosme coupé du monde. Ce qui est étonnant c'est ce moment où ils voient les images de leurs actions sur les écrans de télévision et que l'un d'eux dit: "ça fait quelque chose de le voir en vrai"

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exini
Zen littéraire
Exini

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 46
Localisation : Toulouse

Bertrand Bonello - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bertrand Bonello   Bertrand Bonello - Page 2 Icon_minitimeDim 4 Sep 2016 - 10:14

Pourtant, autant j'ai détesté "Elephant", autant j'ai vraiment aimé celui-ci, malgré quelques lenteurs.Le fait de ne rien savoir du film, de m'être gouré dans les horaires ?
Pas que, à mon avis... Une raison de plus pour que j'aille le revoir !

Et c'est vrai que la dernière partie est saisissante !

_________________
"Depuis des siècles on exhorte à "la grand fraternité humaine" -le dimanche - et au "patriotisme" les jours de la semaine. Mais le patriotisme implique le contraire même de la fraternité humaine." Mark TWAIN, "La place de l'homme dans le monde animal"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Bertrand Bonello - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bertrand Bonello   Bertrand Bonello - Page 2 Icon_minitimeDim 4 Sep 2016 - 10:30

C'est un film qui poursuit à distance. Il y a beaucoup de choses qui surgissent progressivement. C'est vrai qu'on gagne à ne rien savoir du tout du film en y allant. Leurs déambulations semblent très étranges au début. Une vraie chorégraphie.

Ce qui marche moins je trouve ce sont les moments où ils dansent sur la musique de Bonello qui est plutôt bonne mais pas forcément celle que ces jeunes écoutent dans leur vie. Leur manière de danser est artificielle et figée. Mais Gus Van Sant faisait pareil en utilisant une bande son électronique qui donnait un sentiment de rêve éveillé. Et le show travesti en playback est raté.

Et il y a aussi ce problème de ces comédiens qui sortent d'écoles de Cinema et qui manquent de naturel. Ça leur donne un côté robotisé et désincarné. Mais c'est probablement ce que Bonello voulait obtenir.  Ils ont du mal à émouvoir vraiment. À part le plus jeune et celui qui a le t-shirt avec un cerf (autre clin d'œil à Éléphant).

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exini
Zen littéraire
Exini

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 46
Localisation : Toulouse

Bertrand Bonello - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bertrand Bonello   Bertrand Bonello - Page 2 Icon_minitimeDim 4 Sep 2016 - 11:30

La scène de la danse ne dure pas longtemps, et j'ai apprécié cette difficulté des personnages à rentrer dedans, comme si Vincent ROTTIERS voulait souder un groupe, mais qu'il n'y arrive pas vraiment.
Et j'ai trouvé la scène du playback incroyable, comme quoi ! Very Happy

Le mouvement, pour moi, est plutôt fluide, sauf dans le magasin, mais là, ça à l'air plutôt recherché par le réalisateur, pour donner l'ambiance d'une longue nuit d'attente.

_________________
"Depuis des siècles on exhorte à "la grand fraternité humaine" -le dimanche - et au "patriotisme" les jours de la semaine. Mais le patriotisme implique le contraire même de la fraternité humaine." Mark TWAIN, "La place de l'homme dans le monde animal"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Bertrand Bonello - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bertrand Bonello   Bertrand Bonello - Page 2 Icon_minitimeDim 4 Sep 2016 - 11:38

Bien vu pour la danse. Effectivement ils sont tellement différents que l'unité est quasi impossible. Leurs motivations aussi semblent diffractées. Comme si c'était la société elle-même qui s'auto-détruisait dans le temple de la consommation.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Bertrand Bonello - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Bertrand Bonello   Bertrand Bonello - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Bertrand Bonello
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bonjour a tous
» Roland le rouche
» Mousse aux pommes ou à la framboise par Janette Bertrand
» FLOTTILLE 31 F
» DROIT DE REPONSE DU COLONEL BERTRAND CAVALLIER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio :: Réalisateurs-
Sauter vers: