Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Elise Turcotte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Elise Turcotte   Mer 15 Oct 2014 - 10:04



Pour une fois, la biographie d'une écrivaine/poétesse m'intéresse moins que son oeuvre en elle-même. Elise Turcotte est née au Québec en 1957 et vit à Montréal. Depuis 1986, elle enseigne la littérature au cégep du Vieux-Montréal. Elle a écrit un bon nombre de recueils de poésie et elle s'est mise au roman sur le tard. Elle a fini par tâter de la poésie à nouveau. Son oeuvre est assez considérable. La voici :

Tiré de Wikipedia a écrit:
Roman

   1991: Le bruit des choses vivantes, roman
   1994: Caravane, nouvelles
   1997: L'île de la Merci, roman
   2002: La maison étrangère, roman
   2007: Pourquoi faire une maison avec ses morts, roman
   2011: Guyana, roman

Poésie

   1982: Dans le delta de la nuit
   1984: Navires de guerre
   1985: La catastrophe, avec Louise Desjardins
   1987: La voix de Carla
   2002: Sombre ménagerie
   2003: La terre est ici
   2005: Piano mélancolique
   2010: Ce qu'elle voit

Roman jeunesse

   1998: Les cahiers d'Annette
   1999: La leçon d'Annette
   2000: Annette et le vol de nuit
   2006: Le meilleur ennemi d'Annette

Poésie jeunesse

   2002: Voyages autour de mon lit
   2009: Rose : derrière le rideau de la folie

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Elise Turcotte   Mer 15 Oct 2014 - 10:33

Je tiens tout d'abord à vous dire que je lis en ce moment Autobiographie de l'esprit. Je suis rendu à mi-chemin de cette oeuvre. Je vous en reparlerai le temps venu. En attendant, je vous reproduis une critique signée Daniel Grenier sur le journal en ligne mmeh : ma mère était hipster :

Daniel Grenier a écrit:
Élise Turcotte manie la plume avec une éloquence enviable, mais qui finit par préférer la beauté intrinsèque des phrases à leur sens direct, probant, communicatif. Et même lorsqu’elle prétend se méfier des mots ressassés comme « mystère », « éblouissement », « indicible », elle ne peut s’empêcher de tourner autour d’eux et de leur faire honneur par la bande, ultimement.

Source : Critique de Daniel Grenier mmeh


Une fois cette entrée en matière faite dans l'univers d'Elise Turcotte, je vous convie à Sombre ménagerie (2002), un de ses recueils poétiques. Incidemment et pour les besoins de l'exercice, je suis revenu à ce recueil pour relire certains extraits. De plus en plus, je commence à être convaincu de ma place dans cette contrée-là. Quoi qu'il en soit, il faut faire honneur à la plume d'Élise.

Dans Sombre ménagerie nous renouons avec le clair-obscur de la poésie d'Élise Turcotte qui est assez personnelle en même temps qu'elle est emblématique de la poésie québécoise. Je pense notamment aux Kim Doré et Anne Hébert.

Quelque part entre l'enfance et la vie adulte, ces images détonnent :

Élise Turcotte, Sombre ménagerie, 2002, Montréal : Noroît, p. 40. a écrit:
Je n'entends pas les pleurs
de l'autre partie de moi
ni ceux de mes compagnons
muets
ils ont appris à deviner
la douleur intacte
sous des voiles
l'espace n'est plus habitable
les forêts remuent
plus que lentement
sous le mystère

Là-dessus, Élise travaille sur cette saillie :

Élise Turcotte, Sombre ménagerie, p. 40-41. a écrit:
Je me souviens
de poèmes sauvages
peu nombreux
telles des plantes nouées
qui naissent
sous la véranda
je les récite
sans bouger les lèvres
sous l'eau
ma peau a changé
je ne crois pas aux baisers

****

Les enfants aussi
se détruisent
il y a ce feu
derrière les barricades
je peux imaginer
la chapelle pleine
de mains, de soupirs
des tas de souliers gisent
abandonnés
sur la dalle de marbre
la guerre a pris son peuple
en photo
mais le désespoir ici
n'a plus de lien
il est fluide
parfait
comme le chant
d'un coquillage

Je n'ai pas encore eu la chance de lire le versant romanesque de son oeuvre. La partie poétique de son oeuvre attire mon adhésion. Je pense notamment au recueil La voix de Carla que j'ai beaucoup aimé.

Un dernier extrait avant de vous laisser reposer sur cette découverte :

Élise Turcotte, Sombre ménagerie, p. 57. a écrit:
Le petit garçon, lui,
écoute aux portes
de la caverne
d'où surgit une ménagerie
de fantômes

Dans sa chambre
un ventilateur miniature
permet à son sang
de coaguler

Il réussit à respirer
un nombre infini
de minutes
sous les cascades d'eau
de la grande nuit

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Elise Turcotte   Ven 24 Oct 2014 - 13:18

Je viens tout juste de terminer en première lecture La terre est ici, recueil de prose poétique. Dans le domaine, disons-le, ce recueil fait l'envie d'une prouesse. La terre est ici fut publié pour la première fois en 1989. Élise a eu le loisir de s'exercer dans quatre recueils au préalable et préparait une incursion dans l'univers du roman en 1991 avec Le bruit des choses vivantes. Pour le moment, je suis tenté de faire écho à la citation de Daniel Grenier citée plus haut à la lecture des premières pages de La maison étrangère, roman qui a obtenu le Prix du Gouverneur général du Canada en 2003. Revenons sur ces entrefaites à La terre est ici :

Élise Turcotte, La terre est ici, 2003 (1989), Montréal : Noroît, p. 10 a écrit:
Alors, c'est moi, un globe dans la main, tout près
de la véranda et des ciels. Tout près du présent.

Derrière la porte, la musique me fait cette chose
si douce, sans larmes, mais oui, sans larmes.
Son regard est une véranda*.

Je ne dis rien parce que mon sourire ne ressemble
à rien.
Parfois, je trouve une forme pour ce qu'il y a dans
la joie, ou dans le contraire de la joie.
C'est une partie d'infini.

Pétale de tulipes, souffles d'enfants. Le ballon
roule par terre. Il y a des dragons à tous les
instants.

*Paolo Conte

Nous ressentons ici la trace de l'influence d'Hector de Saint-Denys Garneau et de son poème «Accompagnement». Je vous invite d'ailleurs à le consulter pour mieux comprendre l'intertexte dont il est question.

Le recueil poétique est subdivisé en trois sections intitulées «Les autoportraits», «Les paysages» et «Les portraits». Je vous livre un extrait de la seconde section qui est une série de 50 courtes proses. Dans cette même section, une citation de Kenneth White est à l'honneur. Je vous dirige ici à la quinzième prose de la série «Les paysages» :

Élise Turcotte, La terre est ici, 2003 (1989), p. 47. a écrit:
15

Recommençons à parler, à ne reculer devant rien :
devant aucune forme insensée de canyons, aucune
gorge où tombent les pluies de marbre, les
planètes, la couleur. Imaginons l'Histoire. Une
barrière immobile avec le bout du monde qui
articule. Un monument à la disparition. La tête
renversée dans la lumière, tout se défait avec le son
des castagnettes au bord de la route. Nous tenons
l'esprit de la chute entre nos bras : les meubles, les
couvertures, les souvenirs qui saignent un peu, par
là. Face à la pluie, dans cette absence formidable,
nous revoyons en secret notre vocabulaire.

Bien sûr, il semble vain de vous faire l'économie proprement dite du recueil. Après tout, un recueil se découvre sous toutes ses coutures. Restons en aux essentiels. «La terre est ici» constitue le dernier poème du recueil. Le voici :

Élise Turcotte, La terre est ici, 2003 (1989), p. 105. a écrit:
«La terre est ici»

L'homme s'arrête encore devant ma maison. Il dit
que sa chambre est à droite, là. Il parle des serrures
et des clefs comme d'une famille perdue.

Il regarde : un grand silence sur nos personnages.

Nous sourions.

C'est le sourire le plus fort de la journée.

Quand je mentionnais la citation de Daniel Grenier à propos du style d'Élise Turcotte, c'est qu'il faut convenir à la lumière des observations jusqu'à maintenant que la poésie mange la matière de son oeuvre toute entière. Nous pouvons tout autant le dire d'Autobiographie de l'esprit que nous pouvons le dire de ses romans. Élise Turcotte n'écrit pas au style télégraphique. Tout au plus, elle nous aborde des thèmes, des images et les retourne dans un éternel retournement de cas de figures poétiques. Tout comme nous pouvons dire que la langue ducharmienne a sa propre coloration poétique par l'accent ducharmien, Élise Turcotte s'échappe au fil des proses poétiques qu'elle veut bien nous laisser en guise d'introduction à son univers poétique.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Elise Turcotte   Mer 26 Nov 2014 - 10:08

Je vous note un autre extrait de La terre est ici. Il s'agit de la 34e prose dans la deuxième section du livre :

Citation :
Mais la ville derrière nous, le vent qui parle, qui décrit les choses que nous avons dans la gorge. Choses fragiles, édifices de neige. Les colonies d’insectes et le sable des rêves. Nous trouvons le fond d’une image : la mer se déplie alors tranquillement sur nos cartes. Mille raisons existent pour l’amour, nous les notons, cœur debout sur le rivage. Nous prenons note aussi des enfants qui soufflent sur les bateaux. Et des photographies sur lesquelles nous pleurons. Immobiles, les pensées déchirent nos âmes. Il y a un nom pour chaque chose mais, cette fois, nous nous taisons [TI, 66].

Dans mon travail de session réalisé en seconde écriture (pour l'avoir recommencé), j'ai examiné les liens intertextuels avec l'oeuvre d'Anne Hébert.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Elise Turcotte   Mer 26 Nov 2014 - 16:41

Ce que tu écris sur E. Turcotte et ce que j' ai  lu sur elle -ses titres déjà sont beaux- me donne envie
de la lire...




Son portrait aussi !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Elise Turcotte   Ven 28 Nov 2014 - 11:01

Toujours aussi coquin, Bix... sourire Élise Turcotte vaut le détour pour son oeuvre littéraire. La terre est ici, Le bruit des choses vivantes, La maison étrangère et La voix de Carla constituent des valeurs sûres que j'ai déjà effleurées. Si vous cherchez une Jacques Poulin au féminin, la voilà. Il faut cependant dire qu'elle s'inspire beaucoup d'Anne Hébert, ce qui est le lot de plusieurs écrivaines et poétesses québécoises.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Elise Turcotte   Sam 29 Nov 2014 - 15:25

jack-hubert bukowski a écrit:
Toujours aussi coquin, Bix... sourire Élise Turcotte vaut le détour pour son oeuvre littéraire. La terre est ici, Le bruit des choses vivantes, La maison étrangère et La voix de Carla constituent des valeurs sûres que j'ai déjà effleurées. Si vous cherchez une Jacques Poulin au féminin, la voilà. Il faut cependant dire qu'elle s'inspire beaucoup d'Anne Hébert, ce qui est le lot de plusieurs écrivaines et poétesses québécoises.
Je suis comme ça, JHB ! jypeurien
Si son livre mr déçoit, il restera le sourire... Tu me suis ? innocent

A propos, et ce n' est pas l' endroit, mais je trouve que nos cousins suisses français ressemblent à
nos cousins du Québec. Meme évolution de la langue avec déjà des nouveautés interessantes et
poétiques. Tu as essayé ?

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Elise Turcotte   Lun 1 Déc 2014 - 6:10

bix229 a écrit:
jack-hubert bukowski a écrit:
Toujours aussi coquin, Bix... sourire Élise Turcotte vaut le détour pour son oeuvre littéraire. La terre est ici, Le bruit des choses vivantes, La maison étrangère et La voix de Carla constituent des valeurs sûres que j'ai déjà effleurées. Si vous cherchez une Jacques Poulin au féminin, la voilà. Il faut cependant dire qu'elle s'inspire beaucoup d'Anne Hébert, ce qui est le lot de plusieurs écrivaines et poétesses québécoises.
Je suis comme ça, JHB ! jypeurien
Si son livre mr déçoit, il restera le sourire... Tu me suis ? innocent

A propos, et ce n' est pas l' endroit, mais je trouve que nos cousins suisses français ressemblent à
nos cousins du Québec. Meme évolution de la langue avec déjà des nouveautés interessantes et
poétiques. Tu as essayé ?

Je n'ai pas tenté le coup de ce côté vraiment. Tu peux y aller de quelques suggestions si tu veux, mais vite revenir à Élise Turcotte sur le fil... sourire

Farce à part, la lecture d'un livre doit-elle être nécessairement liée à la physionomie de son écrivain-e...?

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Elise Turcotte   Lun 1 Déc 2014 - 15:19

"Farce à part, la lecture d'un livre doit-elle être nécessairement liée à la physionomie de son écrivain-e...?"


Bien sur que non, JHB ! Mais on n' est pas de bois, non plus...
Et puis Platon  disait que le beau est symbole du bien moral !
Pas  certain ! Et les humains qu' ils soient masculins ou féminins s' attachent aux apparences. Trop
souvent. Au point d' en etre victimes. La "beauté intérieure" ? S' en foutent !
Ils croient ce qu' ils voient et cristallisent dessus. D' où les erreurs terribles qu' elles engendrent.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Elise Turcotte   Mer 18 Fév 2015 - 19:50

Le bruit des choses vivantes

Une mère seule qui élève sa fille d’un peu plus de trois ans. Il y a un père, sur une photo accrochée au frigo, et puis il vient régulièrement chercher la petite Maria. Mais il ne vit plus là, un jour il est parti. Alors au quotidien, il y a juste une mère, Albanie, avec sa fille. Qui partagent tout, ou presque. Qui remplissent un cahier avec ce qui arrive, et leurs rêves aussi. Une petite fille qui n’aime pas aller  à la garderie. Une maman qui n’aime pas aller à son travail dans une bibliothèque. Et puis il y a Jeanne, la grande amie d’Albanie, et Gabriel, son petit garçon. Et Félix, un petit garçon à l’abandon. Et aussi parfois des hommes qu’Albanie rencontre, mais sans vraiment leur donner une réalité, une place dans son monde. La vie se tricote, au jour le jour, dans ce grand amour nécessaire et évident entre une mère et sa fille. Qui ne laisse pas la place à grand-chose d’autre.

Un étrange livre. Une écriture déroutante de prime abord, faite de petites phrases courtes, très descriptives en apparence, faites avec des mots simples du quotidien, mais qui, lorsqu’on s’y accroche, finissent par révéler, une respiration, un rythme, une poésie. Et puis ce quotidien très quotidien, avec presque rien. J’ai été un peu gênée par cette relation tellement fusionnelle entre Albanie et Maria, cette dernière ne semblant exister que par sa fille, même si elle admet qu’un jour une distance va se créer, qu’il le faut. Cette femme qui repère toutes les catastrophes qui arrivent dans le monde et qui se repli sur l’enfance de sa fille, comme si c’était la sienne. Mais j’ai trouvé aussi du charme à cette vie, incertaine et douce à la fois. Le personnage d’Albanie a une grande épaisseur, une voix bien à elle.

Et c’est un livre vraiment surprenant, aussi bien dans l’écriture que dans la façon de traiter son sujet. Un vrai univers. J’en ressors un peu déboussolée, mais pas mécontente d’avoir tenté l’aventure. Qui me confirme que la littérature québécoise a vraiment quelque chose de spécifique.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Elise Turcotte   Jeu 19 Fév 2015 - 11:26

Arabella a écrit:
Et c’est un livre vraiment surprenant, aussi bien dans l’écriture que dans la façon de traiter son sujet. Un vrai univers. J’en ressors un peu déboussolée, mais pas mécontente d’avoir tenté l’aventure. Qui me confirme que la littérature québécoise a vraiment quelque chose de spécifique.

Ce que tu me dis, Arabella, confirme l'idée que j'ai de ce livre lu par bribes jusqu'à ce jour. Élise Turcotte est d'abord reconnue pour sa poésie, mais elle a fini par écrire plusieurs romans. Celui-là est le premier de son oeuvre romancière. Et oui, la littérature québécoise a un univers bien spécifique, et ce n'est pas au Canada anglais qu'on va retrouver cela.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Elise Turcotte   Jeu 19 Fév 2015 - 12:45

J'ai la sensation, d'après en tous les cas les fils que tu ouvres, que la plupart du temps, les écrivains québécois, sont poètes avant d'être romanciers. Et ce soucis du mot, du rythme, est très présent me semble-t-il, tout au moins dans les deux que j'ai lu récemment. Mais trouver la poésie est encore plus difficile que trouver les romans...ils ne sont pas très bien distribués par ici.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Elise Turcotte   Ven 20 Fév 2015 - 12:12

Arabella a écrit:
J'ai la sensation, d'après en tous les cas les fils que tu ouvres, que la plupart du temps, les écrivains québécois, sont poètes avant d'être romanciers. Et ce soucis du mot, du rythme, est très présent me semble-t-il, tout au moins dans les deux que j'ai lu récemment. Mais trouver la poésie est encore plus difficile que trouver les romans...ils ne sont pas très bien distribués par ici.

C'est pour ça qu'il faut faire pression sur le «marché» et sur la manière que le livre québécois circule en Europe actuellement... Il y aurait sûrement un travail à faire de ce côté.

Pour ma part, l'argument qui ressort avec l'usage de la poésie et/ou du roman québécois, c'est de dégager les enjeux spécifiques de notre littérature. Oui, il faut savoir repérer les titres qui risquent d'être disponibles de l'autre côté de l'océan... il faut tout de même les faire connaître et bon, j'imagine qu'avec le temps, ça devrait être plus facile de lire des éditions électroniques québécoises...

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Elise Turcotte   Ven 20 Fév 2015 - 16:31

C'est sûr que le livre électronique pourra aider à rendre la littérature québécoise plus facilement accessible en France, parce que la question de la traduction ne se pose pas, au contraire des littératures d'autres pays, pas non plus forcément évident à se procurer.

Mais au delà de l'accessibilité, il y a la question du désir, il faut avoir envie d'aller vers. Et je ne connais par exemple pas de sites dédiés à faire connaître par ici, au contraire d'autres littératures/cultures.

Donc merci de ce que tu fais sur ce forum pour nous guider.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 48
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Elise Turcotte   Ven 20 Fév 2015 - 17:28

Arabella a écrit:
J'ai la sensation, d'après en tous les cas les fils que tu ouvres, que la plupart du temps, les écrivains québécois, sont poètes avant d'être romanciers. Et ce soucis du mot, du rythme, est très présent me semble-t-il, tout au moins dans les deux que j'ai lu récemment. Mais trouver la poésie est encore plus difficile que trouver les romans...ils ne sont pas très bien distribués par ici.

Il faut dire JHK que tu es très attiré par la poésie. Est-ce que ça ne fait pas que tu choisis souvent des auteurs qui sont poètes avant tout?

Il me semble qu'au Canada tu peux télécharger des livres dont l'auteur est mort il y a cinquante ans. On peut toujours les lire sur l'ordi ou une liseuse. ça doit être possible de trouver de bons auteurs Québécois par ce biais aussi non?

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elise Turcotte   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elise Turcotte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Guy Turcotte et le meurtre de ses 2 enfants
» Turcotte, Frère Eugène
» Turcotte, Gaston
» Hudon-Turcotte, Patricia
» FAUCON x LANGLOIS (M1694 Ecalles-Alix)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: