Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Louis Ferdinand Céline

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15 ... 17 ... 21  Suivant
AuteurMessage
Sullien
Sage de la littérature
Sullien

Messages : 1591
Inscription le : 23/10/2012

Louis Ferdinand Céline - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   Louis Ferdinand Céline - Page 14 Icon_minitimeVen 8 Mar 2013 - 21:12

Etrangement, même en sachant que J.-L. Céline a été antisémite, je n'arrive jamais à voir en cet homme-là l'auteur du Voyage ou de Mort à crédit : je veux dire que, même en en étant conscient, ça n'obsède jamais ma lecture et relecture...
A ce sujet, voici un article (signé P. Assouline) assez intéressant qui revient sur la fausse querelle du Contre Sainte Beuve

Citation :
Pour faire abstraction de l'homme , j'assimile son oeuvre à une peinture , une fresque (un peu comme Guernica) ou les mots ne seraient que des traits et des touches de couleurs.
Belle référence que Guernica pour caractériser l'oeuvre de Céline.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Louis Ferdinand Céline - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   Louis Ferdinand Céline - Page 14 Icon_minitimeJeu 16 Mai 2013 - 13:59

D'un château l'autre (1957)


Louis Ferdinand Céline - Page 14 Celine10

Après le Voyage au bout de la nuit et Mort à crédit, les deux romans qui ont assis la réputation de Louis-Ferdinand Céline, il semblerait que celui-ci ait tout dit. Oui mais voilà, son éditeur Gallimard lui presse le trognon pour qu’il extirpe de ses tripes une nouvelle fournée de petits pains brûlants. Céline aurait pu refuser, mais il a besoin de manger et de boire, comme tout le monde, et ce n’est pas sa triste fonction de médecin généraliste qui va lui fournir de quoi prolonger la durée d’une existence décente : ses patients pauvres n’ont pas le sous pour le payer, tandis que les plus huppés le méprisent pour sa condition et essayent d’échapper à leurs créances à chaque fois qu’ils le peuvent. Céline est donc obliger de consentir à la demande de son éditeur. Et ça l’énerve, puisqu’il ne semble plus avoir beaucoup de choses à raconter. Cette situation constituera justement le point de départ D’un château l’autre. Et de gueuler contre l’éditeur avide des gains espérés, et de gueuler contre sa patientèle ingrate, et de gueuler contre les écrivains célèbres rangés à la même enseigne que lui…Lorsqu’il vitupère, Louis-Ferdinand Céline est toujours exaltant : on se demande quels néologismes vont lui inspirer ses rancœurs et jusqu’à quels sommets ses énumérations rageuses vont parvenir. Et ce goût du lecteur, Céline le connaît. Sans doute aussi méprisant envers lui qu’envers ses patients, il lui balance en travers de la figure des envolées haineuses et ricanantes à ne plus pouvoir s’arrêter. Là où autrefois, ses emportements semblaient légitimes et motivés par des convictions sincères, ils deviennent ici figure de style, marque apposée de l’écrivain Céline. On le lit s’emporter contre n’importe qui, sans raison, dans une apparence de gratuité qui passe totalement à côté de l’effet désiré :


« […] elle avait rien vu !... bluffeuse, simagreuse, fille à flics !... donneuse !... tout le palier approuvait bien qu’elle était provoqueuse, moucharde, pétasse à bourriques ! et c’est tout !... qu’il était temps que les noirs arrivent, la scalpent ! lui coupent le bouton !... qu’elle se tairait, après ! »


Peut-être pourrait-on penser que Louis-Ferdinand Céline s’est vraiment laissé dégoûter par la vie et par ses semblables depuis la parution de ses derniers romans –ce qui confèrerait alors un surplus de légitimité à ses diatribes incessantes. Mais les réflexions qu’il fait tourner autour de lui-même font naître le doute : un écrivain qui réfléchit autant à la réputation que lui ont apporté ses romans et qui se déçoit de ne recevoir pas davantage de reconnaissance, un écrivain qui se demande toutes les dix pages ce que ses lecteurs peuvent bien attendre de lui dans ce nouveau roman, peut-il réellement éprouver du mépris pour ses semblables ?


« Personne m’a pardonné le Voyage… depuis le Voyage mon compte est bon !... encore je me serais appelé Vlazine… Vlazine Progrogrof… je serais né à Tarnopol-sur-Don… mais Courbevoie Seine !... Tarnopol-sur-Don j’aurais le Nobel depuis belle !... mais moi d’ici, même pas séphardim !... on ne sait où me foutre !... m’effacer mieux !... honte de honte !... quelle oubliette ? quels rats supplier ? La Vrounze aux Vrouzains !... »



Il paraît cependant qu’outre ces larmoiements, il y ait une histoire dans D’un château l’autre. En effet, au cours de la lecture, on prend vaguement conscience que Céline nous emmène de son piteux logement de centre-ville et de sa piètre profession de médecin à la description de la vie se déroulant dans le château de Sigmaringen. Ici, ce sont les membres du gouvernement de Vichy qui se sont reclus en exil. On retrouve, entre autres figures historiques : le Maréchal Pétain, Pierre Laval ou encore Otto Abetz, tout occupés à nourrir leurs idéaux périmés et à forniquer dans l’insalubrité la plus complète. Après la description de l’indécence qui surplombe la vie de ses semblables « populaires », Louis-Ferdinand Céline prend un malin plaisir à rabaisser les grandes figures historiques pour les ramener à leur véritable nature protoplasmique. Pas de jaloux : les grands comme les petits sont logés à la même enseigne.


Pour pallier à ce fond qui manque de consistance, malheureusement, Louis-Ferdinand Céline a (trop) réfléchi sur la forme de son nouveau roman. Le style « Céline », ah ! tout le monde connaît –aime ou déteste- mais il faut apporter un peu de variation pour retenir l’attention d’un peuple de lecteurs par nature versatile. Attention à la farandole des « points d’exclamation suivi de leurs points de suspension ». Au début, on espère que ce tic convulsif ne sied qu’à un certain discours qui aura tôt fait de se conclure. Mais les pages se tournent (avec difficulté) et ne laissent plus le moindre espoir que cette manie prenne fin.


« Encore mes rancœurs !... vous m’excuserez d’un peu de gâtisme… mais pas tellement que je vous lasse !... moi et mes trois points !... un peu de discrétion !... mon style, soi-disant original !... tous les véritables écrivains vous diront ce qu’il faut en penser !... et ce qu’en pense Brottin !... et ce qu’en pense Gertrut ! mais l’épicier ce qu’il en pense ?... voilà l’important !... voilà ce qui me fait réfléchir !... »


Jusqu’à présent, je n’avais jamais compris la fatigue que pouvaient éprouver certains des lecteurs de Louis-Ferdinand Céline. Le Voyage au bout de la nuit était majestueux –comment pouvait-on s’arrêter sur quelques détails qui ne pouvaient en aucun cas nuire au propos de ce livre ? Mais après avoir lu D’un château l’autre (lecture qui ressemble davantage à une lutte contre l’auteur qu’à une cohésion avec ses pensées), je comprends l’énervement qu’il a pu susciter et, avec Jean Renoir, j’approuve cette considération :


« M. Céline fait beaucoup penser à une dame qui aurait des difficultés périodiques ; ça lui fait mal au ventre, alors elle crie et elle accuse son mari. La force de ses hurlements et la verdeur de son langage amusent la première fois ; la deuxième fois, on bâille un peu ; les fois suivantes, on fiche le camp et on la laisse crier toute seule. »



Tout ça ne donnerait pas envie de se frotter de nouveau à l'écrivain, si le souvenir de Voyage au bout de la nuit ne restait pas aussi puissant.


_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Louis Ferdinand Céline - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   Louis Ferdinand Céline - Page 14 Icon_minitimeJeu 16 Mai 2013 - 19:48

Quel commentaire ! Merci coli ...
Un des rares livres que j'ai jeté avant de le finir ...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Louis Ferdinand Céline - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   Louis Ferdinand Céline - Page 14 Icon_minitimeSam 18 Mai 2013 - 21:57

GrandGousierGuerin a écrit:
Quel commentaire ! Merci coli ...
Un des rares livres que j'ai jeté avant de le finir ...
Spoiler:
 

Laughing Toi aussi tu as craqué devant la profusion des points de suspension ? (les livres de bibliothèque sont des espèces protégées)

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Louis Ferdinand Céline - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   Louis Ferdinand Céline - Page 14 Icon_minitimeSam 18 Mai 2013 - 22:10

colimasson a écrit:
GrandGousierGuerin a écrit:
Quel commentaire ! Merci coli ...
Un des rares livres que j'ai jeté avant de le finir ...
Spoiler:
 

Laughing Toi aussi tu as craqué devant la profusion des points de suspension ? (les livres de bibliothèque sont des espèces protégées)
Le propos aussi, si ce n'est plus ... dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Louis Ferdinand Céline - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   Louis Ferdinand Céline - Page 14 Icon_minitimeLun 20 Mai 2013 - 21:38

GrandGousierGuerin a écrit:
colimasson a écrit:
GrandGousierGuerin a écrit:
Quel commentaire ! Merci coli ...
Un des rares livres que j'ai jeté avant de le finir ...
Spoiler:
 

Laughing Toi aussi tu as craqué devant la profusion des points de suspension ? (les livres de bibliothèque sont des espèces protégées)
Le propos aussi, si ce n'est plus ... dentsblanches

C'est vrai, le propos était aussi très décevant... un livre qui montre peut-être que Céline n'a pas très bien vieilli... (et je me mets à faire des suspensions moi aussi...)

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Max
Main aguerrie
Max

Messages : 381
Inscription le : 21/03/2014
Localisation : Toulouse

Louis Ferdinand Céline - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   Louis Ferdinand Céline - Page 14 Icon_minitimeMer 26 Mar 2014 - 23:18

Ca y est. Il vient d'arriver et il va pas tarder à ficher la zizanie.

Je remonte le fil pour répondre au post d'Aaliz.

Aaliz a écrit:
Sinon je viens tout juste de découvrir enfin Céline avec Voyage au bout de la nuit. Je me demandais justement avec lequel poursuivre, on m'a fortement conseillé Mort à crédit et Guignol's Band. Tu me conseillerais quoi ?

Oui bien sûr le mieux est de poursuivre avec Mort à crédit. Tu verras, ça change drôlement. Pareil pour ceux d'après... Prépare-toi aux éclats de rire en tout cas.


Je me permets la précision suivante pour y voir plus clair dans la chronologie autobiographique célinienne. Je viens de faire ça sur le pouce, alors des passages m'ont peut-être échappé.

Donc dans l'ordre de sa vie :

- 1ère partie de Mort à crédit
- Le final de Mort à crédit
- Casse-pipe
- 1ère partie de Voyage au bout de la nuit
- La partie Val-de-Grâce de la version A de Maudits soupirs pour une autre fois
- 2ème partie de Voyage au bout de la nuit
- Guignol's band I
- Le pont de Londres (Guignol's band II)
- 2ème partie de Mort à crédit
- 2 premiers tableaux de Progrès
- La partie SDN de Bagatelles pour un massacre / 3ème acte de L'Eglise
- 1er acte de L'Eglise
- 3ème partie de Voyage au bout de la nuit / 2ème acte de L'Eglise
- 4ème partie de Voyage au bout de la nuit / 4ème et 5ème acte de L'Eglise / 2 derniers tableaux de Progrès
- "Prologue" de Mort à crédit
- Les parties russes de Bagatelles pour un massacre (1/5ème du livre à peu près)
- Mea culpa
- Bagatelles pour un massacre
- L’école des cadavres
- Prologue de Guignol's band I
- Le final des Beaux draps
- Les beaux draps
- Préface de Bezons à travers les âges
- Préface de Guignol’s band I + suite du prologue
- Normance (Féerie pour une autre fois II)
- Version B’ de Maudits soupirs pour une autre fois
- Nord
- 1ère partie de Rigodon
- Le long flash-back halluciné de D’un château l’autre
- 2ème partie de Rigodon
- La partie "carcérale" de Féerie pour une autre fois / La partie "carcérale" de la version A de Maudits soupirs pour une autre fois
- A l'agité du bocal
- Féerie pour une autre fois / Versions A et B de Maudits soupirs pour une autre fois
- Les "allers-retours" dans Normance
- Entretiens avec le professeur Y
- 1ère partie de D’un château l’autre + les "allers-retours"
- Prologue de Rigodon + les "allers-retours"

Le bric-à-brac, quoi  innocent


C'est d'autant plus le foutoir que Céline rajoute progressivement plein de "je".
Au début, c’est facile : le narrateur est Bardamu qui devient dans les livres suivants Ferdinand. Mais à partir de 36 et surtout de 37, il met en scène non seulement son double Ferdinand, mais également son autre double : Céline ! l’écrivain, qu’il met en scène lui aussi. Il finit, toujours à la même période, par en mettre en scène un quatrième : le Dr Destouches (qui n’est ni Louis, ni Céline, ni Ferdinand). Il brouille les pistes malicieusement, on sait plus qui est qui, ceci fort courageusement vus les propos que tous ces doubles tiennent parfois, de façon pour le moins emmêlée, désordonnée.
Tout ceci entre 36 et la fin de la guerre. Ce qui lui vaudra les mésaventures qu’on sait.
Le "je" le plus courageux de tous les temps. "Un écrivain doit mettre sa peau sur la table. Il faut payer".

Bon mais rassure-toi, c'est moi qui pinaille et aime à me prendre la tête avec cette chronologie improvisée... On peut tout à fait lire les romans à la file sans souci, sans se poser ce genre de question.

Bonne lecture en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Louis Ferdinand Céline - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   Louis Ferdinand Céline - Page 14 Icon_minitimeJeu 27 Mar 2014 - 9:46

c'est sympa Max de nous donner la liste des œuvres de Céline, mais comme dans tout fil de plus de 5 pages (ou moins), un index + renvoi vers les commentaires parfumés se trouvent dans le premier message de présentation du fil !!

j'ai ressorti Voyage au bout de la nuit que j'avais lu trop jeune et pas vraiment apprécié... avec les années on ne sait jamais la 'magie' peut opérer !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaliz
Main aguerrie
Aaliz

Messages : 424
Inscription le : 07/11/2012
Age : 39
Localisation : Paris

Louis Ferdinand Céline - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   Louis Ferdinand Céline - Page 14 Icon_minitimeJeu 27 Mar 2014 - 10:53

shanidar a écrit:
c'est sympa Max de nous donner la liste des œuvres de Céline, mais comme dans tout fil de plus de 5 pages (ou moins), un index + renvoi vers les commentaires parfumés se trouvent dans le premier message de présentation du fil !!

j'ai ressorti Voyage au bout de la nuit que j'avais lu trop jeune et pas vraiment apprécié... avec les années on ne sait jamais la 'magie' peut opérer !

Max n'a pas fait une simple bibliographie mais il a replacé chaque oeuvre, en en "découpant certaines", pour coller à l'ordre chronologique de la vie de Céline.
J'espère que tu apprécieras ta relecture Shanidar !


@ Max : Merci beaucoup Max pour ta réponse ! C'est très intéressant ta liste, ça aide à y voir plus clair et à repérer les liens entre chaque oeuvre. ( je ne pensais pas d'ailleurs que c'était aussi emmêlé !  rire ) Je croyais aussi que Céline changeait de narrateur à chaque roman. C'est lequel pour Mort à crédit ? On retrouve Bardamu ou c'est un autre ?
Bon, en tout cas, je ferai attention à ne pas faire la confusion entre Bardamu, Ferdinand et les autres. Mais à quoi tu as remarqué que ce n'était pas exactement la même personne à chaque fois ? Et est-ce que tu sais pourquoi Céline a procédé comme ça ?
Pardon, je te noie sous les questions.  honte 

J'ai été étonnée de rire aussi à certains passages dans le Voyage. Je suis contente si ça continue comme ça dans les autres romans !


_________________
" S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème ..." (devise Shadoks)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://booksandfruits.over-blog.com
Max
Main aguerrie
Max

Messages : 381
Inscription le : 21/03/2014
Localisation : Toulouse

Louis Ferdinand Céline - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   Louis Ferdinand Céline - Page 14 Icon_minitimeJeu 27 Mar 2014 - 12:38

shanidar a écrit:
c'est sympa Max de nous donner la liste des œuvres de Céline, mais comme dans tout fil de plus de 5 pages (ou moins), un index + renvoi vers les commentaires parfumés se trouvent dans le premier message de présentation du fil !!

C'est sympa de me lire  nanana 

shanidar a écrit:
j'ai ressorti Voyage au bout de la nuit que j'avais lu trop jeune et pas vraiment apprécié... avec les années on ne sait jamais la 'magie' peut opérer !

Je l'espère !
Sache en tout cas que son premier roman est, sur la forme, son livre le moins célinien ! C'est très paradoxal étant donné que c'est le plus célèbre.
Pour ma part, si j'ai bien sûr beaucoup apprécié le Voyage à la première lecture (mais, à l'époque, pas plus pas moins que d'autres livres) c'est surtout Mort à crédit et Guignol's band qui m'ont rendu célinomane. Ca s'est aggravé avec les années...  Cool 

Aaliz a écrit:
C'est lequel pour Mort à crédit ? On retrouve Bardamu ou c'est un autre ?

Ferdinand.

Aaliz a écrit:
Bon, en tout cas, je ferai attention à ne pas faire la confusion entre Bardamu, Ferdinand et les autres. Mais à quoi tu as remarqué que ce n'était pas exactement la même personne à chaque fois ? Et est-ce que tu sais pourquoi Céline a procédé comme ça ?

En fait ça vaut surtout pour un ou deux livres. Et j'aime bien le préciser parce que ce procédé est surtout utilisé dans son livre le plus polémique, et parce qu'on ne fait cas de cette subtilité que très rarement — pour ne pas dire jamais (Milton Hindus en a parlé un peu je crois, mais très vaguement... "piste" tout juste esquissée...).
Pour le reste, c'est un narrateur tout ce qu'il y a de plus classique. Ne te focalise pas trop sur ce que j'ai dit en fait, je me suis un peu enflammé  content 

Aaliz a écrit:
J'ai été étonnée de rire aussi à certains passages dans le Voyage. Je suis contente si ça continue comme ça dans les autres romans !

Oh oui. Tu verras, à partir de 36 et de Mort à crédit, l’œuvre de Céline prend une dimension comique incroyable, vraiment hallucinante, lyrico-maboule, impayable... Toute son œuvre est par la suite entièrement basée sur l'humour.
Si dans le Voyage il y a des passages évidemment drôles (disons un certain comique dans la veine "picaresque"), la suite est sans commune mesure à ce niveau. Je le dis sans chauvinisme célinien aucun : Céline est, je crois bien, un des seuls auteurs capables de faire éclater de rire son lecteur. Je veux dire, de vrais fous rires, des explosions de joies. C'est communicatif et très sain en fait... Plus d'une fois j'ai dû refermer le livre, tellement je riais aux éclats comme une grosse baleine. Ca tient à rien en plus : trois points de suspension, une pitrerie bête au possible, un raccord émotif, un crochet : et pan ! On est comme directement touché aux nerfs. Je te jure.

Ah j'oubliais. Pour Mort à crédit. La première fois, les trente premières pages, fiévreuses en diable, sont très difficiles à lire. Faut pas se décourager surtout. Il se replonge ensuite dans son enfance et là c'est que du bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Louis Ferdinand Céline - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   Louis Ferdinand Céline - Page 14 Icon_minitimeJeu 27 Mar 2014 - 13:44

je suis toute confuse  Embarassed

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max
Main aguerrie
Max

Messages : 381
Inscription le : 21/03/2014
Localisation : Toulouse

Louis Ferdinand Céline - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   Louis Ferdinand Céline - Page 14 Icon_minitimeJeu 27 Mar 2014 - 14:03

shanidar a écrit:
je suis toute confuse  Embarassed

Pas de souci  content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaliz
Main aguerrie
Aaliz

Messages : 424
Inscription le : 07/11/2012
Age : 39
Localisation : Paris

Louis Ferdinand Céline - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   Louis Ferdinand Céline - Page 14 Icon_minitimeVen 28 Mar 2014 - 11:36

Merci beaucoup pour ta réponse Max ! Donc mon prochain Céline sera Mort à crédit et le suivant Guignol's Band. Et avec tout ce que tu en as dit, j'ai vraiment très très hâte de m'y mettre !  miammiam 

_________________
" S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème ..." (devise Shadoks)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://booksandfruits.over-blog.com
Max
Main aguerrie
Max

Messages : 381
Inscription le : 21/03/2014
Localisation : Toulouse

Louis Ferdinand Céline - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   Louis Ferdinand Céline - Page 14 Icon_minitimeVen 28 Mar 2014 - 11:58

Aaliz a écrit:
Merci beaucoup pour ta réponse Max ! Donc mon prochain Céline sera Mort à crédit et le suivant Guignol's Band. Et avec tout ce que tu en as dit, j'ai vraiment très très hâte de m'y mettre !  miammiam 

 swing 

Sache juste que Casse-pipe s'enchaîne directement après Mort à crédit. Céline y raconte sa première journée de service militaire. On est quelque part entre Full metal jacket et les Bidasses.
Et même si Casse-pipe est moins connu et inachevé (le manuscrit final qui devait donner un roman de 500-600 pages a été perdu à la libération, et il ne nous reste qu'une version antérieure de seulement 100 pages  No ), je me dois de préciser que, mille milliards, c'est un sacré petit bouquin, un OVNI sans pareil  Surprised

A toi de voir ! Tu nous diras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaliz
Main aguerrie
Aaliz

Messages : 424
Inscription le : 07/11/2012
Age : 39
Localisation : Paris

Louis Ferdinand Céline - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   Louis Ferdinand Céline - Page 14 Icon_minitimeVen 28 Mar 2014 - 13:21

Hey mais dis donc toi ! Tu crois que je ne te vois pas venir avec tes gros sabots céliniens ? Pourquoi je sens que tu vas me faire lire tout Céline vu comment c'est parti ?  laugh 
Bon je rajoute Casse-pipe, c'est bien parce qu'il est petit et que tu es diaboliquement convainquant !

_________________
" S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème ..." (devise Shadoks)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://booksandfruits.over-blog.com
Contenu sponsorisé




Louis Ferdinand Céline - Page 14 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   Louis Ferdinand Céline - Page 14 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Louis Ferdinand Céline
Revenir en haut 
Page 14 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15 ... 17 ... 21  Suivant
 Sujets similaires
-
» Zabeth, André Louis
» Louis Prima - Just a gigolo
» 1786 - Visite Louis XVI, Bassin Commerce
» où trouver crayon khôl féline?
» Vente du bateau-pompe "Louis Colet"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: