Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Louis Ferdinand Céline

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 13 ... 21  Suivant
AuteurMessage
sousmarin
Zen littéraire


Messages : 3021
Inscription le : 31/01/2007
Localisation : Sarthe

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Icon_minitimeMar 23 Déc 2008 - 10:22

Etranger, je ne crois pas ; il est évident que l’écrivain n’est pas ses personnages mais il existe néanmoins un lien entre lui et eux. Le contexte peut changer (environnement extérieur, expériences, personnalité, voire corps ou espèce) mais le personnage émanant tout de même de l’esprit de l’écrivain, il y met son empreinte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Icon_minitimeMar 23 Déc 2008 - 11:33

Une empreinte ce n'est pas le corps entier.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sydney
Envolée postale


Messages : 166
Inscription le : 14/10/2008

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Icon_minitimeMar 23 Déc 2008 - 22:45

Citation :
Sydney, les artistes n’étant pas des surhommes, ils peuvent donc très facilement être aussi malsains que quiconque, y compris dans l’exercice de leur art.

Je pense que la phrase de Wilde parle de l'artiste dans son art uniquement. L'art peut (doit!) traiter n'importe quel sujet, de n'importe quelle manière, tant que ça reste de l'art. L'artiste n'est jamais malsain en traitant un sujet malsain, ou en donnant vie à un personnage malsain, du moment qu'il fait de l'art. (L'œuvre de Sade par exemple, si elle est parcourue par ce qu'on peut facilement qualifier de personnages malsains à l'extrême, n'en reste pas moins riche et intéressante).

D'autre part, la vision de Céline, sans concession de l'humanité, si elle est dénuée d'espoir, n'est pas dénué de pertinence. Sans être pessimiste, j'ai moi même une vision très noire des hommes, et, il faut le dire, l'histoire, ancienne ou récente, donne plutôt raison à se genre de jugement.
Bardamu, est un pessimiste, c'est entendu, avec de fortes tendances dépressives, ok. Pourquoi ce genre de personnage (qu'il soit le reflet de Céline ou pas, peu importe finalement) est-il moins intéressant que Candide? On ne l'aime pas, d'accord, mais pourquoi devrait-on aimé un personnage? Il me semble que le dégout ou la répulsion sont tout aussi intéressant.

D'autre part, je ne trouve pas Bardamu franchement plus noir que Jeanne de Maupassant dans "Une Vie". Et Jeanne, que je trouve au plus haut point méprisable, qui représente l'anti-humain de Nietzsche par excellence, n'en reste pas moins un personnage très intéressant.

Vraiment j'ai du mal avec cette notion d'aimer un roman parce qu'on aime les personnages, ou, encore moins, l'écrivain . Ce genre de critique ne me parait pas pertinente. Céline à viré nazie, et pourtant il est considéré comme un immense écrivain français; la Bible est le livre le plus malsain au monde, et il a été vendu à 3 milliards d'exemplaires. Vraiment ce genre de considération autour du livre n'ont rien de constructives dans une critique littéraire objective. Qu'on soit rebuté par le style d'écriture, par l'histoire etc etc... je peux le comprendre parfaitement.

Il faut aussi reconnaitre à Céline l'immense influence de "Voyage au bout de la nuit" sur la littérature, notamment sur les héros pessimistes de Beckett, et - mais là tout le monde semble s'entendre - une invention stylistique considérable (qu'on aime ou pas, encore une fois).

Enfin, et je remets l'accent la dessus, je pense important de prendre son œuvre avec humour. Humour (noir noir noir), grinçant et jouissif quand on y est sensible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://de-semele-a-thyone.blogspot.com/
elena
Posteur en quête


Messages : 81
Inscription le : 28/07/2008

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Icon_minitimeMer 24 Déc 2008 - 0:06

lekhan a écrit:
Ne trouves t'on pas du Jehan Rictus chez Céline, et du Villon? Les trois petits points en plus, et Guignol's band comme chez d'œuvre?


bonsoir à vous littérairement parfumés.

(Vous voyez je viens du côté des lecteurs de romans alors vous, vous pourriez venir un peu plus souvent chez les poètes céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 40px-Face-smile.svg au moins par politesse en retour.)

Je viens de lire avec plaisir tous les messages consacrés à Céline, tous m'ont touchée mais (que les autres me pardonnent) celui de lekhan le crucifié encore plus que les autres.

Jehan Rictus et Villon c'est un rapprochement fondé.
Moi qui ai la plus grande peine du monde avec la plupart des romans (ne me disputez pas c'est de naissance, comme la couleur de mes cheveux !), j'avoue que Céline m'est d'une lecture prenante et facile, je m'y sens comme chez moi.
Céline a ceci de poétique que phonétique et rythmique tiennent la plus grande place dans son écriture. Aussi son caractère d'oralité si particulièrement relevé ne tient-il pas tant au lexique ni même je crois à la syntaxe, qu'au bruit qu'il parvient à recréer par une grande sensibilité auditive.

Les points de suspension si fameux n'ont bien sûr jamais voulu dire chez lui "ma parole est pleine de sous-entendus que je vous laisse mettre au jour" ; il signifient : ma parole se prolonge, résonne, ne se ferme pas... Le simple point semble trop sec.
Il y a si peu de moyens de notation de notre langue, outre son alphabet, pour en faire sentir les attaques, les accents, les intensités, les durées les hauteurs etc.

Mais je reviens sur le travail phonétique, il est incroyable pour un romancier :

Sur ce seul plan, cet extrait au hasard c'est le combat des séquences de labiales dominantes b - m - p (qui font se fermer les lèvres) puis des dentales n - d - t (qui font la langue taper derrière les incisives supérieures. Les occlusives arbitrent, puis le jeu vocalique module et modère, c'est très virtuose tout le temps :

Mort à crédit :

Fallait rien me demander ! J'avais la nature infecte ... J'avais pas d'explica­tions ! ... J'avais pas une bribe, pas un brimborion d'hon­neur ... Je purulais de partout ! Rebutant dénaturé ! J'avais ni tendresse ni avenir ... J'étais sec comme trente-six mille triques ! J'étais le coriace débauché ! La substance de bouse ... Un corbeau des sombres rancunes ... J'étais la déception de la vie ! J'étais le chagrin soi-même. Et je mangeais là midi et soir et encore le café au lait ... Le Devoir était accompli ! J'étais la croix sur la terre ! J'aurais jamais la conscience! ... J'étais seulement que des instincts et puis du creux pour tout bouffer la pauvre pitance et les sacrifices des familles. J'étais un vampire dans un sens ... C'était pas la peine de regarder ...
_ _ _

(wow la quantité des "u" jusqu'à "rancunes" !)


Tiens pour faire plaisir à lekhan ceci encore :

Guignol's band :

Dites-moi tout! Elle veut rien me dire, elle glousse, tortille...ah! petit croupion! un peu tu vas voir! ah perfide rusée souris! ah!la mâtine! je suis sûr qu'elle l'aime le vieux au fond...elle en raffole de ses papouilles...ah! je tourne jaloux à en bramer...

"ça vous plaît n'est ce pas? ca vous plaît?"

Est ce qu'elle me comprend d'abord? Elle tient pas en place elle gesticule, elle me fait BZZ! BZZ! BZZ! Elle se moque de moi, grotesque, aboyeur, malotru! Voilà sûrement ce qu'elle trouve... Et toi! vicieuse rouée petite garce!...voilà mon avis...si je suis hargneux désagréable c'est par sa faute...Elle a qu'à me répondre! Ah! puis je peux plus la gronder...je flanche bafouille déconne repleure...toute ma colère tombe...je n'ose plus...je suis à plat...je m'effondre...je m'abats à ses pieds encore...Ca y est, tout recommence...je lui redemande mille fois pardon...me voilà propre...je me roule au tapis!Je la supplie de grâce!...Je me prosterne...Je l'implore...je ne sais plus à qui me vouer!

"Mademoiselle je suis infâme!...Vous n'êtes qu'une enfant! Virginie je vous demande pardon...j'ai abusé de votre jeunesse!...ah! Je suis à pendre! C'est moi le monstre!Virginie! Pitié! Pitié! Vous allez me comprendre! Vous êtes toute petite toute mignonne...Un secret m'étrangle! Je brûle et mes blessures me tuent!"

En avant le grand jeu! J veux lui faire couler toutes les larmes...Tous mes malheurs faut qu'elle écoute, petits et grands... Et toutes les menaces, tout ce qui plane...et tout ce que j'ai trinqué d'affreux... E lle écoute, elle est gentille, mais ça la retourne pas beaucoup...je crois même qu'elle se moque un petit peu...y a de la malice...à cet âge là c'est insensible...je recommence tout mon récit, tous mes avatars aux combats... je brode forcément...Ca irait pas mal, elle s'intéresserait... mais maintenant c'est les autres qui me coupent... Les vulcains la chienlit là-haut... Ils broyent les murailles on dirait la façon qu'ils cognent... C'est effrayant leur bacchanal...ils doivent tout passer à la forge au bruit qu'ils déchaînent... C'est pas possible qu'elle m'écoute...

Tous mes effets sont perdus...

"Sortons un instant voulez vous? Je vous en prie mademoiselle! Je vous dirai tout...Pas ici..."
_ _ _


Il y a aussi chez Céline un aspect sensiblement "féerique" - étranges écarts d'avec le le trivial et l'abject *, sortes d'élans très candides - qui est à relever en plusieurs endroits. Céline possède l'art du relief. Voyez ces "aventures du roi Krogold" dont le jeune apprenti de Mort à crédit régale du rêve son compagnon d'infortune. Des passages du Pont de Londres m'ont même curieusement rappelé ce qu'écrivait de féerique Valéry lui aussi - dans le Solitaire - strictement à la même époque dans la même ville (Paris).
* Mais le trivial et l'abject sont si bellement orchestrés - que le faire relègue l'enfer au second plan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theatreartproject.com
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Icon_minitimeMer 24 Déc 2008 - 0:17

elena a écrit:
lekhan a écrit:
Ne trouves t'on pas du Jehan Rictus chez Céline, et du Villon? Les trois petits points en plus, et Guignol's band comme chez d'œuvre?


bonsoir à vous littérairement parfumés.

(Vous voyez je viens du côté des lecteurs de romans alors vous, vous pourriez venir un peu plus souvent chez les poètes céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 40px-Face-smile.svg au moins par politesse en retour.)


C'est difficile elena...
Nous avons chacun nos fils de prédilection (presque) déserts que nous voudrions voir plus souvent fréquentés...Un jour quelqu'un s'y hasarde, s'y attarde...Pour cela nous ne devons pas céder au découragement et continuer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
elena
Posteur en quête


Messages : 81
Inscription le : 28/07/2008

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Icon_minitimeMer 24 Déc 2008 - 0:21

Sydney a écrit:
(...)
Enfin, et je remets l'accent la dessus, je pense important de prendre son œuvre avec humour. Humour (noir noir noir), grinçant et jouissif quand on y est sensible.

ah oui Sydney folle j'ai oublié l'humour fou de Céline.
Dans la pire situation ambiance dans les pires convergences de catastrophes qu'il se réjouit de peindre, il y a toujours - outre la joie d'une poussée du bouchon aussi loin que possible - le moment soudain où il se voit faire, où il se peint se voyant faire, et c'est aussitôt une mise à distance ou fugitive ou insistante qui fait rire, - manifestation d'une lucidité parfaitement déplacée.
Il tire les ficelles - de temps en temps il nous fait croire qu'il y en a une qui casse !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theatreartproject.com
Chinaski
Espoir postal
Chinaski

Messages : 39
Inscription le : 05/12/2008
Age : 37
Localisation : Montpellier

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Icon_minitimeMer 24 Déc 2008 - 0:22

Mort à crédit

Une lecture âpre, presque douloureuse, et pourtant tellement jouissive.
Le dégoût y transpire à chaque ligne, et pourtant la vitalité des personnages, des émotions, du style de Céline prennent le dessus. Caustique et cynique, Céline laisse pourtant transparaître quelques attendrissements qui n'en sont que plus puissants.
Virtuosité de l'argot employé, plongée dans l'impitoyable monde du travail de l'époque, violence et misère omniprésente. Des passages quasi-hallucinés dans leur écriture et dans les descriptions qu'ils contiennent.
L'échec enfin, omniprésent, inéluctable, terriblement vécu.
Seule petite réserve: les 50 dernières pages que j'ai trouvé un peu répétitives et "lourdes", mais au final tout de même un authentique chef d'œuvre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redecadence.blogspot.com
elena
Posteur en quête


Messages : 81
Inscription le : 28/07/2008

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Icon_minitimeMer 24 Déc 2008 - 0:28

Citation :


C'est difficile elena...
Nous avons chacun nos fils de prédilection (presque) déserts que nous voudrions voir plus souvent fréquentés...Un jour quelqu'un s'y hasarde, s'y attarde...Pour cela nous ne devons pas céder au découragement et continuer...
oh non, Coline, ton observation juste me touche mais je n'étais pas 100 % sérieuse en me plaignant ! Je ne déplore rien du tout sinon je n'écrirais rien du tout !
(J'étais sérieuse à 11, 79 % Very Happy !!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://theatreartproject.com
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Icon_minitimeMer 24 Déc 2008 - 0:33

elena a écrit:
Citation :


C'est difficile elena...
Nous avons chacun nos fils de prédilection (presque) déserts que nous voudrions voir plus souvent fréquentés...Un jour quelqu'un s'y hasarde, s'y attarde...Pour cela nous ne devons pas céder au découragement et continuer...
oh non, Coline, ton observation juste me touche mais je n'étais pas 100 % sérieuse en me plaignant ! Je ne déplore rien du tout sinon je n'écrirais rien du tout !
(J'étais sérieuse à 11, 79 % Very Happy !!!)

Ah!...ça va alors...Il n'empêche que ce que je t'écrivais, je me le martelle aussi à moi-même... content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louna
Posteur en quête
Louna

Messages : 76
Inscription le : 22/12/2008
Age : 37
Localisation : provence

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Icon_minitimeSam 27 Déc 2008 - 14:07

Je l'ai lu il y a quelques années, donc je n'en ai pas de souvenirs très précis mais j'avais beaucoup aimé son style d'écriture et sa réflexion sur la condition humaine, son pessimisme profond et son ironie ou plutôt son cynisme. Pourtant au début du livre, je n'avais pas accroché tout de suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Icon_minitimeSam 10 Jan 2009 - 13:34

Tardi illustrant le texte (intégral) de Céline. Un bon moyen d'entrer dans ces 2 romans mythiques:

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Voyage10 céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Mort10

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Tardi110

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Icon_minitimeSam 10 Jan 2009 - 16:37

Marko a écrit:
Tardi illustrant le texte (intégral) de Céline. Un bon moyen d'entrer dans ces 2 romans mythiques:

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Voyage10 céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Mort10

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Tardi110

Il me faudra vraiment un grand coup de pied aux fesses pour que j' y entre un jour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hank
Main aguerrie
Hank

Messages : 340
Inscription le : 28/08/2007
Age : 41
Localisation : Paris

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Icon_minitimeSam 10 Jan 2009 - 16:54

coline a écrit:
Il me faudra vraiment un grand coup de pied aux fesses pour que j' y entre un jour...

Serait-ce un appel du pied ? (je mange les clowns sans sel Embarassed )

Tu devrais peut-être essayer "Entretiens avec le professeur Y", très court roman, un peu à part dans son oeuvre (il se lit d'une traite contrairement à ses romans plus ambitieux dont la lecture est toujours un peu laborieuse au premier abord), une interview fictive où il se met en scène face à un journaliste totalement hermétique à son oeuvre.

On y trouve par ailleurs une intéressante réflexion sur la manière dont il voyait évoluer ou plutôt régresser la littérature à la fin de sa vie, il n'y avait pourtant pas encore trop lieu de se plaintre comparé à aujourd'hui, mais le père Destouches était pour le moins visionnaire sur la tournure qu'allaient prendre les choses, et à mon avis, tu te retrouverais dans pas mal de ses propos, pour une fois Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lepasgrandchose.fr/
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Icon_minitimeSam 10 Jan 2009 - 16:57

coline a écrit:

Il me faudra vraiment un grand coup de pied aux fesses pour que j' y entre un jour...

tu peux aussi commencer avec ce récit plus court , Casse-pipe (toujours le duo Céline/Tardi).

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Casse-10

Résumé de l'éditeur:

Publié pour la première fois en 1952, Casse-pipe raconte la première nuit en caserne de Ferdinand, au 17e régiment de cuirassiers à Rambouillet. Il découvre rapidement des soldats ivrognes qui discutent de leur vie militaire, chargée de règles et de discipline. Ferdinand le bleu subit les insultes et les humiliations. Les personnages sont dignes de toutes les infanteries du monde, parce qu’ils ont perdu toute dignité humaine en endossant celle du soldat.
De ce sujet minimum, Céline tire une vision apocalyptique, pleine de jurons, de tonnerre, de chevaux, et de bêtise. Il est ici dans toute la maîtrise de ses moyens. « Livre capital, écrivait Roger Nimier, puisqu’il paraît autobiographique ». Que ce soit par le discours comme par le langage des militaires, Céline peut s’en donner à coeur joie. Le style est là, haché, vivant, rythmé, musical.
De cette transposition du vécu en mots, Jacques Tardi a fait à son tour une transposition visuelle, avec la mêmefidélité à la sensibilité célinienne dont il avait déjà fait preuve dans son travail d’illustration de Voyage au bout de la nuit. Les dessins en noir et blanc, les nuances de gris de Tardi, collent parfaitement à la noirceur, le désespoir, mais aussi l’humour qui hantent les personnages du roman. En découle une oeuvre à part entière qui n’est pas seulement une illustration mais surtout une variation en images. Du grand art !

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Icon_minitimeSam 10 Jan 2009 - 17:03

Bon..S'il est très court...et si je me résigne un jour à lire Céline je pourrai commencer par celui-là...Merci!...Je n'arrive pas à faire abstraction de l'antisémitisme de Céline...Cela m'enlève l'envie de le lire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Louis Ferdinand Céline   céline - Louis Ferdinand Céline - Page 6 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Louis Ferdinand Céline
Revenir en haut 
Page 6 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 13 ... 21  Suivant
 Sujets similaires
-
» Zabeth, André Louis
» Louis Prima - Just a gigolo
» 1786 - Visite Louis XVI, Bassin Commerce
» où trouver crayon khôl féline?
» Vente du bateau-pompe "Louis Colet"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: