Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Paul Gadenne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
églantine
Zen littéraire


Messages : 6797
Inscription le : 15/01/2013
Age : 51
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Paul Gadenne   Lun 27 Juin 2016 - 16:13

bix229 a écrit:
Gadenne fait partie des auteurs que les lecteurs ont réhabilité.
Eh bien encore plus , ce serait mieux ! cheers
Quant à ceux que tu cites , je note ! Very Happy

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Paul Gadenne   Lun 27 Juin 2016 - 17:45

églantine a écrit:
Et moi je te remercie pour m'avoir fait découvrir Paul Gadenne grâce à un échange que tu as eu avec Coline sur ce fil.
d'autant plus contente puisque ces échanges datent un peu... mais le forum ne perd rien et on peut toujours retrouver des traces... contrairement à d'autres lieux qui ne sont que de la barbe-à-papa Wink

églantine a écrit:
Pour moi il y a nécessité de faire vivre les écrits de Paul Gadenne en les lisant , aujourd'hui plus encore tant l'humanité a besoin  de renouer avec de vraies valeurs , et  de trouver un peu d'espoir et de lumière .
Et faire  justice en le plaçant parmi les grands .
je souligne à 100%

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire


Messages : 6797
Inscription le : 15/01/2013
Age : 51
Localisation : Peu importe

MessageSujet: e   Ven 22 Juil 2016 - 12:41

Les hauts-quartiers


Il en faut du souffle pour venir à bout de cette dernière oeuvre , publiée 16 ans après la mort de l'auteur .
Surtout qu'il ne s'y passe rien , amateurs d'aventures passez votre chemin .
A moins que vous ne fassiez partis de ceux qui vivent et considèrent la vie , même de peu , même dans ce qu'elle a de plus ordinaire et trivial , comme une véritable aventure .
C'est de cela dont il s'agit .
Mais comme l'ordinaire n'est rien moins qu'ordinaire et que celui qui prend le temps et le recul nécessaire pour l'appréhender sous ses différentes strates sera récompensé ou puni de sa perspicacité ,  Paul Gadenne nous offre un roman foisonnant , riches en réflexions fondamentales , de ces réflexions qui affligent autant qu'elles peuvent nourrir la ferveur de l'homme en quête de sens .

Nous suivrons Didier Aubert dans son parcours de vie bref , intense et douloureux qui se terminera comme la passion du Christ .Ou presque .
Didier Aubert , en quête lui aussi . la quête de l'effacement , de l'oubli et de la transcendance . Nourri par des lectures de Maitre Eckhart ,  Kierkegaard,  Peguy  et j'en passe , il n'a d'autres but que d'écrire un traité sur la vie des Saints .
Difficile comme tâche lorsque on est désespérément homme et soumis à toutes les souffrances terrestres . Et il a son lot dans le domaine : tuberculeux , pauvre et exposé à l'opprobre qui sévit toujours plus dès lors qu'on a la malchance de vivre dans les "hauts-quartiers " .

De là Paul Gadenne nous offre quelques portraits représentatifs de cette société post-guerre où la bourgeoisie n'en finit plus de s'embourgeoiser . Au détriment du menu peuple bien sûr , il ne saurait en être autrement .Sous la bénédiction de notre Sainte Eglise priez pour nous . Et comme les accointances du pouvoir politique et du pouvoir religieux ne se sont jamais si bien portées , en ces périodes post traumatisme , où les fondations du système social se trouvent fortement ébranlées par toute l'horreur des années de guerres et ses atrocités , la canaillerie (ou bourgeoisie , c'est bonnet blanc et blanc bonnet chez Gadenne )  s'encanaille à qui mieux à mieux ,
Paul Gadenne ne fait pas de quartiers : Les personnages sont scrupuleusement analysés pour en faire sortir toute la noirceur et la perversité . Tous les mêmes , dans les hauts-quartiers au delà de leur apparence souvent trompeuses hélas pour notre Didier qui , quoique en quête d'effacement , nous offre le paradoxe de l'homme en proie à ses désirs de renoncement et/ou d'élevation et ceux plus primaires de l'homme en quête d'amour , d'affection et de tendresse .
Affection et tendresse qu'il croisera , sans pouvoir les saisir , la quête d'absolu ne peut pas s'embarrasser bien longtemps de tout ce que cela implique d',engagement et d'enracinement terrestre . L'occasion de rencontrer l'amour et ses méandres à travers des personnages excessivement complexes ou simples dont on ne parviendra jamais à saisir le fond malgré les interminables pages d'analyse psychologique !
Finalement notre homme de l'effacement a bien des difficultés à atteindre son but , tant ses sentiments exacerbés le ramène à la vie, enchaîné par ce corps souffreteux mais violemment vivant , révolté , plein de sève et d'exaltation . Il est bien loin le chemin de la sainteté et c'est tant mieux car sa révolte douloureuse , son regard sans indulgence sur l'humanité , son audace libertaire pied de nez à tout pouvoir coercitif constitue l'essence même de cette oeuvre : Finalement l'insolence et la liberté de penser dans un monde d'hypocrisie , n'est-ce pas le début de la sainteté ?
Alors ...
Déjà prometteur avec Le jour que voici , une oeuvre de jeunesse  hélas quasiment introuvable aujourd'hui ( merci la BDP ! ).
Enchanteur avec La baleine , court récit métaphorique offrant multiples interprétations ,
Ténébreux et exigeant , hanté déjà par la culpabilité et la noirceur de l'humanité dans La Plage de Scheveningen
Paul Gadenne nous offre une dernière oeuvre encore différente , plus dense , plus douloureuse encore , dans un style d'une élégance rare qui n'est pas s'en rappeler l'écriture Proustienne , toutes proportion gardées ,  Dostoïevskien dans ses obsessions .
En ces temps de folie et de fuite avant , voilà une lecture qui nous force à nous poser et à regarder sans complaisance le triste état de notre humanité .
On peut se demander pourquoi un format si dense , alors que ,emputé de quelques centaines de pages ,il aurait probablement trouvé plus de lectorat . Je ne peux m'empêcher d'y voir une forme expiatoire , pour celui qui  fustigeait l'église et ses travers et qui pourtant  était fortement empreint de tradition judéo-chrétienne . Façon aussi de mettre à l'honneur la notion de mérite  : abruptement je dirais ....qu'il faut quand même se les farcir ces 600 ou 700 pages !

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Paul Gadenne   Ven 22 Juil 2016 - 13:07

Ah oui quand même ! Je tenterai l'aventure un de ces jours malgré ta chute qui refroidit un peu Very Happy

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire


Messages : 6797
Inscription le : 15/01/2013
Age : 51
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Paul Gadenne   Ven 22 Juil 2016 - 13:39

Disons que c'est parce que je suis de nature impatiente aussi et que je n'ai pas la sagesse de vivre l'instant dans toute sa plénitude .
Les pavés j'évite en général car je pense à toutes mes PAL  et comme "Qui trop embrasse mal étreint" , je ne peux pas lire vite et donc je trépigne intérieurement .
Des pavés comme ça ce sont d'excellents supports de méditation dans le sens de pleine conscience et de vivre l'ici et maintenant .Je suis très mauvaise là-dedans . Rolling Eyes
Mais il est riche ce livre pour qui fera l'effort (en plus l'écriture est fluide , la difficulté ne vient pas de là ) . Et Paul Gadenne mérite d'être dépoussiéré , quel talent !

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Paul Gadenne   Ven 22 Juil 2016 - 13:47

À suivre...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Paul Gadenne   Ven 22 Juil 2016 - 15:58

églantine a écrit:
Disons que c'est parce que je suis de nature impatiente aussi et que je n'ai pas la sagesse de vivre l'instant dans toute sa plénitude .
Les pavés j'évite en général car je pense à toutes mes PAL  et comme "Qui trop embrasse mal étreint" , je ne peux pas lire vite et donc je trépigne intérieurement .
Des pavés comme ça ce sont d'excellents supports de méditation dans le sens de pleine conscience et de vivre l'ici et maintenant .Je suis très mauvaise là-dedans . Rolling Eyes
Mais il est riche ce livre pour qui fera l'effort (en plus l'écriture est fluide , la difficulté ne vient pas de là ) . Et Paul Gadenne mérite d'être dépoussiéré , quel talent !

Ce livre  t' a vraiment inspiré les mots pour traduire ce que tu as ressenti personnellement.
Et c' est d' autant plus méritoire que pour moi aussi les pavés ne s' avalent pas facilement.
Tiens à propos d' auteurs un peu oubliés, je fais des recherches sur Roland Cailleux, meme époque que Gadenne ou Guérin.
J' aime bien redécouvrir les oubliés et les les méconnus....

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5260
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Paul Gadenne   Sam 23 Juil 2016 - 6:04

Merci pour cet avis de lecture, Églantine. J'avoue qu'il est digne d'intérêt.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire


Messages : 6797
Inscription le : 15/01/2013
Age : 51
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Paul Gadenne   Mer 30 Nov 2016 - 14:55

Siloe


Voilà une première oeuvre de jeunesse de celui qui deviendra un immense écrivain , témoin douloureux de son temps .
Très vite  je retrouve cette prose poétique fougueuse , qui m'avait emportée dans son sillage avec Les hauts-quartiers , Baleine , La plage de Scheveningen!

Crayon en mains , je m'engouffre dans cette veine littéraire avec une avidité difficilement contenue . Le livre est gros , chouette alors , j'ai de la réserve donc .

Et c'est sur les pas de Simon que je vais remonter un long chemin initiatique qui , ô délice pour la montagnarde en sommeil que je suis , me conduira dans les Alpes .
Un sanatorium en pleine montagne où Simon restera un cycle , un an , le UN dans sa grande unité .
Parce que  la grande Sorbonne et ses perspectives semblent anéanties suite à la tuberculose qu'on vient de lui diagnostiquer ,
Parce que c'est un être en quête de sens et qu'il sent une part manquante dans son chemin tracé jusqu'ici dans  la voie intellectuelle : Une centaine de pages d'ailleurs en guise de prologue peuvent décourager les lecteurs les moins motivés ...Paul Gadenne nous dresse une satire décapante du milieu universitaire de l'époque ....Cette description minutieuse et sans fin est à la mesure de l'ennui poussiéreux et oppressant de cette intelligentsia en dehors des réalités .
Simon trouvera enfin La voie , Le sentier caché , Le chemin , L'unité au contact de mère Nature dans sa forme la plus puissante en écho à sa soif d'absolu . Mais parce que l'être humain a besoin de passer par l'affect et la relation avec l'Autre , c'est par Ariane ( On ne s'étonnera pas du prénom ) , Minnie ,Jérôme et les autres que sa transformation intérieure se fera ....
Ariane , figure presque irrélle et évanescente au départ et qui prendra corps au fil du temps , peut-être trop ....Car celle ci ne peut que rester une transcendance aux yeux de Simon qui préfère son absence à sa présence à ses côtés .(si si je vous assure . )
Minnie , l'incarnation du mal et de la tentation , du grand péché qui , par sa présence , saura renforcer sa détermination sur le chemin opposé , vers le plus haut de cieux ....(là encore je vous assure )

Citation :
«C’est qu’il existe parmi les fautes des fautes qui occupent une place à part; qui, au lieu d’obscurcir la conscience, l’éclairent et jettent sur le cœur une clarté d’évidence dont peut profiter la conduite. Simon ne pouvait plus en douter : Minnie appelait Ariane, comme la maladie appelle la santé, comme le doute appelle la certitude, comme la nuit appelle le jour.»

Mais aussi Jérome , le grand témoin silencieux , son pinceau à la main . Peut-être le plus bavard pourtant dans la profondeur de son silence , il suffit de savoir entendre Le silence ...semble nous dire Paul Gadenne .
Entendre , voir , sentir , c'est par les sens que Simon poursuit son long chemin initiatique . Dialoguant désormais avec les forces vives de cette nature , tout au long de ses promenades en compagnie d'Ariane ,  presque irréelle et se fondant avec la blancheur de ce décor pur et cristallin , une sorte d'entité en dehors de la vie qui guidera Simon jusqu'à la guérison ...De l'âme .

Bon , il est bien évident que nous pensons tous à La montagne magique ( tiens il faudrait que je le reprenne . En voilà un qui m'est tombé des mains au bout de 100 pages ) .
Mais je n'ai pas été du tout surprise d'apprendre qu'il était un grand admirateur de Giono ! Son écriture d'emblée m'a permise d'établir cet étrange parallèle à priori. Dans cette idéalisation de la nature , ce souffle mystique lyrique impressionnant , cette imagination tentaculaire ouvrant les portes à une vision quasi onirique .


A part que .....
Crayon en mains ....j'ai fini par m'essouffler ! Et chouette alors il ne reste plus que 100 pages .
A vouloir trop embrasser , mal étreint . Les thèmes sont ceux qui appartiennent à l'essentiel , nous sommes dans un incessant questionnement philosophique , sans relâche . Chaque phrase remet en cause la précédente . Le grande doute et la remise en question de chaque acte ou pensée .Et tout cela dans une ferveur mystique qui donne envie . Ou qui éloigne .
Péché de jeunesse ? Probablement ..... Mais je crois que ça restera malgré tout une de ses grandes caractéristiques : il s'emballe , s'enflamme ....Euh ....s'étale ? Oui ! Certes avec un indéniable talent , son écriture le range parmi les plus grands , ceux qui appartiennent aux "Classiques " .
Mais est-il sévère de percevoir une certaine forme de complaisance dans ce long roman en prose poétique qui , à vouloir trop exalter , finit par nous lasser .
Bon . A part ça ?
Lisez Paul Gadenne . Parce que quand même je l'adore .

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10912
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Paul Gadenne   Mer 30 Nov 2016 - 21:37

Merci d'avoir pris le temps de nous parler de ta lecture églantine.

Du coup, je me demande par rapport à ton amour pour Bosco (je ne crois pas me tromper en parlant d'amour) où tu places Gadenne sur l'échelle de ton cœur ? (je n'ai lu que Baleine que j'ai, plus qu'aimé, mais je n'ai pas forcément envie de m'embringuer dans une aventure, certes délicieuse, mais peut être un brin moins exotique et réellement plus longue, par rapport à un certain Bosco. Que j'aime aussi...).

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Paul Gadenne   Aujourd'hui à 2:51

Revenir en haut Aller en bas
 
Paul Gadenne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Paul Watson pirate des mers pour combattre les bateaux tueurs de baleines...
» JEAN PAUL II
» Bloody Sunday de Paul Greengrass (2002)
» Paul Newman....
» Coulez l' Alabama! Paul Ingouf-Knocker.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: