Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 August Strindberg [Suède]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Isidore Ducasse
Envolée postale
Isidore Ducasse

Messages : 166
Inscription le : 17/08/2007
Age : 29

August Strindberg [Suède] Empty
MessageSujet: August Strindberg [Suède]   August Strindberg [Suède] Icon_minitimeMer 22 Aoû 2007 - 16:53

August Strindberg [Suède] Medium11
Voilà sa biographie sur Wikipédia:

August Strindberg écouter, de son nom complet Johan August Strindberg, né le 22 janvier 1849 à Stockholm, mort le 14 mai 1912 à Stockholm, était un écrivain, dramaturge et peintre suédois. Il fait partie des auteurs suédois les plus importants, et est l'un des pères du théâtre moderne. Ses œuvres se classent parmi deux courants littéraires majeurs : le naturalisme et l'expressionnisme.

Il a été marié à trois reprises, mais son caractère névrosé et hypersensible a conduit chacune de ses unions au divorce.

Ses relations avec les femmes étaient orageuses, et ses mots et ses actes ont souvent été vus comme misogynes autant par ses contemporains que par les lecteurs d'aujourd'hui. Cependant, beaucoup reconnaissent qu' il avait une rare connaissance de l'hypocrisie des attentes de sa société à l'égard des sexes, du comportement sexuel et de la moralité. Le mariage et la famille étaient sous tension à l'époque de Strindberg, alors que la Suède s'industrialisait et s'urbanisait à une allure folle. Les questions de la prostitution et de la moralité étaient fortement débattues parmi les écrivains et les politiciens. Ses premiers écrits traitaient souvent du rôle traditionnel donné aux sexes par la société, et qu'il qualifiait d'injuste.

Strindberg était admiré par la classe ouvrière et était socialiste, voire anarchiste. Sa fille Karin a même épousé un des leaders bolchéviques. Ses idées politiques l'ont rendu très populaire dans les pays socialistes, comme en URSS ou à Cuba. Toutefois, à la fin des années 1880, il renia le socialisme, et découvrit Nietzsche, avec qui il correspondit jusque dans la folie de ce dernier. Nietzsche lui proposa de traduire Ecce Homo, mais, Strindberg n'ayant pas le sou, il demanda une rétribution que Nietzsche, également infortuné, ne put accepter. Strindberg s'éloigna ensuite de la pensée de Nietzsche, et se tourna vers le mysticisme.


August Stindberg vu par Carl Larsson (1899)Après sa mort, des psychanalystes ont supposé que son caractère contradictoire et difficile était dû à la peur d'une homosexualité latente. D'autres évoquent son enfance. Sa mère était initialement la servante de son père avant leur mariage.

Son roman La Chambre rouge (Röda rummet) (1879) l'a rendu célèbre. Ses premières pièces étaient écrites dans le style naturaliste, et ses travaux durant cette période sont souvent comparés avec ceux du dramaturge norvégien Henrik Ibsen. L'œuvre phare de cette époque est Mademoiselle Julie (Fröken Julie) (1888).

Il a ensuite subi une période de trouble intérieur qui se termina par l'écriture d'un livre en français, Inferno (1897).

Il rompt ensuite avec le naturalisme et se met à produire un travail influencé par le symbolisme. Il est considéré comme l'un des pionniers de l'expressionnisme européen moderne. La Danse de mort (Dödsdansen, 1900-1901) et La Sonate des fantômes (Spöksonaten, 1907) sont des pièces connues de cette époque.

On sait moins qu'il était également peintre, photographe, alchimiste, et télégraphiste.

En tant qu'étudiant, avant de devenir écrivain, il a également travaillé comme assistant dans un atelier de chimie à l'université de Lund au sud de la Suède.

Il est mort d'un cancer en 1912, et est enterré au Norra begravningsplatsen à Stockholm.



Parmis les oeuvres que je connais de lui, il y a, en théâtre, "Père", et "Mademoiselle Julie", qui ont tous les deux reçu un acceuil très critique, il me semble même que "Père" a été interdit de représentation pendant quelques temps...

Il a écrit deux romans en français, une langue qu'il ne maîtrisait pourtant qu'assez bancalement, qui lui restait étrangère: "Plaidoyer d'un fou", et "Inferno", que je lis actuellement.

Plusieurs thèmes sont soulevés, les principaux étant la religion et le besoin de s'y rattacher, à la religion ou au mysticisme, d'y trouver des solutuons, ainsi que le thème de la présence néfaste, déjà soulevée par Maupassant dans le Horla. L'auteur est persuadé que quelqu'un, ou une puissance, lui en veut, et désire le tuer. Il nort que difficilement, et est très dérangé, il croit sentir l'air devnir plus épais, du courant électrique lui passer sur le corps... Il voyage beaucoup au fil du livre dans le but de fuir ses démons. Beaucoup de monde lui en vaut car il s'était dans le passé monté contre la société féminine de Suède.

Le récit est apparemment autobiographique.
C'est une lecture assez dérengeante, en mon sens, par les questions qu'elle soulève, par la personnalité de l'auteur, surtout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burlybunch
Agilité postale
Burlybunch

Messages : 870
Inscription le : 29/09/2007
Localisation : Ci et là

August Strindberg [Suède] Empty
MessageSujet: Re: August Strindberg [Suède]   August Strindberg [Suède] Icon_minitimeSam 20 Sep 2008 - 19:49

A propos du Bouc Emissaire (qui est un roman)...
Style ici assez proche de celui de Steinbeck,
désarroi et pessimisme, mais contenus derrière un ton léger
personnages peu nuancés aux comportements parfois improbables et atmosphère manichéenne.

L'histoire en somme d'un étranger - Libotz - nouveau venu dans une ville où il se retrouve vite - malgré sa droiture et sa gentillesse - indésiré et détesté. Seul l'aubergiste - Askanius - accepte de lui venir en aide, sans pour autant approuver son amitié. Entre en jeu un troisième personnage - Tjärne - procureur manipulateur et sans scrupule, estimé par Askanius qu'il enverra pourtant à sa perte, laissant Libotz, une fois de plus, impuissant face au destin qui l'accable.

J'en attendais un peu plus d'une première approche avec l'auteur et suis donc resté sur ma faim, mis à part quoi cette lecture fut très agréable.
A noter que cet ouvrage n'est disponible traduit en français que depuis une dizaine d'années.


Mademoiselle Julie/Le Pélican (théâtre) (ed. Flammarion trad. R. Boyer)
Strindberg était profondément misogyne, et ces pièces mettent en jeu des femmes abusées de par leurs faiblesse d'esprit et manque de lucidité. Chutes cruelles à l'issue dramatique dont la modernité du récit rendra l'accueil critique froid. Ces pièces dégagent pourtant beaucoup de force, et m'apparaîssent plus marquantes que Le Bouc Emissaire - ma préference allant au Pélican.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burlybunch
Agilité postale
Burlybunch

Messages : 870
Inscription le : 29/09/2007
Localisation : Ci et là

August Strindberg [Suède] Empty
MessageSujet: Re: August Strindberg [Suède]   August Strindberg [Suède] Icon_minitimeSam 20 Déc 2008 - 20:48

A propos de Mademoiselle Julie, un article sur sa "malédiction"... clown
Curieux

August Strindberg [Suède] Strind12August Strindberg [Suède] Strind13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

August Strindberg [Suède] Empty
MessageSujet: Re: August Strindberg [Suède]   August Strindberg [Suède] Icon_minitimeSam 20 Déc 2008 - 22:00

Ah, il y a une malédiction qui plane sur Mademoiselle Julie... Je comprends enfin pourquoi j'ai raté toutes les diffusions du film de Mike Figgis avec Peter Mullan (qui est divorcé, mais je ne sais pas si ça s'est fait juste après le film ou pas).

Concernant le très peu de pièces de théâtre que j'ai pu lire de lui, Burlybunch, j'ai préféré Le Pélican à Mademoiselle Julie.
Quant à argumenter précisément, ça remonte un peu...
La psychologie de Mademoiselle Julie est très particulière, pas très facile à suivre. L'histoire macère en un quasi huis clos, il y a peu de personnages.
Par contre, Le Pélican, c'est plus outré, c'est violent, ça déballe son linge sale. On sent une parenté avec les réalisateurs du Dogme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

August Strindberg [Suède] Empty
MessageSujet: Re: August Strindberg [Suède]   August Strindberg [Suède] Icon_minitimeSam 7 Mar 2009 - 20:16

Une excellente création contemporaine (opéra) d'après Mademoiselle Julie et dont j'ai déjà parlé ailleurs:

Julie
de Philippe Boesmans avec une formidable mise en scène de Luc Bondy

August Strindberg [Suède] Julie_10

August Strindberg [Suède] Xr8fs610 August Strindberg [Suède] Julie_11

Forum Opéra:
Citation :
Un chef d’œuvre, tout simplement.


Créée à Bruxelles en mars 2005, présentée au Festival d'Aix-en-Provence la même année, retransmise en direct sur une chaîne publique, publiée en CD (aux Editions Cyprès) et maintenant en DVD, la Julie de Philippe Boesmans ne pouvait trouver meilleurs soutiens pour accompagner sa diffusion. Ce chef-d'oeuvre en langue allemande, librement adapté de la pièce d'August Strindberg, Mademoiselle Julie, tient à la fois du théâtre (un implacable huis clos tenu par un trio sur la corde raide), du cinéma (un drame bergmanien étouffant, dans la plus pure tradition) et de l'opéra de chambre (à la manière de ceux composés par Benjamin Britten).

En accord avec le livret qui dépeint sans détour la chute annoncée d'une bourgeoise en souffrance qui perd la tête un soir de Saint-Jean, la musique de Boesmans est une merveille de densité, où cohabitent dans une même exaltation sonore, les pulsions les plus vives et le désenchantement le plus âpre. Envoûtante et trouble par son orientalisme revendiqué, la nervosité de ses accents obtenus d'un orchestre réduit (cordes, bois, cuivres, percussions, harpe et célesta) et la précision de son sous-texte psychologique, la partition est constamment mise en valeur par les soins du chef Kazushi Ono, qui se plait à souligner les névroses de chacun des personnages.

Le metteur en scène Luc Bondy, co-auteur du livret avec Marie-Louise Bischofberger, prend un plaisir évident à traiter ce sujet comme une tragédie moderne : unité de temps (une nuit, celle de la Saint-Jean où tout est permis et où le feu est censé tout purifier), de lieu (une cuisine au réalisme scrupuleux, conçue par Richard Peduzzi) et d’action (celle qui lie et se lie autour de trois personnages, une fille de famille et deux serviteurs), tous les éléments sont réunis pour conduire au drame. Sa direction d'acteurs qui privilégie le naturel jusqu'au prosaïsme, tout en dégageant la complexité des relations qu'entretiennent les protagonistes, est exemplaire. Ce travail au cordeau qui fait le prix de cette représentation est également dû à la réalisation de Vincent Bataillon, dont l'oeil aguerri ne laisse rien au hasard.

Malena Ernman, si décevante dans le répertoire baroque (Hercules de Händel par Bondy et Christie) est ici dans son univers, investie corps et âme dans un rôle-titre taillé à sa mesure. Tout d'abord séductrice, elle mène la danse de son timbre ferme et charpenté de mezzo clair, poussant le valet de son père dans ses bras, avec le fol espoir de fuir ; mais une fois la relation consommée, les rapports s'inversent et de dominante elle devient dominée. Sa voix se tarie, sa présence s'estompe et s'avouant finalement vaincue, elle se tranche la gorge avec le rasoir que Jean, dans une geste de pure provocation, lui a tendu. Magnifique composition. La baryton Garry Magee (Jean), est lui aussi exceptionnel, monstre froid qui joue sur tous les tableaux et profite avec un profond cynisme des excès de la maîtresse de maison, tout en se réservant les faveurs de Kristin, interprétée avec une grande justesse par la juvénile Kerstin Avemo, qui laisse passer dans sa voix transparente et haut perché, le soleil du matin, selon le souhait du compositeur.

Un ouvrage qui, après Reigen et Le Conte d'hiver confirme la suprématie de Boesmans dans ce genre musical fragile.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
tom léo

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 56
Localisation : Bourgogne

August Strindberg [Suède] Empty
MessageSujet: Re: August Strindberg [Suède]   August Strindberg [Suède] Icon_minitimeDim 8 Mar 2009 - 12:45

Je suis encore en train de découvrir cet auteur. Récemment j'avais trouvé une édition chez Babel d'une trentaine de nouvelles, intitulées "Mariés!". Elles somblent rejoindre toutes ce sujet des relations hommes-femmes. Voici la présentation de l'éditeur:

Sur le mariage, sur la vie conjugale, sur l'amour et ses désillusions, sur les fortunes et les infortunes des couples, voici l'œuvre la plus fameuse de Strindberg : trente récits et nouvelles publiés entre 1884 et 1886 critiquant violemment les institutions - le mariage, la religion - mais aussi l'émancipation de la femme qui connaît de nettes avancées dans cette Europe du XXe siècle. Ce livre sulfureux - alternance de textes profondément misogynes et d'autres plus tendres, de récits désespérés et d'autres pleins d'une allégresse féroce - valut une assignation devant les tribunaux à son auteur qui ne regrettait rien : "C'est ce que j'ai écrit de plus terrible, mais aussi de plus beau, de plus drôle et de plus salaud !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burlybunch
Agilité postale
Burlybunch

Messages : 870
Inscription le : 29/09/2007
Localisation : Ci et là

August Strindberg [Suède] Empty
MessageSujet: Re: August Strindberg [Suède]   August Strindberg [Suède] Icon_minitimeMar 12 Mai 2009 - 22:42

tom léo a écrit:
Je suis encore en train de découvrir cet auteur. Récemment j'avais trouvé une édition chez Babel d'une trentaine de nouvelles, intitulées "Mariés!". Elles somblent rejoindre toutes ce sujet des relations hommes-femmes. Voici la présentation de l'éditeur:

Sur le mariage, sur la vie conjugale, sur l'amour et ses désillusions, sur les fortunes et les infortunes des couples, voici l'œuvre la plus fameuse de Strindberg : trente récits et nouvelles publiés entre 1884 et 1886 critiquant violemment les institutions - le mariage, la religion - mais aussi l'émancipation de la femme qui connaît de nettes avancées dans cette Europe du XXe siècle. Ce livre sulfureux - alternance de textes profondément misogynes et d'autres plus tendres, de récits désespérés et d'autres pleins d'une allégresse féroce - valut une assignation devant les tribunaux à son auteur qui ne regrettait rien : "C'est ce que j'ai écrit de plus terrible, mais aussi de plus beau, de plus drôle et de plus salaud !"
Ce procès (pour outrage aux institutions civile/religieuse suédoises), il le gagnera, mais comme abbatu, le sentiment d'être persecuté qui ne le quittera plus dès lors.
D'autant que Strindberg fuit la Suède à cette époque - sa critique conservatrice mesquine, et l'opinion publique qui s'y rallie - et est forcé d'y revenir pour 'l'occasion'. Perte alors de ses convictions (notamment socialistes).
Temps de communauté, à Grèz-sur-Loing, et tensions grandissantes dans son mariage avec Siri von Essen. D'autant qu'il ne vend pas, et vit dans la misère.
Dans ce contexte de crise qu'intervient l'heureux succès des Gens de Hemsö (1887), roman écrit par divertissement, autour des moeurs de l'archipel de Stockholm, et plus précisement de l'ascension d'un parvenu. Si heureux que son éditeur lui commande une suite, ce que l'écrivain accuse comme un "viol", une tentative de le faire "retourner en enfance". Le dégoût de gagner sa vie grâce à des textes fades, alors que ses chefs d'oeuvres dramatiques ne recoivent aucune considération (c'est cette année qu'il publie Mademoiselle Julie).
Au milieu de cette seconde partie, qui est un recueil de nouvelle (La Vie dans l'Archipel), un texte se distingue: Le Sacristain Romantique de Rånö, nouvelle grand format subdivisée en neuf chapitres, qui condense les principales préoccupation de l'écrivain, prises dans leur interraction: la fragile démarcation entre le rêve et le réel, l'essence de l'art, l'âme humaine et ses mécanismes...
L'histoire d'un jeune homme, fils de journalier, qui monte à la ville (Stockholm) pour étudier la musique et la pédagogie. Des talents d'organistes certains et une assiduité qui lui promet le succès. Seulement ce jeune homme est un "esprit rêveur" qui depuis son enfance (tragique) "joue sans jouets", et amènage la réalité de façon à pouvoir la supporter, qu'il s'agisse d'enfouir des traumatismes, ou d'edulcorer des paysages insipides. Ces jeux sont la seule issue qu'il trouve pour exprimer sincérement ses sentiments; mais contribuent à l'isoler.
Et finalement une suite banale. Il obtient un poste dans son île natale - deserte et reculée. Et finit par se marrier. Puis la solitude, à raconter à qui veut l'entendre son histoire. Ou plutôt sa version, de l'histoire.

Ce résumé est incomplet, mais ce n'est de toute façon pas avec ce livre qu'il faut commencer. Voir des écrits plus fièvreux tels que Le Père ou Le Songe, pièces qui se trouvent/se lisent très facilement. Ou Inferno, pour sa démesure ahurissante, qui m'a tout bonnement fasciné!

Un extrait qui donne le ton:
[list]Installé dans mon petit appartement, je remarque aussitôt le lit de fer américain avec ses quatre piliers surmontés de boules de laiton, et qui ressemblent aux conducteurs d'une machine électrique. Ajoutez-y le sommier élastique, composé de ressorts à boudins en cuivre, analogues aux spirales de la bobine de Rumkhorff, et jugez de ma fureur devant ce hasard diabolique. Impossible de demander un changement de lit, sous peine d'être soupçonné de manie. Pour m'assurer que rien n'est caché au-dessous de mon lit, je monte au grenier. Par comble de malchance, il n'y a là-haut qu'un seul objet, et c'est une énorme maille de fil de fer, entortillée et placée juste au-dessus de mon lit. Voilà, me dis-je, un accumulateur. En cas d'orage, ce qui est très fréquent ici, le réseau de fer attirera la foudre et je reposerai sur le conducteur sans oser dire un mot. En même temps, le bruit d'une machine m'inquiète. Un bourdonnement d'oreilles me persécute depuis mon départ de l'hôtel Orfila, quelque chose comme le trépignement d'une roue hydraulique.
Doutant de la réalité de ce bruit, je demande ce que c'est. - La presse de l'imprimerie est à côté.
Tout s'expliqe à merveille, et néanmoins cette simplicité de moyens pour me rendre fou m'épouvante.
Et, voici la nuit effroyable. Le ciel est couvert, l'air est lourd; on attend un orage. Je n'ose me coucher, et passe deux heures à écrire des lettres. Ecrasé de fatigue, je me déshabille et me glisse entre les draps. Un silence horrible règne dans la maison lorsque j'éteins la lampe. Je sens que quelqu'un dans l'ombre me guette, m'effleure, me tâte le coeur, et suce.
Sans attendre, je saute du lit, ouvre la fenêtre et me précipite dans la cour ; mais els rosiers sont là, et ma chemise ne me protège pas du tout contre la flagellation des épines. Déchiré, ensanglanté, je traverse la cour, pieds nus, écorché sur les cailloux, égratigné par les chardons et les orties, tout en glissant sur des objets inconnus...[/list:u:6a74]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hexagone
Envolée postale
Hexagone

Messages : 260
Inscription le : 18/01/2010
Age : 48
Localisation : Ile de France

August Strindberg [Suède] Empty
MessageSujet: Re: August Strindberg [Suède]   August Strindberg [Suède] Icon_minitimeMer 27 Jan 2010 - 8:33

Pour ma part j'ai lu la moité de " Au bord de la vaste mer" et impossible d'aller plus loin. Le style ne me convient pas du tout,et l'histoire ne m'a pas emballée. Tant pis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Burlybunch
Agilité postale
Burlybunch

Messages : 870
Inscription le : 29/09/2007
Localisation : Ci et là

August Strindberg [Suède] Empty
MessageSujet: Re: August Strindberg [Suède]   August Strindberg [Suède] Icon_minitimeJeu 4 Fév 2010 - 20:55

Mais Strindberg est cependant dans l'actualité, grâce au théâtre parisien du Nord-Ouest qui a fait le pari de monter ses 55 pièces en 4 mois.
Il se trouve qu'on est déjà en plein dans le 4° mois, mais il reste encore tout plein de choses à voir, jusqu'au 14 février.
(C'est par exemple le Pélican qui est joué à l'instant).

Le programme détaillé sur la page du théâtre du Nord-Ouest

clown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

August Strindberg [Suède] Empty
MessageSujet: Re: August Strindberg [Suède]   August Strindberg [Suède] Icon_minitimeLun 29 Mar 2010 - 19:05

Les gens de Hemsö



La quatrième de couverture cite l'auteur qui disait à propos de ce livre "Rejetées les questions féminines, bannis le socialisme, la politique et les bêtises, je me suis décidé à écrire un livre suédois, amusant grossier, savoureux, montrant comment un valet de ferme avec les nerfs solides et le sang pur, sans bile, va son chemin dans la vie, prenant ce qui s'offre, abandonnant ce qu'il ne peut retenir. J'ai choisi comme modèles les tabeaux de genre hollandais, parce qu'ils m'ont paru ressembler à la vie du petit peuple suédois".

Si je ne savais pas que ce livre était de Strinberg, je ne l'aurais sans doute pas deviné. C'est dans une veine plutôt comique. Les paysans picolent, suivant en cela leur pasteur, courent les jupons, se font des farces, essayent de travailler le moins possible et de gagner le plus. Certains thèmes pourraient presque faire penser à Paasilinna. En nettement mieux écrit je dois le dire. C'est plutôt drôle, alerte et s'avale tout seul. Mais aucun des thèmes présents dans le théâtre de Strinberg n'apparaît, comme si un autre homme avait écrit cela. Cela m'a fait une drôle impression, je ne m'attendais pas du tout à ce genre de livre. Comme quoi Strinberg est un auteur surprenant à plus d'un titre.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

August Strindberg [Suède] Empty
MessageSujet: Re: August Strindberg [Suède]   August Strindberg [Suède] Icon_minitimeLun 5 Nov 2012 - 0:19

Le fils de la servante
August Strindberg [Suède] Le-fil11

Le moi n'est pas quelque chose d'absolu, c'est une diversité de reflets, une complexité d'instincts, de désirs dont quelques uns sont étouffés, d'autres déchaînés.
La complexité de Jean était, par suite de nombreux croisements dans le sang, d'éléments opposés dans la vie de famille, d'une grande expérience tirées des livres et d'événements variés dans son existence, un matériel très riche mais chaotique! Il cherchait encore son rôle, parce qu'il n'avait pas encore trouvé sa place, et c'est pourquoi il continuait d'être sans caractère.
Il n'avait pas encore pu décider quels instincts devaient être réprimés, et quelle partie de son moi serait nécessairement sacrifiée à la société dans laquelle il se disposait à entrer.


Le fils de la servante est un roman autobiographique qui évoque l'enfance et l'adolescence du narrateur alter ego de Strindberg. Jean est un enfant qui se sent constamment en décalage avec son environnement. Il nous fait d'abord partager la vie familiale dans une sorte de familistère situé entre un cimetière et un lac où se noient quelques personnes de temps à autres. Il se sent mal aimé, incompris du fait d'une intelligence précoce, d'une hypersensibilité et d'un sens aigu de la justice qui lui fait prendre en horreur toute forme d'autorité arbitraire. Il est plein de contradictions et se sent clivé en permanence, ne sachant ou trouver sa place. Que ce soit sur le plan affectif, religieux ou social. Il se sent d'abord proche des plus pauvres puis il croit voir dans l'aristocratie une plus grande élévation d'esprit. Il se convertit au piétisme avant de s'en éloigner. A chaque fois il se trouve confronté à ses désillusions et cherche sa voie.

J'ai trouvé admirable cette façon de faire le portrait d'un futur grand névrosé (je ne tranche pas le débat sur la pathologie supposée de Strindberg, psychotique ou hystérique?) mais dont la névrose ne serait pas montrée comme une pathologie ou une tare mais comme une tentative d'adaptation extrêmement lucide aux exigences de la réalité. Le "caractère" vanté par certains lui apparaissant comme une restriction étriquée de la personnalité qui se verrait réduite à des automatismes prévisibles et limités. Il a conscience de son intelligence et de l'importance de la culture pour s'élever au-dessus de sa condition. Il n'hésite pas à s'opposer quitte à décevoir et à perdre l'affection de ses proches. Il semble souvent seul et incompris.

Et dans le même temps il met en garde le lecteur contre la tentation d'une forme de romantisme ou à l'inverse de réalisme dans la perception qu'on pourrait avoir de sa vie. Pourtant le clivage qui sous-tend tout son être se retrouve aussi dans cette chimère qui ferait de lui le fruit improbable de ces 2 mouvements culturels et littéraires. Son oeuvre ouvrant ensuite la porte à l'expressionnisme.

L'ensemble est captivant malgré quelques (rares) digressions religieuses un peu longues et lassantes. Il y a des descriptions de paysages formidables qui côtoient une introspection d'une grande richesse et loin de bien des récits plus convenus sur l'apprentissage et l'enfance. Strindberg ne cesse de montrer les artifices de la vie sociale et la difficulté à être réellement soi.

J'ai parfois pensé au Mizoguchi du Pavillon d'or de Mishima par cette façon de chercher sa voie tourmentée au milieu des contraires, ses réflexions sur la société et la spiritualité. Mais à l'inverse de son alter ego japonais le chemin de Jean semble davantage mener vers une émancipation et une élévation que vers la destruction.

Reste à découvrir la suite à travers ses autres romans autobiographiques (et son Journal).

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

August Strindberg [Suède] Empty
MessageSujet: Re: August Strindberg [Suède]   August Strindberg [Suède] Icon_minitimeLun 5 Nov 2012 - 22:21

Quel commentaire ! Et voilà... je regrette de ne pas l'avoir pris la dernière fois à la bibliothèque ! Je vais peut-être lire celui-ci finalement... ?
Le fait que tu aies précisé que l'inspiration de l'auteur était autobiographique me motive vraiment à lire cette oeuvre de Strindberg plus que toute autre...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

August Strindberg [Suède] Empty
MessageSujet: Re: August Strindberg [Suède]   August Strindberg [Suède] Icon_minitimeLun 5 Nov 2012 - 22:32

colimasson a écrit:
Quel commentaire ! Et voilà... je regrette de ne pas l'avoir pris la dernière fois à la bibliothèque ! Je vais peut-être lire celui-ci finalement... ?
Le fait que tu aies précisé que l'inspiration de l'auteur était autobiographique me motive vraiment à lire cette oeuvre de Strindberg plus que toute autre...
Merci Colimasson Very Happy De ces livres qui donnent le sentiment d'être face à un être de chair et de sang, complexe, authentique, d'une vérité et d'une sincérité totales jusque dans ses paradoxes.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

August Strindberg [Suède] Empty
MessageSujet: Re: August Strindberg [Suède]   August Strindberg [Suède] Icon_minitimeLun 5 Nov 2012 - 23:15

J'aime bien la couverture (évocatrice du sujet: autobiographie) de mon vieil exemplaire (1973).

August Strindberg [Suède] Strind10

(illustration de Patrick Couratin)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

August Strindberg [Suède] Empty
MessageSujet: Re: August Strindberg [Suède]   August Strindberg [Suède] Icon_minitimeLun 12 Nov 2012 - 14:37

A défaut d'avoir pu mener à bien ma lecture de Au bord de la vaste mer, j'apporte ma contribution en publiant ce portrait de Strindberg par Carl Larsson

August Strindberg [Suède] 200px-10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




August Strindberg [Suède] Empty
MessageSujet: Re: August Strindberg [Suède]   August Strindberg [Suède] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
August Strindberg [Suède]
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nordique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: