Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Peter Matthiessen

Aller en bas 
AuteurMessage
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Peter Matthiessen Empty
MessageSujet: Peter Matthiessen   Peter Matthiessen Icon_minitimeJeu 11 Déc 2014 - 19:07

Peter Matthiessen Matthi10

Peter Matthiessen (1927-2014), écrivain et naturaliste américain

Citation :
Citant son fils, le New York Times a précisé qu'il avait succombé à une leucémie à son domicile de Sagaponack, à Long Island (Etat de New York).

Peter Matthiessen est le seul auteur avoir remporté deux fois le National Book Award, un des prix littéraires les plus prestigieux des Etats-Unis, pour un ouvrage de fiction et pour une non-fiction, avec "Le Léopard des neiges", récit d'un voyage spirituel dans l'Himalaya avec un naturaliste, paru en 1978, puis avec le recueil de nouvelles "Shadow Country", en 2008.

Un amoureux de la nature
Né à New York, ce fils d'architecte a étudié à Yale et à la Sorbonne, à Paris, où il a créé en 1953, avec Harold Humes et George Plimpton, The Paris Review , un influent magazine littéraire qui a publié des textes et des interviews des plus illustres écrivains.

Après avoir quitté la France à la fin des années 1950, Peter Matthiessen, amoureux de nature et de grands espaces, s'est lancé dans l'exploration, parcourant l'Alaska, les territoires canadiens du Nord-Ouest, les zones les plus sauvages d'Amérique Latine ou d'Afrique et la Nouvelle-Guinée, régions qui ont inspiré ses romans et récits.

Un défenseur des droits des Amérindiens
Peter Matthiessen a aussi bien écrit des romans que des essais, comme "In the Spirit of Crazy Horse" (1983), dans lequel il prenait la défense des militants amérindiens et contestait la condamnation d'un Indien pour le meurtre de deux agents du FBI. Le livre fut interdit et fit à l'époque l'objet de poursuites que le FBI abandonna finalement.

Parmi ses romans, on peut citer "En liberté dans les champs du Seigneur" (At Play in the Fields of the Lord, 1965), un récit fascinant qui confrontait deux Américains au fin fond de l'Amazonie et qui a inspiré un film d'Hector Babenco en 1991. Ou "Far Tortuga" (1974), qui raconte une expédition de pêche au Nicaragua, considéré par beaucoup comme son chef-d'œuvre.

Décédé à la veille de la sortie de son dernier roman
Son récit "The Search for the Great White Shark" (1971) aurait inspiré à Peter Benchley "Les dents de la mer".

Dans "Deux saisons à l'âge de pierre" (Under the Mountain Wall), il racontait son voyage en Nouvelle-Guinée avec l'expédition Harvard-Peabody dans le territoire des Kourelou, une tribu qui n'a jamais encore rencontré les hommes blancs.

Mais Peter Matthiessen se définissait essentiellement comme un auteur de fiction. "J'ai écrit plus de livres de non-fiction parce que ma fiction est un processus d'exploration, pas laborieux mais long et lent, de plus en plus lent", déclarait-il à "The Paris Review", précisant qu'il lui avait fallu huit ans pour écrire "Far Tortuga".

Passionné de bouddhisme zen, Peter Matthiessen était devenu moine. Il avait installé chez lui une salle de méditation où il recevait des élèves, tout en continuant à écrire. Son dernier roman, "In Paradise", consacré à la Shoah, devait paraître mardi aux Etats-Unis.

Il avait reconnu il y a quelques années avoir travaillé pour le compte de la CIA lorsqu'il vivait à Paris. "On m'avait prié de faire quelque chose pour mon pays, ce qui a fait vibrer ma fibre patriotique", dit-il dans le dernier numéro du New York Times Magazine.

source : francetvinfo.fr

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Peter Matthiessen Empty
MessageSujet: Re: Peter Matthiessen   Peter Matthiessen Icon_minitimeJeu 11 Déc 2014 - 19:43

Le léopard des neiges

Dans les années 70, Peter Matthiessen accompagne le zoologiste George Schaller pour le Dolpo, une région du Népal située à la frontière du Tibet. Le but de l'expédition est d'étudier les bharals (cousins des chèvres et des moutons) et peut-être voir un rare léopard des neiges. Le lieu choisi pour ces observations est l'ancien monastère de Shey Gompa et la saison est l'automne en espérant pouvoir observer les animaux pendant leur période de rut (pour déterminer s'ils sont plus chèvres ou plus moutons). Ils seront accompagnés, aidés, par des sherpas et guides locaux et essaieront autant que faire ce peu de "voyager léger".

Pour l'auteur, bouddhiste pratiquant (zen) le voyage est aussi un pèlerinage, un apprentissage recherché et un deuil.


Sous forme de journal l'auteur raconte ce voyage particulier. Avec une entrée par journée de marche, le plus souvent, sinon il y a marche quand même pour explorer et observer, nous pouvons donc essayer d'imaginer de loin (et au chaud) cet ailleurs difficilement concevable et en plus certainement révolu. L'écriture est homogène et penche du beau côté de la balance entre classicisme et goût pour la nature. Nature qui tient une part importante dans le livre mais qui n'est pas tout. Tout cela est étroitement lié au bonhomme. Bien que l'on passe par une couche d'histoire(s) locale(s) et notamment d'intéressantes (et pertinentes) considérations et réflexions sur le bouddhisme, considérations historiques, pragmatiques, d'enseignement ou de représentations. Bien que l'on croise aussi des animaux : yacks, bharals, loups, chiens (féroces), qui ont une place non négligeable. Bien qu'il ne faille pas non plus oublier les hommes (et les femmes), notamment l'énigmatique, endurant et efficace Tukten ancien gurkha qui n'est pas sherpa, moins bien considéré que ça. Ou encore le souriant Dawa. Malgré tout ça, dans ce récit de voyage très personnel il y a le voyageur, le marcheur.

Peter Matthiessen donc, et la part surprenante (le reste est franchement immense et terriblement nourrissant et intéressant) du livre. En effet on le trouve changeant, curieux et volontaire, assez ouvert et détendu (incluses les évocations de psychotropes) mais aussi orgueilleux et colérique, un quelque chose d'envahissant de la personnalité. Parfois presque gênant. Pourtant c'est aussi par là que le livre a sa force et son intérêt très primaire. Parce que ce n'est peut-être pas si évident, à travers des pages de quête d'éveil, de sagesse, de repos, d'envie, de besoin de se libérer au moins un peu de s'écrire aussi simplement, "bien" ou "en bien" mais pas parfait, inquiet, imparfait. Au moins il cherche et ça se sent.

Et dans des conditions particulières : nombreuses heures de marche, passages difficile, neige, humidité, froid, altitude (entre 4 et 5 000 mètres pour une bonne part) qui forcément influent sur l'homme, celui qui nous raconte et partage. Et c'est avec cette même simplicité parfois critique mais toujours humaine (bienveillante au moins après coup) qu'il parle de ses compagnons de route dont GS (comme il l'appelle) plus taciturne, plus brusque. Le voyage forme un tout.

Jamais lassant malgré sa relative longueur (350 pages où il y a quand même de quoi faire, ce n'est pas tout à fait du poche dans L'imaginaire Gallimard), c'est un livre qui ne devrait pas laisser indifférent. Mille choses sont intéressantes, étranges, surprenantes ou déroutantes (ces hommes qui accompagne les occidentaux en portant beaucoup plus et avec des pompes et des fringues qui n'ont rien à voir, ces gens, villageois divers qui vivent en dehors de notre monde). D'autres sont plus inquiétantes comme le constat d'une nature déjà pourrie pour son exploitation même dans ces coins reculées : déforestation et érosion des sols, destruction de la faune jusqu'à disparition... que ce soit par suites d'un mode de vie traditionnel ou de l'avancée du "monde moderne".

De toute façon j'en oublie encore et il y a bien d'autres choses et ce deuil, de sa femme après une relation tumultueuse, n'est pas dans les moindres même si ce n'est pas si appuyé que ça, si présent que ça, c'est un deuil avancé, en cours.

Et puis ça m'a fait révisé et apprendre d'autres choses (que j'ai peut-être déjà oubliées), en tout cas repenser à quand je lisais beaucoup plus sur le bouddhisme, et m'a fait penser aussi à moi maintenant, parce qu'on est obligé de réfléchir "bêtement" je crois quand on lit ces pages. Soi, les autres, quelque chose de plus vaste, ou en pas si cloisonné.

Allons ce n'est pas forcément parfait comme bouquin mais ça n'importe pas vraiment, j'ai passé un certain temps avec (et tant mieux, tant de jours et de kilomètres et de choses lues en 3h ça n'aurait pas le même sens) et j'en suis content. Et si je devais insister sur un point c'est que la répétition des jours, étapes, avec ces marches malgré tout souvent solitaires (chacun à son rythme) et les campements, la bouffe, la nuit, non ce n'est pas ennuyeux.

Et il faut rappeler que pour ce qu'il raconte et qui témoigne d'une connaissance avancée des sujets qu'il aborde pour ne pas dire d'une érudition certaine, pour éviter de raconter n'importe quoi il s'est fait aider de personnes qui pouvaient corriger ou préciser s'il en était besoin.

Chouette expérience, et un poil mieux je crois que la simple impression du moment.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Peter Matthiessen Empty
MessageSujet: Re: Peter Matthiessen   Peter Matthiessen Icon_minitimeJeu 18 Déc 2014 - 22:08

Un extrait du versant culturel du livre :

Citation :
Dans le bouddhisme chinois ou japonais, seuls quelques Bodhisattvas et le Bouddha historique, Sakyamuni, sont couramment représentés ; la secte Ch'an ou Zen en particulier a supprimé presque toute iconographie, en accord avec son caractère dépouillé, clair et simple ; dans ses efforts pour éviter toute bigoterie, encourager la libre pensée et le doute, le Zen utilise largement la contradiction, l'humour, l'irrévérence, approuvant le moine qui avait brûlé le Bouddha de bois de l'autel pour se réchauffer. Par ailleurs, le bouddhisme tibétain, qui a incorporé les panthéons hindou et bon, est amené à vénérer une multitude d'images et de manifestations de divers Bouddhas, avec des variations de préséance et d'importance selon la secte. Dans des régions aussi éloignées de l'Himalaya que Tichu-Rong, les gens pratiquent encore le Nyingma avec ses vestiges de bon : ici le dieu du ciel bon, qui devint roi sur la terre, prête ses couleurs, bleu pâle et blanc de neige, aux drapeaux de prières bouddhiques. Dans le stupa de Tarakot, Samantabhadra et Padmasambhava dont la tradition a fait le fondateur de Nyingma, ont la préséance sur le Bouddha Sakyamuni.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Peter Matthiessen Empty
MessageSujet: Re: Peter Matthiessen   Peter Matthiessen Icon_minitimeVen 19 Déc 2014 - 8:09

Lors de la visite de Pauline Guéna chez Richard Ford, celui-ci dit (au sujet du Nature Writing):

Je vais vous montrer le plus grand écrivain de ce gnre qu'on ait ici en Amérique: Peter Matthiessen. Regardez ce livre, il est usé jusqu'à la corde tant je l'ai consulté. C'est un ami, et il a été mon professeur. Si vous lisez ce livre, lisez ce qu'à écrit Peter Matthiessen. c'est très fort. Oh oui. C'est mon héros. The tree Where Man Was Born

d'après mes recherches pas traduit en français

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Peter Matthiessen Empty
MessageSujet: Re: Peter Matthiessen   Peter Matthiessen Icon_minitimeVen 19 Déc 2014 - 9:08

merci Animal pour ton commentaire sur ce livre, peut-on le qualifier d'initiatique ?

ma médiathèque possède : deux saisons à l'âge de pierre et Monsieur Watson doit mourir

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
pia

Messages : 6473
Inscription le : 04/08/2013
Age : 51
Localisation : Entre Paris et Utrecht

Peter Matthiessen Empty
MessageSujet: Re: Peter Matthiessen   Peter Matthiessen Icon_minitimeVen 19 Déc 2014 - 10:45

ça a l'air bien tentant animal!

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Peter Matthiessen Empty
MessageSujet: Re: Peter Matthiessen   Peter Matthiessen Icon_minitimeVen 19 Déc 2014 - 12:45

Bédoulène a écrit:
merci Animal pour ton commentaire sur ce livre, peut-on le qualifier d'initiatique ?
mmmmh... initiatique de mi-parcours ? (ou oui et non).

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Peter Matthiessen Empty
MessageSujet: Re: Peter Matthiessen   Peter Matthiessen Icon_minitimeVen 19 Déc 2014 - 14:44

si j'ai compris il devient boudhiste, non ? c'était une première approche ?

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Peter Matthiessen Empty
MessageSujet: Re: Peter Matthiessen   Peter Matthiessen Icon_minitimeVen 19 Déc 2014 - 21:02

non non il était bouddhiste pratiquant avant, bouddhisme zen, il parle d'ailleurs de sa pratique, de la pratique avec sa femme et de son maître. on sent que le zen est un des prismes avec lequel il aborde les autres formes de bouddhisme mais comme c'est documenté et relu par d'autres (en plus de ne pas être bêta au départ) ça conserve une certaine distance et une richesse étoffée, une grande ouverture en fait.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Peter Matthiessen Empty
MessageSujet: Re: Peter Matthiessen   Peter Matthiessen Icon_minitimeSam 20 Déc 2014 - 10:57

ok merci !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flibustière
Agilité postale
Flibustière

Messages : 884
Inscription le : 29/09/2012
Localisation : Paris

Peter Matthiessen Empty
MessageSujet: Re: Peter Matthiessen   Peter Matthiessen Icon_minitimeSam 24 Oct 2015 - 17:59

Salut Animal !
Voici un petit avis sur le Léopard des neiges que je conseille à ceux qui aiment les récits de voyage...

Le Léopard des neiges de Peter Matthiessen est le récit qu’il fait d’une expédition de trois mois dans l’Himalaya. Il accompagne le zoologiste George Schaller, l’initiateur et "patron" de l’expédition. Ils vont parcourir depuis le Népal dans la région du Dolpo, jusqu’à Shey au Tibet, des régions perdues, franchir des hautes chaînes de montagne comme le Kanjiroba ou le Dhaulagiri, traverser des petits villages retranchés en altitude.
Matthiessen est donc l’invité de Schaller, venu étudier les bharals, sorte de mouflons entre l’ovin et le caprin et, sans trop y croire, rencontrer le légendaire et rarissime léopard des neiges.

Chacun des deux mène sa vie, accompagnés des sherpas et guides qui parfois agacent, tantôt chaleureux, confiants et admirables, tantôt semblant prêts à tout abandonner en échange de roupies pour survivre. Une amitié est née avec ces hommes si précieux dans l’expédition que la vie de tous dépend d’eux, qui doivent porter les lourdes charges, guider le groupe sur des chemins escarpés et dangereux jusqu’à 6 000 mètres d’altitude où l’air est rare et glacial, les paysages splendides.

Matthiessen ne parle pas beaucoup de GS sauf pour se plaindre parfois de ses exigences, de son comportement glacial et renfermé mais aussitôt dit, il se ravise et comprend qu’il s’agit de respect d’un homme discret pour l’intimité des autres. Leur but est différent, GS est un zoologiste en mission ; Peter Matthiessen est quant à lui dans une quête spirituelle bien que non définie comme telle, à la recherche de l’"éveil", malgré les recommandations de son maître Zen Sohen Roshi : « n’attends rien » (de ce voyage).

Matthiessen est bouddhiste, tout comme les sherpas qui accompagnent l’expédition. Chaque jour, il nous confie ses impressions quotidiennes, décrit les étapes qui sont enfin franchies, les camps de base sommaires, les paysages dans la neige imprégnés de yin-yang, les pics vierges scintillant dans la lumière, la glace et le ciel bleu lavande, les chants des populations locales (tels les Ring-mos), les ravins vertigineux et les cols où les passages à quatre pattes agrippé aux parois ! Sur chaque rocher, on entend le om mani padme hum, mantra bouddhiste en écho des moulins à prières, les drapeaux qui claquent au vent et dispersent les prières à chaque passage de col, ou encore écrits sur un stupa… Il nous explique en action, dans ce livre, la philosophie des bouddhistes tibétains, lui le bouddhiste zen, la signification des fresques, des décorations, des croyances, des symboles, des mots.

Ce récit de voyage, car c’en est un, est une véritable bouffée d’air bien frais, paisible et enchanteresse malgré le danger, qui ravive notre fibre spirituelle, que nous avons tapie au fond de nous ! Immergée dans la philosophie bouddhiste-en-acte, j’ai vraiment aimé, c’était pour moi une méditation.

_________________
"Il y a encore bien des lunes mortes, ou pâles, ou obscures, au firmament de la raison." (Cl. Lévi-Strauss)


Dernière édition par Flibustière le Sam 24 Oct 2015 - 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Peter Matthiessen Empty
MessageSujet: Re: Peter Matthiessen   Peter Matthiessen Icon_minitimeSam 24 Oct 2015 - 19:23

merci. bonjour

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Peter Matthiessen Empty
MessageSujet: Re: Peter Matthiessen   Peter Matthiessen Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Peter Matthiessen
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Peter Pan
» Le syndrome de Peter Pan
» Promotions pour le Capitaine de Frégate Peter Degraer.
» Danish Navy - Marine Danoise
» A955 MIER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques) :: Voyages-
Sauter vers: