Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Frank Westerman

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Frank Westerman    Mar 23 Déc 2014 - 15:54



Frank Westerman


"Né en 1964 à Emmen aux Pays-Bas, Frank Westerman est ingénieur agronome de formation. Dans les années 1990, il effectua de nombreux voyages en tant que journaliste à travers l'Afrique, l'Amérique latine et l'Europe de l'Est. En 1992, il part comme reporter couvrir le conflit en ex-Yougoslavie pour le quotidien néerlandais De Volksbrant. Il fut notamment l'un des seuls journalistes à réussir à pénétrer à Srebrenica lors du massacre de 1995. De cette expérience, il tire son premier roman : The Bridge over the Tara (1994). Entre 1997 et 2002, il fut correspondant à Moscou. Depuis 2002, Frank Westerman se consacre pleinement à l'écriture à Amsterdam, où il vit. Depuis, Frank Westerman a accumulé les marques de reconnaissance : Les ingénieurs de l'âme a reçu de nombreuses récompenses aux Pays-Bas et a été traduit en neuf langues. El Negro et moi, a reçu la Goldene Eule, l'équivalent du prix Goncourt pour les Pays-Bas et la Belgique. Ararat a figuré sur les dernières sélections du prestigieux prix AKO aux Pays-Bas."

L' éditeur : Bourgois

Bibliographie

1994 Le pont sur le Tara,
1999 La république du grain,
2002 Les ingénieurs de l' âme,
2004 El Negro et moi,
2007 Ararat*,
2015 La Vallée tueuse, Page 1



*Nous avons fait une Lecture Commune d' Ararat à retrouver sur le fil de la LC Arménie à partir : d'ici

La lecture de El Negro et moi m' a convincu que cet écrivain a un talent certain qu' il doit en
partie à sa carrière de journaliste et sa formation d' ingénieur et de coopérant.
Tout ce qu' il a appris sur le terrain lui a montré les erreurs profondes des pays occidentaux
dans les pays pauvres et notamment ceux qui furent colonisés.

Les enseignements qu' il en a tiré l' ont conduit à avancer lentement en -se- questionnant et en
soulevant des questions plutot que d' apporter des réponses prématurées et provisoires.
Toujours à hauteur d' homme.

Enfin, si j' en juge d' après El Negro et moi, il est parvenu a créer pratiquement un genre nouveau.
Un travail de syntèses à partir d' archives et de travail sur le terrain. Ni roman ni journalisme.
Mais très passionnant, très impliqué et remarquablement écrit.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Frank Westerman    Mar 23 Déc 2014 - 16:41

Ah mais voilà pourquoi le nom de cet auteur me dit quelque chose, j'ai lu une excellente critique de Ararat, il y a quelques temps... Je le re-note ! Merci bix !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Frank Westerman    Mar 23 Déc 2014 - 17:35




El Negro et moi

En 
1983, à dix neuf ans, Frank Westerman, jeune étudiant alors en vacances, découvre dans un
le musée d' histoire naturelle de Banyoles un noir. Le corps est naturalisé et exposé dans une vitrine
 comme les animaux avec qui il voisine.
Sur le socle, une plaque indique : BOCHIMAN DU KALAHARI.

"On n' était pas chez Mme Tussaud. Je n' étais pas en train d' admirer une illusion de la réalité ; ce Boshiman n' était pas un moulage fait pour donner le frisson...
C' était une personne, écorchée puis empaillée comme on le fait pour un animal."

La stupeur passée, Westerman décide d' enqueter sur ce phénomène.

Il terminera ses études d' ingénieur et entrependra toute une série de voyages, d' abord
en tant qu' étudiant puis de coopérant.
En Jamaique puis au Pérou, où il terminait son mémoire après un stage dans une communauté
paysanne du Pérou. C' était l' époque où l' organisation terroriste du Sentier lumineux s' imposait
dans une partie du pays.
Westerman apprit beaucoup dans la cpommunauté paysanne : d' abord à observer, à se taire,
et se rendre utile pour se faire simplement accepter.
Pas un seul instant, Westeman n' a abandonné l' enquete sur El Negro. C' est pour cette raison qu' il se rendra à Paris, au Musé d' histoire natuelle.
Grace à un polonais qui y travaille, il commence par se renseigner sur le commerce d' animaux empaillés au 19e siècle à Paris.
C' est là qu' il découvrira ceux qui, en plus des animaux naturalisés avaient envoyé
aussi  un noir : El Negro. Les frères Verreaux présents dans sa région natale déterrèrent le corps
et l' envoèrent par bateau à Cuvier.
Parallèlement, il  découvrira le grand débat  sur l' évolution qui agitait le monde scientifique. On était
encore très loin de Darwin.
Bien au contraire, la religion s 'efforçait de retarder les théories nouvelles qui pourraient mettre en
danger ses propres dogmes.
C' est donc Cuvier qui régnait en maitre et se fit connaitre en disséquant le corps de celle qu' on nomma la Vénus Hottentote.

Je pourrais lontemps épiloguer sur la suite d' aventures qui menèrent une fois de plus Westeman
sur la piste d' El Negro, mais ce serait stupide et inutile
Sachez seulement que Westerman revint en Catalogne et au musée de Banyoles vingt ana après son premier voyage.
 Il avait appris que El Negro avait disparu et avait été envoyé en Afrique pour reposer dans la terre de ses ancetres.
A la suite de protestations d' ambassadeurs et d' intellos africains. Et au grand désarroi de la conservateur du Musée et de la population de la ville catalane.
Mais  triomphe assuré pour un militant noir de la ville, toubib et memebre du parti socialiste espagnol.
Il y eu beaucoup de bruit et de tapage à cause du  pauvre Boshiman, en haut lieu et dans les instances espagnoles autant qu' internatonales.
Pour terminer, Westerman se rendra sur les lieux memes où était désormais enterré El Negro
-où ce qu 'il en restait- La peau d' El Negro resta en Espagne !
Un coin perdu du Bostwana.
Entre temps, il abeaucoup appris sur l' histoire de l' esclavage et réfléchi sur l' avenir du continent africain.

Ce livre montre que la réalité -meme si elle a des cotés sordides ou incompréhensibles- peut etre incroyablment romanesque une fois qu' elle a été reconstruite après enquete. Mais un travail introspectif aussi profond et intelligent est rare.
Il est vrai que cette quete changea profondément la vie de l' auteur et l' auteur lui-meme.
On le comprend !





_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz


Dernière édition par bix229 le Mer 24 Déc 2014 - 14:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Frank Westerman    Mar 23 Déc 2014 - 20:16

Merci Bix pour ce commentaire qui me dit qu'il faut faire connaissance avec cet auteur qui hélas ne figure pas à ma médiathèque grrrrrrrrrrr

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 50
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Frank Westerman    Mer 24 Déc 2014 - 10:14

Belle présentation de l'auteur Bix! Grâce à toi je vais finalement lire des contemporains Néerlandais! sourire

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Frank Westerman    Sam 29 Aoû 2015 - 22:23

Ararat   dans le cadre de la LC Arménie

L’auteur souhaite écrire un livre sur les « Religions et les Sciences », mais en fait c’est une recherche de lui-même, s’étant éloigné de l’église de son enfance, n’en n’éprouvant aucun manque, l’auteur veut savoir s’il a toujours la foi et si elle peut encore être active.
Il décide donc l’ ascension de l’Ararat, la montagne Mère, là où est censé s’être arrêtée l’Arche de Noé. Il prépare donc son voyage, rencontre d’anciens professeurs de diverses matières avec lesquels il est resté en contact et qui apporteront une aide amicale à leur ancien élève. Il a aussi le soutien de sa femme et d’une amie, tandis que d’autres raillent sa démarche.

Il est prévenu, par les Ecritures, le Peuple Arménien :
"Personne ne peut escalader Masis parce qu'elle est la mère du monde."

Westerman  trouve dans les religions de l'irrationnel qu'il ne peux accepter :

"Je me demandais pourquoi, dès que la religion est en jeu, la curiosité humaine devait être bridée." "Il faut coûte que coûte que quelque chose reste caché, c'est le proopre de toute religion. Le mystérieux doit rester mystérieux, afin que l'on puisse y croire. Il faut qu'il en soit ainsi. Mais je ne pouvais me soustraire à la question de ce qu'il y avait à cacher. C'était quoi, ce qui devait rester à jamais non vu par les eux des hommes ? On finissait tout de même par soupçonner que la rigueur avec laquelle les prêtres protégeaient leurs lieux sacrés ne pouvait être inspirée que par une unique crainte : qu'il n'y eût rien."

D’un autre côté  l'éducation religieuse de l'enfant/auteur pèse encore, il sait qu'il a perdu la foi, mais il précise qu'il n'est pas athée et qu'il ne peux dire que Dieu n'existe pas.

Il trouve des éléments tantôt en faveur de la religion, tantôt pour les sciences. Il s’interroge très honnêtement  et  apporte certaines réponses que sa lucidité et ses connaissances lui dictent.

«"Un dogme religieux suffisamment dominant pour restreindre la liberté et l'indépendance de la recherche scientifique, comme il était arrivé à la géologie à cause du dogme biblique du Déluge universel."
D’un autre côté il partage le sentiment de Parrot dont il a lu le voyage et qui affirme avoir planté un drapeau au sommet de l’Ararat :  "les preuves physiques de la véracité du récit du déluge ne peuvent pas être si facilement écartées." Quoi qu'en disent les sceptiques et les incroyants, il y a "une grande vérité, venue de sources pures."

Le récit alterne entre passé et présent, entre des sentiments perdus et des projections. L’auteur raconte aussi sa famille, son enfance et ses rapports avec sa sœur laquelle partage son interrogation sur la foi.
Si Westerman s'interroge sur son attitude, son libre arbitre, son milieu c’est son métier d’écrivain, son amour pour l’écriture qui pèseront sur la balance des choix :  "Si je pouvais me confesser moi-même, je reconnaîtrais que je cherche mon salut dans le verbe (sans majuscule) et non plus dans le Verbe. J'ai échangé l'un pour l'autre."

"Le mystère, au fur et à mesure qu'il semble s'éclaircir, se déplace sans cesse ou se fragmente. En soi, ça semble plaider en faveur de l'idée que l'énigme de l'existence restera à jamais insaisissable pour les sciences expérimentales. Ce n'est qu' après être arrivé à cette conclusion que j'ai compris quelles sont pour moi les briques élémentaires : les lettres et les signes de ponctuation."
Suit un beau passage sur l’écriture, les mots.

Il ne pouvait évidemment pas occulter le passé de l’Arménie dont la connaissance permet de comprendre certaines attaches, incomprises des occidentaux : "Aux yeux de la plupart des Arméniens, les Russes ont toujours été les amis et les libérateurs, ou encore les protecteurs. Il y avait bien sur un monde de différence entre ceux d'avant 1917 (des alliés chrétiens dans la lutte contre les mahométans) et les rouges d'après 1917 (des mécréants). Mais dans leur position de peuple de l'extrémité de l'europe chrétienne, les Arméniens avaient malgré tout continué à voir les Russes comme un soutien, qu'ils soient serviteurs du tsar ou du secrétaire général du parti communiste."

Une anecdote étonnante  à ce propos : "Le commissariat du peuple pour l'enseignement et la culture, reconnaissant la valeur des antiques manuscrits (parmi lesquels l'évangile apocryphe de Lazare 887) les avait fait relier de neuf, dans des couvertures de cuir à l'emblème du marteau et de la faucille." sic ! 

Après des mois de préparation et d’attente, l’auteur escalade la Montagne Ararat avec un groupe d’alpinistes et durant les heures de pause imposées par la nature il s’interroge encore : "vaincre l'Ararat était une épreuve dans laquelle je m'étais engagé pour vérifier si je pouvais me libérer de cet héritage (la foi de son enfance). Et si c'était bien ce que je voulais. J'étais enclin à croire en la connaissance et en la science - ces choses là existent pour de vrai."

Sa femme lui avait d’ailleurs donné son opinion :  "La foi commence quand on cesse de poser des questions. Et ce n'est donc pas un truc pour toi!."

La rencontre d’un moine a été agréable à Westerman, tous les hommes d’église et tous les croyants ne sont pas fanatiques heureusement, tout homme a la spiritualité qu’il se choisit et pas nécessairement celle d’une église ;  alors si l’auteur ne croit plus on peut penser qu’il se conduira, comme le disait le poète  » guère plus mal que s’il avait la foi. »

C'était un beau voyage, l'auteur semble honnête, attachant quand il parle de sa femme et surtout de sa fille, la composition du récit est intéressante, le lecteur aimerait parfois devancer les pas de l'auteur ; l'Ararat est un symbôle que l'on soit croyant ou pas, dommage, qu'à la date de l'ascension de l'auteur,  il soit contraint par des fils barbelés, surveillé par les militaires et regardé avec souffrance par plusieurs Peuples.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche


Dernière édition par Bédoulène le Dim 30 Aoû 2015 - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Frank Westerman    Dim 30 Aoû 2015 - 16:03

Merci Bédou pour ta lecture minutieuse d' Ararat.
Tu as bien raison de dire que Westerman est un chercheur. Il cherche avec passion, curiosité et acharnement. Rien ne le décourage.
Ni le temps ni les difficultés.
C' est aussi l' impression que j' ai eue en lisant El Negro et moi.
En fait, la recherche est son moteur et son but.
Tu adoreras El Negro et moi !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Frank Westerman    Dim 30 Aoû 2015 - 16:21

merci Bix faudra que je l'achète ma médiathèque ne possède aucun Westermann (mais je vais me rapprocher de la bib de mon village car peut-être, si les conditions sont acceptables, pourrais-je emprunter des livres de la bib des bouches du rhône

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Frank Westerman    Lun 14 Sep 2015 - 19:12

La Vallée tueuse
2013


Dans la nuit du 21 au 22 août 1986, dans une vallée isolée des hauts-plateaux camerounais, près de 2000 personnes périssent, ainsi que des milliers d'animaux: bétail, oiseaux, reptiles, insectes .. Bâtiments et végétation sont cependant restés intacts.
Aujourd'hui encore le mystère demeure. Si le coupable est manifestement le lac volcanique Nyos tout proche,  la nature réelle de la catastrophe n'a pas été formellement élucidée et la "vallée des morts" reste interdite, bouclée par l'armée.

Cette tragédie hante Frank Westerman depuis qu'il l'a découverte aux infos alors qu'il était encore étudiant. En 1992, il réalise au Cameroun un reportage radiophonique à ce sujet. En 2010, l'idée de la Vallée tueuse lui vient alors qu'il va participer à une exposition sur les mythes et qu'il s'interroge sur leur force, leur persistance et leur genèse. La vallée des morts camerounaise lui apparaît soudain le "champ d'expérimentation idéal" pour mener une "investigation sur le bourgeonnement et l'éclosion des histoires".

Afin de "débrouiller fil à fil cet écheveau", Frank Westerman se lance dans une enquête minutieuse, foisonnante mais structurée. S'attachant d'abord aux "tueurs de mythes", il s'intéresse aux scientifiques qui ont afflué du monde entier afin de résoudre le mystère du lac Nyos et se sont livrés sur place à une compétition acharnée (entre nationalités comme entre egos) pour déterminer l'origine du désastre, sans arriver toutefois à s'accorder autour d'une même hypothèse.
Dans la partie "Porteurs de mythes" il rencontre les missionnaires chrétiens, qui œuvraient dans la vallée à l'époque et qui ont été les acteurs directs de l'après-tragédie. Comment la foi de ces professionnels du mythe leur a t'elle fait interpréter ce drame absolu ?
Les "faiseurs de mythes", ce sont principalement les locaux eux-mêmes: survivants, proches des disparus, chefs locaux, universitaires, écrivains. Dans leurs témoignages se dessinent aussi bien des destinées individuelles fortement infléchies par l'événement que le portait d'un pays profondément clivé, sur les plans ethniques, culturels, sociaux, linguistiques... Un terreau fertile pour la naissance des histoires: des œuvres littéraires libératrices rattachant la tragédie aux anciennes légendes locales mais aussi le développement des rumeurs, des rancœurs entre communautés.
Au terme de cette enquête, dans une vallée des morts quasiment revenue à l'état sauvage, sur les rives paisibles du lac tueur, une nouvelle révélation vient à l'auteur quant à la formation des mythes... Afin de ne pas amoindrir l'intérêt de cette passionnante myriade de documents, de portraits, de voix qui se lit comme un roman à suspense, je vous laisse la découvrir par vous même. sourire
Revenir en haut Aller en bas
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Frank Westerman    Lun 14 Sep 2015 - 19:39

Merci, Nezumi !

Passionnante cette façon de mener l' enquete de livre en livre qu' a Westerman. Le contraire de l' écrivain en chambre.
Sa vie semble consister à suivre des pistes qu' il a entrevues très jeune et ce qu' il voit sur le terrain, il le transforme en récits
à la fois historiques, sociologiques, mythologiques. Toujours passionnants, intelligents et vivants.

Je vais continuer à lire Westerman !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Frank Westerman    Lun 14 Sep 2015 - 19:56

bix229 a écrit:

Passionnante cette façon de mener l' enquete de livre en livre qu' a Westerman. Le contraire de l' écrivain en chambre.  
Sa vie semble consister à suivre des pistes qu' il a entrevues très jeune et  ce qu' il voit sur le terrain, il le transforme en récits
à la fois historiques, sociologiques, mythologiques. Toujours passionnants, intelligents et vivants.

Absolument! Sa vie personnelle semble être toujours liée à ses sujets d'étude et le vif intérêt qu'il leur porte se ressent dans les portraits qu'il brosse, c'est très vivant.
Revenir en haut Aller en bas
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Frank Westerman    Lun 14 Sep 2015 - 23:34

merci Nezumi pour ton commentaire et pour nous permettre de découvrir nous-mêmes la révélation.

je note !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane SHOYUSKI
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2372
Inscription le : 17/04/2014

MessageSujet: Re: Frank Westerman    Mar 15 Sep 2015 - 16:19

Je ne connaissais pas cet auteur. Mais j'ai l'impression d'avoir lu une bonne critique sur Ararat quelque part il y a longtemps.
Merci pour les commentaires stimulantes, Bédoulène, Nezumi et Bix !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Frank Westerman    Mar 15 Sep 2015 - 17:23

Ariane SHOYUSKI a écrit:
Je ne connaissais pas cet auteur. Mais j'ai l'impression d'avoir lu une bonne critique sur Ararat quelque part il y a longtemps.
Merci pour les commentaires stimulantes, Bédoulène, Nezumi et Bix !
Oui, j 'attends ton opinion !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Frank Westerman    Lun 24 Oct 2016 - 21:07

La vallée tueuse

Citation :
Je commence seulement à entrevoir le mécanisme qui se trouve derrière : la curiosité humaine ne peut se satisfaire de ce qui est incomplet, absurde ou  inconnaissable. Faute de mieux, nous inventons ce qui manque. Mais pourquoi ? D'où vient ce penchant à créer des fables ? Pour donner au monde une cohérence ? Pour le contrôler ?
« Moins il y a de faits, plus il y a de récits » : j'écrivis cette phrase, un soir sur un Post-it qui, depuis, est resté collé au bord de mon écran d'ordinateur.

21 août 1986, aux abords du lac Nyos, dans une zone volcanique du Cameroun, une explosion, une odeur d’œufs pourris, et le lendemain, sont retrouvés morts les corps de 1800 habitant et d'innombrables têtes de bétail
25 ans après , la zone reste interdite. Faute d'une explication scientifique cohérente, les croyances se sont infiltrées, porteuses  d’étranges théories en appelant à la vengeance biblique, au courroux des ancêtres, aux complots internationaux ou au génocide intracommunautaire.  

Fred Weterman étudie obsessionnellement au fil des années les faits, les interprétations, interroge les survivants et les acteurs principaux de l'après, dévoile les rumeurs et les histoires. Ce récit touche-à-tout  colle  à l'événement et à ses suites complexes, tant à l'échelle des individus qu'à l'échelle d'un pays, mais aussi à la quête obstinée de l'auteur. Westerman  captive le lecteur avec cette histoire unique, dont il révèle autant de faits avérés que d'interrogations. De portraits en digressions, il avance peu à peu selon un plan structuré (l'échec des scientifiques, l'humaine réponse des missionnaires, la fatalité assumée des autochtones.

Au-delà de ce plan organisé, j'ai pâti d'un parti-pris de fragmentation, d'allers et retours chronologiques incessants, qui donnent l'impression que Westerman a fait trois tas de rushs, mais n'a pas trouvé de chef-monteur pour les assembler dans un récit fluide. C'est très haché et ce choix de présentation nuit sans doute à une certaine progression dramatique. Il n'en demeure pas moins qu'on assiste estomaqué à ce mystère sans solution, promu au rang de mythe moderne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frank Westerman    

Revenir en haut Aller en bas
 
Frank Westerman
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Frank Zappa
» ANNE FRANK : UNE ENFANT DANS LA TOURMENTE
» 1957/58/59 - M922-M909
» MMS 43 MMS 75 MMS 77 MMS79
» Bonne Mercredi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: