Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Roberto Alajmo [Italie]

Aller en bas 
AuteurMessage
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Roberto Alajmo [Italie] Empty
MessageSujet: Roberto Alajmo [Italie]   Roberto Alajmo [Italie] Icon_minitimeMar 30 Déc 2014 - 1:07

Roberto Alajmo [Italie] Alajmo10

Roberto Alajmo est un écrivain italien né à Palerme en 1959. Journaliste, il collabore à la Rai et au quotidien La Repubblica. Wikipédia
Naissance : 20 décembre 1959 (55 ans), Palerme, Italie

Films : Mon père va me tuer

livres traduits en français : Fils de personne, Un coeur de mère, Les fous de Palerme, Mat à l'étouffé



Un coeur de mère

L’histoire se passe dans un village de la Sicile intérieure. Cosimo un célibataire âgé de la quarantaine,  tient plutôt  avec  nonchalance son garage de réparations de pneus de vélos , il vit seul depuis quelque temps dans une maison isolée. Mais il rend visite régulièrement à sa mère qui lui prépare des petits plats et qui a beaucoup d’ascendant sur lui. Mais voilà que ce jour là Cosimo est pressé de rentrer chez lui, il sait que des hommes pas recommandables, doivent lui laisser en garde un enfant.

Effectivement l’enfant est enfermé dans une pièce.  2 ou 3 jours a dit Cosimo pas plus et il sera payé. Pas facile pour un célibataire de s’occuper d’un enfant, Cosimo s’en rendra compte. Les jours passent et les kidnappeurs ne reviennent pas prendre en charge l’otage. Cosimo s’inquiète, qui est cet enfant, pourquoi l’ont-ils enlevé et surtout  que faire de l’enfant si « les autres » ne reviennent pas ?

Cosimo a été choisi comme gardien car à part sa mère il n’a pas de famille, pas de relation, pas d’ami et que dans le village personne ne  l’approche , la rumeur dit qu’il porte malheur et c'est vrai qu'il a triste allure.

Sa situation se gâte quand sa mère arrive  à l’improviste chez lui et découvre l’enfant. Mais, au grand soulagement de Cosimo, après les reproches d’usage, sa mère s’installe et prend les choses en mains. Si elle s’apitoie sur le sort de l’enfant,  après une dizaine de jours, elle se rend compte que cette situation n’est plus vivable, que Cosimo pense être surveillé par des gendarmes, l’enfant refusant de s’alimenter est en piteux état. C’est encore elle, la mère qui par amour pour son fils va  dénouer la situation.



Ce livre vaut d’une part par l’écriture tranchante, laconique ; d’autre part par les rapports mère/fils.  C’est une comédie dramatique qui se joue dans la maison avec le sentiment le plus tendre  et le plus ignoble, l’amour d’une mère, sous les odeurs alléchantes des plats cuisinés et  les regards d’une télévision  muette.

C’est une très bonne lecture que je recommande et un nouvel auteur Italien que je vais suivre.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche


Dernière édition par Bédoulène le Mar 30 Déc 2014 - 21:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
domreader

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

Roberto Alajmo [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Roberto Alajmo [Italie]   Roberto Alajmo [Italie] Icon_minitimeMar 30 Déc 2014 - 10:24

Le thème est attirant. A découvrir donc....

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noémie
Sage de la littérature
Noémie

Messages : 1290
Inscription le : 24/11/2010
Localisation : Au pied des Pyrénées...

Roberto Alajmo [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Roberto Alajmo [Italie]   Roberto Alajmo [Italie] Icon_minitimeSam 31 Jan 2015 - 16:57

Lu ce mois-ci, Un coeur de mère, il était temps que je fasse mon commentaire !

C'est un roman qui m'a plu par l'originalité de son écriture : un style qui "colle" au récit. Les répétitions qui signent les hésitations par exemple, écriture qui surprend mais sert très bien l'atmosphère des pages.
Une atmosphère lourde pesante entre les acteurs principaux de ce drame, un lien très fort entre une mère et son fils, la télé , seule ouverture sur le monde mais qui fonctionne presque toujours le son baissé et l'enfant , à peine évoqué, nié dans le récit comme par le fils et sa mère pour mieux l'oublier , le poids des rumeurs et des superstitions dans un petit village et cette chaleur qui écrase tout tellement palpable au fil des pages.
C'est un roman terriblement angoissant même si on comprend dès le début ce qui va advenir, on ne peut s'empécher d'attendre un événement qui modifiera le cours des choses......comme le fils et sa mère, d'ailleurs!


Merci Bédoulène de me l'avoir fait sortir de la pile ! sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Roberto Alajmo [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Roberto Alajmo [Italie]   Roberto Alajmo [Italie] Icon_minitimeSam 31 Jan 2015 - 17:13

tu as aimé ! merci pour ton commentaire Noémie et bon retour !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Roberto Alajmo [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Roberto Alajmo [Italie]   Roberto Alajmo [Italie] Icon_minitimeSam 31 Jan 2015 - 17:32

Oui, merci  Bédou ! Alajmo est sur mes listes et donc, je fais en tirer les conséquences...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Roberto Alajmo [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Roberto Alajmo [Italie]   Roberto Alajmo [Italie] Icon_minitimeDim 1 Fév 2015 - 11:25

Roberto Alajmo [Italie] Alajmo10 Un cœur de mère

Bédoulène et Noémie ont déjà presque tout dit de l'histoire et de l'ambiance (chaude et glaçante) de ce roman. Je ne vais donc apporter que quelques petites bribes supplémentaires… Et d'abord souligner l'équilibre parfait du texte, ni trop long, ni trop court, juste ce qu'il faut pour ne pas être ennuyé par les répétitions qui forment le quotidien (navrant) de Cosimo et suffisamment dense pour créer une véritable ambiance, lourde, alarmante, irrespirable.

Et puis, reconnaître que la manière dont Alajmo entre dans la tête, les gestes et la langue de ses personnages est tout à fait bluffante. Il prend tout son temps, il s'arrête sur chaque geste, chaque mot prononcé, chaque attitude des corps pour les mettre en relief et leur donner un sens, pour les faire jaillir et qu'ils expriment, nettement, ce que le personnage éprouve, tente, espère, invente. La relation étouffante entre la mère et le fils, leurs mensonges, leurs petites roueries, leurs manigances pour que l'un reste ou pour pouvoir partir, leurs échanges de mots sont d'une grande justesse et donnent au lecteur la photographie exacte de ses deux vies figées, tristes, solitaires. Et le lecteur ne peut être que fasciné par cette relation bizarre, ambigüe, quasi incestueuse entre l'une et l'autre. Et le texte coule ainsi, par petits bonds ahuris, vers un dénouement terrible qui crée l'acmé d'un roman tout à fait fascinant.

Merci Bédou !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Roberto Alajmo [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Roberto Alajmo [Italie]   Roberto Alajmo [Italie] Icon_minitimeLun 2 Fév 2015 - 8:09

merci pour ton commentaire Shanidar, je suis contente que tu aies aimé !

très juste ce que tu dis de l' écriture de cet auteur.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Roberto Alajmo [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Roberto Alajmo [Italie]   Roberto Alajmo [Italie] Icon_minitimeLun 13 Avr 2015 - 18:49

Fils de personne

Second livre que je lis de cet auteur et le plaisir est encore plus fort. Alajmo est toujours aussi acide, il rogne avec plaisir les  personnages qu’il met en scène, oui en scène car c’est une véritable comédie, noire,  prenante, il ne délivre même pas  le lecteur de son emprise à la dernière page. Le  lecteur  s’étonne que sa lecture soit déjà terminée !

L’écriture est  liquide, elle glisse  mais draine toujours les impuretés de l’âme humaine.

L’Histoire : Un meurtre a été commis dans une famille « pauvre »  comme il y en a des centaines en Sicile, vivent dans l’appartement : les grands-parents, les parents de Tancredi  20 ans.

La grand-mère : « Tancredi la connait et il le sait : son ton impatient signifie qu’elle a l’intention de collaborer dans les  limites de l’indispensable. Pas un mot qui ne soit essentiel. Ca fait partie de son caractère, elle est comme ça, mémé Rosa : elle en veut au monde entier. Elle est amère. Arrivée au moment du bilan, elle a découvert que la vie était en dette avec elle, et ne pouvant plus passer à la caisse, elle a décidé de se venger en rendant l’existence plus difficile au reste de l’humanité. »

Le grand-père : « Il a ça de bien pépé Fonzio : parfois on ne comprend pas  s’il fait l’idiot ou s’il l’est vraiment. »

La mère : « En ce moment, sa mère doit être dans le fauteuil, sa place préférée quand il s’agit de perdre connaissance. Il lui arrive d’avoir ce genre d’évanouissements. Mais ce ne sont pas vraiment des évanouissements, car bien qu’évanouie elle arrive à parler. »

Le Père : « Nicola avait mis au point une technique qui consistait à se fâcher tout juste avant de se mettre en colère et  garder ainsi le contrôle de sa colère. Ce n’était pas un véritable emportement, mais il n’était pas feint non plus, et à froid, il n’était pas difficile à produire. Une fois obtenu le prix qu’il voulait, il posait l’objet qu’il tenait en otage, encaissait l’argent et saluait.»

Tancredi : Il a vingt ans désormais. « Il s’efforce de se regarder avec objectivité. Il est grand. Il sait quels sont ses devoirs et maintenant il a décidé de ne plus s’y dérober. La réalité qu’il a à vivre est ce qu’elle est, il n’y a rien d’autre à attendre. »

Tancredi vu par les autres : C’était un adolescent déjà grand et maigre, qui avait poussé d’un coup sans laisser au reste le temps de grandir en proportion. Le reste, et surtout l’intelligence, on espère toujours que ça suivra dans les mois, les années à venir. Serenella l’avait cru jusqu’à maintenant : que son frère était stupide de manière provisoire, que son intelligence devait tôt ou tard arriver. Et en fait non, apparemment. «



Je vous invite donc une fois de plus à faire connaissance de cet auteur.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Roberto Alajmo [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Roberto Alajmo [Italie]   Roberto Alajmo [Italie] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Roberto Alajmo [Italie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Halloween en Italie
» Tremblement de terre en Italie
» Italie: des feux rouges truqués pour multiplier les amendes
» FOOT – Pourquoi l’Italie joue-t-elle en bleu ?
» WESDIEP en 2007

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: