Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Nos lectures de janvier 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 19, 20, 21
AuteurMessage
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 54
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Nos lectures de janvier 2015   Jeu 29 Jan 2015 - 22:18

Terminé avec Lydie Salvayre et "Pas pleurer", à l'occasion un petit comm...

Je commence avec un livre du XIXème de Franz-Michael Felder, "Scènes de ma vie". Un paysan, commençant à écrire, et cela avec succès...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane SHOYUSKI
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2372
Inscription le : 17/04/2014

MessageSujet: Re: Nos lectures de janvier 2015   Jeu 29 Jan 2015 - 23:57

Dreep a écrit:
L'exemple parfait (tellement parfait qu'on pourrait discuter du rapport entre les deux oeuvres) est pour moi : Au coeur des ténèbres et Apocalypse Now. Les deux valent le coup. Mais ce n'est pas toujours évident, je suis reconnaissant de deux personnes qui m'ont préservé de regarder la Lolita de Kubrick avant de lire celle de Nabokov. Et pourtant j'aime bien Kubrick. Dans le même ordre d'idée, je n'ai pas été vraiment convaincu du Procès d'Orson Welles.
Oui, je comprends tout à fait ton avis. C'est vrai que j'aime beaucoup Au coeur des ténèbres et Apocalypse Now tous les deux. C'est une rare exception.
Par contre je n'ai aimé Lolita ni de Kubrick ni de Nabokov.
Mais concernant Kubrick, le sourire de Malcolm MacDowell a complètement effacé le roman original L'Orange mécanique d'Anthony Burgess. Pourtant le roman n'était pas si mauvais.

Moi, quand l'écrivain lui-même participe au scénario de l'adaptation, ça ma tente assez bien.

Sinon, quand j'ai bien aimé le film, j'essaie de ne pas lire tout de suite le roman original. Je mets un peu de décalage pour effacer les images du film. J'attends par exemple 2 ou 3 ans. Quand j'ai commencé à oublier l'histoire et toutes les images sont devenues floues, c'est le moment. J'ai bien réussi à cette façon pour Les Heures (The Hours) de Michael Cunningham.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Re: Nos lectures de janvier 2015   Ven 30 Jan 2015 - 7:59

tom léo a écrit:


Je commence avec un livre du XIXème de Franz-Michael Felder, "Scènes de ma vie". Un paysan, commençant à écrire, et cela avec succès...

Bonne lecture Tom Léo, j'ai vraiment beaucoup aimé ce livre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Nos lectures de janvier 2015   Ven 30 Jan 2015 - 8:07

Frères de sang de Ernest Haffner
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Nos lectures de janvier 2015   Ven 30 Jan 2015 - 10:27

Bix a écrit:
jack-hubert bukowski a écrit:
Je poursuis la lecture d'Une certaine Amérique à lire, qui porte sur les liens à faire entre la Beat Generation et une partie des écrivains des années 1970 et par après au Québec... C'est vraiment intéressant, puisque je suis intéressé par le phénomène.

Parallèlement, je poursuis ma lecture de recueils de poésie qui s'inscrivent dans le sillage de ce qui est post-Beat et post-punk par exemple...

Y-a-t-il eu des écrivains du Québec inspirés directement ou non par la Beat Generation ?
Je n' en ai pas entendu parler...
Ce livre est pour toi, Bix. Donc, oui, il y a des écrivains québécois inspirés par la Beat Generation, l’auteur cite les poètes Claude Péloquin, Raoul Duguay, Lucien Francoeur et Jean-Paul Daoust. Chez les romanciers, il y a Victor Lévy Beaulieu qui a écrit un livre sur Kerouac, Gilles Archambault en a écrit un qui portait sur Kerouac, Jacques Poulin est quelqu’un de très «roadie» et porté sur les influences… Louis Hamelin est inspiré par le mouvement. Guillaume Vigneault a écrit deux romans sur la route. Les influences sont innombrables.

Citations tirées en vrac a écrit:
Heyoka a écrit:
Dreep a écrit:
Sur la route, de Kerouac

Allons-y, il fallait bien que je le lise un jour.

C'est exactement ce que je ressens vis-à-vis de ce livre.
Il faudra bien que je me décide un jour.
Le film m'a refroidi je crois.

eXPie a écrit :
Pareil ! Après avoir vu le film, je me suis dit que je ne lirai jamais le livre, ou bien pas avant très, très longtemps...

Ariane SHOYUSKI a écrit :
Quand je regarde le film adapté d'un roman après avoir lu, ça me déçois souvent car le film est souvent plus simple que le roman original. Par contre quand je lis le roman original après avoir vu le film adapté, le visage de tous les personnages devient celui des acteurs. Et ça me déçois souvent aussi. Il est donc rare que je puisse aimer le roman et le film adapté tous les deux.
 

Le film est une pâle copie de ce qui est à l’œuvre dans la Beat Generation. Je vous dis de ne pas vous fier à ça. Sur la route n’est pas nécessairement le meilleur roman du siècle, mais il permet une prise directe sur ce qui a «transcendé» le mouvement. Quand on a aimé le film même malgré les défauts innombrables et la «pâle copie», il faut être vraiment mordu de Beat generation. Pour répondre à Ariane, il ne faut pas confondre les genres. Un roman ne peut pas être un film et vice-versa, et une adaptation littérale est une recette automatique pour échouer ce qui modélise l’essence de ce qui est à l’œuvre. Oublions les acteurs dans Sur la route et imprégnons-nous des figures de la Beat generation tout d’abord.

Parlant de séries, j’ai emprunté Broadchurch à la bibliothèque. J’attends de voir si je vais dépasser mes appréhensions premières de regarder une série sous-titrée en anglais.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Nos lectures de janvier 2015   Ven 30 Jan 2015 - 12:32

Chymère a écrit:
Si je prends l'exemple d'Esprits Criminels (qui est une de mes séries favorites, et pas uniquement à cause de Spencer Reid... )

I feel you Chymère

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Nos lectures de janvier 2015   Ven 30 Jan 2015 - 15:39

- Mario Bellatin : Jeu de dames. - Gallimard

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Nos lectures de janvier 2015   Ven 30 Jan 2015 - 17:44

Mes cours font honneur à Balzac... si je le lis pas dans ce contexte, je le lirais jamais donc c'est parti avec Eugénie Grandet.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Nos lectures de janvier 2015   Ven 30 Jan 2015 - 18:09

colimasson a écrit:
Mes cours font honneur à Balzac... si je le lis pas dans ce contexte, je le lirais jamais donc c'est parti avec Eugénie Grandet.

Très bien pour démarrer. Ensuite, comme pour Zola, c'est pas mal aussi dans l'ordre. Wink

Mais c'est beaucoup plus long. innocent

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Nos lectures de janvier 2015   Ven 30 Jan 2015 - 21:27

jack-hubert bukowski a écrit:
Le film est une pâle copie de ce qui est à l’œuvre dans la Beat Generation. Je vous dis de ne pas vous fier à ça. Sur la route n’est pas nécessairement le meilleur roman du siècle, mais il permet une prise directe sur ce qui a «transcendé» le mouvement. Quand on a aimé le film même malgré les défauts innombrables et la «pâle copie», il faut être vraiment mordu de Beat generation. Pour répondre à Ariane, il ne faut pas confondre les genres. Un roman ne peut pas être un film et vice-versa, et une adaptation littérale est une recette automatique pour échouer ce qui modélise l’essence de ce qui est à l’œuvre. Oublions les acteurs dans Sur la route et imprégnons-nous des figures de la Beat generation tout d’abord.

Parlant de séries, j’ai emprunté Broadchurch à la bibliothèque. J’attends de voir si je vais dépasser mes appréhensions premières de regarder une série sous-titrée en anglais.

Ce qui est amusant, avec ce bouquin, c'est qu'il y a deux traductions, très différentes (pour être plus précis, la deuxième est la traduction de la version intégrale).

Prenons la première phrase et comparons les deux versions. En anglais, c'est une phrase super compliquée, ça donne : "I first met Dean not long after my wife and I split up".
A priori, comme ça, on se dit que c'est facile. Pour nous, oui, mais pour les traducteurs du bouquin, il en va autrement.
Démonstration.

1/ version de 1960, traduction de Jacques Houbard.

"J'ai connu Dean peu de temps après qu'on ait rompu ma femme et moi".
Après que doit être suivi de l'indicatif, et pas du subjonctif. Pas de bol. On commence donc par une faute. Ça ne m'a pas donné envie de continuer.

2/ Prenons maintenant la dernière version, traduction de Josée Kamoun.

Eh oui, dès la première phrase, on voit qu'il y a un problème : "J'ai rencontré rencontré Neal pas très longtemps après la mort de mon père..."
Pourquoi "rencontré rencontré" ? Il y avait déjà ce mot en double dans la version brochée, j'ai supposé que personne chez Gallimard n'avait lu ne serait-ce que la première phrase (normal), mais que peut-être il y aurait un lecteur du livre qui le signalerait à Gallimard. Eh bien non. Ou alors, ils n'en ont rien eu à faire. Allez, ce n'est que la première phrase d'un livre ! Il y en a tant d'autres !

Mais c'est peut-être fait exprès ? Serait-ce signifiant dans le manuscrit d'origine ?
Toujours est-il que ma réaction, après avoir lu cette première phrase, avait été que Gallimard se fichait de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Nos lectures de janvier 2015   Dim 1 Fév 2015 - 12:55

Chymère a écrit:



Aaaaaaah moi je ne parlais pas de petit frère en fait...  Laughing



Oui bien sûr... mais je trouve que ça fait partie de l'enjeu et l’intérêt de toute fiction quelque part de créer des "monstres absolus"... En en sens, les tueurs en série comme Hannibal Lecter sont l'équivalent des Dragons des contes du passé.
Ils représentent une forme de catharsis.
Mais il ne faut pas perdre de vue que c'est de la fiction oui (et que dans la réalité, comme les Dragons, ils sont très très rares...  Laughing ).



Oui ça, c'est clair que c'est "glauque" on va dire...  Suspect
Après oui, il y a sûrement des causes profondes dans leur expérience et leur personnalité qui va expliquer cela (soit par attirance pour le mal qu'ils représentent... mais aussi par volonté rédemptrice pathologique ? ça me fait penser un peu à la fin - légendaire ? historique ? - de Gilles de Rais qui se repend sur le bûcher...  jemetate ).


Une catharsis? Oui c´est tout à fait ça. Des dragons...Des contes qui font très peur mais que l’on vit dans une situation de confort et d’absence de danger. Un sorte d’exorcisme (gros mot) de l'angoisse. S’ils étaient trop ancrés dans la réalité on ne les regarderait pas et il ne nous apporteraient pas de "réconfort".


Heyoka a écrit:
Chymère a écrit:
Si je prends l'exemple d'Esprits Criminels (qui est une de mes séries favorites, et pas uniquement à cause de Spencer Reid... )

I feel you Chymère

Toi aussi ?! sourire

Spoiler:
 

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Nos lectures de janvier 2015   Dim 1 Fév 2015 - 19:32

Arabella a écrit:
colimasson a écrit:
Mes cours font honneur à Balzac... si je le lis pas dans ce contexte, je le lirais jamais donc c'est parti avec Eugénie Grandet.

Très bien pour démarrer. Ensuite, comme pour Zola, c'est pas mal aussi dans l'ordre. Wink

Mais c'est beaucoup plus long. innocent

Faut pas exagérer.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Nos lectures de janvier 2015   Dim 1 Fév 2015 - 19:41

colimasson a écrit:
Arabella a écrit:
colimasson a écrit:
Mes cours font honneur à Balzac... si je le lis pas dans ce contexte, je le lirais jamais donc c'est parti avec Eugénie Grandet.

Très bien pour démarrer. Ensuite, comme pour Zola, c'est pas mal aussi dans l'ordre. Wink

Mais c'est beaucoup plus long. innocent

Faut pas exagérer.

On finit bien plus vite qu'on ne le voudrait, crois-moi. jemetate

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Nos lectures de janvier 2015   Lun 2 Fév 2015 - 20:47

J'ai déjà du mal à finir Eugénie Grandet jemetate

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nos lectures de janvier 2015   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nos lectures de janvier 2015
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 21 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 19, 20, 21
 Sujets similaires
-
» [Janvier 2015] Glossybox
» [Janvier 2015] My Little Box "Energy Box"
» N°19 Janvier 2015
» Nouvelle Star 2015 : Direct - Prime 1 - Jeudi 22 Janvier 2015 - 20h50 - D8
» The Voice - Saison 4 - Auditions 3 - Samedi 24 Janvier 2015 - TF1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Sur la littérature en général… :: Nos lectures du passé-
Sauter vers: