Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Nicola Lagioia [Italie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Nicola Lagioia [Italie]   Ven 2 Jan 2015 - 13:54

Nicola Lagioia  



Né en 1973 à Bari, Nicola Lagioia est l’auteur de trois romans dont un seul est pour l'instant traduit en français, tous salués par la critique italienne, et de plusieurs nouvelles.
Il est également le directeur de «Nichel», la collection de littérature italienne de la maison d’édition Minimum fax et anime une revue de presse culturelle à la radio.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Re: Nicola Lagioia [Italie]   Ven 2 Jan 2015 - 14:16

Case départ (Riportando tutto a casa), traduit par Laura Brignon, Arléa 2014, 332 p.



Case départ est le troisième roman de Nicola Lagioia, le premier traduit en français. Il a remporté le prix Viareggio en 2010, le prix SIAE, le prix Volponi et le prix Vittorini.

Je reporte ici la très bonne présentation à mes yeux faite du roman par sa traductrice Laura Brignon pour Altritaliani.net (http://www.altritaliani.net/spip.php?page=article&id_article=1936)

"Case départ est une plongée dans le Bari des années 1980, théâtre de l’adolescence du narrateur-témoin anonyme.

Cherchant une explication aux parcours et aux vies de ses amis et de leurs parents, il s’engage dans une exploration de son propre passé, passé où se confrontent les générations, les classes sociales et les différents espaces urbains. Lui-même est le fils d’un entrepreneur en pleine ascension ; son copain Giuseppe, le fils de nouveaux riches au succès aussi fulgurant qu’éphémère et emblème de la consommation ; Vincenzo, le fils d’un avocat bien installé, assoiffé de vengeance à l’égard de son père, qu’il estime responsable de la mort de sa mère. Au fur et à mesure de leur prise de conscience, les trois personnages glissent des quartiers résidentiels aisés dont ils sont issus à Japigia, zone périphérique et délaissée de Bari, seul endroit où ils se sentent encore à leur place. Mêlant flash-back et entretiens avec ses camarades d’autrefois, cette narration-enquête reconstitue un tableau très précis des années 1980 : événements, musique, cinéma…

À travers des histoires individuelles, Case départ présente une réflexion fouillée sur cette période, abordée comme point de bascule de nos sociétés, qui préfigurait l’Italie et l’Europe occidentale d’aujourd’hui, leurs dérives et leur pendant sombre: invasion des médias bêtes et abêtissants, course effrénée à la consommation, explosion du capitalisme, développement des télévisions commerciales, gloire toute puissante de l’argent, vacuité et absurde croissant sous des dehors clinquants, statut prépondérant du divertissement, coulisses déplorables du succès… Période qui, sous ses paillettes et les spots de ses plateaux télévisés, est présentée comme « un traumatisme sans événement ».
En somme, Case départ est la radiographie d’un monde dépeint par une plume mordante, ironique, désabusée et pourtant pleine de tendresse.


Roman de l’envers du décor d’un bien-être apparemment béat, roman de formation des personnages et de notre monde contemporain, Case départ emporte aussi le lecteur par son style singulier. Parfois, la construction des phrases n’est pas sans faire penser à de grandes volutes baroques et vertigineuses où rien n’est laissé au hasard. Alerte, par moments retorse, l’écriture de Lagioia témoigne d’un redoutable sens de l’observation et procède par accumulations et par images toujours fines et inusitées."



Citation :
Si les jeunes qui s’étaient roulés nus dans la boue sous les tempêtes électriques de Jimi Hendrix avaient expérimenté la flamme originelle du phénomène – chaude, de fait –, il ne nous en restait que le cadavre endimanché. Nous étions à l’heure des teen movies pour futurs dirigeants d’entreprise et de l’initiative absurde de Usa for Africa. Un souffle mort, tellement mort, desséchait les crépuscules de nos villes et se prétendait vivant en se couvrant de paillettes. Giuseppe n’était pas conscient de ces aspects de notre époque. Cependant, il s’affairait dans toutes ces fêtes comme si se jeter dans le pire à portefeuille ouvert était le seul moyen d’entrer en contact avec l’esprit du temps.

Citation :
Son dialecte n’a rien à voir avec les explosions vernaculaires que l’avocat et ses collègues s’accordent pour pimenter un raisonnement, moyen auquel même les professeurs d’université ont recours [...]. Le dialecte de Rictus possède la circularité obscure des langues mortes, il suit la logique des trous noirs. Ainsi, quand le chauffeur prononce les mots “assignation en chustice” (l’avocat lui a demandé d’envoyer des documents au tribunal), on dirait que le code pénal se réduit à quelques signes cunéiformes gravés sur un bloc de basalte ; et quand, par un rapide changement d’accent, sa bouche enfante le mot hambèrgueurre (il est dix heures du soir et l’avocat, encore au bureau, lui a demandé de faire un saut à la sandwicherie du coin), ce n’est pas le dialecte de Rictus qui est ébranlé par la terminologie des fast foods, mais le lexique nord-américain – tombé par erreur dans le panorama des mots à portée de cette langue morte – qui se fait aspirer, ingérer et convertir à son code de pierre.

Un très bon moment de lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Nicola Lagioia [Italie]   Ven 2 Jan 2015 - 14:30

un jeune auteur donc, merci Silou pour ton commentaire (d'autres extraits ? un peu grinçante l'écriture ?)

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Re: Nicola Lagioia [Italie]   Ven 2 Jan 2015 - 14:58

Non, Bédou, l'écriture n'est pas toujours grinçante, elle est très variée suivant le contexte :

Citation :
Nous quittâmes Bari dans notre Fiat Fiorino blanche dont le kilométrage équivalait à plusieurs tours de la ligne équatoriale. Au-delà des limites de la ville, se déployaient des paysages à la Léonard de Vinci, structure métalliques

bon marché en prime :  champs boueux le long de la route, cieux lourds de nuages et, partout, de fins murs en tôle qui avançaient de jour en jour pour contenir l'expansion de la propriété privée. Notre véhicule ralentit à quelques mètres

des premiers centres habités.

  Bitetto, Triggiano, Capurso, Cellamare... dans les villages, les brodeuses nous attendaient. Mon père les fournissait en lin, soie, coton, et de ces étoffes elles faisaient la dot de riches mariées dont on ne connaissait l'existence qu'à

travers les rapports des détaillants. C'étaient des femmes âgées, souvent très âgées. Leurs maisons, situées dans des ruelles ou des impasses, étaient d'étranges paradoxes temporels : on y respirait une atmosphère

d'Ancien Régime mais, parmi les braseros, les planches et les cages pleines de lapins, on trouvait des téléviseurs et des radios-réveils. Chaque maison pouvait s'enorgueillir d'une veuve, d'un orphelin et d'au moins

un enfant mongolien. Et aussi d'un accès à la cuisine interdit certains jours aux adolescentes, afin que leur tempêtes hormonales ne gâchent pas la montée des blancs en neige. Puis il y avait nous,

qui étions à leurs yeux une sorte de médiation avec le divin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Nicola Lagioia [Italie]   Sam 3 Jan 2015 - 7:43

merci Silou !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Nicola Lagioia [Italie]   Sam 3 Jan 2015 - 9:57

Ce livre me fait bien envie silou, s'il est à la médiathèque je le prends !

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Re: Nicola Lagioia [Italie]   Sam 3 Jan 2015 - 11:36

domreader a écrit:
Ce livre me fait bien envie silou, s'il est à la médiathèque je le prends !

Sinon, pas de problème, il se trouve que j'ai profité d'une occas Gibert pour l'acheter ne le trouvant pas en médiathèque... , un petit MP et hop, il saute dans une enveloppe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nicola Lagioia [Italie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nicola Lagioia [Italie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Halloween en Italie
» La storia dell'Unità d'Italia per ragazzi a fumetti - L'histoire de l'unification de l'Italie pour les enfants en bande dessinée
» l italie a moto
» Recherche d'un emploi d'ingénieur système orienté Linux... En Italie
» venise (italie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: