Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Viken Klag [Turquie]

Aller en bas 
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Viken Klag [Turquie] Empty
MessageSujet: Viken Klag [Turquie]   Viken Klag [Turquie] Icon_minitimeSam 28 Fév 2015 - 4:51

Viken Klag [Turquie] A259

Viken Klag est le nom de plume de l’écrivain résistant Garo Sassouni, né en 1888, à Aharonk, un village du massif du Sassoun à l’est de la Turquie, et mort à Beyrouth en 1977.
Il a joué dès sa jeunesse un rôle d’organisateur du mouvement révolutionnaire dans sa province d’origine.
Après l’intermède constitutionnel de la révolution jeune-turque (1908) et le génocide arménien de 1915, on le retrouve au Caucase où il devient membre du Parlement de la République d’Arménie (1918-1920).
Après la soviétisation s’ensuivent des années d’errance ; il se fixe à Beyrouth en 1930, après avoir vécu quelque temps en France.
Personnalité multiple, Garo Sassouni a été journaliste, écrivain, historien, politologue, enseignant, chroniqueur littéraire. Rédacteur au journal Aztag, fondateur en 1960 du mensuel culturel et littéraire Pakine, on lui doit une Histoire de la littérature arménienne contemporaine (Beyrouth, 1963).

source

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Viken Klag [Turquie] Empty
MessageSujet: Re: Viken Klag [Turquie]   Viken Klag [Turquie] Icon_minitimeSam 28 Fév 2015 - 4:51

Viken Klag [Turquie] A258
Le chasseur
Citation :
Présentation de l’éditeur
Dans cette nouvelle tirée du recueil Le Mystère des montagnes, Viken Klag, fait revivre sa région natale, le massif du Sassoun à l’est de la Turquie, haut lieu de résistance.
Il brosse une série de tableaux évocateurs de la nature et de la vie dans les montagnes de cette région mythique, berceau de l’épopée populaire arménienne David de Sassoun.
À travers la figure d’un enfant vif et remuant, pour qui les limites de la maison sont trop étroites, cette nouvelle restitue la mémoire d’un monde magnifique et sauvage qui est aussi le monde primitif et perdu de l’enfance.


En regard du texte, vingt photographies contemporaines en bichromie de Izabela Schwalbé.

Viken Klag [Turquie] A260

Viken Klag [Turquie] Aa41

À partir de la première phrase

J’ai ouvert les yeux et le monde m’est apparu bien trop étroit.

le lecteur découvre à travers les pensées du narrateur ce petit village.

Il raconte sa jeunesse et on réalise très vite qu’on pourrait le considérer comme ‘petite peste’. Mais la raison est certainement un trop d’énergie et surtout cette envie excessive de participer à la chasse. Dans une famille où l’estime des autres membres et surtout l’amour du père dépend des capacités pour la chasse, c’est compréhensible.

Court récit poignant qui traite le sujet de l’enfance-passage vers l’âge d’adulte d’une bonne manière.

En plus il comprend des repères autobiographique et il y a à la fin une explication comment ce jeune homme est devenu un auteur au lieu d’un chasseur…

Merci à eXPie qui a parlé de ce livre sur le fil des achats, après recherche concernant le contenu je voulais le découvrir à mon tour…



Extraits :

« Les perdrix en migration vers les terres chaudes cacabaient dans les collines et les vallons. Ma chemise remplie de cailloux, je m’approchais des jolies perdrix sautillantes en rampant sur le ventre. Je balançais mon bras, et avec une énergie et une excitation sauvages, je lançais la pierre. Effrayées, les perdrix s’envolaient laissant derrière elles quelques plumes. Je ramassais les plumes comme la preuve de la demi-victoire d’un chasseur. Je rentrais au village, et au pied de la haie, un poulet était victime de mon tir… »

« Les années passaient comme un trésor perdu et je courrais à perdre haleine après mes rêves… »

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Viken Klag [Turquie] Empty
MessageSujet: Re: Viken Klag [Turquie]   Viken Klag [Turquie] Icon_minitimeSam 28 Fév 2015 - 8:52

Cela semble très intéressant. Je note !

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silou
Agilité postale
silou

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

Viken Klag [Turquie] Empty
MessageSujet: Re: Viken Klag [Turquie]   Viken Klag [Turquie] Icon_minitimeSam 28 Fév 2015 - 12:01

Moi aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Viken Klag [Turquie] Empty
MessageSujet: Re: Viken Klag [Turquie]   Viken Klag [Turquie] Icon_minitimeDim 30 Aoû 2015 - 22:51

Viken Klag [Turquie] Klag-v10
Le Chasseur (1934). Traduit de l'arménien par Papken Sassouni (fils de l'auteur). Postface de Anahide Ter Minassian. Photographies de Izabela Schwalbé. Editions parenthèses. 92 pages.
Cette nouvelle a été puvliée en 1934 au sein d'un recueil intitulé Le Mystère des Montagnes.
"Il porte en sous-titre un distique qui est une profession de foi :
« Ls sommets des montagnes sont proches du ciel,
Les hommes des montagnes, eux, sont proches de Dieu ».
[....]
« Le Chasseur » est une nouvelle autobiographique, l'autocélébration d'un bonheur absolu. Une histoire simple mais magnifiée, se déroulant au rythme des saisons et des fêtes calendaires dans un village arménien accroché à flanc de montagne. Défiant les adultes et les interdits, malgré de solides raclées, l'enfant est poussé par la rage de mener une vie libre et sauvage dans la nature tourmentée du Sassoun. Il est exalté par la griserie de la course sur les pentes vertigineuses et dans les gorges profondes. Il est emporté par l'ivresse, une ivresse héritée de très lointains ancêtres, que procurent poursuivre et tuer une proie.
" (postface, page 83-84)

La nouvelle commence ainsi :
Citation :
"J'ai ouvert les yeux et le monde m'est apparu bien trop étroit. Je n'avais pas d'ailes pour voler, alors que les merles passaient à tire-d'aile sur la cime de notre peuplier et l'aigle avec un cri strident fendait l'espace depuis le sommet de notre montagne. Je restais sur place bouche bée, ils avaient déjà disparu.
Oui, le monde était étroit même pour mes genoux et mes bras fluets. Chaque fois que je voulais faire un saut hors de la maison, les murs se dressaient devant moi. [...]
Mais il y avait aussi le ciel inaccessible, le soleil et la lune qui se succédaient, les étoiles s'étalaient comme des colchiques dans un champ infini suspendu au-dessus de ma tête. Et moi, je restais allongé sur le dos pendant les nuits d'été, l'âme suspendue devant l'immensité, avide de tout connaître. Parfois j'allais m'asseoir sous le porche de notre maison et, pensif, mais avec le regard un peu brouillé d'un petit garçon turbulent, j'observais l'étreinte de la terre et du ciel. Loin, très loin, la crête des montagnes frôlait le soleil couchant." (pages 9-10).
(le monde étroit rappelle le titre du poème de Mahmoud Darwich, La terre nous est étroite).

Viken Klag [Turquie] Klag-s10
L'une des vingt photos (en comptant la couverture) d'Izabela Schwalbé qui accompagnent le texte. Elle sont extraites de la série Hackwlad / Spuren HVK, 2009-2011.


Notre héros est un enfant plein d'énergie.
Citation :
"Je me retrouvais enfermé dans une cage, mordant les barreaux comme un lionceau qui croit les user, mais c'est lui-même qui s'épuise." (page 12)

Il fait plein de bêtises dans le voisinage et, en retour, se prend des roustes.
Citation :
"Le village regorgeait de mille et un travaux, chacun y avait sa tâche. Quant à moi, voilà que je laissais les chevreaux et les veaux sans surveillance, j'oubliais de conduire les boeufs à l'abreuvoir, le pain ne parvenait pas au moissonneur et aux travailleurs. Je ne sortais pas les poules, si ce n'est à coups de pierres et l'une d'elles était à chaque fois victime de mes tirs." (page 13).

Il a une obsession : aller chasser, explorer les montagnes et revenir triomphant.
Les années passent, il grandit...

Le Chasseur est une très jolie nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Viken Klag [Turquie] Empty
MessageSujet: Re: Viken Klag [Turquie]   Viken Klag [Turquie] Icon_minitimeLun 31 Aoû 2015 - 7:52

eXPie a écrit:
Le Chasseur est une très jolie nouvelle.
oui, ce serait bien s'il y aurait d'autres traductions de cet auteur...

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Viken Klag [Turquie] Empty
MessageSujet: Re: Viken Klag [Turquie]   Viken Klag [Turquie] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Viken Klag [Turquie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Turquie : flore
» Turquie : aspendos
» Armée Turque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: